Identification

En Vitrine

Bouquet de bouquins, Fêtes 2015

Ecrit par La Rédaction , le Dimanche, 20 Décembre 2015. , dans En Vitrine, Les Livres, La Une Livres

 

Les rédactrices et rédacteurs de la Cause Littéraire vous proposent un large choix de leurs livres préférés en 2015. Offrez des livres pour les fêtes, votre librairie (indépendante) vous attend !


Nadia Agsous : Cahier Henri Pierre Roché, dirigé par Catherine du Toit et Xavier Rockenstrocly, (Les Cahiers de l'Herne)

Odile Alleguede : Les Processus de guérison, Djohar Si Ahmed (Dangles)

Elisa Amaru : Rimbaud à la lumière de la peinture moderne (Diane de Selliers Editeur)

Theo Ananissoh : L’Homme-Tigre, Eka Kurniawan (Ed. Sabine Wespieser)

Frédéric Aribit : Ne joue pas fort, joue loin, Aldo Romano (Editions des Equateurs)

Benoît Artige : Farigoule Bastard, Vincent Benoit (Le Nouvel Attila)

Didier Ayres : L’œuvre poétique, Hart Crane (Arfuyen)

Avi Barack : Péchés capitaux (Flammarion)

Didier Bazy : Lettres et autres textes, Gilles Deleuze, édition dirigée par D. Lapoujade (Ed. de Minuit)

Une Antigone à Kandahar, Joydeep Roy-Bhattacharya

Ecrit par Mélanie Talcott , le Samedi, 12 Décembre 2015. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Asie, Roman, Gallimard

Une Antigone à Kandahar, août 2015, trad. anglais (Inde) par Antoine Bargel, 368 pages, 21,50 € . Ecrivain(s): Joydeep Roy-Bhattacharya Edition: Gallimard

 

Nizâm… Un prénom de fille et de garçon qui en persan signifie harmonie.

Une silhouette bleu pastel immobile, un mirage contre le brun grisâtre du sol, une chaleur diurne qui épuise les corps et torréfie les esprits, un froid nocturne polaire qui empêche le sommeil, un ciel pailleté de tant d’étoiles qu’il suffit de se pencher pour les ramasser, l’aube qui naît plombée d’une brume maculée de poussière, le vent qui zèbre la terre à grands coups de fouet, l’air qui sent le soufre, des montagnes imposantes, le désert qui se cache dans les ombres et la poussière, partout. Quelque part en Afghanistan. La mort joue avec les nerfs des hommes, soldats américains contre Talibans. Les corbeaux et les vautours se disputent leurs dépouilles. Le temps se dissout dans une attente hantée par le spectre de la mort. Un poste avancé de l’armée américaine, une guerre qui n’en finit plus, une guerre qui abîme les cerveaux, détruit les cœurs et transforme les hommes en machines à tuer. Et le silence qui renvoie chacun à sa propre solitude et à ses doutes. Dans la nuit afghane, à la musique de Nizâm, juchée sur ses deux moignons, ancrée sur une charrette, ses deux bras comme des rames depuis son village lointain rayé du monde par un bombardement qui a emporté toute sa famille, répond en eux la nostalgie de l’exil et le désespoir de leur inutilité.

Mon bel orage, Héloïse Combes

Ecrit par Arnaud Genon , le Vendredi, 11 Décembre 2015. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Mon bel orage, éd. de la Rémanence, coll. Regards, octobre 2015, 104 pages, 14 € . Ecrivain(s): Héloïse Combes

 

Lella a quatorze ans, elle est en troisième. Avec ses amis, Margot, les jumeaux Jules et Julien, elle mène la vie de beaucoup d’adolescents désabusés, entre cigarettes et verres de vin, cours soporifiques et ennui chronique. Rien ne semble devoir arriver en ce mois de novembre… Les jours se ressemblent, lugubres, pluvieux. Mais lors d’un cours de dessin, la collégienne plonge dans le regard de son professeur, Marius Gracq, cet enseignant qu’elle avait vu tant de fois, cet adulte parmi les autres adultes de l’établissement. Un quinquagénaire banal. De ce regard naît d’abord un trouble, puis une passion interdite.

