Identification

Critiques

Le sport et la Grande Guerre, Paul Dietschy (par Jean Durry)

Ecrit par Jean Durry , le Mercredi, 23 Janvier 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Histoire

Le sport et la Grande Guerre, Editions Chistera, septembre 2018, 482 pages, 21 € . Ecrivain(s): Paul Dietschy

 

Dans le flot, la marée, des publications générées par le centenaire du dénouement de la première Guerre mondiale, celle-ci aura été l’une des dernières. Or le sujet justifiait effectivement d’être traité en profondeur. C’est le mérite des jeunes Editions Chistera d’avoir permis à Paul Dietschy, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté, de donner une forme définitive au travail qu’il a mené depuis une décennie et de le rendre accessible au public.

Nul doute que la période 1910-1918 ait marqué un moment dans la reconnaissance du fait sportif par la société française. Et ce n’est pas un paradoxe si une bonne moitié de l’ouvrage est consacrée à l’analyse du sport tel qu’il s’inscrivait dans le paysage et la vue de l’hexagone avant la déclaration du conflit. Car pour l’auteur, la Grande Guerre a permis et favorisé le développement des pratiques sportives, mais non pas une explosion inattendue ou peu prévisible par son ampleur ; il diffère en cela de Michel Merckel dont le 14-18, le sport sort des tranchées : Un héritage inattendu de la Grande Guerre avait défriché le terrain en 2012 (éditions Le Pas d’oiseau, 2ème édition revue et augmentée en 2013).

L’Anneau de Chillida, Marilyne Bertoncini (par Jane Hervé)

Ecrit par Jane Hervé , le Mercredi, 23 Janvier 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie

L’Anneau de Chillida, L’Atelier du Grand Tétras, mai 2018, 80 pages, 13 € . Ecrivain(s): Marilyne Bertoncini

Portée par un élan venu des tréfonds de soi, Marilyne Bertoncini propose des écrits dont l’exigence se diffuse de poème en poème. Sa poésie fait jaillir tant de bouleversements intérieurs, à la fois singuliers et partagés. Nos chaos délicieux… L’Anneau de Chillida renvoie aux hallucinantes sculptures de Chillida : des anneaux géants déployant en plein ciel leur intelligence géométrique. Se jouant des grands espaces et des intempéries*, ils suscitent un lent vertige métaphysique. En exergue de ce recueil, une citation du sculpteur renvoie précisément à cet au-delà de la forme : le « dialogue » avec « les formes » qui les transcende ainsi. Une invitation donc à pénétrer l’au-delà du poème, ce qui l’habite ou le hante. Au reste, le poète Denis Emorine mue – dans sa préface – ces anneaux « fondateurs » en « kaléidoscopes » explorés avec sa pertinente sensibilité.

L’âme de la poétesse s’appuie sur les légendes grecques (tombeau des Danaïdes, labyrinthe qui pourrait être de Cnossos, Argos, etc.). Autant de rites de passages successifs traversés par la lectrice – moi – qui cerne ce qui fait, à ses risques et périls interprétatifs, l’essence du poème. L’ouvrage se lit tel le parcours à tâtons d’Orphée dont la grande tristesse, mise à nue, se recherche elle-même après la disparition d’Eurydice. Il chemine au long des anneaux magiques, marquant une vie qui se veut d’« éternité », abolissant sa propre durée.

Retour à Budapest, Gregor Sander (par Emmanuelle Caminade)

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 22 Janvier 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Langue allemande, Roman, Quidam Editeur, Cette semaine

Retour à Budapest, janvier 2019, trad. allemand Nicole Thiers, 248 pages, 20 € . Ecrivain(s): Gregor Sander Edition: Quidam Editeur


La littérature de langue allemande, notamment celle d’auteurs venant de l’Est, est vraiment à l’honneur dans le catalogue des éditions Quidam. Et après Reinhard Jirgl et Karsten Dümmel, c’est avec grand plaisir que l’on découvre Gregor Sander et son magnifique Retour à Budapest, sorti en Allemagne en 2014 sous le titre Was gewesen wäre (littéralement : Ce qui aurait été).

Gregor Sander, qui est né et a grandi dans l’ex-RDA, avait vingt ans à la chute du mur et vit actuellement à Berlin, tout comme son héroïne. Malgré la réunification, il semble, à l’instar de nombre de ses protagonistes, toujours un peu à cheval entre deux mondes, entre deux temps.

Continuité et ruptures, réunion et séparation, tant sur le plan historique que psychologique – et même stylistique – s’avèrent ainsi la thématique centrale de ce roman d’amour complexe. Un roman s’ancrant symboliquement au cœur de cette capitale hongroise réunissant par delà le Danube les anciennes villes de Buda et de Pest, tout en traversant les frontières et remontant le temps.

Mollusque, Cécilia Castelli (par Fawaz Hussain)

Ecrit par Fawaz Hussain , le Mardi, 22 Janvier 2019. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Le Serpent à plumes

Mollusque, janvier 2019, 151 pages, 17 € . Ecrivain(s): Cécilia Castelli Edition: Le Serpent à plumes

 

La confession de Gérard le crustacé

S’il est vrai que la première phrase d’un roman peut être décisive et révéler le ton et la couleur de l’ensemble, le nom attribué au personnage principal est rarement anodin, innocent. Le narrateur de Mollusque ne s’appelle pas Gérard par hasard : c’est sa mère, une drôle de femme, qui a tenu à le lui donner. « Pas intellectuelle pour un sou », elle aime cependant les poètes et en particulier Gérard de Nerval, qu’elle tient pour l’arrière-grand-parent dans la lignée. Elle aurait d’autant plus dû penser à un autre nom qu’elle sait comment l’ancêtre a fini sa vie : au bout d’une corde. Négligeant royalement l’éducation de son fils, elle préfère s’adonner à une drôle d’occupation, qui semble son passe-temps favori :

Ma mère, bizarrement, adorait repasser ses culottes. Je ne sais pas pourquoi. Cela devait la détendre, la relaxer. Elle faisait souvent des piles entières de culottes qu’elle posait ensuite sur la table et qui finissaient parfois par tomber par terre. Alors elle les ramassait, les repliait, et elle semblait satisfaite.

Le noble art de la brouille, Matthias Debureaux (par Fedwa Bouzit)

Ecrit par Fedwa Ghanima Bouzit , le Mardi, 22 Janvier 2019. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Allary Editions

Le noble art de la brouille, juin 2018, 94 pages, 10 € . Ecrivain(s): Matthias Debureaux Edition: Allary Editions

 

« Une étude néerlandaise de l’université d’Utrecht a estimé la durée moyenne d’une amitié à sept ans. Mais quand l’amitié n’est plus qu’un échange de mauvais procédés, quand l’ami vous rend nerveux, ce vortex bientôt plein de bruit et de fureur ne peut plus durer. À quoi bon s’acharner à maintenir une liaison à bout de souffle sous assistance respiratoire ? À quoi bon surjouer l’amitié sicilienne quand l’ami ne fait plus vibrer les cordes de la sympathie ? ».

Tout l’objet du dernier essai de Matthias Debureaux est de nous exposer les menus stratagèmes par lesquels on peut débrancher une amitié agonisante. Bien plus qu’un manuel, Le noble art de la brouille est un éloge de la rupture. Loin d’être une tragédie, l’auteur y voit une aubaine pour rafraîchir son entourage et s’économiser des centaines d’heures de conversation sans intérêt. Pour l’auteur, une dispute dans les règles de l’art dure à l’infini, par-delà la tombe, nourrie de rancune et jalousement protégée du danger de la réconciliation.