Identification

Les Dossiers

La Cause de Philippe Sollers, par Philippe Chauché

Ecrit par Philippe Chauché , le Samedi, 20 Mai 2017. , dans Les Dossiers, La Une CED, Entretiens

 

Rencontre avec Philippe Sollers, bureau de L’Infini, Gallimard, Paris, le 25 avril 2017.

« Si tu attends comme il faut, les choses viendront à toi d’elles-mêmes, elles ne peuvent pas faire autrement », Beauté

Portraits d’écrivains vivants, belles photos exposées dans l’entrée de la maison Gallimard qui en a vu tant et tant passer. Nous avons rendez-vous avec l’un d’eux : Philippe Sollers, de son vrai nom Philippe Joyaux, admiré, détesté, courtisé, calomnié, trop présent, se mêlant de tout, et au bout du compte un isolé absolu, galant homme, courtois et prévenant, curieux et passionné. Il travaille dans un minuscule bureau à l’étage de la maison, le bureau de L’Infini qu’il occupe avec son ami et complice de toujours Marcelin Pleynet. Sur sa table de travail des livres, beaucoup de livres, les siens, une traduction récente en chinois de Mémoires, des exemplaires de la revue L’Infini, des livres d’amis, un petit cendrier d’argent. Ecoutons, lisons :

La littérature afghane contemporaine : Dialogue de cultures et interculturalité, par Outhman Boutisane

Ecrit par Outhman Boutisane , le Mardi, 11 Avril 2017. , dans Les Dossiers, Etudes, La Une CED

 

La littérature afghane comme toute littérature a partie liée avec les autres cultures du monde, notamment les plus proches de sa sphère historique et géographique. La rencontre de ces différentes cultures prend des formes indépendamment de la conception classique du dialogue culturel. Les textes modernes que ce soit poésie ou roman se présentent comme un tissu d’échange culturel et interculturel où la fiction n’est nullement indépendante de ce choc culturel, mais se nourrit d’une façon ou d’une autre de cette richesse qui fait trait de la singularité des textes afghans. Le dialogue de culture et l’interculturalité donnent à voir non seulement le réel d’un pays perdu dans le chaos, mais permet au « Moi » de sortir de son ombre, se dévoiler au monde sans peur et loin de tout tabou.

La littérature afghane contemporaine est porteuse d’un dialogue inédit où se rencontrent des cultures indépassables que leur Histoire remonte à la nuit des temps. Des cultures où l’imaginaire inventé et réinventé devient moment d’inspiration pour des écrivains privés de leurs droits d’écrire.

Entretien avec Carole Zalberg, pour son livre Je dansais, par Michel Tagne Foko

Ecrit par Michel Tagne Foko , le Mardi, 11 Avril 2017. , dans Les Dossiers, La Une CED, Entretiens

 

Carole Zalberg est lauréate du Prix Littérature-monde (2014), du Festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo. Grand Prix SGDL du livre Jeunesse (2008). Les différents sujets abordés dans ce roman sont la beauté, la laideur, la quête d’acceptation, la séquestration, l’incompréhension, etc. Il y a aussi, et surtout, dans les œuvres de Carole Zalberg un petit quelque chose de vrai, de précis, quand on lit ce qu’elle écrit, qui pousse toujours vers ses livres, on ne sait pas l’expliquer, c’est comme ça !

 

Michel Tagne Foko : Pourquoi ce livre, et, pourquoi maintenant ?

Vincent La Soudière : Une vie en enfer (4 et fin), par Cyrille Godefroy

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Vendredi, 07 Avril 2017. , dans Les Dossiers, Etudes, La Une CED

 

Une âme à la dérive

La publication des Chroniques ne produit pas la régénération attendue. Au contraire, Vincent s’installe dans un état dépressif durable et profond : « Impossible de vivre, impossible aussi de faire confiance à l’écriture ».

Entre 1978 et 1993, il enchaîne les cures de repos, cures thermales, séjours à l’hôpital ou en maison de santé, retraites spirituelles et thérapies analytiques. En 1980, il ne pèse plus que 46 kg et se trouve dans un état de faiblesse avancé. En 1990, il ingurgite onze médicaments différents par jour (Tofranil, Anafranil, Temesta, Lithium, Prozac, Lexomil…). « Je me suis égaré loin du social et des choses naturelles. J’en paie maintenant le prix, fort lourd ».

Exerçant quelques jobs en pointillé, Vincent ne bénéficie toujours d’aucun revenu régulier et n’obtient pas la bourse littéraire escomptée. Il subsiste, tant bien que mal, logé par la famille ou des amis souvent. Le fait qu’il ne dispose pas de domicile fixe et définitif l’use.

Interview with Thomas Kelly, the great novelist of the Big Apple’s builders, by Jérôme Diaz

Ecrit par Jérôme Diaz , le Lundi, 03 Avril 2017. , dans Les Dossiers, La Une CED, Entretiens

Cet entretien a été publié en français dans la Cause Littéraire

 

A New-Yorker from Irish origin, hard-boiled novelist Thomas Kelly is not as famous as he should be, at least in France, where this literary genre is very popular. What do his stories tell us ? They tell us about New York City, the workers’ world, the Irish diaspora, businessmen and mobs, policemen and FBI agents, altogether mixed in an atmosphere of bars and political battles at key times of the twentieth century… A world, to sum-up, somewhere between Dennis Lehane and Martin Scorsese’ TV-series Boardwalk Empire. So, that’s huge. And that’s really, really good. As a perfect connoisseur of the Big Apple’s political backstage for being involved himself, Thomas Kelly has built a work that goes from the tunnels to the skyscrapers, from the upper-class restaurants to boroughs where one shouldn’t hang around. A work that reminds of Jack London and Emile Zola, Colum McCann and James Ellroy. In 1998 he published Payback, and only a very few interviews were made of him, notably in France by his own translator Pierre Bondil – thanks to who what follows could be done – for « 813 », a French magazine for fans of crime stories. And since then nothing… until today.