Identification

Essais

La Cause des vaches, Christian Laborde

Ecrit par Frédéric Aribit , le Mercredi, 04 Mai 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Les éditions du Rocher

La Cause des vaches, mai 2016, 144 pages, 15 € . Ecrivain(s): Christian Laborde Edition: Les éditions du Rocher

 

 

Il y a eu Alès, il y a eu Vigan. Et tout récemment, il y a eu Mauléon, au fin fond du Pays basque. Après Saint-Jean-Pied-de-Port, dépasser Bunus, où jouait il y a peu encore le Théâtre National des Pâturages, ce TNP local, puis franchir le col d’Osquich. C’est là pourtant, dans ce cliché du bonheur Bio possible, que les Vanderdendur de l’agrobusiness remplissent leurs portefeuilles (cuir premier choix, qualité veau pleine fleur).

Les Vanderdendur ? C’est le nom voltairien que Christian Laborde donne dans son nouveau pamphlet, La Cause des vaches, à tous « les voyous, les vauriens, les vandales », ceux qui ont tout pourri, tout saccagé, au mépris du paysan, « un type nourri au lolo de la terre et de l’eau, un gonze qui connaît le patois spongieux des limaces et reçoit sur son portable les textos du vent ».

Le Monde d’Hier, Stefan Zweig

Ecrit par Didier Smal , le Samedi, 30 Avril 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Langue allemande, Folio (Gallimard), En Vitrine

Le Monde d’Hier, avril 2016, trad. allemand Dominique Tassel, 592 pages, 7,70 € . Ecrivain(s): Stefan Zweig Edition: Folio (Gallimard)

 

 

Exilé au Brésil, à la veille de son suicide, Stefan Zweig (1881-1941) envoie à son éditeur un manuscrit qui ne contient pas tant ses mémoires que son témoignage sur les changements qu’a connus l’Europe depuis la fin du XIXe siècle, témoignage doublé d’une réflexion aiguë et pertinente sur ces changements : Le Monde d’Hier. Incidemment, ce livre peut aussi être lu comme un testament personnel à l’intention de tous (ce que Zweig veut laisser comme vision d’une Autriche et d’une Europe défuntes à un monde alors plongé en plein dans l’horreur de la Deuxième Guerre mondiale) et comme une explication à ce terrible geste ultime (Zweig, en tant que Juif désormais stigmatisé comme tel et apatride, ne trouve plus sa place, lui qui a dû abandonner plusieurs vies derrière lui, toutes celles qu’il a menées et celles qu’il a côtoyées).

Géants, toute l’histoire du basket-ball, Philippe Cazaban, Daniel Champsaur

Ecrit par Jean Durry , le Samedi, 30 Avril 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Histoire

Géants, toute l’histoire du basket-ball, Chroniques Editions, août 2015, 304 pages, 39 € . Ecrivain(s): Philippe Cazaban, Daniel Champsaur

 

En mai 2012, Chroniques Editions avaient signé un coup de maître avec la publication de Jours de Fête, ouvrage de référence sur l’histoire du Tour de France cycliste, signé de Françoise et Serge Laget – meneur de jeu –, Philippe Cazaban – déjà –, Gilles Montgermon. Dans cette même collection, après « XV L’incroyable Aventure du Rugby », « Jours de Foot » et précédant « Skateboard, de la rue à la rampe », voici donc « Géants, toute l’histoire du basket-ball ». C’est une nouvelle réussite d’une série novatrice, étayée sur une maquette grand format (32,5x24cm) imbriquant de manière spectaculaire une rare iconographie et des textes souvent originaux. En cinq chapitres, déroulant une chronologie de 125 années, de l’invention du jeu par James Naismith à l’automne 1891 jusqu’à nos jours, nous est proposé le parcours qui a conduit au Sport récemment popularisé par les exploits de Michael Jordan devenu star planétaire, et pour l’hexagone de Tony Parker emmenant l’équipe tricolore aux plus beaux succès.

Dictionnaire des mots manquants, Collectif dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mercredi, 27 Avril 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, En Vitrine, Editions Thierry Marchaisse

Dictionnaire des mots manquants, Collectif février 2016, 210 pages, 16,90 € . Ecrivain(s): Belinda Cannone et Christian Doumet Edition: Editions Thierry Marchaisse

 

Brillante, l’idée de cueillir ces mots qu’on n’a pas en magasin, pour définir – enfin, au moins, dire ou murmurer – ce qu’on voit, ressent, devine. Ce qu’on vit, en fait. Belle idée, pertinente, telle, qu’on se demande pourquoi ce « livre manquant », on ne l’a pas eu plus tôt en littérature.

Ils s’y sont mis à plusieurs – impensable qu’il n’en fût pas ainsi – dans ce dictionnaire sans « les mots pour le dire » ; des philosophes, quelques poètes, des écrivains, des humanistes, tous, et le tout du troupeau marchant dans ces lettres, tirets, guillemets, qui font notre bonheur de lire.

« Comment vous dire… », c’est une chanson un peu ancienne, et il y a de ça, dans l’allégresse, même grave, avec laquelle se fait ce voyage en creux, forcément, du sens.

Organisé fort habilement, par ordre alphabétique, comme dans un dictionnaire digne de ce nom, chaque séquence s’ouvre sur un dessin à 3 branches ; au cœur, le sens recherché, en regard, des approximations linguistiques, des parentés, plutôt ; comme une étrange équation proposée. Ainsi, et au hasard, ce « mégère » accompagné de Cendrillon, et de Folcoche…

Chronique des sentiments, tome I, Alexander Kluge

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Mardi, 26 Avril 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Langue allemande, Récits, P.O.L

Chronique des sentiments, tome I, traduit de l'allemand mars 2016, 1116 pages, 30 € . Ecrivain(s): Alexander Kluge Edition: P.O.L

 

Alexander Kluge fut l’élève d’Adorno avant de devenir avocat. Son maître philosophe estima qu’il lui serait impossible d’être écrivain et juriste. Il envoie le futur auteur mis d’abord sous tutelle, auprès de Fritz Lang. Adorno estimait que le cinéma lui passerait l’envie de littérature. Il fut l’assistant de Fritz Lang sur Le Tombeau hindou avant de commencer sa propre carrière. Auprès du maître – si maltraité en Allemagne – il apprend « ce qu’est un génie et comment on détruit son travail ».

Plus tard Alexander Kluge est un des signataires du Manifeste d’Oberhausen qui réforme le cinéma allemand et réinvente les outils de production. Il a réalisé de nombreux courts métrages et documentaires et dix longs métrages : Nouvelles de l’idéologie antique, Le complexe d’Allemagne, Fruits de la confiance. Néanmoins Kluge ne renonce pas à l’écriture même s’il a d’abord fait du cinéma, mais dit-il « comme on écrit des livres ». Quant à ces derniers, il les a créés – selon la formule de Peter Weiss – « avec les moyens de cinéma ».