Identification

La Une CED

Le Château qui flottait, Laurent Albarracin (Poème héroï-comique) (par Marc Wetzel)

Ecrit par Marc Wetzel , le Mardi, 27 Septembre 2022. , dans La Une CED, Les Livres, Les Chroniques, Poésie

Le Château qui flottait, Laurent Albarracin (Poème héroï-comique), éditions Lurlure, septembre 2022, 72 pages, 10 €

 

Mille quatre cents alexandrins exactement forment ce nouveau livre de l’auteur (paru en feuilleton dans Catastrophes de 2017 à 2019), burlesque épopée collective très bien caractérisée (« à la fois une prouesse et une énigme, un tour de force et une savonnette, une curiosité littéraire décalée – voire anachronique – et une intervention déconcertante dans le champ de la poésie contemporaine ») par son préfacier, mettant en scène (nommément) une bonne vingtaine d’ami(e)s poètes lancés à l’assaut d’un redoutable et irrésistible château de papier. On ne veut ici qu’ordonner la lecture de quelques passages de cet étonnant chef-d’œuvre, et laisser méditer ceux qui voudront bien.

D’abord, une très finaude forteresse, sachant comme se dérober à ses assaillants mêmes (p.52), ou transformant en grands enfants paumés la team d’abord plutôt nietzschéenne qui s’avance vers elle :

Sur les chemins de non-retour, Jean-Pierre Otte (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 26 Septembre 2022. , dans La Une CED, Les Livres, Les Chroniques, Poésie

Sur les chemins de non-retour, Jean-Pierre Otte, éd. De Corlevour, mai 2022, 128 pages, 16 €

 

Déjà essayé. Déjà échoué.

Peu importe. Essaie encore. Échoue encore. Échoue mieux.

Samuel Beckett

 

Limite du temps, temps limité

J’ai trouvé dans le recueil de poésie de Jean-Pierre Otte un questionnement continu sur la lucidité avec laquelle l’on peut considérer l’existence, la sagesse de vieillir – âge où l’interrogation sur le temps peut se concevoir. Donc, une réflexion constante sur le temps concret de vivre, avec une maturité qui englobe à la fois l’âge et le désir. Et cette philosophie, du genre sceptique, se rapproche, je crois, de celle de Cioran. Scepticisme radical. Ellipses, effacement de soi au profit d’un autre soi, celui qui observe, dans une partition de l’être. Le temps limité de la vie et les limites de la vie, comme pris dans une seule question : que devenons-nous ?

Le Pouvoir du chien (The power of the dog), Thomas Savage (par Jeanne Ferron-Veillard)

Ecrit par Sandrine-Jeanne Ferron-Veillard , le Vendredi, 23 Septembre 2022. , dans La Une CED, Les Livres, Les Chroniques, USA, Belfond

Le Pouvoir du chien (The power of the dog), Thomas Savage, 2014, éditions Belfond, 2014, trad. anglais (USA), Pierre Furlan, 266 pages

 

Il faut honorer celles et ceux qui vous conduisent à la lecture d’un livre. Les articles de Catherine Dutigny/Elsa et de Léon-Marc Lévy sont à l’origine de cette folle idée. J’ai lu Le Pouvoir du chien.

Tendre les mots sur la page et l’inciser pour percer les lectures et les expériences d’un auteur. Ses observations, ses réflexions, ses changements d’itinéraires, ses humeurs, son arbitraire et l’unicité de son dénouement. Ce qui rend par exemple Nathaniel Hawthorne si nocturne. Ou William Faulkner si imprévisible, les libertés que lui et d’autres ont su prendre. Bouleverser les conventions et les linéarités de l’écriture sans jamais tomber dans le vide ou le chaos. Qui peut mesurer l’ensemble des matériaux absorbés pour concevoir un propos, un style. Un auteur. Une machine en serait-elle capable ?

Alors j’ai osé et je l’ai fait.

Deux ouvrages aux éditions Le Chat Rouge (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 23 Septembre 2022. , dans La Une CED, Les Livres, Les Chroniques

 

Du Monocle et autres accessoires masculins disparus, Massimiliano Mocchia Di Coggiola, Editions Le Chat Rouge, juillet 2022, 160 pages, 16,50 €

Du Snobisme, Robert de Montesquiou, Editions Le Chat Rouge, août 2022, 288 pages, 20,90 €

 

« Tout en organisant des pièces de théâtre farfelues, des manifestations contre les académies, en exposant des urinoirs ou des fers à repasser avec des clous, les dadaïstes n’abandonnèrent jamais leur élégance soignée et monoclée, comme quoi on peut très bien être révolutionnaire et garder la classe » (Le Monocle, Du Monocle et autres accessoires masculins disparus, Massimiliano Mocchia Di Coggiola).

Mourir pour Kobané, Patrice Franceschi (par Mélanie Talcott)

Ecrit par Mélanie Talcott , le Mercredi, 21 Septembre 2022. , dans La Une CED, Les Livres, Les Chroniques

Mourir pour Kobané, Patrice Franceschi, éditions des Equateurs, 2015, 143 pages

 

« Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent », Jean-Paul Sartre

 

Mourir pour Kobané de Patrice Franceschi n’est ni un roman, ni un essai. Juste un témoignage d’un homme qui de 2013 à 2015, fut, sur le terrain, le spectateur volontaire d’une lutte farouche opposant un peuple, les Kurdes, à une organisation ultra-radicale sunnite, Daech, chacun prêt à mourir pour deux visions du monde aux antipodes l’une de l’autre. Un islam démocratique laïcisé, modernisé, réformé, prônant la liberté individuelle et collective, l’égalité entre les femmes et les hommes, le respect des minorités, la justice économique, modèle partagé par les Kurdes turcs et syriens face à un autre, d’une barbarie effroyable, Daech, ces « égorgeurs de Dieu ». Un islam laïc dont les islamo-conservateurs du Moyen et Proche Orient et également d’Europe, craignent la contagion lui préférant l’islam radical (1) dont l’inhumanité perverse et brutale signe l’irrationnel religieux, disposé au pire pour imposer leur foi. Awar Tamia, l’ami et l’interprète de Patrice Franceschi le résume fort bien : « Ils ont un projet et un rêve. L’exact contraire du nôtre. La charia contre le Code civil… ».