Identification

Ecriture

Hommage à Baudelaire XIII.9 - Edgar et Charles (9), par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Jeudi, 22 Juin 2017. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

La dame rouge

La navette de police attend patiemment Edgar quand il rentre à Baltimore, et le retour à Jefferson Island va être délicat au vu de la météo capricieuse qui s’annonce. Des vents de plus de 90 km/h sont en action, et les deux policiers décident d’interrompre le retour. Ils donnent rendez-vous à Edgar le lendemain à la première heure. Ce dernier retourne au journal pour y passer la nuit, à défaut d’une belle chambre d’hôtel. Mais il se ravise rapidement, car la dame rouge devient son objectif : cette femme par sa prestance et son allure ne peut emmener ses clients que dans un hôtel digne de ce nom, suffisamment discret également, et cet hôtel il le connaît, du moins l’imagine. Il s’y rend en quelques minutes et le découvre au bout du port, dans une allée sans issue à laquelle on accède par un grand portail opaque. Il le franchit et suit le chemin qui conduit à la porte d’entrée, pavé et fleuri de chaque côté par des roses rouges ; une femme d’un certain âge l’interpelle sur le seuil, et lui propose une chambre. Dans cet hôtel, aussi classieux soit-il, les chambres sont louées à la journée, la nuit, ou à l’heure. Lorsqu’Edgar demande une chambre pour la nuit, l’hôtelière lui donne une clé, un numéro et un étage, accompagnés d’une demande de paiement immédiat. Edgar s’exécute et ajoute :

Passage des innocents, par Joëlle Petillot

Ecrit par Joelle Petillot , le Samedi, 17 Juin 2017. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

Rouler la pente en caillou jeté, se préserver de l’éclat pour arriver entière.

L’obscurité griffe la peau comme un lierre noir.

Mais une figure de rayons sourit, sa voilette de nuages chassée par un vent insoucieux, si haut qu’il ne ferait voler aucune feuille, aucune chevelure.

Il dévoile en toute impunité la belle inconnue du ciel, rêveuse dans son insoumission.

 

Les nuits ne se valent pas.

Chacune d’elle appelle un matin qui ne portera que son nom.

 

Les nocturnes cisaillent l’obscurité de leur note filée, ce cri si lourd de douleur que la peur humaine les crucifiait aux portes des églises.

Hommage à Baudelaire XIII.8 - Edgar et Charles (8), par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Vendredi, 16 Juin 2017. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

En quête de vérité

L’habitation se transforme avec la présence d’une deuxième femme qui s’installe petit à petit dans des commodités qui déplaisent fortement à Cigale. Cette dernière lui lance des regards transperçants qu’il vaut mieux éviter.

Edgar surprend alors cette inspectrice dans une toute autre allure que celle qu’il connaît depuis quelques jours, et s’en félicite. C’est une vraie femme qui se cache sous la tenue d’inspecteur de police, transformée dans ce costume marin léger, de couleur bleu et blanc avec marinière. Les cheveux longs et roux sont maintenus sur la nuque par un catogan de couleur blanche. Edgar en est très ému, et se demande si l’inspectrice n’entame pas une partie de séduction à son encontre. Il félicite la dame pour son élégance, mais remet les rôles à leur place, et n’oublie pas qu’il y a un ou plusieurs assassins qui gravitent dans son entourage.

Martin Eden, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Jeudi, 15 Juin 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

il roule de l’épaule au gré des bibelots

comme si tout son corps flottait au ras des eaux

boxeur-armoire-à-glace épris d’une apparence

il prise l’aventure et l’amour et la science

 

brillant autodidacte, il se force à l’étude

s’enivre de projets, contraint ses attitudes

mais la célébrité se refuse au novice

Ruth oublie son amour, Martin est au supplice

Hommage à Baudelaire XVIII - (Baudelaire à Calcutta - Histoire contrefactuelle), par Patrick Abraham

, le Mercredi, 14 Juin 2017. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

 

1) Comme nous l’apprennent ses notices biographiques, Baudelaire n’alla jamais en Inde, mais il en eut le projet. Ou plutôt sa mère et son beau-père, le futur sénateur et ambassadeur Aupick, conçurent ce projet, le Paquebot-des-Mers-du-Sud qui l’emportait loin de la France en juin 1841 ayant pour destination finale Calcutta. On peut rêver à ce que serait devenue son œuvre s’il était arrivé au terme de son voyage. Il y a dans Les Fleurs du Mal de nombreuses réminiscences travaillées des paysages de l’île Maurice et de l’île Bourbon où il débarqua en septembre et où il s’arrêta environ deux mois. Quelles plantes plus bizarres ou plus simples eussent éclos s’il avait poursuivi sa route ou si la fragile goélette avait pu repartir à temps ? Le recueil lui-même eût-il été édité ? Probablement. Encore que si Baudelaire fût parvenu à Calcutta et ne se fût pas contenté d’une visite superficielle de la ville déjà fourmillante ; s’il l’eût parcourue, en fût sorti et eût découvert en elle et en-dehors d’elle une Inde non anglaise, diurne et nocturne, si différente du Paris bourgeois ou bohème qu’il connaissait ; s’il eût fourni l’effort d’étudier le bengali ou l’hindoustani, de lire en traduction les deux grands poèmes épiques et de se rendre à Bénarès ou aux sources du Gange ;