Identification

Les Chroniques

Sur deux quatrains de Jean Sénac (par Patrick Abraham)

Ecrit par Patrick Abraham , le Lundi, 12 Novembre 2018. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

« J’écris mes poèmes sur ta bouche.

(…)

Je n’en finis plus de m’aimer sur tes lèvres »

 

Je voudrais parler de Jean Sénac. Je voudrais parler du cinquième fragment (ou cinquième poème) de son recueil Diwân du MôleDiwân du Môle comprend quatre-vingt-quatorze poèmes (ou fragments). Treize d’entre eux ont été publiés en 1959. La version ultime de l’ensemble a été déposée à la Bibliothèque nationale d’Alger (fonds Sénac) et, malgré deux projets en 1965 et 1967-68, n’est jamais parue du vivant de l’auteur. Je dois ces renseignements à Hamid-Nacer Khodja qui fut l’infatigable ami de Sénac et qui a joué un rôle déterminant dans la survie de son œuvre (1).

Libre à elles. Le choix de ne pas être mère, Laurence Santantonios (par Robert Sctrick)

Ecrit par Robert Sctrick , le Vendredi, 09 Novembre 2018. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED

Libre à elles. Le choix de ne pas être mère, Laurence Santantonios, éd. Mauconduit, octobre 2018, 224 pages, 18,50 €

Soyons francs : qui d’entre nous, sauf sous la contrainte, s’aventurerait à écrire Du bon usage de la liberté ? C’est que la liberté n’est pas affaire d’usage, mais de métaphysique. Le héron croit qu’il l’exerce quand il repousse le moment de son repas : il ne pèse même pas le pour et le contre, rien pendant un temps n’est assez bon pour lui, voilà tout. Au-dessus de sa forfanterie, nous dit le fabuliste, une loi supérieure lui fera oublier, à sa courte honte, ses faux-fuyants : la faim. Ainsi, on ne peut pas ne pas vouloir ? Le législateur le dit bien un peu, qu’il est là pour refréner : pas trop vite, pas trop imbibé, pas en force… Libre à ellesfait, en filigrane, un inventaire bien plus consistant de tous les freins qu’on se donne et qu’on peut s’inventer, indépendamment du législateur, pour contrebalancer des démons supposés, qu’on les appelle envie, caprice, besoin, vocation, que sais-je. Instinct est un peu à part, parce que le mot est ravalé : chez nous autres humains, le culturel a un tel poids que, dès que l’inné est à l’œuvre, la sublimation pointe son nez. Si le héron sublimait, il serait chef étoilé, au lieu d’être un maillon sur la chaîne alimentaire, et vous enseignerait que la tanche n’est bonne qu’en saison, relevée d’un filet de ceci et de quatre grains de cela, et que la meilleure est cuisinée dans telle petite rue du Marais. Et la liberté de concevoir dans tout ça ?

La féérie Klimt à l’épreuve du numérique (par Mustapha Saha)

Ecrit par Mustapha Saha , le Vendredi, 09 Novembre 2018. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

La féérie Klimt à l’épreuve du numérique

 

Dans le premier Centre d’Art Numérique de Paris, dénommé Atelier des Lumières, la visite dite immersive dans les œuvres de Gustav Klimt, de Egon Schiele, de Friedensreich Hundertwasser, projections multidimensionnelles mues par les musiques de Frédéric Chopin, de Gustav Mahler, de Richard Strauss, peine à se transmuter en voyage onirique. Des surfaces gigantesques sont balayées, en flux continu, par des couleurs hallucinantes. L’ancienne fonderie Plichon, conservée dans ses structures métalliques, ne réussit pas à se transformer en vaisseau cosmique. Le sol, foisonnant d’innombrables fleurs colorées, ne se métamorphose pas en jardin édénique. Les corps emportés dans une spirale infernale, submergés de sensations volatiles, se laissent noyer dans les fontaines chromatiques. Une formidable opération de marketing culturel qui draine, en quelques mois, des centaines de milliers de spectateurs. Inutile d’espérer en sortir, qu’on soit néophyte ou connaisseur, imprégné de la véritable féérie Klimt.

Réarmement lumière, Alexandre Desrameaux (par Murielle Compère-Demarcy)

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Jeudi, 08 Novembre 2018. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED

Réarmement lumière, Alexandre Desrameaux, Ed. Des Vanneaux, Coll. L’Ombellie, mars 2018, 58 pages, 15 €

 

Le titre à première lecture interpelle : Réarmement lumière, mais encore ? Signalétique d’un opus poétique, le lecteur l’interprète d’emblée en son sens figuré et se souvient que le réarmement a pu historiquement désigner un mouvement de rénovation spirituelle fondée sur des valeurs pacifiques et altruistes, « réforme du monde par une réforme de la vie personnelle ». Gandhi en fut un représentant avec sa doctrine de non résistance fondée sur des moyens pacifiques. Est-ce de cela que nous parle ici le poète Alexandre Desrameaux ? Appliqué à la poésie nous devinons que le réarmement désigne ici un rechargement des batteries pour « transformer la vie » au sens rimbaldien. Du moins le supposons-nous de prime abord. L’illustration de couverture qui représente un détail d’une œuvre picturale signée du poète d’envergure Bernard Noël, confirme cette orientation par sa légende « Les soupirs de la méthode » et nous conforte dans l’idée que nous nous ouvrons là à la lecture d’un cheminement, cognitif et créatif très probablement, les deux se complétant, formant la dimension non systémique mais totalisante de notre intégration au monde ici pulvérisé pour souffler le carcan de remparts transfigurés en « fumées d’escaliers, montant Babel de chiffres et prouvant dieu malgré eux ».

Éphémérides créatives - Oscar Wilde & Henri Michaux (par Jean-Marc Dupont)

Ecrit par Jean-Marc Dupont , le Jeudi, 08 Novembre 2018. , dans Les Chroniques, La Une CED

16 octobre : éphémérides créatives (I), Oscar Wilde : critique créative, « Vouloir le vrai, c’est s’avouer impuissant à le créer »

Le 16 octobre 1854, naissance de l’écrivain irlandais Oscar Wilde (mort le 30 novembre 1900)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Wilde

« La logique est le dernier refuge des gens sans imagination », Oscar Wilde [*]

« Pas une carte au monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas », Oscar Wilde

Le site officiel : https://www.cmgww.com/historic/wilde/

En évoquant divers écrits [1] Yves Landerouin rappelle que « Ces textes résultent d’une pratique qu’Oscar Wilde a décrite dans son essai The Critic as Artist (1891) et à laquelle on pourrait donner le nom de “critique créative” : ils ont en commun de manifester leur lien avec une autre œuvre, de remplir une ou plusieurs fonctions de la critique (juger, décrire, interpréter l’œuvre en question) et de présenter eux-mêmes les caractéristiques d’une nouvelle création (disons provisoirement : les formes des genres réputés créatifs, la prépondérance de l’imagination et de la subjectivité).