Identification

Arts

Van Gogh… pour planer au-dessus de la vie, Karin Müller

Ecrit par Valérie Debieux , le Lundi, 15 Septembre 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Van Gogh… pour planer au-dessus de la vie, Ed. Michel de Maule, mai 2014, 120 pages, 17 € . Ecrivain(s): Karin Müller

 

« Les idées pour le travail me viennent en abondance et cela fait que tout en étant isolé je n’ai pas le temps de penser ou de sentir. Je marche comme une locomotive à peindre ».

Van Gogh (Lettre 680 vers le 11 septembre 1888)

 

Van Gogh, une énergie éblouissante, un talent hors norme, une « écriture picturale » parfaitement maîtrisée, une capacité de peindre exceptionnelle, tournant à l’obsession. Pénétrer dans le monde de Van Gogh, c’est entrer au pays des superlatifs. Il peint comme on écrit : « […] quelquefois les touches viennent avec une suite et des rapports entre eux comme les mots dans un discours ou dans une lettre » (lettre 631 du 25 juin 1888). Ainsi, alors qu’il a installé son tréteau à Auvers-sur-Oise, il produit près de soixante-dix toiles en l’espace de soixante-huit jours. Gauguin en est impressionné.

Artiste médium, L’Art fantastique… entre vision et rébellion, Élisa Amaru et Odile Alleguede

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 18 Août 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Artiste médium, L’Art fantastique… entre vision et rébellion, Ed. TrajectoirE, juin 2014, 208 pages, 19 €

 

Voici un ouvrage très intéressant qui donne un bon panorama d’une forme de création insolite, parfois appelée spirite ou médium, souvent touchant à l’art brut, mais qui s’exprime aussi ou s’est exprimée chez des musiciens, comme Robert Schumann, des écrivains comme William Blake, Robert Desnos, et Fernando Pessoa dont peu connaissent le syndrome de multi-personnalités avéré et dont il a usé pour écrire des ouvrages fort différents sous différents noms, et puis des artistes qui par ailleurs ont vécu une vie très simple ou d’autres encore ayant connu la célébrité.

Art spirite, art brut, art fantastique, art visionnaire, autant de termes décrivant un domaine où la conscience laisse place à quelque chose de plus incontrôlable, aux prises avec des dimensions invisibles, souvent mystiques ou obsessionnelles, mais pas toujours imaginaires. Beaucoup de questions aujourd’hui encore restent sans réponse, tellement nous en savons peu finalement sur le cerveau et le psychisme humains quand il s’agit de pénétrer et comprendre des domaines considérés comme irrationnels.

Tu ne mourras pas, Bénédicte Heim, Edmond Baudoin

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 29 Mars 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits, Les Contrebandiers

Tu ne mourras pas, 128 pages, 25 € . Ecrivain(s): Bénédicte Heim, Edmond Baudoin Edition: Les Contrebandiers

 

La rencontre. Le choc. La stupeur. L’éblouissement. Le lâcher-prise, jamais entièrement quitté par les difficultés. L’amour.

Livre après livre, Bénédicte Heim relate, avec une infinie délicatesse et une infinie précision, et une ferveur ardente devenue phrases, ce moment où les âmes, entrant en contact, au mépris de toutes les convenances, de l’attendu, font advenir ce feu qui les embrase, et les fait fondre suffisamment, pour que naisse de ce contact une seule âme, sans que jamais les deux morceaux qui la composent se voient voler une part de leur identité, de leur singularité.

Et cette façon qu’ont les deux âmes de s’embrasser au point de ne pouvoir décoller, l’une de l’autre, leurs lèvres, est toujours liée à une déflagration de la douceur et de la découverte. Et de l’envolée sur place. Au plus profond de l’autre.

Dans mes yeux, Bastien Vivès

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mardi, 25 Mars 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Dans mes yeux, Bruxelles/Paris, KSTR, 2009, 133 p. 16 € . Ecrivain(s): Bastien Vivès

 

Cette BD est un coup de maître, plus précis que Le Goût du chlore, mais sans atteindre toutefois au magistral qu’est Polina.

Le lecteur est invité à être dans les yeux d’un garçon, qui rencontre une fille sur les bancs de la BU. Et qui, peu à peu, se rapproche d’elle. Au point d’être son amour.

Bastien Vivès, dont le travail est toujours intéressant, parvient, tout en brutalisant les codes narratifs de la BD traditionnelle, à brosser avec beaucoup de justesse, par petites touches sensibles, très colorées et floues, jouant sur les silences, sur l’implicite, ne tombant jamais dans le piège de l’explicitation, la psychologie d’une jeune femme ordinaire. C’est-à-dire extraordinaire, pour qui la sait voir.

En proie aux contradictions. En proie à la joie, à l’instant, au désir de sérieux. À la confiance et au doute. À l’insouciance. Et à la mélancolie.

Et c’est, en définitive, un parfum de tristesse qui, peu à peu, monte de ces pages.

Marcel Proust, Un amour de Swann, orné par Pierre Alechinsky

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Lundi, 17 Février 2014. , dans Arts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard

Marcel Proust, Un amour de Swann, orné par Pierre Alechinsky, 208 p. octobre 2013, 39 € . Ecrivain(s): Pierre Alechinsky Edition: Gallimard

 

Alechinsky* aime à épouser le mouvement immobile, – immobilité déployée –, d’un livre, par ses traits – incisifs, débridés, et ouverts sur un silence que rien ne saurait venir briser : celui du recueillement, de la prière qu’est tout sommeil véritable (le sommeil étant un repli de l’être, soudain miniaturisé – sans qu’il soit utile, pour cela, que le corps change de forme –, dans le cocon d’invisible qu’il garde reclus dans lui).

Il a ainsi « illustré » – ajoutant souvent eaux fortes – de très nombreux livres et plaquettes pour les éditions Fata Morgana. L’on retiendra notamment Oiseau ailé de lacs et Invention de la pudeur de Salah Stétié, Trois poèmes d’Alvaro de Campos de Pessoa, Mon voyage en Amérique de Cendrars, Fleur de cendres de Lokenath Bhattacharya, Plénièrement de Gracq, Le poète assassiné d’Apollinaire, Celle qui vient à pas légers de Jacques Réda, Vacillations de Cioran, Les rougets d’André Pieyre de Mandiargues, et Le carnet du chat sauvage de Charles-Albert Cingria. Sans oublier les très beaux – car très nus – ouvrages de Gérard Macé, où paraît une pensée, dans ses muscles non forcés.