Identification

Essais

Lettres sur la littérature (1937-1940), Walter Benjamin (2ème article)

Ecrit par Valérie Debieux , le Mercredi, 25 Mai 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Langue allemande, Editions Zoe

Lettres sur la littérature (1937-1940), traduit de l'allemand par Lukas Bärfuss mars 2016, 160 pages, CHF 24 . Ecrivain(s): Walter Benjamin Edition: Editions Zoe

« Le poids des morts grandit plus vite que la fierté des vainqueurs. Le tas des morts monte plus vite que le trophée. La victoire a beau grandir, elle ne réussit plus à rattraper les morts », Jules Romains.

Cette phrase de Jules Romains prend, en exergue de cette chronique consacrée à Walter Benjamin, toute sa signification si l’on songe que l’auteur des Hommes de bonne volonté « s’est très activement employé en faveur des intellectuels dans les camps » et qu’il a même intercédé en faveur de Walter Benjamin alors qu’il était enfermé, en juin 1940, au camp de Vernuche près de Nevers.

Walter Benjamin, né à Berlin en 1892, proche de Bertolt Brecht, Gershom Scholem et de Theodor Adorno, est à la fois écrivain, traducteur, critique littéraire et critique d’art et philosophe allemand, et a été l’une des figures principales de l’Institut de Recherche sociale (école de Francfort) sans jamais en avoir été membre, et a traduit notamment les œuvres de Balzac, Perse, Baudelaire et Proust. Il a émigré à Paris en 1933. Fuyant la persécution nazie contre les Juifs, il souhaite quitter la France pour les Etats-Unis en 1940, mais il mettra fin à ses jours à Port-Bou :

Epictète et Sénèque en Folio Sagesses

Ecrit par Didier Smal , le Lundi, 23 Mai 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Folio (Gallimard), En Vitrine

Edition: Folio (Gallimard)

De l’Attitude à prendre envers les tyrans, et autres textes, Epictète, Folio Sagesses, texte établi et traduit du grec ancien par Joseph Souilhé avec la collaboration d’Amand Jagu, mars 2016, 144 pages, 3,50 €

De la Constance du sage, suivi de De la Tranquillité de l’âme, Sénèque, Folio Sagesses, traduit du latin par Emile Bréhier et édité sous la direction de Pierre-Maxime Schuhl, mars 2016, 128 pages, 3,50 €

 

Ce sont deux petits livres, d’un peu plus de cent pages chacun, qui ne contiennent aucun discours à la mode, écrits par des penseurs morts depuis quasi deux mille ans ; deux petits livres qui pourraient passer à la trappe, entre un achat scolaire (pas trop long à se farcir, et si le prof de philo dit qu’il faut se le taper, on se le tape après avoir jeté un œil sur Wikipédia) et un recueil de pensée orientalisante à la mode ; deux petits livres vers lesquels retourner pourtant sans cesse, crayon à la main et âme au clair. Car au fond, il est vrai qu’on ne les pas a vraiment lus, ces deux petits livres, et qu’on ne les lira jamais : on les sirote plutôt, prenant une phrase là, un paragraphe ici, puis faisant sien le propos, le laissant mûrir lentement, jusqu’à ce que la vie nous en montre toute la justesse, ou toute la nécessité, c’est parfois pareil.

Carnet de notes, 2011-2015, Pierre Bergounioux

Ecrit par Philippe Leuckx , le Mercredi, 18 Mai 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, Livres décortiqués, La Une Livres, En Vitrine, Verdier

Carnet de notes, 2011-2015, février 2016, 1216 pages, 38 € . Ecrivain(s): Pierre Bergounioux Edition: Verdier

 

Cinq ans de journal littéraire, Bergounioux

Avant-dire :

Faut-il aimer les diaristes, Léautaud (chaque fois je me repais de ces chroniques entre chats et Paris), Green (que loue un autre diariste proche, Lucien Noullez), pour faire de leur vie, exposée là, en petits éclats de réalité, la nôtre.

Pendant près de 1216 pages, hautes et copieuses, j’ai suivi la vie au quotidien du professeur des Beaux Arts de Paris, du romancier, du critique commentant tant de livres, du père et fils de famille, qui a pour les siens un souci de protection quasi maniaque, du sculpteur modelant des figures africaines dans des reliefs de tôles…

Depuis 1980, Pierre Bergounioux (né en 1949) tient son journal, dans des « Carnet de notes », tous les jours. Ce n’est pas pléonasme : véritablement tous les jours, même ceux de malaise (et ils sont nombreux), même ceux de fête et d’enterrement.

Les plus belles fulgurances d’André Malraux, réunies par Sylvie Howlett

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 17 Mai 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Folio (Gallimard), En Vitrine

Les plus belles fulgurances d’André Malraux, avril 2016, illustrations Loïc Sécheresse, 150 pages, 7,70 € . Ecrivain(s): Sylvie Howlett Edition: Folio (Gallimard)

A l’occasion des 40 ans de la disparition de l’écrivain, les éditions Gallimard publient Les plus belles fulgurances d’André Malraux, un recueil de citations pertinemment réunies par Sylvie Howlett*, et illustrées avec vivacité et humour par Loïc Sécheresse.

Destinée à un vaste public, cette anthologie regroupant des extraits forcément coupés de leur contexte et tirés tant de son œuvre romanesque, de ses écrits sur l’art que de ses textes mémoriels, n’a pas bien sûr la prétention de vouloir rendre compte d’une œuvre monumentale et multiforme. Mais elle la parcourt en mettant brillamment en lumière les fulgurances d’une pensée et d’un style, tout en dégageant les thèmes malruciens prédominants, Sylvie Howlett réussissant à donner un aperçu des nombreuses facettes de cet homme et auteur atypique et souvent visionnaire.

Voyageur, aventurier, journaliste ou archéologue, engagé précoce aux côtés des républicains espagnols rejoignant tardivement la Résistance, esthète et philosophe, agnostique ayant le sens du sacré, de la transcendance, homme politique d’une intelligence corrosive et d’une grande culture, personnalité imaginative, extravagante, exaltée et même mythomane, André Malraux semble faire corps avec son écriture.

Les journalistes se slashent pour mourir, Lauren Malka

Ecrit par Laurent Bettoni , le Mardi, 17 Mai 2016. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits, Robert Laffont

Les journalistes se slashent pour mourir, avril 2016, 166 pages, 10 € . Ecrivain(s): Lauren Malka Edition: Robert Laffont

 

Lauren Malka inaugure la collection Nouvelles mythologies des éditions Robert Laffont, avec un essai sur la presse face au défi numérique, intitulé Les journalistes se slashent pour mourir. Cette référence au best-seller Les oiseaux se cachent pour mourir allie d’emblée le fond et la forme. Car ce texte, qui n’est pas censé en être, est de la fiction par bien des aspects. Il appartient à un genre appelé la non-fiction créative. Il ne s’agit pas d’un roman mais il est écrit comme un roman et en respecte le processus narratif.

Voilà une habile façon de nous plonger, sans perdre de temps, dès la lecture de son titre, au cœur de l’interrogation essentielle du livre : le journalisme, à l’ère 2.0, n’est-il devenu qu’un divertissement, que de l’entertainment, comme peut l’être un certain genre de littérature qui ratisse large ?

Pour répondre à cette question, Lauren Malka imagine un échange épistolaire entre un étudiant en journalisme et un historien du journalisme, dans lequel le premier expédie ses missives par voie électronique, tandis que le second lui répond par voie postale.