Identification

Seuil Jeunesse

Rue des albums (10) - Les lions ne mangent pas de croquettes, André Bouchard

Ecrit par Virginie Neufville , le Mardi, 01 Avril 2014. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Les lions ne mangent pas de croquettes, 32 pages, 15 € . Ecrivain(s): André Bouchard Edition: Seuil Jeunesse

 

Album dans la liste des ouvrages recommandés par l’Éducation Nationale au cycle II (GS-CP-CE1)

 

Quoi de plus normal que d’avoir un lion domestique au lieu du chat ou du chien ? De toute façon, Clémence n’avait pas le choix. Lorsqu’elle a demandé s’il était possible d’avoir un animal domestique, les parents, à l’unisson, lui ont dit : « pas de chien, ni de chat », alors Clémence a opté pour le lion !

Certes, posséder le roi des animaux en ville provoque quelques désagréments, car ce fauve prend de la place, mais sinon, cela n’a que des avantages finalement. Il se promène en laisse (rose de préférence), il fait de l’exercice tout seul, il n’a pas besoin de croquettes pour se sustenter, et se contente de ce qui traîne sur le trottoir ou dans les parcs. De plus, il est autonome, capable de marcher tranquillement ou prendre les transports en commun, tout en étant le roi des bonnes manières ! Enfin, le lion est un animal altruiste, soucieux de son clan et avide de pouvoir rassurer son entourage…

Kiki King et Kiki fait caca, Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 07 Mai 2013. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Kiki King de la banquise et Kiki fait caca, avril 2013, 48 et 32 pages, 8,90 € et 5,90 € . Ecrivain(s): Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba Edition: Seuil Jeunesse

 

 

Vous pouvez n’ouvrir que l’un de ces deux albums, c’est vrai, mais ce serait dommage. Vous pourriez même vous arrêter à la couverture intérieure qui est un récit fabuleux en deux pages frisées chronologiquement, mais là encore, vous passeriez à côté de quelque chose de fou, de délirant, capable de vous amener au bord de la crise de rire. Bon, avant tout, il faut savoir que s’il y a deux livres, c’est pour une bonne et simple raison. Deux formats pour une même série : de grands livres pour les grandes aventures, les « épopées » et des « riquiquis pour les sujets du quotidien ». Ce qui permet au lecteur d’envisager Kiki comme le King de la banquise : dans son héroïsme, sa beauté, sa détermination à faire le bien ; mais aussi comme un enfant comme les autres qui a des problèmes d’enfant comme tous les enfants.

Dictionnaire des marteaux, Claudine Desmarteau

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Mardi, 30 Avril 2013. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Dictionnaire des marteaux, Album Illustré, février 2013, 14 € . Ecrivain(s): Claudine Desmarteau Edition: Seuil Jeunesse

Les éditions du Seuil Jeunesse ont réuni en un joli volume carré deux dictionnaires hilarants de l’auteur-illustratrice Claudine Desmarteau : Le Petit rebelle et Le dictionnaire des synonymes. Interdits aux grands, ils se destinent aux enfants jamais contents, à ceux que les adultes ennuient ou intriguent, et surtout à ceux qui souhaitent, au choix : se débarrasser de leurs encombrants cadets ; arrêter une bonne fois pour toute la cantine et les devoirs ; ne plus subir la mauvaise humeur / haleine/ foi de parents agaçants ou encore renvoyer le mythe de la propreté aux oubliettes (il faut bien reconnaître que le brossage de dents tri-quotidien est une hérésie médiévale…).

Le dictionnaire du petit Rebelle, rédigé à la première personne, est à cheval entre le témoignage poignant d’un préadolescent rageur et le manuel de survie du Castor Junior. Il nous emporte dans un tourbillon de définitions absurdes et de questionnements métaphysiques, où la logique est poussée jusqu’à la désopilance. Cela n’est pas sans nous rappeler le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert ou quelques aphorismes d’Alphonse Allais. Dans un joyeux tohu-bohu, nous découvrons pêle-mêle des mots en vrac (l’ordre alphabétique étant oublié !) et des illustrations en rouge et noir, semblant exécutées au Bic et d’une hideur digne de figurer dans les coins d’un cahier des pires cancres. Le style, un brin provocateur, plaira aux enfants – ben oui, il y a des mots très gros – et aux adultes qui se réjouiront d’une lecture à plusieurs niveaux et des quelques vérités bien senties à propos de leur rôle de parents.

Coppélia, Claude Clément et Daniela Cytryn

Ecrit par Olivier Verdun , le Mardi, 29 Janvier 2013. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Coppélia, octobre 2012, 40 pages, 18 € . Ecrivain(s): Claude Clément et Daniela Cytryn Edition: Seuil Jeunesse

 

 

Cet album de très belle facture, écrit par Claude Clément et illustré par Daniela Cytryn, prouve une fois de plus la vitalité de la littérature jeunesse en France. Le lecteur est plongé dans un bain de couleurs chatoyantes, mordorées, onctueuses, qui tapissent généreusement la page grand format (26*38 cm) et qui puisent leur inspiration dans le folklore d’Europe centrale.

L’histoire est inspirée d’un ballet célèbre dans le monde entier (lui-même tiré d’un conte d’Hoffmann),

« dansé par de nombreuses petites filles d’hier et d’aujourd’hui, qui conte avec gaîté l’amour vrai au-delà des illusions » (quatrième de couverture).

Franz et Swanilda s’aiment et font des projets de mariage lorsque arrive à bord d’une roulotte un étrange savant du nom de Coppélius.

Madame le lapin blanc, Gilles Bachelet

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 25 Janvier 2013. , dans Seuil Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Madame Le Lapin blanc, octobre 2012, 32 pages, 15 € . Ecrivain(s): Gilles Bachelet Edition: Seuil Jeunesse

 

Avis aux lecteurs amateurs d’humour et de références parodiques ! L’illustre Gilles Bachelet s’empare d’une véritable légende de la littérature pour la jeunesse : le fameux lapin blanc d’Alice au Pays des Merveilles, cet animal pressé, obsédé par sa montre à gousset, qu’Alice tente de suivre dans son étrange voyage. Et bien, nous voilà bel et bien de l’autre côté du miroir, non pas celui d’Alice, mais celui des coulisses de ce conte. Allons y découvrir le quotidien et les tracas de Madame Le Lapin blanc, épouse incomprise du héros de Lewis Caroll.

Dans un journal sans concession, Madame Le Lapin blanc nous révèle qu’elle en a assez de gérer les soucis de sa tribu, seule, sans aide aucune de son mari trop occupé par ses obligations à la cour. Dans de grandes pages extrêmement fouillées et amusantes, se révèlent les caractères des membres de la famille : une adolescente qui change d’idée comme de chemise, des jumeaux « sages et réfléchis », une petite lapine assez angoissée, un lapereau excentrique et une petite dernière très braillarde. Il ne reste plus qu’à parler d’un certain chat qui a élu domicile chez les Le Lapin blanc : il est sournois, voleur, froussard, goinfre et transparent…