Identification

Actes Sud

La Captive aux yeux clairs, A.B. Guthrie

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 26 Février 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman

La Captive aux yeux clairs (The Big Sky), octobre 2014, traduit (USA) par Jean Esch, préface de James Lee Burke et postface de Bertrand Tavernier, 496 p. 23,80 € . Ecrivain(s): A.B. Guthrie Edition: Actes Sud

 

L’excellente collection dirigée par Bertrand Tavernier, « L’Ouest, le Vrai », met à l’honneur A.B. Guthrie et sa Captive aux yeux clairs. Avec un art consommé de la composition, du rythme et de la description, l’écrivain nous propulse au cœur d’un Ouest encore peuplé de ses Indiens farouches mais bientôt voué à être envahi par les commerçants. À travers le périple de Summers le vieux briscard, de Boone Caudill le fugitif rêvant de devenir trappeur et de Teal Eye, la mystérieuse jeune fille blackfeet emprisonnée, « un petit bout de fille dont les yeux mangeaient le visage fin », se raconte une humanité rude, mise à nu jusqu’à l’os, sous toutes ses facettes, au cœur des territoires les plus fascinants qui soient.

« Boone se rapprocha.

‒ C’est un sacré pays, là-haut, il paraît.

Summers le regarda et sa bouche esquissa un sourire.

‒ Sauvage. Sauvage et beau, comme une vierge. Quoi que tu fasses, tu as le sentiment d’être le premier à le faire ».

Si nous vivions dans un endroit normal, Juan Pablo Villalobos

Ecrit par Cathy Garcia , le Mercredi, 25 Février 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Amérique Latine, Roman

Si nous vivions dans un endroit normal, octobre 2014, traduit de l’espagnol (Mexique) par Claude Bleton, 190 pages, 17 € . Ecrivain(s): Juan Pablo Villalobos Edition: Actes Sud

 

« Va te faire voir chez ta salope de mère, connard, enfoiré de merde ! » Ainsi débute ce succulent roman, juteux à souhait, un jus plutôt amer, mais drôle, terriblement drôle. De cet humour typiquement latino-américain, qui permet de témoigner des pires travers de la société avec un pied de nez à l’humiliation et l’injustice. Ici il s’agit du Mexique des années 80, avec ses absurdités (un pays surréaliste, avait dit Breton), sa mélasse de corruption, de trafics, de dangereux bouffons politiques, de fraude électorale, abus de pouvoir et compagnie. Dans le village de Lagos de Moreno, entre bétail, prêtres, ouailles hallucinées, élus véreux et démagogues, nationalistes populistes et autres illuminés, vit la famille d’Oreste, dit Oreo, comme les biscuits du même nom. Ou disons plutôt que la famille vit au-dessus du village, au sommet d’une colline, la Colline de la Foutaise. Lui et ses six frères et une sœur, tous affublés de prénoms grecs, lubie du père professeur d’éducation civique, et la mère, dévouée à la préparation des quesadillas au fromage. Base quasi unique de l’alimentation familiale et dont l’épaisseur et le nombre oscillent comme le statut familial, entre classe moyenne et classe pauvre, avec une tendance à stagner dans cette dernière.

Philida, André Brink

Ecrit par Martine L. Petauton , le Lundi, 16 Février 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Afrique, Roman, En Vitrine

Philida, septembre 2014, traduit de l’anglais (Afrique du sud) par Bernard Turle, 371 pages, 23 € . Ecrivain(s): André Brink Edition: Actes Sud

 

Toute notre jeunesse, nos engagements, nos espoirs ; on est tous dans les livres d'André Brink, qui vient de refermer la porte...

 

André Brink – plus quelques autres ! – c’est pour nous tous, l’apartheid, ses sombres pages, et, un jour, la sortie de l’enfer. Mais, avant l’apartheid, nous dit Brink dans ce livre, il y a eu dans la lumière des terres, qui aujourd’hui s’appellent l’Afrique du Sud, l’esclavage. Et dans cet esclavage – fascinantes poupées gigognes – une Philida qui fut – mi-XIXème autant dire hier – l’ancêtre de l’écrivain qui retrouve avec elle comme un chaînon manquant de sa longue histoire.

Tous les livres d’André Brink sont littérature d’exception ; cris au-delà des malheurs, pour réunir les hommes. Celui-ci, particulièrement : tous les talents de l’écrivain, dans un des plus beaux portraits de femme que porte la littérature, et le vrai de l’Histoire.

Querelle autour d’un petit cochon italianissime à San Salvario, Amara Lakhous

Ecrit par Marc Ossorguine , le Samedi, 14 Février 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Italie

Querelle autour d’un petit cochon italianissime à San Salvario (Contesa per un maialino italianissimo a San Salvario) octobre 2014, traduit de l’italien par Elise Gruau, 208 pages, 20 € . Ecrivain(s): Amara Lakhous Edition: Actes Sud

 

« E la nave va »

Enzo est journaliste. Il travaille sans réel enthousiasme pour un quotidien de Turin, songeant souvent à quitter le métier sans vraiment y parvenir. Enzo habite, comme l’auteur, dans le quartier de San Salvario où les populations de toutes origines se mêlent, non sans quelques frottements qui irritent vite et pourraient ruiner la relative paix sociale qui s’est installée entre ses habitants.

L’histoire de Gino, le petit cochon purement italien, supporter de la Juventus que Joseph élève sur son balcon, pourrait bien mettre le feu aux poudres depuis qu’il a été filmé se promenant tranquillement dans la mosquée du quartier. Qui est responsable de cette mise en scène et de sa diffusion ? Joseph s’est-il fait piégé ? En tout cas, l’évènement ne laisse indifférent personne, des musulmans qui fréquentent la mosquée aux xénophobes qui entendent bien défendre jusqu’au bout Gino, symbole des symboles d’une vraie italianité, en passant par les défenseurs des animaux et du bien-être animal.

L’âme à l’envers, Eugène Durif

Ecrit par Laurence Biava , le Mercredi, 11 Février 2015. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

L’âme à l’envers, janvier 2015, 212 pages, 19 € . Ecrivain(s): Eugène Durif Edition: Actes Sud

 

L’âme à l’envers ou l’amour perdu et éperdu d’un photographe contemplatif pour son modèle Elma partie vivre avec un autre, et dont l’histoire se perd entre Paris et les ruelles de Lyon, face aux images de la vie, pris en boucle entre passé et nostalgie.

On guette le narrateur amoureux renouer les liens de sa jeunesse perdue, de son enfance avec un père jardinier d’hôpital psychiatrique à son adolescence rudement tourmentée. On entend la plainte de sa voix dans les moments douloureux de sa jeune vie d’adulte. On le suit et on le voit se confronter à l’envers du désir dans des boîtes SM où vibrent encore ses souvenirs d’antan, avec l’amante tourmentée d’alors et quelques individus désaxés.

Le livre trouve son rythme (inouï) dès le premier quart au moment de la rencontre décisive en HP entre l’intellectuel rêveur (Bernard) et Stanislas Rodantski, poète surréaliste aimé, craint, admiré, voire redouté, contemporain de Breton, Brauner, Jouffroy ou Gracq.