Identification

Gallimard

Les éditions Gallimard, appelées jusqu’en 1919 les éditions de la Nouvelle Revue française et jusqu’en 1961 la librairie Gallimard, sont ungroupe d'édition français. La maison d'édition a été fondée par Gaston Gallimard en 1911. Le groupe Gallimard est actuellement dirigé par Antoine Gallimard. Considérée comme l'une des plus importantes et influentes maisons d'édition en France, notamment pour la littérature du xxe siècle et contemporaine, Gallimard possède en 2011 un catalogue constitué de 35 prix Goncourt, 36 écrivains ayant reçu le prix Nobel de littérature, et 10 écrivains récompensés du prix Pulitzer.


Petits riens pour jours absolus, Guy Goffette

Ecrit par Pierre Perrin , le Mardi, 21 Juin 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

Petits riens pour jours absolus, février 2016 (poèmes), 120 pages, 14 € . Ecrivain(s): Guy Goffette Edition: Gallimard

 

Sans compter trois titres pour la jeunesse, ni une vingtaine de livres d’artiste, avec ce vingt-cinquième volume chez Gallimard, Petits riens pour jours absolus, Guy Goffette place son beau fagot de poèmes sous le signe de Verlaine et de Robert Walser. Ce dernier, placé en exergue – les derniers seront les premiers –, invite à « nous contenter de nous aussi longtemps que ça va ». Quant à Verlaine, à qui Goffette a déjà consacré deux volumes [en Folio], c’est la simplicité même du génie. La grande poésie sait d’un rien tisser un miracle. Elle est à son aise ici. Si le poème de Guy Goffette en général tient dans une page, il peut aussi prendre de quatre vers à six feuillets. Il peut tenir dans les doigts d’une main. Il peut aussi, en une longue phrase, accumulant des distiques en versets, raconter toute « une histoire » qui se dépose longtemps dans la mémoire. Le poète enfin ne renonce à rien de ce qu’il aime à raison, ni la ballade, ni même la « chanson de la vie qui passe » et il multiplie ses dilectures, sa façon toute personnelle de rendre la vie à des prédécesseurs, Borges, Max Jacob, Jean Follain, Paul de Roux, Jean-Claude Pirotte, où il excelle.

Tout a une fin, Drieu, Gérard Guégan (Critique 2)

Ecrit par Philippe Chauché , le Lundi, 20 Juin 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Tout a une fin, Drieu, mai 2016, 131 pages, 10 € . Ecrivain(s): Gérard Guégan Edition: Gallimard

 

« Rappelle-toi avant-hier. Rappelle-toi ta rencontre dans le parc Monceau avec ce journaliste de Je suis partout passé à la Résistance du jour où les chars de Leclerc ont franchi la porte d’Orléans.

Tu as pourtant cru que ça y était

Le regard qu’il ta jeté valait une salve ».

Tout à une fin, Drieu est un livre qui claque comme une salve d’arme automatique, une fable qui vous saisit comme un regard d’acier, et vous fige comme un uppercut. Ce pourrait être les derniers jours de l’auteur de Gilles, de Feu Follet, mais aussi d’Une femme à sa fenêtre, ces romans d’une génération et de quelques essais pamphlétaires dont il ne reste qu’un vague souvenir. Drieu face à son double, ce narrateur, qui ne lui pardonne rien, qui le suit comme son ombre, l’interpelle, le questionne, l’invite au souvenir, à ces zones d’ombres anciennes ou plus récentes, à la guerre comme à la collaboration. Mais Drieu est autre, plus complexe, sa palette de noirs s’invite lumineusement dans ce petit livre racé qui s’ouvre sur cet homme pressé que le destin va rattraper.

