Identification

Thierry Magnier

Les éditions Thierry Magnier sont une maison d'édition française nées en 1998 et aujourd'hui installées dans le 6e arrondissement de Paris. Elles comptent une dizaine de salariés et ont plus de 200 titres à leur actif, toutes collections confondues.

 


Sauvages, Nathalie Bernard (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 30 Janvier 2019. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Jeunesse

Sauvages, août 2018, 288 pages, 14,50 € . Ecrivain(s): Nathalie Bernard Edition: Thierry Magnier

 

Jonas a 16 ans. Dans quelques semaines, il quittera enfin le Pensionnat du Bois Vert où il réside depuis ses 10 ans. Séparé brutalement de sa mère, ce garçon algonquin a été placé dans une institution vouée à éduquer les « Sauvages ». Comme bon nombre d’enfants et d’adolescents il connaît en ces lieux une vie de maltraitance et d’humiliations.

Le pensionnat a tout d’un bagne pour enfants où les gardiens portent robes et cornettes, sous la houlette du terrifiant Père Séguin, où les pensionnaires sont appelés par des numéros, totalement déshumanisés, privés de tout contact avec leurs familles, privés de parler leurs langues maternelles. Pour survivre, Jonas a choisi le silence et la solitude. Il s’occupe de ses affaires, fait le travail demandé et attend son heure pour retrouver enfin sa liberté. Seule la petite Lucie le tire de son isolement par sa gentillesse et sa joie de vivre contagieuse. Alors lorsqu’elle arrive un jour au réfectoire, tout à fait défaite, comme vidée de son âme, Jonas ne peut pas ne pas réagir.

Kiwi Grizzly, Gauthier David, Claire de Gastold (par Myriam Bendhif-Syllas)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 16 Janvier 2019. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Kiwi Grizzly, septembre 2018, 40 pages, 17 € . Ecrivain(s): Gauthier David, Claire de Gastold Edition: Thierry Magnier

 

 

Une invitation à un anniversaire déguisé donne lieu à une rencontre aussi improbable que formidable : des enfants déguisés en animaux sont rejoints par des enfants au comportement pour le moins sauvage… Que ressortira-t-il de ce face-à-face ?

Kiwi se concocte un costume d’ours avec ingéniosité : « du dodu » avec un édredon sur le ventre, des coussins pour des pattes solides, un masque dessiné sur une assiette et une couverture en moumoute pour une fourrure épaisse. Un petit cadeau pour Zach et il ne lui reste plus qu’à se rendre chez lui. Choisissant le chemin de la forêt, elle se retrouve truffe à nez avec un curieux garçon qui la renifle, lui lèche le museau, se faufile entre ses pattes !

Combien de terre faut-il à un homme ?, Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 04 Novembre 2014. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Combien de terre faut-il à un homme ?, août 2014, 40 pages, 17 € . Ecrivain(s): Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller Edition: Thierry Magnier

 

Inspirée d’une nouvelle de Tolstoï, voici l’histoire de Pacôme, un paysan sibérien qui est hanté par l’insatisfaction et qui ne parvient pas à trouver le bonheur.

Certes, il n’est pas riche mais il vit bien du produit de son travail, avec sa femme et ses trois enfants. Que lui faudrait-il pour « être tout à fait heureux » ? se demande-t-il. Sûrement plus de terres…

Pacôme vend ses biens et achète plus de terres. Pourtant, il n’est toujours pas pleinement heureux. Peut-être lui faut-il partir ailleurs, « là où le sol est tellement fertile qu’en quelques saisons, une seule poignée de grains offre la richesse au plus pauvre des paysans » ? Et voilà le paysan insatisfait reparti « vers cette terre où pousse le bonheur ». Le récit de cette course au bonheur pointe du doigt l’incapacité à se contenter de ce que l’on a et démontre que l’envie mène à une perte inévitable. Leçon facilement transposable par le jeune lecteur à des situations proches de lui.

Dictionnaire fou du corps, Katy Couprie

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 30 Janvier 2013. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Dictionnaire fou du corps, novembre 2012, 243 pages, 33 € . Ecrivain(s): Katy Couprie Edition: Thierry Magnier

 

 

Projet incroyable et indispensable, le Dictionnaire fou du corps de Katy Couprie va étonner et séduire les lecteurs. Ce bréviaire du corps n’est ni absurde ni délirant, il jongle avec facétie avec la science et la morale, à la façon du fou qui divertit et instruit son public de ses énigmes et de ses devinettes. Il ouvre l’esprit en surprenant et en renversant les idées toutes faites. La diversité des techniques d’illustration employées fait de chaque page un véritable bijou tantôt réjouissant, tantôt insolite : dessins en couleur ou en noir et blanc côtoient gravures à l’ancienne, photographies et photomontages. Saluons en particulier les sublimes planches de la collection anatomique, tableaux tout en nuances et en contrastes.

Brûler de l'intérieur, Ahmed Kalouaz

Ecrit par Cathy Garcia , le Mercredi, 28 Novembre 2012. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Brûler de l’intérieur, photographies Alain Cornu, « photo roman », octobre 2012, 88 p. 9,50 € . Ecrivain(s): Ahmed Kalouaz Edition: Thierry Magnier

 

 

Un concept original que ces photos romans, qui n’ont rien à voir avec les romans-photos. Ici photos et roman sont présentés séparément, d’abord les photos, dès la première page, on entre dans l’image, une photo par page. Ici des vues horizontales de bord de mer, plages du Nord en morte saison, des maisons, des rues, vides pour la plupart, une chaise de maître-nageur où s’accrochent des algues, une caravane à gaufres fermées… Des photographies très esthétiques d’où l’humain semble quasi absent et qui ouvrent la porte à l’imagination. Puis démarre l’histoire qui, en contraste peut-être, met l’accent surtout sur l’humanité, ce qu’elle a de plus beau en elle : l’altérité. Le concept de ces photos romans veut que l’auteur écrive une histoire à partir d’une série de photos dont il ignore tout. Pour le lecteur qui a d’abord, lui aussi, regardé ces photos, au fur et à mesure de sa lecture, surviennent tout d’un coup des impressions de déjà vu, des images se superposent, se mélangent à ses propres images, les souvenirs des protagonistes sont aussi les siens : il a vu. Cela donne une texture toute particulière à l’histoire.