Identification

Polars

Deep Winter, Samuel W. Gailey

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 26 Septembre 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Gallmeister, La rentrée littéraire

Deep Winter, traduit de l’anglais (USA) par Laura Derajinski, août 2014, 316 p. 23,40 € . Ecrivain(s): Samuel W. Gailey Edition: Gallmeister

 

Wyalusing est une petite ville perdue de Pennsylvanie. C’est là que vit Danny, attardé depuis un tragique accident qui a vu ses parents mourir alors qu’il était encore enfant. Dans cette petite communauté rurale, Danny est l’idiot du village, brave colosse désarmant de gentillesse mais moqué par la plupart des habitants. Une des seules personnes à le traiter correctement est Mindy, la serveuse du dinner qui partage avec lui sa date d’anniversaire. Justement, c’est le jour de son anniversaire que Danny décide de rejoindre Mindy pour lui offrir un cadeau. Et c’est là qu’il va tomber sur Sokowski, l’adjoint du shérif, veule et cruel, qui vient de tuer Mindy et qui voit en Danny un parfait coupable. En cette nuit d’hiver, entraîné dans un engrenage de violence, Danny va tenter d’échapper à ceux qui voudraient le voir mort, et de prouver son innocence.

Deep Winter, c’est incontestable, est un roman mené avec efficacité. Du genre que l’on peine à lâcher tant on désire voir quelle tournure vont prendre les événements et si le héros va réussir, malgré ses moyens limités, à s’en sortir alors qu’il est devenu pour une grande partie de la communauté l’homme à abattre. C’est avec un sens consommé du cliffhanger de fin de chapitre et une écriture que l’on qualifiera d’efficace – faute d’être remarquable – que Samuel Gailey, qui a fait ses armes au cinéma et à la télévision, fait avancer son intrigue.

Trouver une victime, Ross Macdonald

Ecrit par Yan Lespoux , le Jeudi, 18 Septembre 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Gallmeister

Trouver une victime (Find a Victim) traduit de l’anglais (USA) par Jacques Mailhos, juin 2014, 288 p. 10,50 € . Ecrivain(s): Ross McDonald Edition: Gallmeister

 

Le travail continue pour les éditions Gallmeister et le traducteur Jacques Mailhos embarqués dans la nouvelle édition des dix-huit enquêtes de Lew Archer.

Cinquième roman de la série, Trouver une victime propulse le détective privé dans une bourgade de Californie du Sud, Las Cruces, où, alors qu’il ne fait que passer, Archer trouve sur le bord de la route un homme blessé par balle qui ne tarde pas à passer l’arme à gauche. Coincé là pour les besoins de l’enquête, Lew Archer découvre que la victime, Tony Aquista, était chauffeur de camion pour Meyer, un notable local, et qu’il s’est fait dérober un chargement d’alcool. C’est donc naturellement que le détective propose à Meyer ses services pour retrouver la cargaison et, accessoirement, la fille de l’entrepreneur qui semble s’être volatilisée au même moment.

Comme de coutume, Archer se trouve donc obligé de mettre son nez dans une affaire qui, si elle tient du crime crapuleux, est aussi une affaire de famille. Et, comme toujours, il va peu à peu mettre au jour quelques secrets enfouis et des situations extrêmement ambigües dont le titre du roman se fait l’écho. Car chaque avancée de Lew Archer dans son enquête le mène à découvrir un nouveau coupable putatif en même temps que des victimes possibles.

Ghosting, Kirby Gann

Ecrit par Yan Lespoux , le Samedi, 13 Septembre 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Seuil

Ghosting (Ghosting) traduit de l’anglais (USA) par Jean Esch, avril 2014, 372 pages, 21,50 € . Ecrivain(s): Kirby Gann Edition: Seuil

 

De Frank Bill à Benjamin Whitmer, en passant bien entendu par Daniel Woodrell ou Donald Ray Pollock, le noir américain nous offre depuis quelques années une autre vision de l’Amérique profonde. Après les alcooliques, parfois un peu toxicos et autres malades mentaux, de Larry Brown, Harry Crews ou James Ross, sont ainsi arrivés les rednecks et white trash carburant à la méthamphétamine, les parrains locaux régnant sur des trafics et des communautés perdus du fin fond des grands États-Unis d’Amérique.

C’est dans cette nouvelle vague que vient s’inscrire Kirby Gann en amenant le lecteur dans un comté paumé du Kentucky, dont une bonne partie de la population ne doit sa survie qu’à la vente d’herbe et de quelques substances plus corsées. Là, depuis des générations, les habitants du bord du lac – plus un cloaque qu’un plan d’eau touristique – vivent d’expédients et de trafics divers. À l’alcool de contrebande qui a longtemps inondé ce « comté sec » ont donc succédé les stupéfiants sous la coupe de Mister Greuel et de ses hommes.

Dernière récolte, Attica Locke

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 10 Septembre 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Série Noire (Gallimard)

Dernière récolte (The Cutting Season), traduit de l’anglais (USA) par Clément Baude, mai 2014, 416 p. 22,50 € . Ecrivain(s): Attica Locke Edition: Série Noire (Gallimard)

 

Marée Noire, premier roman remarqué d’Attica Locke, laissait entrevoir de belles qualités chez cette jeune auteure – en particulier dans ses évocations de la lutte en faveur des droits civiques des Noirs aux États-Unis – mais souffrait par ailleurs de défauts patents, notamment une intrigue pour le moins confuse. C’est donc avec curiosité que l’on attendait ce deuxième livre, histoire de meurtre dans une plantation de Louisiane devenue musée et dans laquelle, une fois encore, Attica Locke entend faire entrer le présent en résonnance avec le passé.

En effet, Caren Gray, héroïne de cette Dernière récolte, descendante d’esclaves attachés à la plantation Belle Vie, revenue en ces lieux afin de les gérer pour la famille Clancy, se trouve confrontée au meurtre d’une immigrée clandestine employée dans les champs de canne à sucre loués par une grande entreprise sucrière autour de Belle Vie. Alors que la police cherche le coupable idéal, Caren soulève peu à peu un voile derrière lequel se bousculent bien des souvenirs enfouis et une histoire beaucoup moins lisse que celle que présente la troupe d’acteurs de la plantation dans son spectacle destiné aux touristes.

Aux animaux la guerre, Nicolas Mathieu

Ecrit par Yan Lespoux , le Jeudi, 04 Septembre 2014. , dans Polars, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Actes Noirs (Actes Sud)

Aux animaux la guerre, mars 2014, 368 pages, 22,50 € . Ecrivain(s): Nicolas Mathieu Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

 

L’usine, c’est à la fois un carcan au quotidien et la possibilité d’une certaine émancipation par le biais de la solidarité et du rapport de force, comme l’a découvert Martel, le syndicaliste du site vosgien de Velocia sous-traitant en équipement automobile.

« L’usine, c’était comme le reste, beaucoup d’efforts et pas grand-chose à faire pour inverser le cours des choses. Et là, au beau milieu, ce point de fixation, cet espace où la guerre était possible. Sans doute pas à armes égales, mais où des résistances s’organisaient, où les patrons se sentaient menacés, prenaient des soufflantes à leur tour. Et cette chose toute nouvelle, abstraite et brutale, d’une force inimaginable : le droit. Il suffisait d’en connaître un bout et les volontés adverses se brisaient net. Martel venait de découvrir les rapports de force. Avec deux articles du code du travail, on érigeait des murs, on emmerdait le monde, c’était magnifique ».