Identification

Les Chroniques

A propos de « Retour sur la question juive » d’Elisabeth Roudinesco

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 16 Octobre 2014. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Retour sur la question juive, Elisabeth Roudinesco, Albin Michel, 320 p. 22€

 

Cette chronique est une réflexion libre qui fait suite à la lecture du livre d’Elisabeth Roudinesco « Retour sur la question juive » (Albin Michel). Ce n'en est pas un compte-rendu.

 

Il fallait vraiment du courage pour opérer ce « retour ». Revenir sur « la question », aujourd'hui, après 2000 ans d'une histoire terrible, éclatée (dispersée), difficilement saisissable, et qui plus est, objet incessant des interrogations et des approches analytiques des plus grands penseurs (Karl Marx, Hannah Arendt, Jean-Paul Sartre, Emmanuel Lévinas...) constitue un défi des plus osés. Elisabeth Roudinesco l'affronte, avec la sérénité et le courage intellectuel qui s'imposent à l'entreprise.

Souffles - L’amour aux temps de Daech

Ecrit par Amin Zaoui , le Mercredi, 15 Octobre 2014. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Tous et toutes, depuis notre adolescence, depuis notre première lecture, nous étions ensorcelés par cette fabuleuse histoire d’amour entre Qays et Leïla. Et nous le sommes toujours, éblouis par cet amour bercé dans de la belle poésie libre et libératrice, dans la fidélité. Dans la folie, une folie tant rêvée et souhaitée par nous tous et toutes. Aimer à la folie dans la terre d’Islam, est un miracle ! Mais osons-nous parler d’amour en ces jours de Daech, en ce temps du nouveau khalifat islamique qui n’a d’adoration qu’aux têtes décapitées, qu’aux femmes enlevées, qu’aux filles violées, qu’aux villes brûlées ? Le temps du cataclysme ! Les quelques biographes de Qays ibn El Moulaoueh (645-688), majnoun Leïla, ont rapporté que ce dernier, pieds nus, suivait sa bien-aimée jusqu’à la Kaâba, la maison d’Allah. Sur ses traces, en accomplissant son devoir de pèlerin, priant Allah, à l’heure du Tawaf, le suppliant de lui indiquer le chemin qui le conduit vers la rencontre de Leïla. Aux temps de Qays, la maison d’Allah était le lieu où la fusion fut complète entre l’amour du Dieu et celui de la bien-aimée. Jadis, l’Islam, par sa spiritualité profonde, par sa tolérance civilisationnelle représentait un refuge réconfortant et émouvant pour les amoureux.

Maître et serviteur des ombres, R. Beer-Hofmann

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 13 Octobre 2014. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Maître et serviteur des ombres, R. Beer-Hofmann, trad. J.-Y. Masson et F. Wesseler, éd. Arfuyen, col. Neige, septembre 2014, 150 pages, 12 €

 

Union

Avant de décrire mon impression touchant ce livre de la belle collection Neige chez Arfuyen, je voudrais dire deux choses un peu contingentes. Tout d’abord souligner le destin de cet auteur, Richard Beer-Hofmann, à qui la célébrité en Europe est difficile, et que la traduction de J.-Y. Masson et de F. Wesseler redonne au public français en même temps qu’elle lui permet de trouver une place dans le paysage littéraire d’aujourd’hui. D’autre part, je me suis beaucoup intéressé à la dédicace de 1941 au poème écrit à New York, au printemps, qui m’a interrogé, d’autant que la traduction de ce livre a été faite à deux voix – ce qui symboliquement est précieux.

A propos de Serial Killers, Stéphane Bourgoin

Ecrit par Elisa Amaru , le Samedi, 11 Octobre 2014. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

Serial Killers, Stéphane Bourgoin, éd. Grasset, Ned, juin 2014, 1104 pages, 27 € (ebook 18,99 € ; tous visuels reproduits avec l’aimable autorisation de l’auteur)

 

Stéphane Bourgoin

Ses livres sont des bestsellers et son inspiration ne connaît pas la crise ! Le spécialiste français des tueurs en série, Stéphane Bourgoin, revient chez Grasset avec la 5e édition revue et augmentée de Serial Killers. Un pavé de 1100 pages dans la mare du genre. A la fois livre d’enquête haletant, étude psychologique, sociétale et criminelle passionnante, Serial Killers a été traduit dans plus de quinze langues, et doit son succès fulgurant à la satisfaction de ses lecteurs. Stéphane Bourgoin n’est pas à un paradoxe près. Non content d’avoir écrit une trentaine d’ouvrages sur le sujet, il a aussi réalisé plus d’une centaine de documentaires télévisés, participé à des enquêtes à travers le monde, a prêté sa personnalité à des héros de fiction, et dirige sa librairie : Au Troisième Œil.

La Reine morte, Montherlant

Ecrit par Sophie Galabru , le Vendredi, 03 Octobre 2014. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

 

Pour la première fois, Montherlant écrivit une pièce, La Reine morte, drame en trois actes, montée en 1942 à la Comédie-Française. Si La Reine morte ne porte pas le tragique antique d’une Antigone réactualisée par Anouilh en 1944 ou d’une Electre par Giraudoux en 1937, elle n’en a pas moins la profonde dignité, et la majestueuse tristesse pour emprunter le mot de Racine. Bien loin des malédictions transgénérationnelles, l’auteur raconte qu’il fut inspiré d’une pièce d’un auteur espagnol du Siècle d’or, Luis Vélez de Guevara, et de sa pièce Régner après la mort (Reinar despuès de morir, 1652). L’auteur explique ainsi que « toute cette production dramatique du siècle d’or est peut-être un moment important de l’histoire du théâtre : superficielle et sans caractères, elle n’a pas d’importance humaine ». Décidé à conserver « l’armature » de Reinar, Montherlant sut lui confier un contenu nourri par la force de ses personnages et la subtilité des dialogues.