Identification

Ecriture

Hommage à Baudelaire XVI - Paris, par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Mardi, 23 Mai 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Paris


il me semble à présent que la belle Paris

gît sous un édredon, privée

de son mari

le métropolitain glissait vers les abîmes

les pensers souterrains ruminaient leurs victimes

les pas perdus tonnant sur les lugubres dalles

répandaient par à-coups leurs douleurs capitales

Je regarde les choses se dégeler, Maria Augustina Hâncu

Ecrit par Maria Augustina Hâncu , le Lundi, 22 Mai 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Dans les yeux de ceux qui n’ont jamais connu la chaleur,

Ni su rester, ni partir

Au pays où seul le regard froid ouvre les portes :

La solitude est le foyer de l’être.

 

L’espace que je parcours devient blanc après le dégel,

Je cherche des yeux connus dans les spirales de fumée ;

Mais il n’existe pas d’amitié dans les pays gelés,

Où l’on vit sous contrôle d’état et de nos états d’âme.

Hommage à Baudelaire XIII (5) Les Aventures de… Edgar et Charles (5), Par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Mercredi, 17 Mai 2017. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

La disparition

Le soleil s’est levé plus tôt que d’habitude ce matin, l’habitation est en émoi et chacun se tient droit debout sur le perron Sud, jumelles en mains. Edgar et Andy scrutent l’horizon à la recherche du moindre signe de vie, sur mer et sur terre. Malheureusement, Charles n’étant pas réapparu, il faut désormais s’enquérir de l’avis voire de l’aide des autorités. Edgar dépêche Andy à cet effet, auprès de son amie inspectrice. Il espère la voir débarquer dans quelques heures, et se prépare à un récit qu’il n’aurait jamais voulu écrire.

En début d’après-midi, peu après le retour d’Andy, une navette côtière de la police arrive à quai, avec à son bord Katarina Kreber et deux de ses collaborateurs. Ils sont chaleureusement accueillis par la belle Cigale, qui a préparé une collation sur la terrasse, avec chocolat chaud, friandises exotiques et thé blanc de Chine. Edgar, en bon journaliste, dresse le tableau de l’arrivée de Charles, ses angoisses et ses peurs, sa disparition avec le canot depuis maintenant presque 24 heures.

Au choix du roi… La couleur des mots, par Mélanie Talcott

Ecrit par Mélanie Talcott , le Lundi, 15 Mai 2017. , dans Ecriture, La Une CED

 

Soliloque est-ce monologue ? Car parler seul n’est pas prononcer un interminable discours ! Jouer avec les mots… A moins que les mots ne finissent par se lasser eux-mêmes de leurs dérives imposées. Silence, alors ?… non celui de l’ennui, sinon celui du vide-plein. Soliloques, un mot bohême qui évoque les grelots qui décoraient autrefois les coiffes vertes des fous. Et pourquoi vertes ? Secret d’alchimie ! Vert élémental du bois et verdâtre, le fiel qui alimente de sourdes colères. Vert de la folie, des bouffons et des jongleurs, saltimbanques transgressifs et rebelles. Saturne qui perd sa course impassible. Vert de l’arbre qui abrite le ver du fruit dont le jus miroitera dans le verre et glissera vers la gorge d’une enfant qui n’aura jamais la chance de chausser les pantoufles de vair de cendrillon. Couleur proscrite au théâtre, semeuse d’échecs, qui habilla, dit-on, de son dernier éclat la mort de Molière en scène. Vert profond des émeraudes contre vert mousson de la terre. Mordoré celui du scarabée égyptien et fluorescent celui de Ganesh. Enivrant comme l’absinthe ou gris comme le mortel oxyde de cuivre. Jaunâtre profond nuancé de la coque de l’amande immature, celui de Véronèse et liturgique acidulé, celui des dimanches religieux ordinaires.

Hommage à Baudelaire XIII (4) - Les Aventures de… Edgar et Charles (4), par Alain Cuzon

Ecrit par Alain Cuzon , le Jeudi, 11 Mai 2017. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

Katarina Kreber

Le commissariat central de Baltimore s’apparente plus à une maison du peuple, fréquentée par une population hétéroclite et grouillante, qu’à un poste de police, dont on peut avoir une image très conventionnelle. Chacun s’y exprime en toute liberté, et les fonctionnaires de police rappellent les règles et usages d’une société qui se veut protectrice et sécuritaire pour ses citoyens. Dans cette ville en ébullition, la population augmente chaque jour sans discontinuité depuis quelques mois, et il est nécessaire d’émettre constamment des rappels à l’ordre.

Edgar frappe à la porte du bureau très feutré de l’inspectrice Kreber dont le nom apparaît sur la porte vitrée.

– Entrez ! lance-t-elle à l’homme qui lui serre la main à peine la porte refermée.

Il s’est habillé de manière très classique avec manteau et veston sombres sur pantalon de laine noir ; gants de cuir et canne en bois précieux agrémentent cette tenue très bourgeoise.