Identification

En Vitrine

Churchill, Manitoba, Anthony Poiraudeau

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 14 Novembre 2017. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Récits, Inculte

Churchill, Manitoba, octobre 2017, 160 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Anthony Poiraudeau Edition: Inculte

 

 

Dès son premier livre, Projet El Pocero (Inculte, 2013), un brillant récit autour d’une ville fantôme de la crise espagnole, Anthony Poiraudeau s’inscrivit dans la mouvance des écrivains-géographes. Non que, comme Julien Gracq ou son contemporain Emmanuel Ruben – qui dans son intervention lors d’une rencontre organisée par la SGDL en mai 2016 l’y incluait déjà –, il allie nécessairement une formation géographique à sa pratique littéraire, mais parce qu’à l’instar de nombreux auteurs actuels « pour lesquels les lieux, les paysages, ont une importance primordiale », il se situe « aux lisières du roman » et fait surgir « toutes les dimensions de l’imaginaire d’une exploration-description minutieuse des lieux ». Une écriture des lieux expérimentés tant dans leur réalité brute que dans leur perception émotionnelle et leur charge existentielle.

Un élément perturbateur, Olivier Chantraine

Ecrit par Cathy Garcia , le Mardi, 14 Novembre 2017. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Gallimard

Un élément perturbateur, août 2017, 288 pages, 20 € . Ecrivain(s): Olivier Chantraine Edition: Gallimard

 

On finit par s’attacher à ce personnage, ce Serge Horowitz qui à 44 ans vit toujours chez sa sœur Anièce, elle aussi célibataire et qui semble vouée à demeurer pour lui et ce, sans qu’il ne se questionne à ce sujet, une mère de substitution. Serge Horowitz, hypocondriaque, a le goût des vitamines et de la prévention en matière de santé, la pharmacie est un son jardin d’Éden :

« À condition d’être capable d’écouter un minimum son corps, n’importe quelle personne a priori bien portante est à même de ressortir de là rassurée, un léger sourire aux lèvres, une babiole nichée au creux d’un sachet en papier orné d’un fascinant logo de serpent buvant dans une coupe ».

Et il n’imagine rien de meilleur que la simplicité et la facilité de son train-train quotidien, sans se risquer plus avec le monde extérieur et les relations humaines, que le minimum obligé. Et ce minimum obligé passe par le fait d’avoir un travail.

Serge a un autre frère, François, et c’est grâce à ce frère, Ministre des Finances aux dents longues, qu’il a un emploi sans avoir besoin de s’engager, de s’impliquer plus que ça. Ça tombe bien parce qu’en vérité Serge le trouve détestable et ennuyeux ce travail, même s’il est capable d’être un bon analyste, trop bon justement.

A propos de L’Enfant de l’œuf, Amin Zaoui, par Fawaz Hussain

Ecrit par Fawaz Hussain , le Mardi, 14 Novembre 2017. , dans En Vitrine, Les Chroniques, La Une CED

L’Enfant de l’œuf, Amin Zaoui, Le Serpent à Plumes, septembre 2017, 202 pages, 18 €

 

Amin Zaoui, un hymne à la liberté

Le ton à la fois tendre et moqueur est donné dès les premiers aboiements du narrateur, un quadrupède au nom de Harys. Ce chien se dit heureux comme un prince et on le croit sur jappement, pardon, sur parole. Il partage le quotidien de son maître Mouloud dans un petit appartement bourré de livres et ouvrant sur la baie d’Alger, un luxe qui n’est pas donné à tout le monde ou à la portée de toutes les bourses. Et puis, Harys ne se prend pas pour un chien lambda, il n’est pas tombé de la dernière pluie. Il est le descendant de Qitmir, le chien accompagnateur des Sept Dormants dont l’histoire est relatée dans le Coran. Il n’a rien à envier à son ancêtre « confortablement établi au Paradis ». A pied ou assis sur le siège arrière de la voiture de son maître, dragueur invétéré, il coule des jours heureux. C’est plutôt son maître qui  s’embourbe dans des problèmes à n’en plus finir et dès les premières lignes de cette aventure polyphonique.

Paris-Austerlitz, Rafael Chirbes

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 10 Novembre 2017. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Espagne, Rivages

Paris-Austerlitz, octobre 2017, trad. espagnol Denise Laroutis, 180 pages, 20 € . Ecrivain(s): Rafael Chirbes Edition: Rivages

 

L’écriture a quelque chose du supplice de Tantale.

Rafael Chirbes (Télérama, 2009)

 

L’espace diégétique est résumé en une phrase : « Paris, c’est comme ça, chacun pour soi », l’explication franche de la pyramide des inégalités sociales au sommet de laquelle, bien logés, pleins de ratiocinations, les nantis se pavanent, écrasant en bas « des poches de misère ». Les échos de la capitale résonnent, souffrances comparables à celles que subit l’homme solitaire et étranger dans l’appartement du Locataire filmé par Polanski. Le « je », l’instance énonciatrice, parle à l’imparfait. Les lieux sont glauques, l’ambiance pessimiste, des ombres perdues rencontrent d’autres ombres fantomatiques. Les attitudes restent codées entre « le mec qui parlait une langue apprise au lycée français de Madrid (…), le groupe des petits caïds (…) l’indic de la police et le journaliste ».

Par le vent pleuré, Ron Rash

Ecrit par André Angot , le Mercredi, 08 Novembre 2017. , dans En Vitrine, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Seuil

Par le vent pleuré, août 2017, trad. anglais (USA) Isabelle Reinharez, 208 pages, 19,50 € . Ecrivain(s): Ron Rash Edition: Seuil

 

La découverte macabre d’ossements humains au bord d’une petite rivière bordant un bourg des Appalaches va être l’occasion pour Eugène Matney, écrivain raté noyant les ruines de sa vie personnelle dans les brumes de l’alcool, de replonger dans un douloureux passé.

50 ans auparavant, au cours de l’été, Eugène et son frère lors d’une banale partie de pêche vont voir leurs vies bouleversées par une ondine surgissant des flots : Ligeia Mosely, sirène sexuelle, éclaireuse d’un monde nouveau, symbole d’une révolution qui va marquer leurs destins.

Dans ce court roman, proche de la « novella », Ron Rash se sert de la structure du polar pour revenir sur ses thèmes de prédilection.

Une fois de plus l’eau, comme dans les légendes celtiques qui lui sont chères, est associée à la mort.

De sa voix singulière et cynique, il joue avec l’intensité dramatique pour croquer le portrait d’homme pris dans le piège d’une existence vouée à la solitude infinie et le chagrin le plus implacable.