Identification

Correspondance

Lettres III (1957-1965), Samuel Beckett

Ecrit par Jean-Paul Gavard-Perret , le Vendredi, 06 Janvier 2017. , dans Correspondance, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard, En Vitrine

Lettres III (1957-1965), novembre 2016, trad. anglais (Irlande) Gérard Kahn, 812 pages, 58 € . Ecrivain(s): Samuel Beckett Edition: Gallimard

 

Un homme comme les autres ?

Partagé entre le besoin de solitude, de silence et la nécessité de répondre à de multiples sollicitations qui ne sont pas qu’intellectuelles, plongé – avec hésitation, puis enthousiasme – au sein du monde théâtral, Beckett – dans la période qui recouvre ces lettres – collabore à la mise en scène de ses propres pièces, travaille à des pièces radiophoniques pour la BBC, réalise Film (le plus grand film irlandais de tous les temps selon Gilles Deleuze) et revient, après 10 ans d’interruption, à la fiction, avec Comment c’est. L’auteur, dans ces lettres, est plus précis sur son travail, d’autant qu’il bénéficie d’une destinataire privilégiée, Barbara Bray, productrice, traductrice, critique. Elle le rencontre en février 1958 en produisant All That Fall (Tous ceux qui tombent). En suit une liaison intellectuelle et amoureuse méconnue.

Lettre de consolation à un ami écrivain, Jean-Michel Delacomptée

Ecrit par Pierre Perrin , le Jeudi, 17 Novembre 2016. , dans Correspondance, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Robert Laffont

Lettre de consolation à un ami écrivain, septembre 2016, 160 pages, 16 € . Ecrivain(s): Jean-Michel Delacomptée Edition: Robert Laffont

 

Cette lettre de petit format, qui se lit en une heure, relève du pamphlet. À partir d’une circonstance, un ami dépité par le silence de la presse devant sa littérature, Jean-Michel Delacomptée, pour consoler, dévide un fil d’explications. En préalable, vu que « le pays marche de travers, perclus de rhumatismes, bourré de sédatifs et d’anxiolytiques, victime de nausées, de vertiges, ravagé de frustrations, de rages, de peurs et d’angoisses », le recul de la littérature resterait secondaire si la quasi disparition de celle-ci, celle aussi bien de l’art en général, n’accompagnait pas d’autres renoncements.

Pour sa démonstration, Jean-Michel Delacomptée oppose le document qui vaut par ce qu’il traite, un rapport sur l’enfermement par exemple, à la littérature qui vaut par la façon dont elle traite un sujet. Il définit cette dernière par ce qui la traverse, une part de poésie, c’est-à-dire d’infini, de suggestion, de double-fond même, qui habite tout autre chose qu’une notice d’information ou d’entretien. Le dévoilement d’une conscience est autrement utile qu’un constat d’huissier. « La littérature ne visait pas à photographier le réel, mais à le révéler par l’alchimie des mots ». On notera l’imparfait du verbe visait, de même que la poésie n’existe plus que pour les aveugles. Elle a disparu du paysage. Ce qui se vend peu ne garantit pas pour autant une authenticité.

Sade et ses femmes, Correspondance et journal, Marie-Paule Farina

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Vendredi, 08 Juillet 2016. , dans Correspondance, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Editions François Bourin

Sade et ses femmes, Correspondance et journal, juin 2016, 296 pages, 24 € . Ecrivain(s): Marie-Paule Farina Edition: Editions François Bourin

 

 

En fixant l’image d’un misogyne pervers jouissant du plaisir d’humilier les femmes, le terme sadique entré dans la langue française plaça durablement Sade au « hit-parade du mal ». Et déjà, dans Comprendre Sade, petit essai percutant paru en 2012 chez Max Milo*, Marie-Paule Farina avait réussi à délivrer l’œuvre sadienne de son carcan d’incompréhension, lui redonnant sa portée littéraire, politique et philosophique tout en changeant notre regard sur un homme dont les livres, d’une férocité toute burlesque et carnavalesque, ne sont qu’un reflet provocateur des maux de la société de son époque, et de ceux qu’on lui a fait endurer.

Avec Sade et ses femmes, elle poursuit ce travail de démystification et de libération, s’attachant cette fois-ci essentiellement à l’homme qui « entre 27 ans et 74 ans, n’aura passé que 10 ans à l’air libre », alors que prendre l’air était pour lui une nécessité vitale :

Lettres sur la littérature, Walter Benjamin

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 16 Mars 2016. , dans Correspondance, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Langue allemande, Editions Zoe

Lettres sur la littérature, mars 2016, édition établie et préfacée par Muriel Pic, trad. allemand Lukas Bärfuss, 160 pages, 15 € . Ecrivain(s): Walter Benjamin Edition: Editions Zoe

 

Les sept Lettres sur la littérature écrites à Max Horkheimer par Walter Benjamin entre mars 1937 et mars 1940, jusqu’ici disséminées dans des éditions allemandes – ou françaises pour quelques unes d’entre elles (notamment pour la dernière, écrite en français) – se trouvent enfin pertinemment réunies chez Zoé, sous l’égide de Muriel Pic qui nous les présente dans une intéressante préface, et les a, de plus, fort utilement annotées.

Après la fermeture en 1933 par Hitler de l’Institut für Sozialforschung de l’université de Francfort, Horkheimer avait refondé au sein de l’université Columbia de New York un Institute for social Research auquel collaborait tout un groupe interdisciplinaire de savants exilés. Et ces penseurs à l’« intelligence libre » qui s’attachent à élaborer « une théorie critique de la société et plus particulièrement de la conscience bourgeoise », continuent ainsi de militer contre le national-socialisme et la montée du fascisme en Europe car « ils savent que le pire est encore à venir ».

Paul Celan, René Char : Correspondance (1954-1968)

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Samedi, 30 Janvier 2016. , dans Correspondance, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

Paul Celan, René Char : Correspondance (1954-1968), octobre 2015, édition établie, présentée et annotée par Bertrand Badiou, 336 pages, 28 € Edition: Gallimard

 

« Si tu n’espères pas, tu ne rencontreras pas l’inespéré », Héraclite

 

L’échange entre René Char et Paul Celan semble aller de soi. Celui du poète du maquis de Provence avec le poète juif d’Europe orientale qui, contrairement à ses parents, ne subira que les camps de travail roumains et échappera à la machine d’extermination nazie. Tous deux connurent la clandestinité, la disparition de proches, le sentiment de l’imminence de la mort. Les poèmes de Celan sont nés dans les camps, hanté de n’avoir pas pu sauver ses parents assassinés par les nazis en Ukraine. Ils constituent le socle de toute son écriture quand s’ébauchent la correspondance des deux hommes, et ses textes sont quasiment inconnus en France.

Bien qu’ils ne fussent ni de la même langue ni du même monde ni du même âge, cette correspondance rapproche deux écrivains aux tempéraments différents, façonnés au plus profond d’une pierre brute, l’âme d’une blessure sans retour et qui pousse les hommes à côtoyer les tréfonds de l’inacceptable :