Identification

Arts

L’art du XIXe siècle, Collectif sous la direction Bertrand Tillier

Ecrit par Elisa Amaru , le Vendredi, 09 Décembre 2016. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Citadelles & Mazenod

L’art du XIXe siècle, Collectif sous la direction Bertrand Tillier, éd. Citadelles & Mazenod, Coll. L’Art et les grandes civilisations, 650 ill. couleur, septembre 2016, 608 p. 185 € jusqu’au 31 janvier 2017, 205 € ensuite Edition: Citadelles & Mazenod

 

 

Pour cette nouvelle parution, Citadelles & Mazenod revisite le patrimoine de L’art du XIXe siècle, dans un livre éponyme exceptionnel. Ce 48e titre de la collection L’Art et les grandes civilisations nous propose de (re)découvrir en images un pan créatif méconnu de l’histoire de l’art en Occident. Ouvrage somme établi sous la direction de Bertrand Tillier, L’art du XIXe siècle explore une branche artistique étonnamment riche, parfois mal connue, qui court des premières flammes de la Révolution aux ultimes feux de Belle Epoque, entre Europe et Amérique du Nord. D’une période circonscrite entre 1789 et 1914, l’architecture du livre oscille entre vision panoptique et souci du détail, en une forme inédite de zoom élargi autour des sujets et des œuvres qu’il aborde.

L’enfant aux cerises, Jean-Louis Baudry

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Samedi, 26 Novembre 2016. , dans Arts, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, L'Atelier Contemporain

L’enfant aux cerises, novembre 2016, préface et photographies Alain Fleischer, 174 pages, 20 € . Ecrivain(s): Jean-Louis Baudry Edition: L'Atelier Contemporain

 

Le mouvement du livre de Baudry est un faux mouvement. Certes, il débute par deux textes intimes réussis où le sémiologue évoque comment enfant il est devenu « addict » aux images. S’enchaînent ensuite d’autres articles simplement repris et choisis par le théoricien. Il égraine ses goûts artistiques et prouve qu’avec le temps il s’oriente vers un bel art, celui qui s’intègre aux grands systèmes historiques d’appropriation dont l’ancien iconoclaste est devenu un gardien des temples.

Tous les textes montrent une homogénéisation d’un art qui devient la solution imagée et imaginaire des contradictions. Le livre représente le signe de réappropriation des maîtres-penseurs dans un moule dont ils assurent l’hypostase à la fois rationnalisante et spiritualisante. Au refoulement patent du sexuel répond une propension politique. Baudry fait preuve d’un sentiment de propriétaire sur la « chose » artistique. Dans la persistance d’un « je » imperator se déploient des morceaux choisis qui sont les « points de l’esprit » chers à Breton et qui font de chaque option de l’auteur une projection icarienne dans un lieu mental hors contradiction.

Hieronymus, moi, Jérôme Bosch, Frédéric Grolleau

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Lundi, 14 Novembre 2016. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Hieronymus, moi, Jérôme Bosch, Les Editions du Littéraire, Bibliothèque de Babel, novembre 2016, 292 pages, 23,50 € . Ecrivain(s): Frédéric Grolleau

 

500 ans après sa mort et à son « corps » défendant, Jérôme Bosch sacrifie pour notre plaisir et notre connaissance à l’autofiction. Frédéric Grolleau le fait parler en un journal intime enrichi de différents documents. Apparaissent les Riches Heures d’un peintre majeur pour lequel l’occultisme devint le ferment d’une esthétique où sont repoussées les dimensions « classiques » du bien et du mal, de la beauté et de la laideur, du multiple et de l’un.

Au service de son sujet, Grolleau va plus loin philosophiquement et littérairement que dans ses biopics de Nicolas Rey et de Tintin en ce qui tient d’une anaphore. Elle ouvre le monde loin de ses attendus en vue d’atteindre une infinitude que peu de peintres ont su toucher d’aussi près. Existe dans l’œuvre de Bosch beaucoup d’atmosphère, beaucoup de souffle souterrain, de « mêmeté » et de beauté moniste. Mais perdurent autant d’altérité et de beauté et laideur convulsives.

La beauté du monde La littérature et les arts, Jean Starobinski (2nde critique)

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 29 Octobre 2016. , dans Arts, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Gallimard

La beauté du monde La littérature et les arts, édition de Martin Rueff, juin 2016, 1344 pages, 30 € . Ecrivain(s): Jean Starobinski Edition: Gallimard

 

Une centaine d’études, où brille une « exigence de clarté et de partage », composées sur plus de soixante ans et ayant trait aux arts. La littérature, d’abord : Baudelaire, Bonnefoy, Celan, Char, Jaccottet, Jouve, Kafka, Mallarmé, Valéry… Mais aussi les arts de l’œil : Balthus, Füssli, Goya, Michaux, Ostovani, Sima, Van Gogh… Mais aussi les arts de l’oreille : Mahler, Monteverdi, Mozart…

Si ces études se trouvent rassemblées sous le titre La beauté du monde, c’est parce que « la littérature et les arts répondent à la beauté du monde et le critique, premier lecteur, spectateur et auditeur, célèbre la réponse de ceux-là pour chanter celle-ci » (Martin Rueff).

Répondre… Ainsi que le constate Marsile Ficin dans son commentaire sur le Banquet de Platon (V, 2), « le mot grec kallos signifie en latin beauté. La beauté est donc cette grâce elle-même de la vertu, de la figure ou de la voix qui appelle et attire l’âme vers elle – ad se vocat et rapit ».

Looking for the Masters in Ricardo’s Golden Shoes, Catherine Balet

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Mardi, 18 Octobre 2016. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Looking for the Masters in Ricardo’s Golden Shoes, with Ricardo Martinez Paz, Dewi Lewis Publishing Londres, 2016 . Ecrivain(s): Catherine Balet

 

 

Looking for the Masters in Ricardo’s Golden Shoes est le fruit d’une collaboration entre Catherine Balet et celui qui est devenu à la fois sa muse et son « modèle » dans l’art photographique. A travers ce jeu, la créatrice se pose la question de ce qui accorde à une photographie le statut d’icône.

Ayant rencontré il y a trois ans Ricardo Martinez Paz à Arles, elle l’a métamorphosé en renversant les rôles, une muse et son « complice ». Les deux ont revu des grands classiques de la photographie et Catherine Balet a inséré ensuite la silhouette de Ricardo sur chacun des clichés en prouvant de facto comment les techniques nouvelles modifient les données premières de la représentation. Ses clichés en deviennent la re-présentation.