Identification

Gallimard

Les éditions Gallimard, appelées jusqu’en 1919 les éditions de la Nouvelle Revue française et jusqu’en 1961 la librairie Gallimard, sont ungroupe d'édition français. La maison d'édition a été fondée par Gaston Gallimard en 1911. Le groupe Gallimard est actuellement dirigé par Antoine Gallimard. Considérée comme l'une des plus importantes et influentes maisons d'édition en France, notamment pour la littérature du xxe siècle et contemporaine, Gallimard possède en 2011 un catalogue constitué de 35 prix Goncourt, 36 écrivains ayant reçu le prix Nobel de littérature, et 10 écrivains récompensés du prix Pulitzer.


Nouvelle jeunesse, Nicolas Idier

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 26 Août 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Nouvelle jeunesse, août 2016, 368 pages, 20 € . Ecrivain(s): Nicolas Idier Edition: Gallimard

 

« Le calme est revenu. Tu ne sais pas où tu te trouves. Derrière ton grand front dégagé qui déjà a pris la couleur de marbre, de petites rivières de sang débordent de leurs lits habituels. Le vacarme des sirènes de police est remplacé par un vent, un vent très frais qui te soulage enfin de cette température de fournaise. Des vers de Haizi montent depuis le sol, comme la mauvaise herbe qui perce le bitume.

Le vent, si beau / Vent léger, si léger et si beau / Mère nourricière du monde naturel, si belle / L’eau, si belle / L’eau… / Seul au monde, et toi / Comme il est bon de parler ».

La Chine nouvelle, celle du marché de l’art, du rock and roll, des éclats et des clameurs, celle de la présence de Mao et de la Révolution Culturelle, celle de la poésie vivante et vivifiante, attendait son roman, le voici. Nouvelle jeunesse est le roman de cette ardente jeunesse chinoise, de nouveaux rêves de lettres et de notes. Le roman de deux phares qui vont se télescoper de front, deux enfances qui vont fatalement se retrouver, dans la tôle froissée et le sang répandu. Feng Lei, le poète, l’albatros accordé aux dissonances électriques des guitares saturées, et Zhang Xiaopo, chauffeur de taxi clandestin et sosie du Grand Timonier qui se rêvait comédien, et qui l’a vaguement été. Deux étoiles se croisent et se percutent.

Apollinaire, le regard du poète

Ecrit par Ivanne Rialland , le Lundi, 22 Août 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Arts

Apollinaire, le regard du poète, édition publiée sous la direction de Claire Bernardi, Laurence Des Cars, Cécile Girardot, coédition Gallimard / Musées d’Orsay et de l’Orangerie, mars 2016, 320 pages, 45 € Edition: Gallimard

 

 

Il est des catalogues qui nous proposent un souvenir – plus ou moins pâli, suivant la qualité des reproductions – d’une exposition, ouvrages à feuilleter d’une main rêveuse. D’autres, comme celui-ci, offrent de véritables – et coûteuses – sommes qui prolongent de façon savante l’exposition, voire la sous-tendent, en étayent l’accrochage, qui peut paraître alors comme la partie émergée d’un iceberg scientifique.

Si le thème de l’exposition « Apollinaire, le regard du poète » appelle d’emblée un public et un regard lettrés, le catalogue fournit aux esprits les plus exigeants les analyses des meilleurs spécialistes d’Apollinaire. Dans un renversement qui n’est pas sans exemple pour les grandes expositions, l’exposition paraît illustrer le catalogue, pièce principale de l’entreprise muséale.

Légende, Sylvain Prudhomme

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 17 Août 2016. , dans Gallimard, Les Livres, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Légende, août 2016, 304 pages, 20 € . Ecrivain(s): Sylvain Prudhomme Edition: Gallimard

 

Il y a toujours chez Sylvain Prudhomme une soif de dire le monde en racontant tout simplement, lui qui aime les gens, la vie des hommes dans le temps qui passe, leurs bonheurs et leurs malheurs, leurs peurs, leurs doutes et leurs espoirs. Et on le sent touché par tous ces destins singuliers et ces chemins qui se croisent, par le miracle de la vie, de ses multiples « ramifications » au cœur de cette « coulée implacable » nous acheminant tous vers la mort. Aussi peut-on l’imaginer « heureux et écrasé par la masse des récits à écrire, des histoires à raconter », comme l’est Matt, l’un des héros de Légende confronté à « l’idée du nombre infini des films possibles ».

