Identification

Jeunesse

Les Autodafeurs 1, Mon frère est un gardien, Marine Carteron

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 02 Juillet 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Le Rouergue

Les Autodafeurs 1, Mon frère est un gardien, mai 2014, 336 pages, 14 € . Ecrivain(s): Marine Carteron Edition: Le Rouergue

 

 

Les Autodafeurs commencent fort, très fort. En deux courts chapitres, Marine Carteron nous embarque dans son univers à la fois très proche de nous et plein de mystères fascinants et inquiétants. Un accident de la route, un homme en train de vivre ses derniers instants. Cet accident n’en est pas un. Cet homme est un gardien et il saura taire son secret. Il y est question de mousquetaires bien connus, d’un Livre de bord, d’un interrogatoire en latin.

« Il sait que son artiste de fille saura prendre soin de son Livre et il sait aussi que son fils saura se souvenir et trouver la force de combattre lorsque le moment sera venu.

Il peut mourir en paix et c’est ce qu’il décide de faire, non sans un dernier regard de mépris pour celui qui fut jadis son ami ».

Du Guesclin, Les aventures d’un chevalier, Sylvie Bages

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 30 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Du Guesclin, Les aventures d’un chevalier, Belin jeunesse, avril 2014, 192 pages, 7,90 € . Ecrivain(s): Sylvie Bages

 

« Avant de devenir… » s’enrichit d’un volume très intéressant autour d’un personnage peu connu, le chevalier Du Guesclin, futur connétable de Charles V. Auréolé d’une légende noire, associant son goût pour la violence et sa laideur, ce personnage historique sera assurément une découverte pour les lecteurs, petits et grands.

Suivant le principe de la collection, nous suivons l’enfance puis la jeunesse du héros, avant qu’il ne devienne célèbre. L’histoire commence en Bretagne en 1326, au manoir de la Motte-Broons, alors que Bertrand Du Guesclin a six ans. Déjà à cet âge tendre, le garçon se fait remarquer pour son habileté à se bagarrer, à diriger les bandes d’enfants et à refuser toute forme d’autorité. Ces talents ne sont pas au goût de ses parents qui le punissent et le rabrouent et qui renoncent même à le faire instruire. Bertrand en tant qu’aîné de sa nombreuse fratrie est pourtant censé devenir l’héritier du domaine.

Billie H., Louis Atangana

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 26 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Le Rouergue

Billie H., mars 2014, 128 pages, 10 € . Ecrivain(s): Louis Atangana Edition: Le Rouergue

 

Eleonora a presque 10 ans. Nous sommes en 1924, à Baltimore, en pleine ségrégation. Cette petite fille noire qui a déjà l’apparence d’une adolescente, s’est juré de ne plus remettre les pieds à l’école où l’institutrice, qui voit en elle un véritable démon, lui a asséné une humiliation terrible : parler en classe de son père. Or, Eleonora vit seule avec sa mère Sadie qui fait de son mieux pour assurer leur quotidien entre boulot et soûleries. Son père, après la guerre en Europe, a disparu, devenu musicien dans un band.

Eleonora fait donc son apprentissage en solo et dans la rue. Elle chaparde, elle joue des poings, sympathise avec de jeunes voyous et gagne leur respect. Elle a un sacré caractère, cette gamine et elle sait ce qu’elle veut ! Son rêve est de retrouver son père et de chanter. Mais avant cela et peut-être pour cela, il lui faudra vivre bien des situations difficiles. Violée puis emprisonnée dans une maison de redressement car un juge blanc voit en elle une coupable et non une victime : « La négraille, la racaille devait bien se tenir. Fallait agir fermement ». Perdue seule dans New York avant d’être placée dans un bordel par sa propre mère… Pourtant, Eleonora trouve la voie de sa rédemption en découvrant les clubs de jazz et en se mettant à chanter.

Quand je serai un animal, Aurélia Alcaïs

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 14 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Seuil Jeunesse

Quand je serai un animal, mai 2014, 32 pages, 15 € . Ecrivain(s): Aurélia Alcaïs Edition: Seuil Jeunesse

 

Métamorphoses et songes sont au cœur de ce bel album accessible aux plus petits : on y parle de l’envie de se transformer et de gagner en force, en puissance…, d’être autre que soi, d’accéder au monde secret des adultes, de grandir aussi. Dans cet inventaire onirique qui donne envie d’être poursuivi soi-même, un enfant, garçon ou fille, apparaît – en partie – sous les traits d’un animal dont il s’approprie une qualité.

« Quand je serai Raton-laveur, je garderai mon masque de Zorro ».

« Quand je serai Tigre, je ne mangerai plus que de la viande, sans couverts et sans serviette ».

« Quand je serai Lapin, avec mes grandes oreilles, j’entendrais tous les secrets des grands ».

« Quand je serai Hibou, je chasserai les cauchemars qui traînent dans les forêts ».

Ce que j’ai oublié de te dire, Joyce Carol Oates

Ecrit par Virginie Neufville , le Vendredi, 13 Juin 2014. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman, Albin Michel

Ce que j’ai oublié de te dire, Traduit de l'américain Cécile Dutheil de la Rochère janvier 2014, 341 pages, 15 € . Ecrivain(s): Joyce Carol Oates Edition: Albin Michel

 

Dans l’univers de Joyce Carol Oates, les lycéennes sont en apparence parfaites, mais gèrent en permanence un conflit intérieur si intense, que le moindre déséquilibre entraîne des conséquences parfois ravageuses. Lorsque Tink Traumer est apparue au lycée très chic et privé de Quaker Heights, son look et son apparence détonnèrent.

En effet, son pull informe, ses leggings noirs troués, ses yeux vitreux qui semblaient ne jamais vous regarder, laissaient une drôle d’impression lorsqu’on la croisait dans les couloirs : « Vous ne saviez jamais si elle riait avec vous ou de vous ». De plus, elle était insaisissable : amicale un jour, distante, le lendemain. Cela dit, au fil des mois, Merissa Carmichaël, Nadia Stillfinger, Hannah et les autres ont réussi plus ou moins à l’apprivoiser et former la Tink & co. Mais un jour, Tink, après un SMS lapidaire laissé à ses amies, est partie, les a abandonnées à tout jamais :

« Cela dit, Tink n’a pas disparu, elle est partie mais… C’est comme quand vous frottez une allumette, la flamme s’éteint mais vous sentez l’odeur de soufre brûlante, âcre, et vous savez qu’il y a un incendie quelque part, même si vous ne le voyez pas ».