Identification

Les Livres

Le Monde d’Hier, Stefan Zweig

Ecrit par Didier Smal , le Samedi, 30 Avril 2016. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Langue allemande, Folio (Gallimard)

Le Monde d’Hier, avril 2016, trad. allemand Dominique Tassel, 592 pages, 7,70 € . Ecrivain(s): Stefan Zweig Edition: Folio (Gallimard)

 

 

Exilé au Brésil, à la veille de son suicide, Stefan Zweig (1881-1941) envoie à son éditeur un manuscrit qui ne contient pas tant ses mémoires que son témoignage sur les changements qu’a connus l’Europe depuis la fin du XIXe siècle, témoignage doublé d’une réflexion aiguë et pertinente sur ces changements : Le Monde d’Hier. Incidemment, ce livre peut aussi être lu comme un testament personnel à l’intention de tous (ce que Zweig veut laisser comme vision d’une Autriche et d’une Europe défuntes à un monde alors plongé en plein dans l’horreur de la Deuxième Guerre mondiale) et comme une explication à ce terrible geste ultime (Zweig, en tant que Juif désormais stigmatisé comme tel et apatride, ne trouve plus sa place, lui qui a dû abandonner plusieurs vies derrière lui, toutes celles qu’il a menées et celles qu’il a côtoyées).

Le Lynx, Silvia Avallone

Ecrit par Marc Ossorguine , le Samedi, 30 Avril 2016. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits, Italie, Editions Liana Levi

Le Lynx, trad. italien Françoise Brun (La lince, 2011, inédit publié par le Corriere della Sera), 64 pages . Ecrivain(s): Silvia Avallone Edition: Editions Liana Levi

 

Avec ce court récit de cette autrice juste trentenaire (elle est née en 1984), dont le roman D’acier a remporté un important succès en Italie comme chez nous, c’est une véritable petite pépite littéraire que nous offrent les éditions Liana Levi. En une cinquantaine de pages, Silvia Avallone nous montre un de ces basculements comme il peut parfois en survenir dans la vie d’un homme, imprimant irrémédiablement un avant et un après.

Nous faisons rapidement connaissance de Piero, sûr de lui, roublard, séducteur et bien sûr flambeur. Un petit truand qui se la joue et aime à vivre sur le fil, tutoyant plus que nécessaire la justice. Encombré d’une épouse qu’il a connue trop jeune, Piero refuse un peu de vieillir, de devenir raisonnable. Le personnage semble tout droit sorti du cinéma italien des années 60 entre les Vitelloni de Fellini (1), les Ragazzi de Pasolini et Bolognini (2), peut-être frère de Rocco (3). Un de ces trentenaires dont l’adolescence semble s’éterniser, jusqu’à ne jamais finir, jusqu’à devenir un style de vie que rien n’arrêtera jamais.

Géants, toute l’histoire du basket-ball, Philippe Cazaban, Daniel Champsaur

Ecrit par Jean Durry , le Samedi, 30 Avril 2016. , dans Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Histoire

Géants, toute l’histoire du basket-ball, Chroniques Editions, août 2015, 304 pages, 39 € . Ecrivain(s): Philippe Cazaban, Daniel Champsaur

 

En mai 2012, Chroniques Editions avaient signé un coup de maître avec la publication de Jours de Fête, ouvrage de référence sur l’histoire du Tour de France cycliste, signé de Françoise et Serge Laget – meneur de jeu –, Philippe Cazaban – déjà –, Gilles Montgermon. Dans cette même collection, après « XV L’incroyable Aventure du Rugby », « Jours de Foot » et précédant « Skateboard, de la rue à la rampe », voici donc « Géants, toute l’histoire du basket-ball ». C’est une nouvelle réussite d’une série novatrice, étayée sur une maquette grand format (32,5x24cm) imbriquant de manière spectaculaire une rare iconographie et des textes souvent originaux. En cinq chapitres, déroulant une chronologie de 125 années, de l’invention du jeu par James Naismith à l’automne 1891 jusqu’à nos jours, nous est proposé le parcours qui a conduit au Sport récemment popularisé par les exploits de Michael Jordan devenu star planétaire, et pour l’hexagone de Tony Parker emmenant l’équipe tricolore aux plus beaux succès.

Moze, Zahia Rahmani

Ecrit par Patryck Froissart , le Vendredi, 29 Avril 2016. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Sabine Wespieser

Moze, avril 2016, 190 pages, 9 € . Ecrivain(s): Zahia Rahmani Edition: Sabine Wespieser

 

Moze est le père de la narratrice. Moze est un harki.

La narratrice porte une marque, péjorative, qu’elle ressent comme lourdement infâmante : elle est « fille de harki ».

« Fille de harki »… Telle est son identité.

Moze s’est suicidé un 11 novembre, après être allé salué le monument aux morts du village de France où il s’est réfugié, où il s’est isolé avec sa famille.

L’ouvrage prend la forme, le plus souvent, d’un monologue intérieur intense, entrecoupé de dialogues, d’entretiens avec le père défunt, avec la mère, avec les membres d’une Commission nationale de réparation incapables de comprendre, et a fortiori de mesurer l’injustice historique subie par les harkis. Les éléments narratifs, l’histoire terrible de Moze, de ses frères, de sa famille, apparaît dans ces monologues et dialogues en pointillés, en fragments, en pièces d’un puzzle que le lecteur reconstitue au fil des pages.

La face nord de Juliau, treize à seize, Nicolas Pesquès

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 29 Avril 2016. , dans Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Flammarion

La face nord de Juliau, treize à seize, 2016, 240 pages, 18 € . Ecrivain(s): Nicolas Pesquès Edition: Flammarion

 

« Il y a tout de suite de l’écart. Il y a tout de suite un instant qui s’en va ».

1.

 

1. 1. 1. « J’écris dans la bouche ».

1. 1. 2. « J’écris dans la bouche jusqu’à la jouissance des yeux ».

 

1. 2. 1. « [I]l n’y a pas de contradiction entre les mots et les choses, et […] la grammaire n’est pas un socle sûr et définitif, mais notre corps nécessairement étendu ».

1. 2. 2. « Ce que les phrases font est comparable à ce que la colline procure. Corps et paysage sont des composés l’un de l’autre, ils communiquent facilement ».