Identification

Les Chroniques

Onfray ose Freud ou le crépuscule de la pensée, par Léon-Marc Levy

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Vendredi, 10 Juillet 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

 

Cette chronique, dans la série de mes « chemins de lecture », devrait se situer dans une série parallèle intitulée « chemins de mé-lectures » comme on parle de mésaventures. Car lire le pavé de Michel Onfray sur Freud en est une, assurément.

Le rejet de Freud et de son oeuvre, comme la grippe, revient par saisons, obstiné, agaçant mais jamais bien grave : même souche virale et mêmes symptômes. Il n’est pas même utile de soigner, ça passe tout seul après quelques semaines de légère fièvre. Le dernier épisode de cette pandémie chronique porte le nom de Michel Onfray. Je ne pensais pas m’intéresser un jour à cet homme, spécialisé dans la vente du n’importe-quoi : Kant cachait Eichmann, St Jean préfigurait Hitler. On peut raisonnablement penser aussi que Caïn annonçait Jack l’Eventreur ? Il n’en est pas à son coup d’essai. Son traité d’athéologie procédait des mêmes approximations. (1)

Le rêve monstrueux d’une Algérie sans jambes, par Kamel Daoud

Ecrit par Kamel Daoud , le Jeudi, 09 Juillet 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Les jambes de l’Algérie. Histoire de nos présents. D’un côté, un recteur d’Alger, devenu ministre de nos talibanisations en marche, soutient son agent de sécurité qui soutient les talibans contre les jupes courtes. La jupe courte est mal vue pour le nouveau ministre. C’est la source des séismes selon les salafistes, du mal selon les oisives, des sécheresses selon les passants et des fins de monde selon les Algériens qui tournent en rond.

De l’autre côté, la France, pays qui a trouvé son séisme sans bouger les fesses : une étudiante est chassée pour cause de jupe longue. Un journal fictif a même proposé d’échanger les deux femmes pour régler les problèmes.

Dans le reste du monde, la campagne d’Algériennes sur « mes jambes ne sont pas un crime », avec photos de jambes d’Algériennes, a fait le tour du monde. On a parlé de l’Algérie à partir des pieds, pas des mains. Au lieu de briller par la lumière, le pays brille par ses fanatismes. Mais la métaphore n’est pas épuisée : on a un Président assis, qui ne se lève pas et dont les jambes ne fonctionnent pas. Cela est arrivé à l’Amérique le siècle passé mais l’Amérique a gagné, pas nous. Jambes mortes, contre jambes nues. Les premières ne dérangent pas le ministre de l’Enseignement supérieur. Les jambes nues, si. Et l’agent de sécurité ?

Pour une Contre-Histoire littéraire de la Nouvelle-Calédonie

Ecrit par Jean-François Vernay , le Mercredi, 08 Juillet 2015. , dans Les Chroniques, La Une CED

Histoire littéraire de la Nouvelle-Calédonie (1853-2005), Virginie Soula, éd. Karthala, mars 2014, 324 pages, 24 €

 

 

Virginie Soula a présenté sa thèse de troisième cycle intitulée Des ancrages littéraires et identitaires au « destin commun », une histoire littéraire de la Nouvelle-Calédonie (1853-2005), le 18 mars 2008 devant un jury d’africanistes (sic !) (1), sous la co-direction de Monsieur Xavier Garnier et Madame Véronique Bonnet. Résumons donc : une thèse circonscrite à 2005 pour une soutenance en 2008 et une édition en 2014 du même travail. Tempus fugit.

En terme de réception critique, toute histoire littéraire a son lot de dilemmes et de controverses susceptibles de provoquer quelque agacerie ou mécontentement chez les lecteurs : sous quel angle faut-il l’aborder ? Quels écrivains retenir ? Comment rendre justice à leurs œuvres en donnant le goût de les lire ? A quel moment faut-il abandonner le chantier afin qu’il aille sous presse ?

A propos de "Presque l’oubli", Jean Maison

Ecrit par Didier Ayres , le Mercredi, 08 Juillet 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

Presque l’oubli, Jean Maison, éd. Ad Solem, juin 2015, 80 p., 19 €

 

 

Une poésie du labeur


Le dernier livre de Jean Maison est constitué de trois parties égales par le style. L’ouvrage s’ouvre sur la partie la plus « animée » de l’œuvre, poèmes courts, voire très courts, qui saisissent une brindille, un brin, un tout petit quelque chose, le « presque rien » de la philosophie.

On y voit des ouvriers au labeur de la cueillette, des paveurs loués, sorte d’aubains de la campagne, qui flambent à la lueur des torches, les corvées inhérentes au travail des champs, des manœuvres confrontés aux questions de l’âme, parfois, de simples soldats/paysans et maçons/ [qui] marchent à la journée.

Carnets d’un fou, XXIX, par Michel Host

Ecrit par Michel Host , le Lundi, 06 Juillet 2015. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

« La politique dans une œuvre littéraire, c’est un coup de pistolet au milieu d’un concert (…) »

Stendhal, La Chartreuse de Parme

 

« Qu’une administration de droite motivée par une cupidité insatiable, maintenue en place par des mensonges criminels et menée par un crétin imbu de ses privilèges puisse répondre aux idées infantiles que se fait l’Amérique des valeurs morales – comment accepterons-nous une situation aussi grotesque ? Comment parvient-on à se protéger d’une aussi insondable stupidité ? »

Philip Roth, Exit le fantôme

 

# De l’usage des exerga. On peut sans risque démesuré y substituer un mot à un autre… Ainsi, de « l’Amérique » de Philip Roth… À quel autre contrée pourrions-nous penser ?