Identification

Nouvelles

William Faulkner, Nouvelles, Tome VI en la Pléiade

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 25 Mars 2017. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, La Pléiade Gallimard

William Faulkner, Nouvelles, édition de François Pitavy, 16 Mars 2017, 74€ (67€ en 2017) . Ecrivain(s): William Faulkner Edition: La Pléiade Gallimard

 

Pour Léon-Marc Levy

 

« Avant que nous n’ayons atteint le village, la cloche avait commencé de sonner. Les notes cadencées qui sortaient du clocher dépouillé de l’église paraissaient s’envoler librement dans le vent comme d’une branche en hiver. Dès le soleil couché le vent se mit à souffler. Nous regardâmes le soleil toucher la cime des montagnes, puis le ciel perdit la vivacité de son bleu pâle et prit une teinte légèrement verdâtre, comme du verre, sur laquelle se découpa, noire et nette, la crête que nous venions de quitter, où s’estompait déjà la chapelle avec sa poignée de fleurs séchées au pied du crucifix qui disparaissait » (Mistral, II, p. 929-930)

 

Les nouvelles de Faulkner sont nombreuses : leur composition, depuis « Atterrissage risqué » (1919) jusqu’à « Poursuite au matin » (1955), couvre trente-cinq années.

L’associé, Joseph Conrad

Ecrit par Marie-Pierre Fiorentino , le Lundi, 20 Mars 2017. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Folio (Gallimard)

L’associé, janvier 2017, trad. anglais G. Jean-Aubry, 86 pages, 2 € . Ecrivain(s): Joseph Conrad Edition: Folio (Gallimard)

 

Le parti pris de cette nouvelle extraite du recueil En marge des marées est en apparence convenu. Un auteur de fictions pour revues traîne son ennui dans le fumoir d’un petit hôtel en bord de mer où un vieil arrimeur a ses habitudes. Peu aimable, celui-ci vitupère contre la naïveté des touristes et la complaisance des mariniers à exploiter « cette histoire à dormir debout » concernant un naufrage passé. Et l’homme habituellement taciturne de livrer sa version des faits.

Toute l’affaire, avant de se terminer sur les rochers de la côte, a démarré dans un bureau à Londres où Georges Dunbar, frère du capitaine et propriétaire du bateau le Sagamore s’est associé à Cloete, un américain véreux. Un brave homme influençable, un exécuteur des basses besognes, une épouse frivole et une autre modèle : aucune de ces figures typiques ne manque à l’appel. La physionomie de chacune comme sa psychologie animent des décors un peu miteux de cette Angleterre où on rêve d’autant plus d’argent et d’exotisme que les affaires sont rudes et le ciel plombé.

En réalité, la nouvelle interroge sur l’inspiration et l’écriture. D’ailleurs, l’ancien arrimeur ne daigne prêter attention à l’étranger qu’à partir du moment où il sait qu’il exerce le métier d’écrivain.

Quelques femmes, Mihàlis Ganas (2ème critique)

Ecrit par Marc Ossorguine , le Samedi, 18 Mars 2017. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Quidam Editeur

Quelques femmes, trad. grec Michel Volkovitch (Γυναικών, 2010), 68 p., 10 € . Ecrivain(s): Mihalis Ganas Edition: Quidam Editeur

 

Voilà un poète et écrivain grec dont on regrette, à peine le livre ouvert, qu’il ne soit pas plus traduit en France. En effet ces quelques portraits ou nouvelles, on ne sait trop, ont un pouvoir de séduction rare, de par leur langue comme de par les images qu’ils convoquent, ou plutôt invoquent. Considéré en terre grecque comme l’une des grandes voix poétiques contemporaines, il faut tout l’art du traducteur pour nous les faire partager, même imparfaitement, même partiellement. Nous ignorons tout de la langue grecque, mais le pouvoir de ces textes est aussi de nous donner une puissante envie de découvrir cette langue, avec sa musique propre.

La simplicité de ces portraits nous touche aussi, pris dans le quotidien le plus ordinaire, jusqu’à en être banal (mais pas trivial) que le regard de l’écrivain rend unique, extraordinairement complice, jusqu’aux frontières de l’intime qu’il franchit parfois à pas de loup. Portraits ou nouvelles, portraits et nouvelles tout à la fois. De femmes mais aussi d’hommes.

Retourner à la mer, Raphaël Haroche

Ecrit par Sandrine Ferron-Veillard , le Mardi, 14 Mars 2017. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Gallimard

Retourner à la mer, février 2017, 166 pages, 17,50 € . Ecrivain(s): Raphaël Haroche Edition: Gallimard

 

Sa terre à lui c’est la mer, et la mer pour lui c’est ça. Une voix, un ton, une lecture en images.

Plus d’un avant lui ont plongé dans l’abîme, du chanteur au peintre, de l’écrivain au parolier, l’artiste toujours qui te dirait qu’écrire ce n’est point affirmer ou confirmer mais déformer. Un auteur-compositeur qui écrit ses chansons comme des nouvelles. Des nouvelles en chansons.

Raphaël a retrouvé son tréma, révélé son nom de famille pour démarquer là l’exercice. Chaque voyelle ici se prononce. La musique dans les dialogues, le rythme et d’emblée le pied qui tape le sol. La première nouvelle te plaque au sol.

La débiteuse à bois et l’incinérateur des carcasses, le couperet, le coup, le couteau, les sucs, les graisses, le sang sur le sol de l’abattoir. Les odeurs. Les arbres coupés et les corps des bêtes menées à la mort. La chair dans la terre. Les hommes, les hommes bien sûr qui font leur métier en fermant leur âme, juste un peu, les hommes sont d’un autre pays, ça se passe dans un autre pays. Il faut que ce genre de choses se passe en dehors.

Max et les Phagocytes, Henry Miller

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Jeudi, 09 Mars 2017. , dans Nouvelles, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Le Livre de Poche

Max et les Phagocytes, trad. Georges Belmont, 189 pages, 6 € . Ecrivain(s): Henry Miller Edition: Le Livre de Poche

 

Ce recueil de nouvelles, publié en 1938, se démarque légèrement du flamboyant et sauvage Tropique du cancer, roman phare de l’auteur. Vierge d’obscénité, chacune de ses sept nouvelles est le récit truculent et maîtrisé d’une rencontre ou d’une aventure tirée de l’expérience de Henry Miller.

En 1930, Miller, ivre d’extase et de liberté, s’extirpe du bourbier américain, mélange de puritanisme et d’activisme. Il s’exile à Paris où il se livre à une bohème insouciante et artistique. Marinant dans une extrême précarité, mendigotant, subsistant grâce à la charité des personnes auxquelles il se lie, Miller n’a qu’une idée en tête : devenir écrivain. Tout devient matière à écrire. La moindre péripétie est le prétexte à une mise en mots qui, loin d’amoindrir le réel, l’embrase. Miller s’imprègne de l’atmosphère rustre et sordide des bas fonds parisiens, s’abreuve à ses déboires et se nourrit de ses multiples rencontres. Il absorbe tout tel un buvard, phagocytose effrénée, et le recrache en perles d’encre sur le papier.