Ils se retrouvent alors régulièrement dans l’atelier de la salle du professeur. Lui peint des paysages « zébrés de grands traits noirs façon Bernard Buffet ». Elle le regarde, l’observe. Ils parlent peu, ils sont ensemble, c’est tout, ils boivent du vin, fument des cigarettes : « Peu de paroles. Son corps assis près du mien, si près que j’entendais son souffle, le glouglou des gorgées de vin traversant son gosier, mon souffle à moi comme suspendu, mon gosier étranglé à chaque gorgée ». Elle attend plus, mais lui s’y refuse. Il lui offre quelques échappées, des balades dans la campagne lors desquelles il évoque sa passion pour la Renaissance italienne. Elle l’écoute et s’éveille à elle-même.

L’Etrange Bibliothèque, Haruki Murakami

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Jeudi, 10 Décembre 2015. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Belfond, Japon

L’Etrange Bibliothèque, novembre 2015, illustrations Kat Menschik, traduit du japonais par Hélène Morita, 72 pages, 17 € . Ecrivain(s): Haruki Murakami Edition: Belfond

Haruki Murakami, une lueur dans l’ombre, virevoltant au vent solaire de nos pensées, un passeur d’entre les Mondes…

Dans l’intrigue de son nouveau roman paru aux éditions Belfond, L’Etrange Bibliothèque, un jeune garçon se rend à la bibliothèque municipale pour déposer un ouvrage, emprunter de vieux livres sur le système fiscal, le journal d’un percepteur, les révoltes fiscales dans l’empire ottoman et leur répression. La bibliothèque semble plus silencieuse que d’ordinaire. L’employé lui indique alors que pour les ouvrages rares, il doit se rendre à la salle 107. Dans une salle qu’il ne connaissait pas, il y avait assis, un vieil homme chauve et portant des lunettes aux verres épais : « Le tableau évoquait une montagne après un violent incendie de forêt ».

Seulement ces livres ne peuvent être consultés que sur place. Aux longs sourcils du vieil homme qui se rapprochaient au point de n’en faire qu’un, le jeune garçon va comprendre qu’il serait bien délicat de ne pas suivre la proposition de cet énigmatique vieillard, jusqu’à la salle de lecture et ce malgré l’heure de fermeture qui s’annonce. Mais qui est donc ce mystérieux personnage qui s’apprête à le mener par les méandres d’un labyrinthe sans fin et dans ce qui ressemble bien à une prison ?

Présence de la mort, Charles Ferdinand Ramuz

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mercredi, 09 Décembre 2015. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Présence de la mort, Ed. de l’aire, 2009, 160 pages . Ecrivain(s): Charles Ferdinand Ramuz

 

Voilà un titre qui peut résonner bien étrangement au lendemain du 14 novembre 2015. Un livre dont le contenu est aussi en forte résonance avec la prochaine tenue (au moment où s’écrit cette chronique) d’un sommet international sur le climat à Paris, la COP21.

En 1922, alors qu’il a 44 ans, l’écrivain suisse Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947) imagine en effet un récit allégorique qui préfigure d’une certaine façon tout un courant littéraire qui manifestera quelques décennies plus tard une inquiétude prophétique pour notre monde en multipliant les imaginaires apocalyptiques et post-apocalyptiques face aux dérives guerrières ou écologiques qui caractérisent le XXe siècle et ce XXIe balbutiant et déjà tragiquement bégayant. Au départ une anomalie, une rupture dans l’équilibre du monde qui précipite la terre vers le soleil, entraînant un réchauffement sans précédent du climat. Ce qui n’était alors qu’un imaginaire relevant des fantaisies à la Jules Verne ou à la George H. Wells est devenu aujourd’hui une réalité bien trop concrète et palpable aujourd’hui, un processus dont on ne sait plus si on pourra seulement l’arrêter à temps. Sur les fondements scientifiques de la catastrophe, l’auteur ne s’attarde guère, préférant se centrer sur ce qui se passe alors entre les hommes, dans les villages si paisibles qui bordent le lac Léman dont Ramuz a si souvent célébré la beauté dans son œuvre. Et l’allégorie devient alors encore plus inquiétante…