Identification

Critiques

Et je dirai au monde toute la haine qu’il m’inspire, Marc Villemain

Ecrit par Marie du Crest , le Samedi, 28 Février 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman

Et je dirai au monde toute la haine qu’il m’inspire, édité chez Maren Sell éditeurs, en attente d’une réédition (disponible sur Amazon ou autre site en ligne) . Ecrivain(s): Marc Villemain

 

 

Un futur si proche

Début janvier 2015, sortit en librairie, dans un climat polémique, le roman Soumission de Michel Houellebecq. En 2006, paraissait le premier roman de Marc Villemain, Et je dirai au monde toute la haine qu’il m’inspire. Deux politiques fictions d’anticipation, imaginant chacune le devenir de la France de 2020, dans l’ombre tutélaire de J.K. Huysmans, auteur du « sombre dix-neuvième siècle » selon Damien Sachs-Korli, l’un des deux narrateurs du texte de Villemain et sujet de recherche universitaire pour le héros de Houellebecq. D’une certaine manière, le roman de Villemain est inaugural à double titre, premier geste romanesque de son auteur et première méditation sur les destinées électorales du pays. La première, celle de Houellebecq, se rassurant elle-même, et la seconde, nocturne, vécue dans l’exil, la fuite.

Une histoire à tenir debout, Régine Salvat

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Samedi, 28 Février 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Récits, Jean-Claude Lattès

Une histoire à tenir debout, 299 pages, 18,30 € . Ecrivain(s): Régine Salvat Edition: Jean-Claude Lattès

 

Une traversée des apparences

Comment parler du livre de Régine Salvat sans évoquer l’émotion violente et incompressible qui nous étreint en le lisant, sans évoquer la présence à chaque mot, de RémY, pendant notre lecture.

RémY (avec un Y !), un être doté d’une grande intelligence, sensible, magnanime et qui a su gagner tant de combats contre sa maladie, à différentes étapes, pour apprendre à lire, à écrire, quand sa maladie l’entravait, qui a refusé le plus longtemps possible le fauteuil roulant, pratiqué l’aïkido et qui a décidé tel un samouraï de suivre cette éthique exemplaire qu’il admirait : « la droiture est le pouvoir de décider une certaine ligne de conduite en accord avec la raison, sans hésiter ; mourir lorsqu’il faut mourir, combattre quand il faut combattre ; “le courage est la vertu des héros…” c’est un réel courage de vivre lorsqu’il est juste de vivre et de mourir seulement lorsqu’il est juste de mourir ». Des phrases qu’il avait soulignées dans son livre préféré. « Rémy c’était mon Gandhi, et plus encore », disait de lui son ami Loïs.

Les bijoux de pacotille, Céline Milliat-Baumgartner

Ecrit par Laurence Biava , le Vendredi, 27 Février 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Editions Arléa

Les bijoux de pacotille, février 2015, 100 pages, 16 € . Ecrivain(s): Céline Milliat-Baumgartner Edition: Editions Arléa

 

 

C’est un premier roman « autobiographique » étonnant et bouleversant, qui se lit d’une traite, et qui foudroie tout sur son passage.

Le 19 juin 1985, à 3h30 du matin, une voiture sort de la route à l’entrée du tunnel de Saint-Germain-en-Laye – nationale Paris-St-Germain-en-Laye – et prend feu sur le bas-côté. Deux corps carbonisés – un homme et une femme – en sont retirés… Pour toutes traces insignes, ne restent qu’une boucle d’oreille en forme de fleur et deux bracelets en métal, noircis par le feu. Des bijoux de pacotille qui seront restitués plus tard à la famille, après avoir été soustraits aux regards, puis à la mémoire de Céline et de son jeune frère. Les enfants orphelins sont pris en charge puis élevés par une de leurs tantes… Avant cela, ils n’assistent pas à l’enterrement de leurs parents. Le lecteur s’étrangle d’émotion à cette première précision.

Le Cut-Up de William S. Burroughs. Histoire d’une révolution du langage, Clémentine Hougue

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Vendredi, 27 Février 2015. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Arts

Le Cut-Up de William S. Burroughs. Histoire d’une révolution du langage, éd. Les presses du réel, Coll. L’écart absolu, octobre 2014, 416 pages, 26 € . Ecrivain(s): Clémentine Hougue

 

Clémentine Hougue propose dans son livre une généalogie du cut-up, en France, en Europe et aux Etats-Unis au 20e siècle, qui s’inscrit entre modernité, littérature, collage, peinture et radicalité. Le « cut-up » est inventé par William S. Burroughs (1914-1997) et Brion Gysin (1916-1986) à la fin des années 1950. Installé depuis 1954 à Tanger, où Burroughs rédige son opus magnum Le Festin nu, il est rejoint au printemps 1957 par Allen Ginsberg (1926-1997) et Jack Kerouac (1922-1969) qui l’aident à organiser les feuillets de son manuscrit.

Puis, il s’installe dans un petit hôtel, baptisé le « Beat Hotel » qui se trouve rue Git-le-Cœur, dans le 6e arrondissement de Paris, où transite la bohème américaine et où il crée alors un véritable laboratoire d’écriture. Il y retrouve le peintre et poète Brion Gysin qui travaille à l’époque sur des expérimentations de collages picturaux, y rencontre les poètes Henri Chopin (1922-2008), Bernard Heidsieck (1928-2014), Jean-Jacques Lebel (1936).

Un jour, Morris Gleitzman

Ecrit par Pauline Fouillet , le Vendredi, 27 Février 2015. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Folio (Gallimard), Jeunesse, Océanie

Un jour, novembre 2014, traduction de l'anglais (Australie) Valérie Le Plouhinec, 364 pages 7,20 € . Ecrivain(s): Morris Gleitzman Edition: Folio (Gallimard)

 

Je cherche un mot en vain. Le mot qui peut qualifier ce roman, cette histoire qui malheureusement aurait pu être vraie et qui est basée sur des réalités historiques.

Alors, pour vous exprimer ce que je ressens, je vais reprendre deux expressions phares des personnages principaux :

Tout d’abord, « Oh ». Et en effet, comment exprimer autrement toutes ces tragédies, ces monstruosités qui ont fait la Seconde Guerre Mondiale. Quoi en dire d’autre ?…

Ensuite, « T’es bête ou quoi ? » dixit une fillette de 6 ans que la vie rendra bien plus délurée que la moyenne et qui pourrait parfaitement être dit à ce Hitler, personnage absent physiquement mais pourtant omniprésent dans l’histoire.