Identification

Jeunesse

Peau d’Âne et la Princesse qui-pue-du-bec, Stéphane Botti (par François Baillon)

Ecrit par François Baillon , le Jeudi, 06 Février 2020. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Magnard

Peau d’Âne et la Princesse qui-pue-du-bec, Stéphane Botti, Magnard Jeunesse – Janvier 2020, 144 pages – 11,90 € Edition: Magnard

 

En reprenant les figures mythiques héritées de Grimm ou de Perrault, Stéphane Botti nous plonge dans un conte résolument moderne, aux prises avec les problématiques qui peuvent être celles des enfants du XXIème siècle. Attention, cependant : la modernité ne s’entend pas avec un iPhone. Ici, la poésie et la magie sont bien présentes, et l’humour y tient une place très grande.

Peau d’Âne se voit apprendre par sa marraine fée qu’elle a désormais l’obligation d’aller à l’école – elle qui vivait jusque-là paisiblement dans sa cabane au fond des bois. Elle rencontre alors plusieurs princesses en devenir, comme elle, et se fait rapidement des amies. L’une de ses camarades suscite l’admiration de toutes, en raison de ses talents divers et de sa beauté : Boucles-Parfaites. Mais il y a un envers au décor : Boucles-Parfaites est sans doute la plus pernicieuse aussi…

La Grande Galerie des monstres, Aude Le Pichon (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Mardi, 07 Janvier 2020. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Seuil Jeunesse

La Grande Galerie des monstres, Aude Le Pichon, octobre 2019, 88 pages, 18 € Edition: Seuil Jeunesse

 

La chimère et l’enfant

Ce très bel album jeunesse de grand format, doté d’un titre intrigant, La Grande Galerie des monstres, et d’une couverture picturale, annonce une sorte de musée imaginaire de l’épouvante et du surnaturel. Trente-sept espèces de prodiges monstrueux sont répertoriées. L’enfant trouvera ainsi plusieurs catégories de créatures extraordinaires, réparties selon les continents, les croyances et les époques – de l’antiquité au monde contemporain –, issues de cultures diverses. Comme l’indiquent le sommaire et la typologie de fantaisie, ces monstres sont soit multiples, hybrides ou uniques. L’ouvrage s’ouvre sur la chimère, qui est sans doute l’archétype de l’animal fabuleux, ici une bête tricéphale, à la fois lion, chèvre et serpent, sculptée à Arezzo, 380-360 av. J.-C.

La visite de la grande galerie commence donc par cette rencontre et se termine par la représentation contemporaine d’une fresque murale urbaine. La chimère, qui est aussi une hallucination et une vanité, se trouve au cœur de l’admirable recueil de Baudelaire, Petits Poèmes en prose, Chacun sa chimère, qui débute ainsi :

L’enserpent, Les Humanimaux, Éric Simard (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 08 Novembre 2019. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Syros

L’enserpent, Les Humanimaux, Éric Simard, Syros Jeunesse, août 2019, 48 pages, 3,50 € Edition: Syros

 

Mue

Ce petit livre au titre énigmatique, L’enserpent, relate l’existence d’un être composite, squamate mais anthropien, doué d’humanité. L’auteur Éric Simard achemine l’enfant vers un monde de clonage, de modifications génétiques. Ainsi, les jeunes lecteurs se familiariseront avec les registres du fantastique, de l’anticipation et de la fantaisie, ou avec de nouvelles réalités scientifiques.

De fait, certains êtres portent une marque visible sur l’épiderme – une tache originelle –, ou cachée sur le corps, ce qu’ils vivent comme un stigmate. Il faut donc trouver un nom qui leur convient, un prénom qui les différencie et qui autorise leur entrée dans le monde. L’enserpent se présente comme un récit antique où les animaux se couplaient avec les humains. La « différence » physique est vécue à la fois par Marion et l’enserpent au sein du monde de l’école, entre la joie, la camaraderie, les apprentissages mais aussi la méchanceté et la solitude – tout ce que génère la collectivité.

Je suis Camille, Jean-Loup Felicioli (par Yasmina Mahdi)

Ecrit par Yasmina Mahdi , le Vendredi, 25 Octobre 2019. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Syros

Je suis Camille, Jean-Loup Felicioli, octobre 2019, 80 pages, 19,90 € Edition: Syros

 

Différent(e)

Jean-Loup Felicioli signe un album-jeunesse cartonné, luxueux, où la couverture et les doubles-pages renvoient à la saison automnale. C’est donc la rentrée pour une petite-fille de dix ans, Camille, aussi bien dans une nouvelle école que dans un nouveau pays. Les illustrations sont splendides, formant de véritables tableaux, dans lesquels les détails, les couleurs, sont apposés de façon complexe. Les yeux, les expressions des visages sont traités un peu à la manière des codes visuels des mangas, simplifiés comme sur certains logiciels de composition graphique.

La question du « genre » occupe le récit dès le début. La plupart des enfants du monde contemporain ont intégré au quotidien les outils de communication, la mode, une certaine forme de liberté d’expression, ont établi une relation de confiance avec leurs parents. Ce qui est le cas pour Camille, l’héroïne, qui vient d’un milieu plutôt nanti économiquement, intellectuellement évolué, et occidental. A fortiori, l’école se doit d’accueillir sans discrimination les enfants de toute couleur et de toute condition dans des classes mixtes.

Le Krapoukoff, Raphaëlle Barbanègre (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 09 Octobre 2019. , dans Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Thierry Magnier

Le Krapoukoff, Raphaëlle Barbanègre, septembre 2019, 40 pages, 16 € Edition: Thierry Magnier

 

Le Krapoukoff est l’histoire de deux enfants qui décident d’aller pourfendre du monstre « pour de vrai » afin de savoir qui a le plus de courage. Ils découvrent qu’à défaut de monstres, la forêt interdite est peuplée de bien étranges créatures. Le récit de quête héroïque est réécrit ici sous le signe de l’humour et rappelle les textes débridés de Vincent Malone ou les albums d’Alain Crozon.

Forts de leur entraînement permanent, Raoul à l’épée et Violette à l’arc, les enfants sautent la barrière qui protège le village paisible où ils résident, le bien-nommé Moules-sur-Mer. Des arbres gigantesques se dressent face à eux, qui, tout riquiqui dans la profondeur des bois, fanfaronnent encore. Mais lorsque l’obscurité tombe, le vaillant héros et l’héroïne intrépide commencent à avoir peur. Ils croient voir surgir le Krapoukoff, le plus effroyable des monstres de la forêt mais c’est un gros être couvert de pois de couleur qui hurle en les voyant arriver. Il s’agit de Kougloff et il sera leur premier guide dans la forêt, pour cette quête digne des plus grands chevaliers… hauts comme trois pommes.