Identification

Roman

Silo, Hugh Howey (2ème critique)

Ecrit par Cathy Garcia , le Jeudi, 26 Mars 2015. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Babel (Actes Sud)

Silo, novembre 2014, traduit de l’anglais (USA) par Yoann Gentric et Laure Manceau, 622 pages, 9,90 € . Ecrivain(s): Hugh Howey Edition: Babel (Actes Sud)

Silo est un roman d’anticipation (le premier tome d’une trilogie déjà publiée par Actes Sud dans la collection Exofictions en 2013-2014 et qui passe donc là en version poche). C’est aussi au départ une autoédition via amazon qui a fait donc blockbuster comme on dit en jargon outre-Atlantique, mais il n’est pas difficile d’admettre que quand on est entré dans Silo, on ne peut plus en sortir. Les plus de 600 pages nous tiennent en haleine, si bien qu’on ne focalise pas sur quelques défauts qui pourraient venir se glisser dans la trame. A vrai dire, on peut chipoter, trouver quelques facilités, incongruités, mais l’ensemble est juste vraiment prenant et le principal moteur ici pour poursuivre la lecture et le plaisir quasi enfantin, au sens noble sens du terme, qu’on y prend.

Le silo semble être le dernier lieu habité de la Terre, dont l’atmosphère suite à on ne sait quelle apocalypse est devenue totalement irrespirable. Dans ce silo immense, des générations se sont succédé, en totale autonomie énergétique et très organisées. Chacun y a sa fonction mais ça ne semble pas contraignant au premier abord. La procréation y est sous contrôle, tout est sous contrôle, sous la supervision d’un maire, un shérif et son adjoint. 130 étages, un seul escalier central en acier et des mines encore plus bas, le tout enterré.

Dix-sept ans, Colombe Schneck (2ème critique)

Ecrit par Pauline Fouillet , le Jeudi, 26 Mars 2015. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Grasset

Dix-sept ans, janvier 2015, 90 pages, 10 € . Ecrivain(s): Colombe Schneck Edition: Grasset

 

Il est un sujet très complexe que tout être humain peine à aborder. Souvent tabou et ce, malgré l’évolution actuelle des mœurs, l’avortement est encore aujourd’hui synonyme de gêne, de honte.

Alors, comment aborder le dernier roman de Colombe Schneck ?

Il lui aura fallu du temps pour aborder ce sujet et c’est avec un court récit passionné et fort en émotions qu’elle évoque cette période de sa vie. J’allais vous dire « cette triste période » mais sans doute aurais-je fait une erreur d’interprétation car à aucun moment l’auteur n’évoque cet événement en ces termes. Décision grave et sensible oui, mais triste non, car prise en toute connaissance de cause et raisonnablement.

L’auteur, dès le début du roman, fait un constat d’absence. Absence de ce thème dans la littérature, de cette réalité dans les discussions parents-enfants, de cette nécessité dans les pensées collectives.

Trait bleu, Jacques Bablon

Ecrit par Catherine Dutigny/Elsa , le Mercredi, 25 Mars 2015. , dans Roman, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Jigal

Trait bleu, février 2015, 152 pages, 17 € . Ecrivain(s): Jacques Bablon Edition: Jigal

Monologue, carnet intime, journal de « débords », Trait bleu dépeint, tous freins lâchés, les péripéties de la vie cabossée d’un gars, qui, comme le chantait le regretté Pierre Vassiliu, n’avait pas de papa, n’avait pas de maman. Mais le gars en question ne s’appelle pas Armand, d’ailleurs dans son journal intime il ne se nomme pas, il se raconte. Il vit quelque part… sans doute aux Etats-Unis, mais à quoi bon préciser les lieux ? Le narrateur n’en éprouve pas le besoin… du coup, nous non plus. Quand ? Ce n’est pas l’achat d’une Toyota Cressida d’occasion qui permettra au lecteur de situer avec précision l’histoire dans le temps. Seule solution : sauter à pieds joints dans l’univers du mal barré de l’existence et partager avec lui dans une complicité voyeuse son incroyable destinée. Et là, promis, vous ne serez pas déçus.

