Identification

Les Chroniques

La stricte observance. Avec Rancé à la Trappe, Michel Onfray (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier , le Lundi, 04 Février 2019. , dans Les Chroniques, La Une CED

 

Tropisme normand mis à part (mais on aurait tort de négliger cette dimension), qu’est-ce que Michel Onfray, athée convaincu et déterminé à convaincre les autres, a bien pu aller faire à l’abbaye de la Trappe ? Inciter les moines à lire son Traité d’athéologie ou un de ses ouvrages laborieux dans lesquels il explique que Jésus est une invention (l’existence du Christ est aussi bien attestée que celle d’Alexandre le Grand, dont personne ne doute) ? Les persuader qu’ils ont dévolu leurs existences à quelque chose qui n’existe pas ? Dans ce cas, il serait venu pour rien : la règle du silence s’applique avec une particulière rigueur dans le célèbre monastère cistercien « de stricte observance » et aucun visiteur, si célèbre et si athée soit-il, n’a le droit de parler aux moines – qui d’ailleurs ne s’adressent en principe pas la parole entre eux. Comme il faut tout de même communiquer, les Cisterciens avaient jadis développé un langage gestuel élaboré, mais il n’est pas facile de prouver l’inexistence de Dieu à l’aide de gestes. Michel Onfray se serait-il rendu à la Trappe comme Voltaire à l’abbaye de Senones, pour y profiter de la bibliothèque monastique ? Non : il est venu lire un livre, un seul, la Vie de Rancé, que Chateaubriand composa en guise de pénitence.

Poéticide, Hans Limon - A dos de Dieu, Marcel Moreau, chez Quidam (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 01 Février 2019. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED

Poéticide, Hans Limon, Quidam éditeur, coll. Les Indociles, novembre 2018, 96 pages, 13 €

A dos de Dieu, Marcel Moreau, Quidam éditeur, coll. Les Indociles, octobre 2018, 140 pages, 16 €

 

« Il me faudra du temps pour écoper ton spectre

et détourner mes pas de tes appas, Electre.

Mon corps à bout de cœur a besoin de repos.

Il faut parfois muer pour conserver sa peau ».

Poéticide, Rideau, Hans Limon

« Beffroi, c’est tout autre chose. Pendant ce temps-là, il pousse à travers la ville. Ses yeux sont noirs et ils sondent. Ses bras en battoir, son torse de corsaire. Rire qui siffle. Cheveux sales, pense sa voisine, dans le tramway. Il en descend, disparaît. Sa façon de s’enfoncer dans une foule : comme une machette. Tout autre chose. Pendant ce temps-là, il boit ».

A dos de Dieu, Marcel Moreau

Ces livres, munitions inépuisables du terrorisme !, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui , le Jeudi, 31 Janvier 2019. , dans Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED


… Il existe des livres matrice du terrorisme. D’autres livres jouent le rôle des chiens de garde de cette idéologie islamiste fasciste et fascisante. Nul mot, dans tous les dictionnaires de toutes les langues du monde, n’est capable de décrire l’acte bestial du viol et du meurtre horrible des deux jeunes femmes scandinaves dans la banlieue montagneuse de Marrakech, au Maroc.

Cette tuerie barbare de Marrakech nous invite, tous, en tant qu’élite culturelle éclairée, créative ou politique, à réfléchir profondément, et avec courage, sur les racines de cette pathologie contagieuse dans la terre d’islam.

Les petits livres des saisons, Rotraut Susanne Berner, La Joie de lire (par Laurène Berger)

Ecrit par Laurène Berger , le Mercredi, 30 Janvier 2019. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED, Jeunesse

Les petits livres des saisons, Rotraut Susanne Berner, La Joie de lire, janvier 2019, coffret de 4 albums cartonnés petit format 26 x 34 cm, 16 pages chacun, 24,90 €

Peut-être aviez-vous dans votre enfance de ces petits livres en coffret cartonné que vous emmeniez dans votre valise pour aller passer les vacances chez votre grand-mère… de ces petits livres miniatures que les enfants aiment tant feuilleter pendant les longs voyages en voiture et qui les aident à s’endormir en rêvant à des aventures en des pays lointains.

La Joie de lire vient justement de publier en coffret et en petit format les livres des saisons : Le Livre de l’hiverLe Livre du printempsLe Livre de l’été et Le Livre de l’automne, de R. S. Berner.

La thématique est classique mais Rotraut Susanne Berner choisit pour l’illustrer de nous emmener en promenade dans une petite ville. C’est une petite ville de province pas loin de la campagne avec ses maisons, ses immeubles, ses entreprises, sa gare, ses magasins, sa bibliothèque et son parc près du lac. On part d’une grande maison avec ses habitants dont certains vont prendre le bus, d’autres se préparent à aller au travail. Celui-ci fait son jogging avec son chien et nous les suivrons, au fil des pages, à travers la ville jusqu’au lac gelé en hiver.

Les Larmes, Pascal Quignard (par Michel Host)

Ecrit par Michel Host , le Mardi, 29 Janvier 2019. , dans Les Chroniques, Les Livres, La Une CED

« J’aime la solitude, les chevaux sans frein, sans bride, sans rênes, sans selle, sans fers. J’aime leur corps magnifique. J’aime l’eau qui passe et où on plonge et d’où l’on sort nu et neuf comme au premier jour où l’on se prend à découvrir qu’on est toujours en train de naître ».

P. Quignard

 

Fontaines d’antan

Ce livre est d’autrefois, disons d’hier, car publié en 2016, année tombée dans la nuit des mémoires, mais il nous parle de temps plus lointains, temps carolingiens, d’entre histoire et légende, ceux des forêts sombres et des claires rivières, ceux d’une terre naissante à elle-même, sacrée, terre franque, bientôt française, il ne s’en faudra que de quatre ou cinq siècles. Ce livre merveilleux rejoint ces âges où les sombres forêts étaient peuplées de fées qu’on appellera sorcières, devineresses et auparavant chamanes. Elles contemplaient la digitale, l’herbe à Robert, lavaient les racines guérisseuses et comprenaient la giration des étoiles.