Identification

Entretiens

Editions Corti Rencontre avec Fabienne Raphoz, éditrice à tire d’aile

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Lundi, 30 Juin 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

« Si la littérature n’est pas pour le lecteur un répertoire de femmes fatales, et de créatures de perdition, elle ne vaut pas qu’on s’en occupe ».

Julien Gracq

 

José Corti (J. Corticchiato, 1895-1984), d’origine corse, a ouvert dès 1925 une librairie au 6, rue de Clichy à Paris. Il a commencé à éditer la plupart des auteurs surréalistes, ses amis : Breton, Éluard, Aragon, Char, Péret, Crevel, Dalí. Il se fixe ensuite 11, rue Médicis, à deux pas du jardin du Luxembourg, où les éditions Corti ont toujours leur siège. En 1938, il fait la connaissance de Julien Gracq qui, sa vie durant, n’aura pas d’autre éditeur (hormis La Pléiade). La maison d’édition s’engage, sous l’Occupation, dans la publication de textes clandestins. Après la guerre, José Corti n’aura de cesse de publier des textes poétiques, des recherches critiques et rééditera des classiques méconnus du romantisme européen.

La bibliothèque idéale de RTL, entretien avec Bernard Lehut

Ecrit par Valérie Debieux , le Mercredi, 25 Juin 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

« Le livre de tous les bons livres ! Romans, essais, bandes-dessinées, biographies, littérature jeunesse… difficile de savoir quels sont les livres incontournables, indispensables, bref inratables ! Aidé par quelque 150 libraires de toute la France, de Belgique et de Suisse, Bernard Lehut – qui guide quotidiennement les auditeurs de RTL dans leurs lectures – vous propose une sélection de près de 600 livres qu’il faut avoir lu ! Grands classiques et petits bijoux contemporains se côtoient au fil des pages de cette première édition de La Bibliothèque idéale RTL ».

 

Valérie Debieux : Bernard Lehut, qu’est-ce qui vous a donné l’envie de mettre sur pied cette « Bibliothèque idéale » ?

 

Bernard Lehut : En fait, l’idée est venue de Stéphane Chabenat, créateur des éditions de l’Opportun, après avoir entendu mes chroniques quotidiennes sur RTL pendant l’été 2012. Le mélange de livres classiques et de nouvelles parutions que j’y conseillais lui a plu. A mes textes, il a souhaité ajouter les conseils de lecture de libraires que nous avons sollicités.

Rencontre avec l’écrivain Dominique Lin

Ecrit par Philippe Chauché , le Samedi, 21 Juin 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Rencontre avec l’écrivain Dominique Lin qui a coordonné la publication de 39-45 en Vaucluse, une somme unique de témoignages et de documents retraçant ce qui s’est vécu en Vaucluse durant la dernière guerre mondiale

 

Comment est né ce projet ?

 

André Brun, qui était membre d’Expressions Littéraires Universelles, l’association porteuse du projet, et impliqué auprès des anciens combattants, est venu présenter ce projet à Corinne Niederhoffer, responsable des éditions Élan Sud, c’était en 2009. Le recueil de correspondances d’Émile Sauvage, poilu vauclusien, était déjà paru dans la collection Mémoires. Le projet n’était pas encore décidé quand le dernier poilu français a disparu, ce fut une alerte, l’élément déclencheur. Pour la guerre de 39-45, il était grand temps qu’on s’y mette !

Entretien avec Janine Massard - Gens du lac

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 17 Juin 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

« […] entrés dans la Résistance en 1942 comme agents secrets, ont contribué à ravitailler des maquisards français, qu’ils ont assistés, nourris, soignés par leurs propres moyens. Ces derniers ont passé, par bateau, des armes, médicaments et ravitaillement aux maquisards français cantonnés à la Roche-sur-Foron. Ils ont aidé les réfractaires, recherchés par la Gestapo, à passer le lac, les cachant chez eux (Agents secrets de la France). Ami Gay père et Ami Gay fils, par leur ardent patriotisme, ont contribué puissamment à aider la France à sa libération. Après avoir été à la peine, méritent d’être à l’honneur » (République française, F.F.I., Isère, Grenoble, le 14 novembre 1947)

 

Valérie Debieux : Janine Massard, qu’est-ce qui vous a incitée à écrire un ouvrage sur vos ancêtres ?

10 questions à Edith Soonckindt, traductrice littéraire

Ecrit par Virginie Neufville , le Mardi, 03 Juin 2014. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Traductrice du Chardonneret de Donna Tartt (The Goldfinch, Pulitzer 2014) recensé par Virginie Neufville pour La Cause Littéraire, Edith Soonckindt, qui est aussi auteure, a traduit à ce jour de l’anglais une trentaine de romans et recueils de nouvelles, qui lui ont valu bourses de traduction du Centre National du Livre et deux résidences de traduction au Collège International des Traducteurs Littéraires d’Arles.

Après avoir enseigné en universités pendant de nombreuses années aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et bien sûr en France (son pays d’origine), elle vit aujourd’hui à Bruxelles, La Ville de la Pluie ainsi qu’elle l’a surnommée dans son dernier livre…

 

Dans l’article « Une avant-dernière portion de Tartt » publié sur votre site (http://soonckindt.com), vous expliquez que vous avez mis six mois à traduire les 787 pages du roman « Le Chardonneret » de Donna Tartt. L’avez-vous d’abord lu entièrement en anglais avant d’entamer sa traduction ?