Identification

Critiques

Comme résonne la vie, Hélène Dorion

Ecrit par France Burghelle Rey , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Poésie

Comme résonne la vie, éd. Bruno Doucey, février 2018, 80 pages, 13 € . Ecrivain(s): Hélène Dorion

 

Le dernier recueil d’Hélène Dorion a été publié en France quelques mois seulement avant que ne soit à l’honneur le Québec au 36è Marché de la Poésie.

Les premières pages déjà parues en livret aux éditions du Petit Flou sous le titre également de Tant de fleuves seront relues avec bonheur.

Avant de développer ce qu’annonce l’incipit :

et comme résonne étrangement l’aube

à l’horizon, enfin résonne la vie

la poète, au moyen des groupes verbaux anaphoriques « on voudrait » et, plus loin dans le texte, « on consacre », exprime l’interaction forte entre le rêve et la réalité sous le signe à la fois du désir et de la possession. La douleur puis la renaissance qui souvent lui succède n’empêchent pas le paradoxe que les mots lus et écrits font surgir :

L’Annonce, Marie-Hélène Lafon

Ecrit par Christian Massé , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Folio (Gallimard)

L’Annonce, 196 pages, 15 € . Ecrivain(s): Marie-Hélène Lafon Edition: Folio (Gallimard)

 

Fridières, un lieu-dit accroché comme un roc à une terre : un clan familial y survit depuis des générations. Seul lien avec le monde : le journal La Montagne. Fridières : un rez-de-chaussée, à l’ancienne. Un étage, bientôt à l’américaine. Ce milieu conservateur, finalement, va se transformer.

Les personnages sont attachants : les deux oncles, 90 ans, des « vieux-garçons » ; Nicole, la nièce qui-s’occupe-de-tout et-de-tout-le-monde. Paul, son frère qui, à peine la cinquantaine, refuse de devenir comme ses oncles et qui est sûr de l’imminence de la fin du modèle agricole familial. Annette : vient du Nord, d’une filature, d’un milieu d’estropiés de la vie. Et son fils Éric, survivant de ce milieu et prêt à en embrasser un autre. La jeune femme va faire bouger les lignes de terre.

C’est l’histoire de l’insertion de ces deux nordistes qui réussit par l’amour façon cœur-grand-comme-ça, et l’envie de commencer à recommencer une vie, pour les deux principaux personnages, Paul et Annette. Lui qui veut échapper au célibat voué à l’élevage de chèvres. Elle qui veut fuir desgens du Nord.

Derrière le Cirque d’hiver, Xavier Person

Ecrit par Nathalie de Courson , le Vendredi, 18 Mai 2018. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Roman, Verticales

Derrière le Cirque d’hiver, mars 2018, 143 pages, 12,50 € . Ecrivain(s): Xavier Person Edition: Verticales

 

Xavier Person a beaucoup écrit sur les autres. Dans son recueil d’articles de 2014, Une limonade pour Kafka, il posait la question : « Sur quoi écrit-on vraiment en écrivant sur le texte d’un autre ? Sur le fait de n’avoir pas écrit soi-même ce qu’on rêvait d’écrire ? ». Mais dès la page 51 se glissait au mode conditionnel l’ébauche d’un projet d’écriture plus personnelle : « (…) Oui, mon livre serait ainsi fait de courts récits insignifiants, minces événements que je ne saurais pas interpréter ».

Ce souhait contribue à définir la soixantaine de récits d’une à six pages qui constituent quatre ans plus tard Derrière le Cirque d’hiver. Xavier Person ne campe plus entre les maisons des autres comme cet homme du premier récit qui « vit dans un mur », mais s’installe dans ses quartiers à lui, au sens géographique (il demeure effectivement derrière le Cirque d’hiver), comme au sens littéraire, seul à seul avec lui-même.

Nous sommes tous des féministes suivi de Les marieuses, Chimamanda Ngozi Adichie

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Vendredi, 18 Mai 2018. , dans Critiques, Les Livres, Essais, La Une Livres, Afrique, Gallimard

Nous sommes tous des féministes suivi de Les marieuses, traduit de l’anglais par Sylvie Schneiter et Mona de Pracontal, livre audio, lu par Annie Milon, mars 2018, 12,90 € . Ecrivain(s): Chimamanda Ngozi Adichie Edition: Gallimard

« Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. Un monde où les hommes et les femmes seront plus heureux et plus honnêtes envers eux-mêmes. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement ».

C’est par ces mots qui résument bien ce premier texte lu – retranscription d’une Conférence donnée en décembre 2012 lors d’un colloque annuel consacré à l’Afrique – que Chimamanda Ngozi Adichie engage une réflexion féministe sur un sujet toujours plus controversé. Elle le fait avec humour et délicatesse, affirmant cependant une personnalité qui très tôt s’est révélée engagée et décidée pour la Cause féministe. Habituée à donner des conférences notamment sur « la façon dont les stéréotypes appauvrissent nos idées notamment à propos de l’Afrique », elle accepte de parler de sa vision du féminisme tout en espérant malgré les doutes que ses propos susciteraient auprès d’un public attentif mais récalcitrant, que cette question ouvrira un débat nécessaire. Le féminisme lui-même étant limité par les stéréotypes et chargé de connotations lourdes et négatives.

Ne tournez pas la page, Seray Şahiner

Ecrit par Cathy Garcia , le Vendredi, 18 Mai 2018. , dans Critiques, Les Livres, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Roman

Ne tournez pas la page, Belleville éditions, avril 2018, trad. turc Ali Terzioğlu & Jocelyne Burkmann, 160 pages, 17 € . Ecrivain(s): Seray Şahiner

 

Voilà un vrai livre coup de poing et une voix qui va forcément marquer la littérature contemporaine turque. Dans ce roman noir et caustique qui démarre sur ces mots : « Elle fait le saut de la mort avec sa fille », l’héroïne de Seray Şahiner raconte sur un ton désabusé, faussement léger et avec un humour redoutable – celui des désespérés – l’enfer banalisé de son parcours de femme dans la ville d’Istanbul.

Arrivée de la campagne avec sa famille qui l’exploite, violée par son patron qui la met enceinte, abusée par celui qu’elle pensait aimer, vendue par sa famille puis violée encore et tabassée quotidiennement par son riche, vieux et alcoolique mari, tel semble être le destin de Leyla Tasçı.

« Mon oncle m’avait prévenue : quand il ne s’avinait pas, mon mari était un homme bon. Qu’est-ce que j’en sais ? Je ne l’ai jamais vu sobre…[…] Le premier mois mon mari ne m’a pas battue. Ça doit être ce qu’on appelle la lune de miel ».

Et « au-delà d’un certain point le dégoût se transforme en indifférence ».