Identification

Jeunesse

Baïka, Du voyage à chaque page

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 09 Juillet 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Revues

Baïka, Du voyage à chaque page, Revue Jeunesse trimestrielle, pour les 8-12 ans, éditions Salmantina, mai 2018, 46 pages, 9,60 €

 

Parmi les initiatives récentes de la presse jeunesse, voici un petit bijou de créativité et d’intelligence : la Revue Baïka. La couverture aux illustrations délicates et très colorées, le papier épais, recyclé, le format idéal pour être transporté, constituent autant de détails qui appellent le regard et la main à se tendre pour s’en saisir.

En compagnie de deux petites têtes de bonshommes sympathiques Hurlu et Berlu, les lectrices et lecteurs partent à la découverte d’un ou de plusieurs pays, d’une région ou d’un continent, à travers tous ses aspects : géographiques, historiques, mythologiques ou culturels. Depuis sa création en 2015, 11 numéros ont vu le jour et ont exploré les régions finlandaises, le Brésil, l’Egypte ou le Japon, le Vietnam ou l’Arctique… Gageons que bien des espaces seront au programme les années à venir.

Pour quelques gouttes d’eau, Anne Jonas, Marie Desbons

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 18 Juin 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Le Buveur d'encre

Pour quelques gouttes d’eau, novembre 2017, 32 pages, 16 € . Ecrivain(s): Anne Jonas, Marie Desbons Edition: Le Buveur d'encre

 

Une petite fille est chargée de puiser de l’eau bien loin de son village. À son grand malheur, son attention est sans cesse attirée par les beautés simples qui l’entourent et elle renverse quelques gouttes d’eau. Elle tait cette erreur et la vit dans la honte. Jusqu’au jour où elle fait tomber toute la cruche qui se brise. La terre asséchée boit toute l’eau et l’enfant pleure toutes les larmes de son cœur.

Dans ce texte délicat, Anne Jonas parle du devoir et de la force créative, de la culpabilité et de l’amour, de la puissance du rêve et de la privation. Le rythme de l’histoire coule comme cette eau qui abreuve terre et gens ; sa poésie berce les lecteurs et lectrices sans pour autant évacuer la cruelle réalité et les profondes blessures.

« Zahina est née dans un pays si chaud que parfois le soleil y fait fondre les ombres. Là-bas, rien n’est plus précieux qu’un frisson d’eau sur les lèvres.

Cette joie brûle toutes les autres ».

Les Secrets de l’Olympe, Claude Merle

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 10 Mai 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Les Secrets de l’Olympe, éd. Auzou, février 2018, 201 pages, 12,95 € . Ecrivain(s): Claude Merle

 

 

Si le côté film pour ados américain des Percy Jacksonne vous convient pas, voire vous agace franchement ou que vous trouvez que la plupart des récits inspirés de la mythologie grecque pour enfants ou adolescents endorment littéralement les dits lecteurs, Les Secrets de l’Olympe sont pour vous !

Avec une écriture sobre mais recherchée, maniant les images avec légèreté et virtuosité, cette nouvelle série nous plonge dans ce monde magique et impitoyable où règnent en maîtres les désirs des dieux. Nulle édulcoration ici, mais bel et bien la tranchante volonté d’un souverain parjure, n’écoutant que son intérêt, les amours conspiratrices des dieux et des déesses, les roueries des Centaures ou des Titanides, la frivolité des nymphes, la savante vengeance d’une divinité bafouée…

Quand on aura le temps, Cédric Bonfils

Ecrit par Marie du Crest , le Vendredi, 02 Mars 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, L'Harmattan, La rentrée littéraire, Théâtre

Quand on aura le temps, août 2017, 70 pages, 11 € . Ecrivain(s): Cédric Bonfils Edition: L'Harmattan

 

« C’est du théâtre… »

La première de couverture d’un livre se doit d’être une invitation à la lecture, une « image » du texte, comme un premier songe de lecture. L’illustration qui accompagne la pièce de Cédric Bonfils est au contraire une abomination : comment l’éditeur a-t-il pu publier en l’état ce texte doux et subtil avec une telle couverture ? Certes, l’on retrouve deux personnages adolescents assis dans l’herbe côte à côte, comme dans la scène 5, mais présentés dans d’atroces couleurs : la jeune fille au visage bruni (l’enfant du voyage), vêtue tout en rose et le garçon du village, lui comme par hasard au teint très blanc. Je passerai sous silence les connotations pitoyables de tout ceci. Il faut donc se faire violence pour tourner les pages du livre, aller vers les dédicaces nombreuses (5 dédicataires de l’intimité de l’auteur sont mentionnés) et inscrites dans l’enfance et l’amitié, en prélude au leitmotiv du voyage et à celui du temps nécessaire à la vie, semblable à une route.

Philibert Merlin, apprenti enchanteur, Gwladys Constant

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 01 Mars 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Le Rouergue

Philibert Merlin, apprenti enchanteur, ill. Juliette Barbanègre, janvier 2018, 128 pages, 9,50 € . Ecrivain(s): Gwladys Constant Edition: Le Rouergue

 

Philibert est le petit dernier de la famille Merlin, le septième rejeton d’une impressionnante fratrie. En effet, dans sa famille, tout le monde est génial, brillantissime ! Car chez les Merlin, on est enchanteur sans exception depuis des générations. Le seul problème : Philibert ne trouve pas son don, sa propre voie parmi tous les talents possibles du monde de la magie.

« Philibert aimerait bien ne pas être jaloux ! C’est facile à dire, quand on a soi-même un don ! Mais quand on n’a rien, rien de rien, que peut-on ressentir, à part l’envie d’être comme les autres membres de sa famille ? Parfois, l’enfant se demande si, à la maternité, on ne l’a pas échangé par erreur avec un autre bébé. Est-il vraiment le fils de ses parents ? Physiquement, il leur ressemble, il a bien les yeux verts de son père, les cheveux noirs de sa mère, et la marque des enchanteurs à la base du cou, un petit croissant de lune, comme une cicatrice. Mais au fond, cela ne prouve rien. Seul le don est une preuve ».