Identification

Arts

De l’Art Brut aux Beaux-Arts convulsifs, Jean Dubuffet et Marcel Moreau

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 12 Décembre 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, En Vitrine, Correspondance

De l’Art Brut aux Beaux-Arts convulsifs, L’Atelier contemporain, novembre 2014, préface de Nathalie Jungerman, 96 pages, 20 € . Ecrivain(s): Jean Dubuffet et Marcel Moreau

« … voilà des siècles (des siècles elliptiques) que mes mots bégaient “peinture”, “peinture”. Je pense cette fois que c’est la vôtre qu’ils voulaient dire. Une couleur, une forme qui soient tribales, tripales, qui résument avec des dévergondements, des commencements de gâchis rattrapés par le feu, la torture nue du destin », M. M. à J. D. 23 février 1969.

« Votre lettre tournoyante et trépidante comme un vol de papillon dans le rayon d’un phare. C’est la danse du oui-non, de la visée-vision, de l’ébullition gelante. Votre lettre jaillissante en figure d’éruption, d’explosion. Je suis grandement touché de l’affection qu’elle me manifeste », J. D. à M. M. 8 avril 1969.

Après Personne n’est à l’intérieur de rien (Jean Dubuffet, Valère Novarina) recensé ici même, voici un nouvel opus de correspondances entre le peintre et un écrivain. Marcel Moreau, auteur des hauteurs, écrivain du risque permanent, de la mise en danger de la phrase et du corps. Ma main qui éprouve la chaleur de mon corps en mesure à la fois la finitude et la toute-puissance (Les arts viscéraux).

Rivages intimes, Thierry Radière & Marc Decros

Ecrit par Vincent Motard-Avargues , le Samedi, 29 Novembre 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Rivages intimes, éditions Jacques Flament, Coll. Images & Mots, octobre 2014, 96 pages, 22 € . Ecrivain(s): Thierry Radière & Marc Decros

 

Un couple s’aime. Jusque là, rien de bien exceptionnel, rare. Mais ce couple écrit. On en connaît d’autres, et certains prestigieux.

Pourtant, ce couple a ceci de particulier que, si l’un est publié, l’autre ne l’est pas, ne le souhaite pas vraiment, même si, même si… elle en rêve, ne croit pas tout à fait que cela lui soit possible, que son écriture touche l’autre, le lecteur, le vrai lecteur, pas celui, passager, qui feuillette par instants, volage, léger ; non, le lecteur assidu, gourmand, vorace, qui ne se contente pas de mets ordinaires, attend un goût de révolution lettrée. Élitisme ? Non, exigence… de soi, surtout. Elle veut atteindre la surface de son rêve, pas nager sous la ligne de l’ordinaire.

Et lui, qui est publié, faisant sciemment fi de ces mêmes réflexions ; lui, tente de toutes ses forces, c’est-à-dire avec une insistante discrétion, de démontrer à sa femme que le style, en littérature, la grandeur du style tient plus en l’authenticité de l’auteur, qu’en sa manière d’appuyer une attitude formelle.

Dans l’ombre de Charonne, Désirée et Alain Frappier

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Samedi, 01 Novembre 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Histoire

Dans l’ombre de Charonne, éd. du Mauconduit, préface de Benjamin Stora, 136 p. 18,50 € . Ecrivain(s): Désirée et Alain Frappier

Fils d’Israël, souvenez-vous du bienfait dont je vous ai comblés. Je vous ai mis au-dessus des mondes

Le Coran, Sourate II, la vache, (47, trad. Jean Grosjean, 2008)

 

Ressouvenir : un carnage organisé

 

Un pan de l’Histoire occulté

C’est un véritable travail d’historienne auquel s’est livrée Désirée Frappier, qui a mené une enquête auprès de plusieurs interlocutrices et interlocuteurs, dont certains furent présents et témoins au moment du drame évoqué. Depuis la préface de Benjamin Stora, lui-même concerné par la guerre d’Algérie, auteur de nombreux ouvrages cités, jusqu’au témoignage individuel de l’héroïne principale, le récit se densifie avec les annexes – les lettres des enfants de rescapés, des coupures de presse relatant cette « sauvagerie criminelle » (cité par J. Derogy, p.126) et le travail d’archiviste des époux Frappier.

Le Raid américain, de la collection de Charles-Henri Favrod

Ecrit par Valérie Debieux , le Jeudi, 16 Octobre 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Campiche, Histoire

Le Raid américain, préface et éd. scientifique d’Edith Bianchi, septembre 2014, 159 p. 39 € . Ecrivain(s): Charles-Henri Favrod Edition: Campiche

 

 

Le Raid américain, un superbe opus de cent vingt-et-une photographies datant, pour la plus ancienne de 1844 (Marché d’esclaves, Louisiane) et, pour la plus récente de 1918 (Annonce de l’armistice, Wall Street, New York City). Accompagné de commentaires historiques, précis, entrecoupés çà et là de textes d’auteurs de l’époque, l’ouvrage constitue un magnifique balayage imagé, sur près d’un siècle, des Etats-Unis d’Amérique en formation.

De la Guerre de Sécession, commencée le 12 avril 1861 et terminée le 9 avril 1865, par la reddition des troupes sudistes, en passant par son déclencheur ; l’esclavage, « principale richesse des Etats agricoles du Sud », les témoignages, qu’ils soient illustrés ou écrits, quel qu’en soit le sujet, ouvrent la porte à l’émotion, la curiosité, l’étonnement, parfois à l’indignation ; ainsi en est-il du texte de Solomon Northup (1808-1857) :

Cecil Beaton. The Art of Scrapbook, sous la direction de James Danziger

Ecrit par Odile Alleguede , le Mardi, 14 Octobre 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Cecil Beaton. The Art of Scrapbook, sous la direction de James Danziger, éditions Assouline, en anglais, 218 ill. couleur, 392 pages, 210 € . Ecrivain(s): James Danziger

 

Extravagant et incroyablement prolifique, « Sir » Cecil Beaton comme il est convenu de l’appeler, n’est pas qu’un monument anglais de la photographie du 20e siècle. C’est aussi une idole very british ! Aussi iconique que les têtes (couronnées ou non) sur lesquelles il flashera, la Beaton’s touch n’a pas pris une ride.

Cecil Beaton. The Art of Scrapbook, paru chez l’éditeur d’art Assouline, est une monumentale compilation inédite d’une vie de photographe au service de son époque dans ses moindres évolutions. En un peu plus d’un demi-siècle de carrière, Cecil Walter Hardy Beaton (1904-1980) a collé, découpé, compilé, amassé, trituré, assemblé des centaines de photos, extraits de revues, de périodiques illustrés, d’almanachs colorisés pour constituer plusieurs douzaines de calepins et carnets qui sont autant de journaux intimes et bricolés. Le tout constituait, à titre privé, la matrice d’une œuvre à bâtir.