Tout a une fin, Drieu, Gérard Guégan

Ecrit par Stéphane Bret , le Vendredi, 17 Juin 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Contes

Tout a une fin, Drieu, mai 2016, 131 pages, 10 € . Ecrivain(s): Gérard Guégan Edition: Gallimard

Ce n’est pas une biographie de Drieu la Rochelle que nous livre Gérard Guégan. Non, dans ce livre où apparaît sur la couverture le mot « fable » en-dessous du titre, c’est une apostrophe adressée à l’écrivain, dont les passages en italique peuvent refléter les différents états de conscience de Drieu, ou ceux du rédacteur de la fable, lui-même. L’ouvrage se focalise plus spécialement sur la période 1944-1945. Il débute au moment qui suit la première tentative de suicide de l’écrivain, survenue en août 1944, au luminal. L’ouvrage de Gérard Guégan tente d’éclairer l’attitude de Drieu, face au fascisme, au communisme, à la littérature, et il y parvient en confrontant l’écrivain avec des personnages issus de la Résistance, qui procèdent à son interrogatoire, avant sa mise à mort, que Drieu croit inévitable en raison des circonstances.

C’est le choix, entre fascisme et communisme, qui suscite les propos les plus significatifs, on sait que Drieu a longtemps hésité entre ces idéologies avant de basculer au mitan des années Trente, vers le fascisme : « C’est bien là la faiblesse des fascistes. Il leur faut constamment dialoguer avec d’imaginaires forces invisibles. (…) Tout autres sont les communistes de chez Staline qui dédaignent l’abstraction, qui honnissent le mysticisme. Avec eux, un innocent doit se déclarer coupable dans le seul but d’innocenter le tribunal qui va le rayer de l’histoire ».

Les prophètes du fjord de l’Eternité, Kim Leine

Ecrit par Victoire NGuyen , le Mercredi, 15 Juin 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Pays nordiques, Roman

Les prophètes du fjord de l’Eternité, trad. Danois Alain Gnaedig, 554 pages, 29 € . Ecrivain(s): Kim Leine Edition: Gallimard

 

La Chute

« Elle reçoit un coup de botte dans le dos, sa tête bascule brutalement en arrière, son corps part en avant ; elle roule sur le bord, elle tombe en battant des bras, tel un tourbillon, elle laisse dans sa chute un cri vertical aussi inégal qu’un trait de fusain ».

Ce passage est extrait des dernières lignes du Prologue. La victime est une femme surnommée la veuve. Dès les premières pages, le lecteur est confronté au meurtre. Et quel meurtre ? En effet, si on se réfère à la thématique abordée qui insiste sur une double histoire : celle du pasteur Morten Pedersen et celle de la christianisation et de la colonisation du Groenland par le Danemark, ce meurtre est comme une répétition de la Faute originelle et du meurtre premier qui plonge l’humanité dans les affres de la souffrance et de la Mort.

Le plus et le moins, Erri De Luca

Ecrit par Philippe Leuckx , le Samedi, 11 Juin 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Biographie, Récits, Italie

Le plus et le moins, mai 2016, trad. italien Danièle Valin, 208 pages, 14,50 € . Ecrivain(s): Erri de Luca Edition: Gallimard

Chez De Luca, l’ancrage dans la réalité napolitaine ou ouvrière ou encore alpine est au cœur de nombre de ses ouvrages. Naples, comme Montedidio (honoré du Prix Médicis étranger 2002) ou Le jour avant le bonheur, l’ont montré avec brio et inventivité. L’alpiniste accompli a trouvé moyen d’illustrer l’univers de sa passion par le biais de la fable dans Le poids du papillon.

Depuis, des recueils de nouvelles ou de récits ont accompagné les soubresauts de la vie du Napolitain, finalement relaxé dans un sombre fait divers, d’où il est sorti grandi et prompt à affronter d’autres combats, plus intérieurs sans doute, comme le révèle le dernier opus, ensemble de 37 récits, suivis de trois poèmes, au titre singulier – qui en éclaire la portée, disons, hautement morale, Le plus et le moins.

Entre récits autobiographiques et autres histoires à portée symbolique, l’auteur napolitain, né en 1950, ayant longuement vécu au sceau des réalités parfois très sombres de son parcours, sent l’intense désir d’évoquer, en pages réalistes, nourries d’expériences diverses, ce que fut un certain passé. Passé lointain de l’enfance comme événements plus récents liés aux faits de mai 68, d’un passage douloureux dans la France de 1982. Sans oublier le passé tout proche, lorsque sa mère, ainsi, dut remplacer sa carte d’identité. Chez De Luca, l’intime, le noyau familial rejoint sans cesse les préoccupations communautaires et/ou collectives de la cité.