Identification

Jeunesse

Petit jardin de poésie, Robert Louis Stevenson, illustrations Ilya Green

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Vendredi, 06 Octobre 2017. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Poésie, Grasset, La rentrée littéraire

Petit jardin de poésie, Grasset-Jeunesse, août 2017, 32 pages, 19,90 € . Ecrivain(s): Robert Louis Stevenson Edition: Grasset

 

Petit jardin de poésie est un recueil de poèmes de Robert Louis Stevenson, écrivain célèbre pour son Ile au trésor, et l’Etrange cas du Dr Jekyll et M. Hyde. Les Editions Grasset-Jeunesse en proposent quelques extraits à l’attention du jeune lectorat. Un petit jardin de poésie à hauteur d’enfant, dans une collection puisant dans le patrimoine littéraire des textes adaptés aux jeunes lecteurs et qui fait dialoguer les textes d’hier avec les images d’aujourd’hui grâce à la participation d’illustrateurs contemporains.

Une merveilleuse idée que cette entrée en littérature pour les tout-petits par le biais de la poésie et d’un univers onirique et sensible. Celui-ci est une véritable ode au voyage par l’incursion dans le quotidien ordinaire de l’enfance. Toute en tendresse et délicatesse, une bien jolie collection.

L’album illustré par Ilya Green porte un très beau poème-dédicace titré « Pour Alison Cunningham, de la part de son garçon » :

Contes du Nil Blanc et du Nil Bleu, Yacoub Artin Pacha

Ecrit par Chloë Fage , le Mardi, 22 Août 2017. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Pays arabes, Contes

Contes du Nil Blanc et du Nil Bleu, Editions du Jasmin, Coll. Contes d’Orient et d’Occident, juin 2016, Illust. Denitza Mineva, 60 pages, 12 € . Ecrivain(s): Yacoub Artin Pacha

 

À mi-chemin entre les Fables de la Fontaine et les Nouvelles Orientales de Marguerite Yourcenar, cet ouvrage illustré nous fait sillonner les rives du Nil au rythme de contes ancestraux. Le renard et le corbeau, Le lièvre et la girafe, Le marchand et les singes… Autant de récits collectés dans les tribus du Soudan égyptien mettant en scène la cohabitation entre personnages du règne animal et humains. Chaque conte se solde par une morale souvent énigmatique ancrée dans un univers des plus fantastiques : les animaux y discutent de Dieu, les femmes caressent les lions, les hommes se métamorphosent en roi des singes ou se font emporter par des nymphes appelées « Herryeh ».

Un folklore soudanais au lyrisme certain, collecté par l’historien et homme d’état égyptien Yacoub Artin Pacha, lorsqu’il partit à la rencontre de ces tribus en 1908. Rapportés par des enfants croisés en chemin ou des missionnaires rencontrés lors de l’exploration, ces récits constituent l’une des rares traces d’une tradition littéraire et orale à cet endroit précis du globe.

Une petite chose sans importance, Chroniques lunaires d’un garçon bizarre, Catherine Fradier

Ecrit par Marc Ossorguine , le Mercredi, 12 Juillet 2017. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Au Diable Vauvert

Une petite chose sans importance, Chroniques lunaires d’un garçon bizarre, 171 pages, 12 € . Ecrivain(s): Catherine Fradier Edition: Au Diable Vauvert

Il est autiste. De cet autisme que l’on nomme Asperger : celui qui épate les gens ordinaires (et fiers de l’être) qui n’y voient souvent qu’une monstruosité admirablement surprenante pour des scenarii de films ou de séries télé. Il s’appelle Sacha et suit sa mère au cœur du Congo, de la RDC, La République Démocratique du Congo, où celle-ci est médecin dans une organisation humanitaire. Sacha a quatorze ans. Il aime la précision et a compris depuis longtemps que les autres, enfants ou adultes, ne comprenaient rien, eux, à sa manière d’être.

Apprendre à vivre avec Asperger n’est pas le plus difficile. C’est avec les autres qu’il faut apprendre à vivre, et parfois les autres n’y tiennent pas vraiment.

Une chose qu’il connaît très bien, c’est la moquerie, celle que ni l’ignorance ni la peur ne suffise à expliquer. Il connaît bien aussi les décimales de pi, au-delà des cinq cents premières. Pas de meilleurs remèdes contre l’angoisse quand le monde devient trop hostile ou inquiétant que de se les réciter, mais aussi d’inventer une histoire, un conte, Conte de Pi, dont chaque mot compte de nombre de lettres correspondant aux décimales. Car un conte, pour d’autres que lui, c’est plus facile à mémoriser que des chiffres.

Le Retour du loup, texte de Nicolas Vanier raconté par François Morel

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 03 Février 2017. , dans Jeunesse, Les Chroniques, La Une CED

 

 

Le Retour du loup, texte de Nicolas Vanier raconté par François Morel, musique d’Alexandros Markeas, illustrations de Pierre-Emmanuel Lyet et Gordon, Hélium/Radio France Editions, novembre 2016, 72 pages, 19,90 €

 

Après un premier album-cd consacré au célèbre Pierre et le loup de Prokofiev, voici le Retour du loup qui donne à son tour la part belle aux animaux et au jeune héros. « Dans cette histoire, un petit garçon qui n’écoutait que sa soif de liberté, et jamais les mises en garde de son grand-père, aurait pu finir croqué par un terrible loup sans la complicité d’un chat, d’un canard et d’un oiseau ». Au moment où reprend l’histoire, le loup se trouve bel et bien capturé et installé dans un enclos du zoo.

Dark Lord collé pour l’éternité, Jamie Thomson

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 19 Janvier 2017. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Seuil Jeunesse

Dark Lord collé pour l’éternité, octobre 2016, trad. anglais Yves Sarda, ill. Freya Hartas, 271 pages, 15 € . Ecrivain(s): Jamie Thomson Edition: Seuil Jeunesse

 

En 2014, nous découvrions Dark Lord, Seigneur des Terres Obscures, condamné à vivre sur Terre suite à un maléfice lancé par son pire ennemi, Hasdruban, le Magicien Blanc. Après de premières et désopilantes aventures, le Dark Lord et ses amis se retrouvaient séparés : Dirk et Christopher dans notre monde, Suze dans les Terres Obscures où elle devint une redoutable et généreuse Reine des Ténèbres. A nouveau réunis au seuil de ce troisième volet, nos trois héros se retrouvent nez à nez avec un nouveau directeur du collège : Hasdruban en personne, venu sur Terre se débarrasser une fois pour toutes du Dark Lord !

Le roman garde le ton loufoque et ironique des débuts. Le Dark Lord est toujours aussi narcissique et sûr de sa supériorité – quoique des moments de pure bonté semblent le gagner de plus en plus souvent… Car à force de passer d’un monde à l’autre et de constater que ses fidèles vassaux apprécient aussi la douceur, le voilà qui hésite parfois à redevenir le Terrifiant et Sanguinaire Dark Lord.