Le conteur, un mec fragile, sensible et impulsif, un maladroit de la gâchette, mais un expert en pêche à la cuillère, n’a pas connu dans sa prime jeunesse les bienfaits de la résilience et l’on devine qu’il vit depuis sa naissance en situation précaire tant sur le plan affectif que psychologique. Accusé d’un meurtre dont il refuse d’expliquer le mobile, mais qu’il reconnaît avec orgueil, son équilibre instable vole en éclats lorsqu’il apprend que le véritable meurtrier est Iggy, son pote, son frère de cœur, et que celui-ci vient de se pendre dans sa cellule. Nouvelle cassure, déstabilisation totale, tout à construire, à reconstruire…  et c’est loin d’être fini…

L’homme incertain, Stéphanie Chaillou

Ecrit par Zoe Tisset , le Mardi, 24 Mars 2015. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Alma Editeur

L’homme incertain, janvier 2015, 164 pages, 16 € . Ecrivain(s): Stéphanie Chaillou Edition: Alma Editeur

 

C’est un premier roman tout en délicatesse et en même temps hurlant l’injustice de « ceux qui sont empêchés ». L’auteur affirme dans son autoportrait : « Je ne voulais pas être empêchée. Je ne voulais pas que les autres, ceux que j’aimais, soient empêchés ». C’est l’histoire d’un homme de la terre, qui perd sa ferme et par là-même sa raison d’être, existentielle, sociale et même familiale. Il semble disparaître à lui-même et aux autres : « J’avais disparu. Comme quand on se retire d’une pièce parce qu’il y a trop de monde ou que quelqu’un vous importune. Je m’étais retiré, mais sans le décider. On m’avait chassé ». Petit à petit, le lecteur mesure et rentre dans le drame de cet individu qui s’interroge sur son échec et sur la non coïncidence entre ce qu’il est devenu et ce qu’il voulait être :

« Je m’affirmais à moi-même que ça n’existait pas les hommes ratés. Que “raté”, ce mot ne contenait rien. Rien d’autre que mes propres peurs. Que seules mes peurs avaient fait de moi un fantôme d’homme. Un fantôme de personne. A cause de ce que je croyais voir dans le regard des autres. Ce que je croyais y voir, parce que je ne savais pas, que je n’étais pas assez sûr ».

Dans son propre rôle, Fanny Chiarello

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Lundi, 23 Mars 2015. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, L'Olivier (Seuil)

Dans son propre rôle, janvier 2015, 240 pages, 18 € . Ecrivain(s): Fanny Chiarello Edition: L'Olivier (Seuil)

 

J’ai perdu mon Eurydice

Tous les amateurs de musique connaissent Kathleen Ferrier, la plus belle des voix de contralto du 20è siècle. En 1947, une admiratrice lui a écrit une lettre mais une homonymie providentielle la fait s’égarer. Voilà comment on noue une intrigue !

Fenella Bancroft est une jeune domestique qui travaille à Wannock Manor, dans la vaste demeure aristocratique de Mrs Kate Ferrier, qui a été confondue avec la cantatrice. Fenella a perdu l’usage de la parole à la suite d’un traumatisme qu’elle a subi une nuit de bombardements sur Londres.

Jeannette Doolittle est femme de chambre au Grand hôtel de Brighton. Veuve de guerre, elle vit dans la perte de son unique amour, Andrew. Seule la voix de Kathleen Ferrier lui procure quelque bonheur et elle lui a écrit son admiration après l’avoir entendue interpréter le rôle d’Orphée (qui fut un temps confié à une voix grave de femme). Orphée n’a-t-il pas, lui aussi, perdu son Eurydice ? Et il est allé jusqu’à braver les enfers pour la retrouver.