Identification

Essais

L’heure heureuse, Zakane

Ecrit par Germain Tramier , le Lundi, 20 Mars 2017. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres

L’heure heureuse, QaZaQ, 2015, 44 pages 2,49 € . Ecrivain(s): Zakane

 

Synthétiser le monde

Expérimenter le monde contemporain dans une synthèse des sens ; fuir la banalité, éprouver la désespérance ou l’extase. Une invitation à la poésie, au plein chant, au cri.

 

Zakane c’est un « farouche, vivant », un « clown triste […] artisan de parole », et ça se confirme au travers de son blog : des mots et des espaces (dont nous parlerons prochainement), un espace, une photographie, prolongé par ses textes, convié l’année dernière par Jan Doets à rejoindre sa maison d’édition numérique QAZAQ, L’heure heureuse est son premier recueil, un titre qui, à lui seul, introduit dans sa poétique : cette tentative d’engendrer des instants de lumière ou d’obscurité, au plus près des existences. Le poète est ici perçu comme un être à l’affût du présent, et la poésie comme la possibilité d’expérimenter le monde avec plus d’intensité.

Le Cimetière marin au boléro, un commentaire du poème de Paul Valéry, Michel Guérin

Ecrit par Pierre Windecker , le Jeudi, 16 Mars 2017. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Le Cimetière marin au boléro, un commentaire du poème de Paul Valéry, éd. Encre marine, janvier 2017, 160 pages, 19 € . Ecrivain(s): Michel Guérin

 

Le titre doit être entendu simplement « dans la langue des peintres » : « comme Vermeer a peint La Jeune fille à la perle ou Matisse un Intérieur au violon ». Aucune superposition à chercher, donc, entre le ballet de Ravel et le poème de Valéry, aucun échange sémantique, aucun commerce de contenus. Mais seulement l’essai, par le commentaire, de « les faire entendre ensemble », de « les mettre en situation de se faire écho en nous » (p.37-38). Cet écho tout simple susurre à l’oreille que le sens, dans le poème, advient par la musique et la danse, le rythme et le mouvement.

Mais ne nous y trompons pas : la modestie du rapprochement place en réalité la barre très haut. De quoi s’agit-il en effet ?

Certes, il s’agit de suivre de sizain en sizain Le Cimetière marin comme une véritable expérience poétique. C’est-à-dire comme une expérience de vivre, mais qui ne se traverse et ne s’accomplit que dans la fabrique (la « composition » dirait Valéry) d’un dire poétique.

La honte, Réflexions sur la littérature, Jean-Pierre Martin

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Mercredi, 15 Mars 2017. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Folio (Gallimard)

La honte, Réflexions sur la littérature, février 2017, 420 pages, 7,70 € . Ecrivain(s): Jean-Pierre Martin Edition: Folio (Gallimard)

 

La honte est un des grands moteurs de la création littéraire. Elle prend de multiples formes : personnelle ou sociale, historique ou politique. Parmi les textes plus connus sur ce thème, d’emblée reviennent les pages de Rousseau dans Les Confessions, ou Albert Cohen dans Solal, où les auteurs s’auto-flagellent (mais juste ce qu’il faut), et celles – bien différentes – d’Antelme, Semprun, Primo Levi, où ce sentiment s’empare paradoxalement des survivants selon un métabolisme biologique paradoxalement paradoxal. Il existe néanmoins une honte plus consubstantielle à la racine de l’écriture – chez Witold Gombrowicz par exemple.

Jean-Pierre Martin approfondit ce qu’il nomme ces « gouffres de déconsidération » qui nous rendent souvent si proches de ceux qui s’osent, se haussent ou s’abaissent à de tels aveux qui forcent (ou forceraient) à sortir de toutes poses. Le processus est complexe car il s’agit de surmonter le regard des autres (famille, société) et le sentiment intérieur qui oblige le plus souvent à n’oser sortir de ce qui invite au silence plus qu’à l’aveu. Ce sentiment peut devenir si paroxysmique qu’il arrive à un auteur de ne pas en survivre : chez Primo Levi ou encore Charlotte Delbo (que l’auteur ne cite pas).

Il se passe quelque chose, Jérôme Ferrari

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Samedi, 11 Mars 2017. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Flammarion

Il se passe quelque chose, mars 2017, 160 pages, 12 € . Ecrivain(s): Jérôme Ferrari Edition: Flammarion

 

Sous le titre Il se passe quelque chose, les éditions Flammarion publient fort opportunément les vingt-deux chroniques hebdomadaires que Jérôme Ferrari écrivit pour le journal La Croix après l’attentat contre Charlie Hebdo, et pendant près de six mois, du 27 janvier au 4 juillet 2016.

On entrait à l’époque dans une ère terrifiante où la peur et le ressentiment, l’intolérance et la haine, l’emportaient sur la raison, les media et la classe politique ne faisant qu’attiser plus ou moins délibérément ces passions. Et si cet auteur plutôt discret accepta de s’exprimer publiquement, c’est que « pour la première fois depuis bien longtemps » il se sentait à nouveau « douloureusement concerné par des questions politiques » :

« Se taire quand on a le privilège, mérité ou pas, de pouvoir s’exprimer, devient une faute ; plus qu’une faute même : une obscénité ».

Gouverner au nom d’Allah, Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe, Boualem Sansal

Ecrit par Patryck Froissart , le Mardi, 07 Mars 2017. , dans Essais, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Maghreb, Folio (Gallimard), Histoire

Gouverner au nom d’Allah, Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe, novembre 2016, 182 pages, 5,90 € . Ecrivain(s): Boualem Sansal Edition: Folio (Gallimard)

 

Algérien, Boualem Sanlal consacre le premier chapitre de cette étude historico-sociologique à montrer comment « des prédicateurs discrets », pour la plupart des Frères Musulmans censurés dans leur propre pays, mais aussi des wahhabites « diligentés par l’Arabie Saoudite » se sont glissés, à la faveur d’un renouveau nationaliste et d’un sentiment général anti-occidental, dans toutes les couches d’une société algérienne en pleine reconstruction.

L’auteur donne ensuite une vue d’ensemble détaillée de l’Islam et du monde musulman, permettant au lecteur d’y voir un peu plus clair dans la définition des termes dont usent et abusent souvent sans discernement les médias d’une part et tout un chacun voulant aborder ce sujet complexe d’autre part.

Qu’est-ce qui différencie le musulman « ordinaire » du fondamentaliste, ce dernier de l’intégriste, du salafiste, du djihadiste ? Quand parler d’islamisme, de fondamentalisme, d’intégrisme, de salafisme, d’islam politique, d’islam radical ?