Et cette nouvelle histoire entremêlant encore notre temps et une époque révolue, où l’auteur tente de mieux saisir, de mieux comprendre ce passé pour éclairer notre présent et notre propre vie, s’enracine toujours fortement dans un territoire que ses belles descriptions ont le don d’incarner. Après la terre qui fut celle de son grand-père jusqu’à l’indépendance algérienne, visitée dans Là, avait dit Bahi – roman déjà couronné par le prix Louis-Guilloux –, et cette Afrique où il passa son enfance et son adolescence, évoquée dans Les Grands qui rencontra à juste titre un important succès –, l’auteur explore à nouveau des lieux avec lesquels il peut établir une certaine proximité.

Tenir tête aux dieux, Mahmoud Hussein

Ecrit par Stéphane Bret , le Mardi, 05 Juillet 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Tenir tête aux dieux, avril 2016, 167 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): Mahmoud Hussein Edition: Gallimard

 

C’est un texte original et pleinement actuel que nous offre Mahmoud Hussein, pseudonyme qui inclut en réalité deux essayistes, Baghad El Nadi et Adel Rifaat. Le narrateur est un jeune étudiant égyptien. Il est idéaliste, rebelle, généreux, avide de justice et d’équité pour les citoyens de son pays. Pour calmer quelque peu les ardeurs de ces révolutionnaires trop bouillants et excessivement impatients, Nasser décide de les interner au cours d’une grande rafle survenue en 1959, dans le camp de concentration du Fayoum. Le récit du narrateur pourrait ressembler à bien d’autres témoignages du même type, ceux des anciens prisonniers ou victimes de régimes autoritaires ; il ne tombe pas dans ce piège et emprunte une autre voie, beaucoup plus efficace, celle d’une autocritique lucide, celle d’une interrogation sur la nature même de ses engagements moraux. Ainsi le narrateur repense-t-il à un vieux paysan, entrevu avant son incarcération, un être humain symbole de ce qu’il veut combattre : la fatalité, le conservatisme, la résignation : « J’aurais dû lui en vouloir, mais je comprenais son indifférence. Au fond, j’éprouvais la même à son égard. Le monde dont je rêvais pour lui répondait d’abord à mes souhaits à moi. Une Egypte indépendante et fière où chacun serait libre de penser et de faire ce que bon lui semblerait, ce n’était pas son souci ».

Les Méduses ont-elles sommeil ?, Louisiane C. Dor

Ecrit par Pierre Perrin , le Lundi, 04 Juillet 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Les Méduses ont-elles sommeil ?, mai 2016, 88 pages, 10 € . Ecrivain(s): Louisiane C. Dor Edition: Gallimard

 

Ce récit de « huit mois de vie branlante, qui ont paru des siècles » à l’auteur de ce désastre, se lit en une heure. Impossible d’en perdre un mot. Le lecteur est soulevé, conquis et révulsé à la fois par le résultat dont il redoute les effets. Hélène est le prénom de l’héroïne, qui préfère la cocaïne. À dix-huit ans, elle monte à Paris, « le rêve de tous ceux qui n’y habitent pas », pour la grandeur, être adorée, adulée, convoitée. Elle devient entre les mains plus que les bras d’une Laurine de trente-deux ans, qui l’entraîne dans « une bassine à lesbiennes », une méduse à « prendre des bains de poudre nocturnes ». L’intérêt du récit est de donner à vivre de l’intérieur, presque de la caboche de l’héroïne, dont les neurones sont parfois déconnectés, tant la transe est intense, cette descente aux enfers, avec un naturel absolu. Qui ne connaît rien à ce phénomène, le livre refermé, semble pouvoir dire : voilà ce que j’ai pu traverser. Autrement dit, le partage est total, la réussite incontestable.