Identification

Ecriture

Journal des lisières tanka-suite # 17

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 20 Octobre 2014. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

le silence du merle

 

je rêve parfois

de rencontrer l’inconnue

fille de clarté

qui longtemps comme épigraphe

sur trois lignes se penchera

 

sauras-tu le lire

ce texte avant la pluie froide

de l’hiver venant

je ne m’envolerai pas

si ta voix ne me libère

Avignon

Ecrit par Thomas Chaline , le Vendredi, 17 Octobre 2014. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Des vignobles et des pierres

Des châteaux et des rivières

Des champs sortis de guerre

Des vignes en plein désert

 

Des poètes bombardés

N’ayant que des mots pour armée

Se débattant pour la paix

D’une France terrassée

J’étais à deux pas de la Ville Impériale (7/10)

Ecrit par Didier Ayres , le Jeudi, 16 Octobre 2014. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

Dans une salle des ventes

Moi, je ne suis pas concerné.

Tous les deux ?

C’est très différent de nous.

C’est donc si mystérieux.

Quatre fois pas an, juste un aller et retour à Portland, et parfois à la saison froide.

Grave ?

Non. Juste croire en quelque chose.

Mais c’est tout en désordre.

Ne dis rien, ne fais rien, n’écoute rien.

Elle est morte en 88.

L’homme qui parlait aux oiseaux (Nouvelle inédite)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mardi, 14 Octobre 2014. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Le vieux Wardell est assis sur la souche d’un chêne qu’il n’a pas connu. Pourtant, sur ce flanc du Plateau, il en connait des chênes. Cela fait plus de quarante ans qu’il vit ici, plus de quarante années où les mêmes nuages apparents surplombent la forêt, où la même fougue, la même lenteur agitent les ramures.

Et là comme chaque jour, comme une éternité peut-être, il parle aux oiseaux.

Les oiseaux, il ne les nomme pas. Seulement leur chant les désigne comme ceci, comme cela, ou comme autre chose.

D’abord sa vue, usée par la lumière, ne lui permet plus d’identifier les formes ; et puis les oiseaux, il n’a jamais su les reconnaître. Seulement les aimer.

Dès l’enfance, près de Montgomery, en Alabama, il sifflait comme un merle, disait son vieux père. Sa mère renchérissait en l’appelant Tilut’, deux des sons qui sortent de la gorge du passereau.

Journal des lisières tanka-suite # 16

Ecrit par Alhama Garcia , le Lundi, 13 Octobre 2014. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

vos écritures sont versatiles

 

du printemps dernier

il ne reste plus de feuilles

le vent et la pluie

les ont toutes emportées

– neuves d’avril pensez-y

 

au matin j’allume

un feu vif avec les restes

des papiers brouillon

ratures et repentirs

ne font que flammes rapides