Identification

Jeunesse

Kiwi Grizzly, Gauthier David, Claire de Gastold (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 16 Janvier 2019. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Thierry Magnier

Kiwi Grizzly, septembre 2018, 40 pages, 17 € . Ecrivain(s): Gauthier David, Claire de Gastold Edition: Thierry Magnier

 

 

Une invitation à un anniversaire déguisé donne lieu à une rencontre aussi improbable que formidable : des enfants déguisés en animaux sont rejoints par des enfants au comportement pour le moins sauvage… Que ressortira-t-il de ce face-à-face ?

Kiwi se concocte un costume d’ours avec ingéniosité : « du dodu » avec un édredon sur le ventre, des coussins pour des pattes solides, un masque dessiné sur une assiette et une couverture en moumoute pour une fourrure épaisse. Un petit cadeau pour Zach et il ne lui reste plus qu’à se rendre chez lui. Choisissant le chemin de la forêt, elle se retrouve truffe à nez avec un curieux garçon qui la renifle, lui lèche le museau, se faufile entre ses pattes !

Chez De la Martinière Jeunesse (par Laurène Berger)

Ecrit par Laurène Berger , le Mardi, 15 Janvier 2019. , dans Jeunesse, Les Livres, Les Chroniques, La Une CED

 

La collection Mon imagier des animaux chez De la Martinière Jeunesse s’enrichit de deux ouvrages !

 

Pingouins ou manchots

Loin des dessins approximatifs de certains imagiers, les éditions De la Martinière Jeunesse proposent dans cet ouvrage de superbes photos d’animaux des quatre coins du monde : Afrique, Asie, Australie, Europe, Pôles… La qualité de ces photos permet d’établir très précisément les différences entre des animaux assez semblables au premier abord tels que le Pingouin et le Manchot, le Chimpanzé et le Bonobo, le Sanglier et le Phacochère.

Un lexique en fin d’album récapitule les distinctions et précisent les lieux de vie.

Ce bel album cartonné de 24 pages résistera aux mains malhabiles des tout-petits et réjouira leurs yeux avides de découvrir le monde.

Bonjour Monsieur Froid, Contes de la vallée, Carles Porta (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 10 Janvier 2019. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Seuil Jeunesse

Bonjour Monsieur Froid, Contes de la vallée, novembre 2018, trad. anglais Elsa Whyte, 48 pages, 13,90 € . Ecrivain(s): Carles Porta Edition: Seuil Jeunesse

Après Les Feuilles volantes, album loufoque et poétique, découvert en septembre et ouvrant Les Contes de la vallée, Carles Porta nous offre une nouvelle intrigue rocambolesque et magique. Un personnage inédit y rejoint la petite troupe des habitants de la vallée cachée : Monsieur Froid.

Avec sa drôle de bouille, sans traits, sans yeux, sa dégaine tout en longueur et ses jambes interminables, Monsieur Froid, Maximilien de son prénom, fait un curieux échalas. Depuis son enfance, il se passionne pour la musique et se fait rapidement rejeter par ses proches et les gens de son milieu. En réalité peu de personnes, aucune au final, ne semblent apprécier le style fort singulier du trompettiste à base de « TINC BLIN TUT » et de « TUT FANN BOO ».

Monsieur Froid s’en va, et suite à diverses mésaventures, atterrit en plein hiver au cœur de la vallée secrète. Pris en charge par la petite ballerine à tête d’oignon – qui définit à elle seule le monde de Porta –, il trouve refuge dans un arbre mort, à la forme étrange, et il finit recouvert de multiples couches de vêtements pour ne pas mourir de froid. Ainsi costumé, le nez dans une chaussette, il effraye Yula, la petite louve et se sauve lorsque les autres habitants se mettent en tête de faire déguerpir ce monstre, en se déguisant eux-mêmes en un ver de terre gigantesque.

La Maison de brique, Paula Scher, Stan Mack (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 03 Décembre 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, La Joie de lire

La Maison de brique, septembre 2018, trad. américain Francine Bouchet, 40 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Paula Scher, Stan Mack Edition: La Joie de lire

 

 

La couverture de cet album retient d’emblée son lecteur : un petit immeuble de trois étages dont l’on aperçoit les différents habitants à travers les fenêtres. Une chatte au piano, une maman ours mettant au lit son petit, un trio de souris confrontées à un manque de fromage, une famille cochon attablée autour d’une soupe, un hibou bouquinant dans son fauteuil, deux kangourous s’apprêtant pour danser. À l’entrée, monsieur ours rentrant de sa journée.

Les dessins sont réjouissants, à la fois très colorés et hachurés à l’encre, ce qui leur donne un petit côté brouillon et rétro des plus sympathiques. On se prend tout de suite d’amitié pour ces personnages et l’on a qu’une hâte : commencer le livre pour découvrir ce qui se passe à l’intérieur de ces appartements et quelles sont les relations que tissent entre eux ces animaux.

Dancers, Jean-Philippe Blondel (par Sylvie Zobda)

Ecrit par Sylvie Zobda , le Vendredi, 12 Octobre 2018. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Actes Sud Junior

Dancers, août 2018, 163 pages, 13,90 € . Ecrivain(s): Jean-Philippe Blondel Edition: Actes Sud Junior

 

La danse est au cœur du nouveau récit du très productif Jean-Philippe Blondel, qui excelle une fois encore dans l’art de l’analyse des sentiments humains. Son écriture faussement légère, parfaitement maîtrisée, empathique, dévoile au fur et à mesure de l’histoire une intensité dévorante. Le roman choral implique trois narrateurs, Adrien, Anaïs et Sanjeewa, trois lycéens qui se retrouvent en cours d’option danse. Comme souvent chez l’auteur, un triangle amoureux apparaît (lire par exemple le très biographique Et rester vivant, Buchet/Chastel, 2011). Chacun a une perception particulière de la situation. Les points de vue alternent. Adrien aime Anaïs. Anaïs se rapproche de Sanjeewa. Sanjeewa hésite. Leur code commun : la danse. Suite à un événement dramatique, les deux garçons que tout oppose vont devoir s’entendre. Y arriveront-ils ?

Jean-Philippe Blondel explore à merveille le thème de l’adolescence, si présent dans son travail. Il décrit des jeunes en devenir, en proie aux questionnements :