Identification

La Une CED

Décrire le temps, par Thomas Besch-Kramer

Ecrit par Thomas Besch-Kramer , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans La Une CED, Ecriture

 

Pour ma conscience élastique c’est assez simple : il y a le temps linéaire (masculin), le temps cyclique (féminin) et le temps de l’orange (neutre). Le temps linéaire, c’est celui de la partition musicale ou celui de l’accélération d’un jet : il y a progression vers un meilleur ailleurs. Le temps féminin, celui des saisons et des fruits, celui des règles et des lois, est plus ancien : on révolutionne comme une planète autour de son soleil pour revenir à une date fixée à un autre ailleurs. Le temps de l’orange est celui de ma vie et de ma gourmandise ! J’ai pelé l’orange délicatement et précisément pendant mon enfance, j’ai disjoint les quartiers de l’orange sanguine pendant mon adolescence et j’en ai bu le jus, giclant entre mes dents, sur mes gencives, pendant l’âge adulte. Aujourd’hui, à l’âge de la reconnaissance à La Vie, il me reste dans les doigts une pelure, des filaments blancs et quelques pépins. Je me suis nourri du temps : jus et pulpe de l’orange. Or, je palpe ma vie passée et passéiste ; je constate mon présent enfumé de cigarette ; je ne prévois rien dans l’avenir sauf l’aggravation de ma maladie.

Quelques éphémérides créatives (mars, avril) : Imre Kertesz et Saul Bellow

Ecrit par Jean-Marc Dupont , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans La Une CED, Les Chroniques, Chroniques régulières

 

31 mars : éphémérides créatives (I), Imre Kertész : « Etre mort une fois pour continuer à vivre »

Le 31 mars 2016, disparition de l’écrivain hongrois Imre Kertész (né le 9 novembre 1929). En 2002, le reçoit le prix Nobel de Littérature, « pour une œuvre qui dresse l’expérience fragile de l’individu contre l’arbitraire barbare de l’histoire ».

http://www.actes-sud.fr/contributeurs/kertesz-imre

Comme l’écrit Florence Noiville [*] « Kertész, lui, avait un fol appétit d’exister. Ce pessimiste qui avait fait le pari de la vie entendait la boire jusqu’à la dernière goutte. Parce que vivre était synonyme de créer et que créer était transformer la matière la plus abjecte de l’humain en quelque chose de fortifiant, d’éclairant et d’intemporel, la littérature. Faire du sens avec du non-sens. L’art comme réponse. Recours et secours à la fois ».

Elsa Morante Une vie pour la littérature, René de Ceccatty, par Philippe Leuckx

Ecrit par Philippe Leuckx , le Vendredi, 18 Mai 2018. , dans La Une CED, Les Chroniques

Elsa Morante Une vie pour la littérature, René de Ceccatty, Tallandier, mars 2018, 432 pages, 21,90 €

 

Cette première biographie francophone consacrée à l’immense romancière italienne, Elsa Morante, née en 1912, décédée en 1985, est d’abord un magnifique portrait d’une femme hors norme, dans le privé comme dans le domaine littéraire. Rebelle, instinctive, intellectuelle, prête à tous les changements, prompte au travail de fond qui consiste pour elle à creuser la voie unique de son talent sur de longues distances et dans une ampleur romanesque et poétique peu commune. Si ses origines paternelles restent un mystère pas entièrement levé, sa vie est en soi un véritable roman de rencontres, de départs, de relances, de piétinements, de retours : la foi en l’écriture a sûrement été le tremplin idéal pour qui a connu de nombreuses déroutes sentimentales, affectives, amicales, en dépit d’un tempérament qui l’agrégeait aisément à nombre de groupes d’intellectuels, d’artistes, de jeunes surtout, et essentiellement homosexuels. Femme, elle s’est entourée d’homosexuels, « pour être la seule femme » du groupe. Elle a connu des passions pour certains d’entre eux : le peintre américain Bill Morrow, Luchino Visconti. Longtemps épouse d’Alberto Moravia, Elsa décida de rompre après une vingtaine d’années, sans pour autant cesser de le voir ou de lui écrire.

Danser, une philosophie, Julia Beauquel, par Marc Ossorguine

Ecrit par Marc Ossorguine , le Vendredi, 18 Mai 2018. , dans La Une CED, Les Chroniques

Danser, une philosophie, Julia Beauquel, Carnets Nord, avril 2018, 300 pages, 17 €

 

Elle danse. Il ou elle danse. Ils et elles aussi. Tu, vous… Mais « je », non. Pour autant…

Pour autant il y a indéniablement dans la danse quelque chose qui relève d’une certaine universalité. Quelque chose qui passe le cap et les lignes du temps, des frontières, des cultures et des religions. Le fait qu’elle ait pu être proscrite, voire interdite et condamnée ici ou là, en d’autres lieux ou d’autres temps, ou même aujourd’hui encore, pas si loin de nous, ne change rien à l’affaire. Cela ne fait que confirmer son importance et sa force. Dès lors, cet art de la danse, comme d’autres, est aussi, potentiellement, objet de philosophie. Le propos de la philosophe, qui connaît la danse pour l’avoir pratiquée, va cependant au-delà d’une approche philosophique « classique », allant jusqu’à considérer la danse comme une forme de philosophie en soi. La proposition peut surprendre et la question peut aussitôt venir, teintée d’un certain scepticisme critique : mais de quelle danse parlez-vous ?

Maison d’âme, Mireille Gansel, par Didier Ayres

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 17 Mai 2018. , dans La Une CED, Les Chroniques

Maison d’âme, Mireille Gansel, La Coopérative, avril 2018, 112 pages, 15 €

À la croisée

De la Maison d’âme de Mireille Gansel, il faut retenir la maison et l’âme. Pour mieux ressentir cette territorialisation spirituelle et affective. On se trouve avec ce livre dans une demeure qui demeure dont la démarche intelligible motive la pensée et la poésie. Nous sommes loin d’une poésie sans action – action au sens que prête Paul à la charité – ne serait-ce que pour la perspective humaniste qui fait de la maison de la poétesse, une habitation physique pour des concepts errants alliés cependant à des migrants de toute origine et de tout temps. Je me permets de souligner cela en préambule, car il est utile de savoir où s’ancre cette pensée, et de voir avec tant de clarté et de signes la présence de l’auteure dans une matérialité de sa personne.

Je dis préambule en pesant mes mots, parce que je crois que cela fait partie bel et bien de la portée véridique et de la valeur de ce chemin à travers le langage. Chemins, terres, frontières, langues, et aussi rivières, villes et pays se croisent ici et font l’arrière-plan du livre. Et cela avec l’émotion noble et profonde des grands thèmes de l’écrivaine : l’amour, la beauté, l’hospitalité, la parole, les mots et toute la cohorte des belles idées qui agrandissent l’homme et lui font une invitation céleste, supérieure, pleine d’humanité.