Identification

Jacques Flament Editions

 

Jacques Flament Editions ! Quatre ans d'existence, 90 auteurs, 163 livres, 23 collections. Une maison d'édition qui annonce et assume son indépendance.

 


Copies, Thierry Radière

Ecrit par Balval Ekel , le Mercredi, 06 Juillet 2016. , dans Jacques Flament Editions, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Récits

Copies, juin 2016, 214 pages, 16 € . Ecrivain(s): Thierry Radière Edition: Jacques Flament Editions

 

Et si cet été vous passiez vos vacances avec un livre comme vous n’en avez jamais lu ? Un texte inclassable parce que « La beauté est dans l’inattendu ». Un roman d’amour ? Un essai philosophique ? Une autobiographie ? Tout cela à la fois, mais certainement pas un de ces livres expérimentaux où l’auteur, sous prétexte d’innovation, déconcerte le lecteur le plus courageux.

Thierry Radière nous parle de l’aventure que c’est de vivre, d’aimer, de lire, de vieillir, de rencontrer les autres. Le lecteur y est constamment tiraillé entre l’envie de se rendre au prochain chapitre et celle de souligner toutes les phrases à partager, comme celles-ci :

« L’écrivain est un magicien : il se sert des mots pour faire croire à la vie dont ses lecteurs rêvent ».

« L’optimisme est plus intelligent que le désespoir : il incite à aimer ».

Les oiseaux libres et heureux, Angélique Corman

Ecrit par Thierry Radière , le Mardi, 12 Mai 2015. , dans Jacques Flament Editions, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Les oiseaux libres et heureux, avril 2015, 184 pages, 15 € . Ecrivain(s): Angélique Corman Edition: Jacques Flament Editions

 

Les oiseaux libres et heureux est un journal intime écrit par une femme de vingt-sept ans dans sa cellule de Fleury-Mérogis. Elle y est incarcérée pour avoir tué un homme dans un train de banlieue. En attendant son procès, elle passe ses journées à tenir son journal – dont la première page est écrite le 11 juillet 2011 et la dernière le 23 octobre 2011, deux semaines avant son jugement. Elle y note ses pensées, sa vie au quotidien avec sa colocataire Christinefemme de trente-cinq ans incarcérée pour avoir massacré à coups de marteau son mari pédophile pendant qu’il dormait. Celui-ci venait de lui avouer ses viols quotidiens sur leur petite fille Agathe.

Dans ce journal, la condition humaine, et notamment celle des femmes, mais aussi les thèmes de l’amour, la liberté, l’ennui, les hommes, les enfants, la maternité sont abordés avec une violente lucidité. Le moindre détail observé est prétexte à de délicieux développements :

(…) j’inspecte la surface de ma peu. J’ai découvert avec découragement que mes pieds sèchent. J’ai été, jadis (…) satisfaite de mon dégoût provoqué par l’observation des vieux pieds craquelés, fendillés par le manque d’hydratation et l’usure, tout durcis, comme si une sorte de limon d’épiderme mort s’était agglomérée en arc de cercle sur les talons fatigués.

Elek Bacsik, un homme dans la nuit, Balval Ekel

Ecrit par Thierry Radière , le Samedi, 31 Janvier 2015. , dans Jacques Flament Editions, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Elek Bacsik, un homme dans la nuit, janvier 2015, 196 pages, 15 € . Ecrivain(s): Balval Ekel Edition: Jacques Flament Editions

Elek Bacsik, un homme dans la nuit, de Balval Ekel, est un livre d’amour – au sens large du terme – qu’une fille dédie à son père décédé il y a vingt-deux ans mais qu’elle n’a malheureusement pas connu, à cause d’un secret de famille révélé à l’âge de quarante-quatre ans.

Tout commence par le récit d’un cauchemar que la narratrice a longtemps fait jusqu’à ses quarante ans et se poursuit par un rêve. Mais celui que raconte Balval Ekel est particulier : il est en proie à un besoin vital de vérité.

« Ecrire ce livre est une façon de m’autoriser à vivre ma propre histoire ».

Il lui faut reconstituer, année après année, le parcours intégral de son père, Elek Bacsik, dont sa mère lui a égoïstement caché la paternité. Et pour y parvenir, l’auteure se lance dans une enquête minutieuse – réussie à plus d’un titre, comme le ferait un inspecteur dans un roman policier – sur la vie totalement romanesque que ce célèbre musicien de jazz (tsigane) hongrois mena pendant plus de soixante ans. Le résultat de son travail est surprenant : il est à la fois poignant, intime et intelligent. Ekel, qui ne savait absolument rien de Bacsik, parvient par la force évocatrice de son écriture et l’intensité de son amour soudain pour lui à ressusciter la mémoire de son père – trop tôt disparu. Un réel exploit littéraire.