Identification

Ecriture

Pomme et lard, par Alain Doucet

Ecrit par Alain Doucet , le Lundi, 30 Mai 2016. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

on cuisait du lard

on cuisait des pommes aussi

sur le réchaud

l’hiver

quand on faisait les marchés

comment pouvait-il faire

aussi froid !?

ma grand-mère coupait

des tranches de pomme

étalait du lard

sur cette petite poêle

tordue et cabossée

qui avait tant Vécu… comme ma grand-mère, que j’appelais

Bobonne (aussi un peu tordue & cabossée)

Jean et Jean-Pierre Giraudoux : le poème du Père et du Fils (26), Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 27 Mai 2016. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Dans vos palais

Imaginaires

 

(Chaque sentier

Même le plus humble

En était bordé)

 

Vous pesiez

La volupté de vivre

Et la méfiance de la vie

Point d’interoxclamation, par Khalid El Morabethi

Ecrit par Khalid El Morabethi , le Mercredi, 25 Mai 2016. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Un singe enrhumé touche le fond de la chose et devient lucide,

Il touche la chose mais ça sent le vide,

C’est vide,

C’est un sens déformé par l’usure, par son miroir, par ses rides,

C’est vide,

C’est fatiguant,

C’est répétitif,

C’est la mémoire qui regarde ces cernes sous ses yeux, quotidiennement,

C’est vide, c’est fatiguant mais faut s’occuper,

Déhiscence, par Nadia Agsous

Ecrit par Nadia Agsous , le Mardi, 24 Mai 2016. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Je suis née dans une mine d’or. Je suis issue d’une double culture. J’ai été conçue par un père qui descend de la montagne, portant jusqu’au bout les valeurs intransigeantes de la parole donnée et de l’honneur collectif. J’ai été portée, bercée, nourrie par une mère citadine, native de Bejaïa, veillant farouchement sur les us et traditions qui ont fait de cette ville un phare où une lumière douce et étincelante brille loin ; aussi loin que des hommes et des femmes ont voulu la porter.

J’ai grandi dans un environnement familial qui baignait dans une richesse linguistique qui, je reconnais aujourd’hui, a grandement contribué à m’inciter à appréhender le Monde dans sa richesse et sa diversité aussi bien humaine, culturelle que linguistique. Le kabyle, langue de mon père ; l’arabe bougiote, le parler de ma mère ; et entre les deux, est venu s’immiscer dans ma pratique linguistique, naturellement, le français, langue de mon identité à la fois revendicatrice et réconciliatrice ; cette langue qui creuse au fond de mon intériorité pour chanter haut et fort les mouvements de mes tempêtes, de mes accalmies, de mes joies, de mes frustrations, de mes espoirs, de ma croyance profonde en un Monde à la beauté à la fois farouche et généreuse. Plus tard, dans le cadre de ma scolarisation, mon univers linguistique s’est enrichi avec l’arabe littéraire et la langue anglaise.

Marche nocturne, par Alix Lerman Enriquez

Ecrit par Alix Lerman Enriquez , le Lundi, 23 Mai 2016. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Je marche sur le bitume écartelé

de la rue déjà roide de nuit.

Bitume quadrillé de silence,

écarquillé de noir, mal équarri.

 

Sous l’aridité des étoiles,

leur silence aussi,

je cherche en vain

des restes de rose

au parfum d’enfance oublié.