Identification

Poésie

Poèmes du visage derrière la fenêtre, Louis Raoul

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Samedi, 11 Juillet 2015. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Poèmes du visage derrière la fenêtre, Ed. de la Crypte, coll. Les voix de la Crypte, 2014 . Ecrivain(s): Louis Raoul

 

Dans les Poèmes du visage derrière la fenêtre, de Louis Raoul, domine l’élément eau, eau du ciel et des pluies de printemps, eau mouvante, transformatrice, eau qui meurt/ avec le souvenir d’une pierre d’enfance/ ou d’une grenouille de Bashô. La fenêtre ou la vitre, motif récurrent dans chaque poème, comme autant de reflets dans l’eau de ce visage en attente, celui du poète qui contemple depuis l’autre côté de la vitre, au matin ou le soir, d’une saison l’autre, perdu dans la chanson de l’air, dans l’attente, la solitude des jardins :

D’ici

Je vous devine

Femme à venir

vous n’avez d’enfant

que la parole

je vous devine

cachée sous l’orage

Je de l’Ego, Narration entaillée, Vincent Motard-Avargues

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Jeudi, 09 Juillet 2015. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Editions du Cygne

Je de l’Ego, Narration entaillée, mars 2015, 91 pages, 12 € . Ecrivain(s): Vincent Motard-Avargues Edition: Editions du Cygne

 

Narration entaillée, Je de l’Ego, l’image d’un radar en guise de première de couverture illustre heureusement le chant du cygne (nom de la maison qui a publié le livre) / le champ poétique ici livré par Vincent Motard-Avargues.

Des morceaux d’existence disloquée comme des rémanences rétiniennes sur/sous les paupières mi-closes d’une vie pour l’heure adossée / en arrêt / en sursis.

« La fête sauvage électronique bat son plein. Les basses fréquences font trembler le sable de cette forêt proche de l’océan.

Sous l’emprise d’un acide, Noé Vida ne peut plus bouger d’un cil.

Adossé à un pin, sa vie lui revient brutalement, par flashs syncopés, hachés. Ses multiples identités, ses Je sans moi ».

Et Noé Vida porte bien son nom.

Petite bibliothèque de Poésie contemporaine - De Guillevic à Jaccottet

Ecrit par Philippe Chauché , le Mardi, 07 Juillet 2015. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

Petite bibliothèque de Poésie contemporaine, de Guillevic à Jaccottet, Hors-Série Poésie Gallimard-Télérama, Coffret de 12 volumes, avril 2015, 30 € Edition: Gallimard

 

« et la mer fait à la terre un collier de silence, / la humant la paix sacrificielle / où s’enchevêtrent nos râles, immobile avec / d’étranges perles et de muets mûrissements / d’abysse… », Aimé Césaire.

Cette collection est une réjouissante aventure littéraire, née en mars 1966 sous la protection avisée de Robert Carlier (éditeur et amateur de dictionnaires) et d’Alain Jouffroy (poète, romancier, essayiste, scénariste et parfois comédien) et dirigée aujourd’hui par André Velter (éditeur précieux, écrivain voyageur et poète taurin). A son programme : des anthologies (La poésie lyrique du XII° et XIII° siècle, Le poème court japonais, Les Poètes du Tango), des éditions bilingues (La Comédie de Dante), ou encore des poètes par des écrivains (Machado avec Esteban, Claudel par Grosjean, Novarina dans l’oreille de Sollers). Cette Petite bibliothèque de Poésie contemporaine est un nouvel opus de cette encyclopédie en mouvement permanent. Une incursion légère, non dans l’essentiel de la poésie vivante, mais dans quelques éclats lumineusement mis en lumière par les éditeurs.

Le temps d’ici, Marilyse Leroux

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Vendredi, 03 Juillet 2015. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Le temps d’ici, Editions Rhubarbe, mars 2013 . Ecrivain(s): Marilyse Leroux

 

Marilyse Leroux est une poète ailée et zélée. Sa poésie nous entraîne, nous envole : tu entres au cœur de l’espace comme dans un nid où tu poserais tes ailes. L’ouverture du recueil en témoigne. Légère, elle est, légère elle nous veut. Au monde que l’on sait difficile, elle en substitue un autre que l’on peut découvrir, nous dit-elle, habitable. Ce monde qui n’est autre que celui de la poésie, on peut le faire sien, si on sait regarder. Marilyse nous invite ainsi à ouvrir les yeux sur ce monde vaporeux et fluide où se mêlent au bleu du ciel et de la mer, les couleurs du temps.

Elle n’hésite pas pour cela à convoquer le ciel, les oiseaux et les arbres, leurs rires clairs, leur langage vivant. Le ciel s’amuse, les arbres rieurs nous donnent à voir ce qu’elle ressent, nous unissent à son souffle, nous entraînent, pour que le poids de nos ombres sur la terre soit la balance du monde. Marilyse est dans sa poésie comme elle est dans la vie, ouverte à l’autre, disponible, sensible, en partage d’amitié et de poésie.

L’arbre de vie, Raphaël Mérindol

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Vendredi, 26 Juin 2015. , dans Poésie, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Arts, Cardère éditions

L’arbre de vie, juin 2013, 93 pages, 15 € . Ecrivain(s): Raphaël Mérindol Edition: Cardère éditions

 

L’arbre de vie de Raphaël Mérindol, illustré magnifiquement par Pierre Cayol, Christian Jauréguy, Jean-Pierre Peransin et Le Zhang, est un petit bijou et une louange, un véritable hymne dédié à l’arbre, l’arbre en nous, celui qui En tout lieu, […] a le singulier pouvoir de donner des nouvelles du silence et à tous les arbres, de toute espèce. Qu’ils soient de l’automne ou de l’hiver, sous leur cape de brume, ils sourient. Qu’ils soient cyprès au cœur pur, cèdre centenaire, platane, poirier (tant aimé de la mère) ou pin sylvestre, ils sont habité(s) d’amour et chaque jour le ciel renouvelle la garde-robe de sa cime ajourée. Toujours là, présent à nos silences, à nos deuils, à nos solitudes, prêt à nous consoler, prodige bienveillant qui porte nostalgie et espoir, l’arbre (de vie) continue nos espoirs, perpétue nos mémoires endeuillées.

Dans ce recueil de belle facture où la trame même est en majesté (celle de l’arbre), se déploie une écriture arborescente, tantôt en ramées dispersées, brèves et légères comme des haïkus accolés à la douceur des illustrations, tantôt en longs feuillages qui descendent vers le sol, déployant une prose qui s’abandonne et se confie. Et, là… soudain…