Identification

Livres décortiqués

La Boîte aux lettres du cimetière, Serge Pey

Ecrit par Claire Mazaleyrat , le Mardi, 01 Juillet 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Nouvelles, Récits, Zulma

La Boîte aux lettres du cimetière, mai 2014, 208 pages, 17 € . Ecrivain(s): Serge Pey Edition: Zulma

 

 

Leçons d’enfance


Le premier recueil de nouvelles du poète et plasticien Serge Pey, paru en 2011, s’intitulait Le Trésor de la guerre d’Espagne, et mêlait des récits de l’enfance toulousaine de l’auteur à ses souvenirs de l’Espagne républicaine d’avant l’exil familial. Trois ans plus tard, les trente récits du recueil La Boîte aux lettres du cimetière s’ordonnent plutôt autour de l’ancienne porcherie devenue école où le père du narrateur enseigne les rudiments de l’insoumission et de la poésie à une poignée d’enfants, malgré des incursions dans un passé plus récent ou l’histoire espagnole ancienne de la famille Pey.

Dire non, Edwy Plenel

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Vendredi, 27 Juin 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Essais, La Une Livres

Dire non, Ed. Don Quichotte, mars 2014, 168 pages, 14 € . Ecrivain(s): Edwy Plenel

 

Le dernier livre d’Edwy Plenel, Dire non, est dédié à Stéphane Hessel qui fut membre de la société des Amis de Mediapart. Pour étayer son propos, l’auteur s’appuie sur des auteurs de référence : anthropologues, sociologues, philosophes, politiques, écrivains, poètes. Citons entre autres : Plutarque, Étienne de la Boétie, Antonio Gramsci, Hannah Arendt, Arthur Rimbaud, René Char, Aimé Césaire, Albert Camus, Frantz Fanon, Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Pierre Mendès France, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

 

Où s’origine le fait qu’un sujet est porté à consacrer sa vie à devenir un  lanceur d’alerte ?

Ce n’est pas le premier livre dans lequel Edwy Plenel lance un cri d’alarme. Ce n’est pas la première fois qu’il écrit un pamphlet virulent contre le pouvoir présidentiel. Quand il se lançait dans une diatribe amère contre la présidence de Nicolas Sarkozy, on comprenait, beaucoup acquiesçaient. Mais quand il critique la présidence de la gauche, on peut être plus mal à l’aise, surtout au regard des abstentions aux européennes.

Raymond Aubrac, Résister, reconstruire, transmettre, Pascal Convert

Ecrit par Vincent Robin , le Mardi, 17 Juin 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Essais, La Une Livres, Seuil, Histoire

Raymond Aubrac, Résister, reconstruire, transmettre, mai 2014, 710 pages, 25 € . Ecrivain(s): Pascal Convert Edition: Seuil

 

Parmi les gens illustres qui disparaissent, selon une loi de l’extinction hélas sans remède y compris pour eux, en quantité réduite se dénombrent les individus élevés à la célébrité par leur qualité d’esprit et leur marquante philanthropie. Ils sont assurément alors ceux dont le bilan d’existence laisse apparaître une assez visible concordance entre adhésion philosophique déclarée et comportement courant.

Sous ce rapport, « cent ans d’exactitude » pourraient ainsi labéliser l’étonnante biographie de celui dont il sera question ici, qui traversa de part en part le tumultueux siècle dernier des deux guerres mondiales, mais avec un singulier talent d’homme du savoir et du devoir humanistes. Emporté il y a deux ans par son âge avancé (98 ans), le combattant-résistant, ingénieur et diplomate Raymond Aubrac se sera en effet distingué sa vie durant dans cet art de la cohérence éprouvé par la traversée du temps, aussi en dépit d’infortunés dénigrements dont il aura été la cible jusqu’au soir de son expérience.

L’identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Vendredi, 04 Avril 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Stock

L’identité malheureuse, octobre 2013, 240 pages, 19,50 € . Ecrivain(s): Alain Finkielkraut Edition: Stock

 

Il faut lire le dernier ouvrage d’Alain Finkielkraut, L’identité malheureuse, paru aux éditions Stock en octobre 2013. Son parti pris est, que pour se faire une opinion personnelle, on a besoin d’être éclairé par d’autres et de prendre le temps de la réflexion pour problématiser le monde.

Alain Finkielkraut centre sa réflexion sur l’évolution du concept « d’identité » tel qu’il est envisagé en France aujourd’hui. Il apporte une vision toute personnelle en passant constamment de son histoire singulière où il dit « je » à une vision collective où il utilise le « nous » et le « on ».

Pour affermir sa démonstration, il cite des auteurs fondamentaux de la mémoire française, des auteurs étrangers, des auteurs d’origine juive, des auteurs de l’exil : Mandelstam, E. Badinter, Kant, Hegel, Lévi-Strauss, Goethe, Péguy, Levinas, Kundera, Valéry, Mandelstam, Proust, Diderot, Claudel, Pascal, Voltaire, Tocqueville, Hume, Molière, Montesquieu, Spinoza, Adorno, Arendt etc., qui se sont penchés sur ce thème avant lui. Arrive-t-il pour autant à nous convaincre ?

La cigarette et le néant, Horace Engdahl

Ecrit par Michel Host , le Samedi, 15 Mars 2014. , dans Livres décortiqués, Les Livres, Essais, La Une Livres, Pays nordiques, Récits, Serge Safran éditeur

La cigarette et le néant, traduit du suédois par un atelier de traducteurs, sous la direction d’Elena Balzamo (1), 158 pages, janvier 2014, 17 € . Ecrivain(s): Horace Engdahl Edition: Serge Safran éditeur

 

 

Mon précis, mon viatique

« Que me recommandez-vous ?, dis-je à la serveuse chinoise.

– Mais je ne vous connais pas, je ne peux rien vous recommander, me répond-elle. Sans le savoir, elle a, en un clin d’œil, réfuté toutes les utopies », Horace Engdahl

 

Une lecture est une aventure personnelle, sinon « à quoi bon ? »

Michel Host