Identification

Grasset

Les Éditions Grasset ont été successivement présidées par son fondateur, Bernard Grasset, et depuis 1955 par son neveu Bernard Privat. Parmi les premiers administrateurs figure Jean Vigneau. En1959, Grasset fusionne avec les Éditions Fasquelle, que dirigeait Jean-Claude Fasquelle depuis 1954. Il devient directeur général des éditions Grasset & Fasquelle en 1959, puis Président-directeur général en 1981. En 2000, il devient Président du conseil de surveillance et Olivier Nora lui succède en tant que Président du directoire.

Parmi les auteurs importants que Grasset a contribué à faire connaitre peuvent être cités Jean Giraudoux, ou plus récemment Pascal Quignard.

 


Les fausses dents de Berlusconi, Jacques Drillon

Ecrit par Romain Vénier , le Vendredi, 24 Octobre 2014. , dans Grasset, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Les fausses dents de Berlusconi, octobre 2014, 320 pages, 19 € . Ecrivain(s): Jacques Drillon Edition: Grasset

 

 

Certains auteurs vous frappent par la galerie de portraits qui se dessine à la lecture de leurs livres (Balzac, Proust, Dostoïevski), certains parviennent en un paragraphe liminaire à recréer l’ambiance d’un lieu ou à vous plonger dans une atmosphère particulière (Simenon, Modiano). D’autres vous étonnent par le tranchant de leur manière de raconter (Berhard, Guibert) ou vous font valser avec la narration pour vous mener à l’autre bout de la piste sans même que vous l’ayez remarqué (Echenoz). D’autres, enfin, et Jacques Drillon est de ceux-là, constituent une œuvre foisonnante dans des genres variés (essai, musique, grammaire, traduction, biographie, récit) – on pense également à Charles Dantzig – et vous séduisent par leur français limpide, leur phrase parfaitement construite.

Le roi disait que j’étais diable, Clara Dupont-Monod

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Mardi, 07 Octobre 2014. , dans Grasset, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Le roi disait que j’étais diable, août 2014, 240 pages, 17,90 € . Ecrivain(s): Clara Dupont-Monod Edition: Grasset

 

Aliénor mon cœur t’adore

Clara Dupond-Monod a choisi un bel octosyllabe, Le roi disait que j’étais diable, comme titre de son dernier roman. Elle montre une nouvelle fois sa prédilection pour le Moyen-âge.

En effet, cette diablesse, c’est Aliénor d’Aquitaine, une femme de caractère qui fut reine de France au XIIe siècle (puis devint reine d’Angleterre par son second mariage).

Aliénor possède quelques points communs avec dame Dupont-Monod, par exemple une fascination partagée pour l’histoire de Tristan et Yseult. N’est-ce pas Clara Dupont-Monod qui, voici quelques années, avait utilisé sa belle plume pour raconter l’histoire de Tristan et Yseut vue par le roi Marc (1) ? C’était déjà une fameuse idée !

Aliénor ne s’en laisse guère conter : « Mon prénom est un monde et personne n’y laisse son empreinte. Ni Dieu, ni roi ».

Le manteau de Greta Garbo, Nelly Kaprièlian

Ecrit par Laurence Biava , le Samedi, 04 Octobre 2014. , dans Grasset, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Le manteau de Greta Garbo, août 2014, 288 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): Nelly Kaprièlian Edition: Grasset

 

L’habit fait le moine

Pour un premier livre, c’est une réussite. Même si le livre est divisé en trois parties fort inégales en terme de qualité, et que le titre porte à confusion. L’air de rien.

Tout commence alors que Nelly Kaprièlian se rend à la vente aux enchères des vêtements et objets de Greta Garbo. Elle suit cette mise en vente pour le magazine Les Inrocks. Ce roman – car c’est un roman ! – ne devait être au départ qu’un documentaire. En tout cas, il en prenait la tournure.

Puis le projet initial change. Il repose sur un pari : dévoiler des mystères de la vie de Garbo la secrète. Sur place, aux Etats-Unis, pendant deux jours, Kaprièlian voit un manteau rouge. Il n’est pas vraiment son genre, mais il présente la caractéristique de n’être pas très onéreux. Peut-être même n’est-il pas le manteau de Garbo, mais la narratrice succombe, fascinée par le fait qu’elle s’imagine acheter le manteau de la plus grande star hollywoodienne. C’est vrai : Garbo est une mythologie. Détenir ce qui a appartenu à « la femme morte » amplifie le sentiment de posséder quelque chose d’unique, de rare. C’est comme un joyau. Et ce manteau est d’une matière, d’une étoffe inoubliables.

L’Art presque perdu de ne rien faire, Dany Laferrière

Ecrit par Romain Vénier , le Mercredi, 24 Septembre 2014. , dans Grasset, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, La rentrée littéraire

L’Art presque perdu de ne rien faire, septembre 2014, 432 p. 20,90 € . Ecrivain(s): Dany Laferrière Edition: Grasset

 

Dans L’Art presque perdu de ne rien faire, on prend son temps et c’est très agréable. Dany Laferrière vous convie à un de ces voyages dont il a le secret, guidant le lecteur à pas modéré par ses sentiers favoris, comme on converse après un bon repas avec un ami proche pour le reste de l’après-midi. Son ouvrage, essai, journal, récit tout à la fois, se déploie par petites touches. Il est composé de brèves réflexions libres qui tiennent essentiellement de la critique littéraire, de la pensée philosophique, de la poésie, de l’évocation autobiographique ou d’instants de la vie quotidienne.

De « ne rien faire », il n’est vraiment pas question dans le livre de Laferrière. Tout au contraire, l’art de l’écrivain consiste à explorer ces petites et grandes choses qui se cachent derrière ce « rien », et elles sont nombreuses. Au gré de ses lectures et rencontres, d’anecdotes, il évoque tous les sujets qui lui traversent l’esprit : la guerre, le temps, l’enfance, ses amitiés, ses auteurs de prédilection, son rapport au monde et à ce qui s’y passe. Par la forme comme pour le fond, L’Art presque perdu de ne rien faire est proche de son précédent livre, Journal d’un écrivain en pyjama.

Mourir de penser, Pascal Quignard

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 11 Septembre 2014. , dans Grasset, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, La rentrée littéraire

Mourir de penser (Dernier Royaume IX) 10 Septembre 2014. 222 p. 18 € . Ecrivain(s): Pascal Quignard Edition: Grasset

 

Pascal Quignard nous convoque à son neuvième rendez-vous du Dernier Royaume. Moment de recul, de réflexion, d’étrangeté dans le paysage littéraire – ô combien par les temps qui courent ! – moment de penser, de mourir un peu. Quignard tisse son œuvre, à l’écart des modes, à l’écart des courants, à l’écart du temps. Sa préoccupation n’est pas inscrite dans l’événement, elle est à jamais insérée dans la condition des humains, dans sa singularité irréductible.

Nous l’avons déjà écrit ici, l’entreprise de Pascal Quignard se situe dans une tradition antique, gréco-romaine : celle du monologue philosophique. Héraclite, Marc-Aurèle en sont deux belles figures tutélaires. Le grand autre de Quignard – si tant est qu’il en faille un – est Montaigne bien sûr dans cette manière unique de philosopher : en murmurant, à mi-voix, sans asséner de grandes vérités à son de trompe. Se regarder vivre au sein des frères humains et commenter au fil de la pensée. Il y a chez Quignard le phrasé, la structure de pensée de Montaigne. Et il y a aussi ses vertus personnelles : modestie, obsession de la vérité, amour de la culture antique et universelle.