Identification

Nouvelles

Les Bulles, Tom Reisen (par Emmanuelle Caminade)

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 13 Mars 2019. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Les Bulles, Hydre éditions, novembre 2018, 100 pages, 12 € . Ecrivain(s): Tom Reisen

 

 

Quasiment inconnu en France, Tom Reisen, qui a travaillé comme diplomate à New-York au siège de l’ONU, est un écrivain luxembourgeois érudit et féru de littérature dont le patient parcours littéraire entamé au début des années 2000 avec la poésie semble marqué par l’exigence. Et Les Bulles, ce court recueil de micro-fictions publié fin 2018 chez un petit éditeur indépendant, s’avère une révélation : on tient manifestement là un texte dont la perfection formelle et stylistique et la profondeur du propos sont dignes des plus grands !

Rien à voir en effet avec ces recueils de nouvelles inégales et disparates hâtivement réunies dont nous avons trop souvent l’habitude. C’est au contraire une œuvre mûrie, aboutie, conçue et travaillée comme un tout.

Journal à deux voix, suivi de Quelques notes en deux étapes, Alain Marc (par Murielle Compère-Demarcy)

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) , le Lundi, 18 Février 2019. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Z4 éditions

Journal à deux voix, suivi de Quelques notes en deux étapes, juillet 2018, 63 pages, 12 € . Ecrivain(s): Alain Marc Edition: Z4 éditions

L’espace où se joue / s’axe / s’articule / s’exprime ce Journal à deux voix s’élance dans le laps d’un « groupe de mots lancés » à la page 14 :

 

« Le désir de la rencontre amoureusevient sous-tendre

l’échange et créer l’illumination. Alors peut-être repousser la

rencontre tout en l’alimentant suffisamment pour pouvoir

continuer à jouir de la venue des révélations. »

 

Le récit épistolaire-par-fragments s’énoncera ainsi, ici, suivant le modus vivendi d’un érotisme constitutif du Dire et du Jouir mis en jeu / mis à jour dans l’écart d’une rencontre éperdument amoureuse inaugurée / initiée par le protagoniste, reçue par sa destinataire.

Les volatiles de Fra Angelico, Antonio Tabucchi (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx , le Vendredi, 15 Février 2019. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard, Italie

Les volatiles de Fra Angelico, novembre 2018, trad. italien Bernard Comment, 96 pages, 12 € . Ecrivain(s): Antonio Tabucchi Edition: Gallimard

 

Treize nouvelles du grand connaisseur de Pessoa (Une malle pleine de gens), disparu trop tôt, que l’on avait apprécié pour des livres vibrants tels Pereira prétend ou Tristano meurt.

Cette nouvelle traduction, due à l’écrivain italianiste Bernard Comment, permet au lecteur de prendre bonne mesure des atouts de la narration de Tabucchi, dans des tonalités diverses : la première nouvelle, éponyme, réussit à faire de la peinture et du frère Angelico un univers du merveilleux partageable ; les références personnelles du romancier qui avoue dans l’un des textes qu’il n’a pu achever un roman et s’en explique ; des lettres à Goya et à la Passionaria Ibarruri ; l’aire de l’art aussi…

Un échange entre Tabucchi et un lecteur hindou fan de son œuvre donne lieu à un décodage subtil d’une œuvre (Nocturne indien).

Ailleurs, des « Gens heureux » montrent la voie au bonheur saisissable et enjoignent le lecteur à prendre la vie dans l’ouverture de ce qu’elle favorise.

La lumière est à moi et autres nouvelles, Gilles Paris (par Sylvie Ferrando)

Ecrit par Sylvie Ferrando , le Vendredi, 15 Février 2019. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

La lumière est à moi et autres nouvelles, octobre 2018, 208 pages, 19 € . Ecrivain(s): Gilles Paris Edition: Gallimard

Ce recueil de nouvelles de « Haute enfance » commence en force et en beauté avec deux excellents textes, construits en miroir, « Les pins parasols » et « Anton – Les pins parasols », où les récits à vif de deux des trois personnages principaux, Brune et Anton, se font écho. L’intrigue est ainsi peu à peu dévoilée, les zones d’ombre s’éclaircissent et les personnages prennent épaisseur et complexité à travers le regard qu’un autre protagoniste porte sur eux.

D’autres pépites scintillent d’émotion et d’invention créative, comme « Gris », qui prend place dans une famille d’acrobates, « Enfants de cœur » ou « Les pétales jaunes de Panarea ».

Gilles Paris s’intéresse aux destins d’enfants et d’adolescents blessés, perdus, malades, maltraités, esseulés, isolés, destins qui vont prendre un tour nouveau, s’enliser ou s’éclaircir, comme dans la vie, la poésie en plus. Foyers désunis, meurtrissures, petites et grandes, drames familiaux, amicaux ou amoureux, l’expression de ces brisures de la vie est tout en pudeur, à l’image des enfants/héros qui subissent plus qu’ils n’agissent, mais ressentent, réfléchissent, analysent, révèlent les malchances qui se muent en chances ou les bonheurs qui se transforment en malheurs. C’est l’enfant qui parle et qui – toujours – est en quête d’amour, d’amitié et de reconnaissance.

Kentucky Straight, Chris Offutt (par Léon-Marc Levy)

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mardi, 20 Novembre 2018. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Gallmeister, Cette semaine

Kentucky Straight, mai 2018, trad. américain Anatole Pons, 163 pages, 8,30 € . Ecrivain(s): Chris Offutt Edition: Gallmeister

 

Âpres, souvent violentes, ces neuf nouvelles ont le goût et l’accent du territoire où elles se déroulent. Le Kentucky bien sûr, mais beaucoup plus précisément dans un bout de Kentucky grand comme un mouchoir, à l’est de Rocksalt, entre la Clay Creek et la Blue Lick River. Un territoire oublié des dieux, pauvre et sauvage et dont les habitants ne le sont pas moins.

Des gens frustres, brutaux, qui survivent avec les plus pauvres moyens mais gardent néanmoins, sous la plume de Chris Offutt, une vraie dignité humaine. La religion est là comme une maladie nerveuse, juste habituelle et répétitive, sans aucune spiritualité. Et le rapport aux animaux et à la nature n’est fait que de besoins, sans une once d’émotion esthétique ou morale.

« Quand j’étais petit, on avait un coonhound qui s’était fait arroser par une moufette et qui avait eu le culot de venir se coucher sous la terrasse après ça. Il pleurnichait dans le noir et voulait pas sortir. Papa lui a collé une balle. Il puait quand même toujours, mais papa se sentait mieux. Il a dit à maman qu’un chien qui sait pas faire la différence entre un raton laveur et une moufette, il faut le tuer » (La sciure).