Identification

Thierry Magnier

Les éditions Thierry Magnier sont une maison d'édition française nées en 1998 et aujourd'hui installées dans le 6e arrondissement de Paris. Elles comptent une dizaine de salariés et ont plus de 200 titres à leur actif, toutes collections confondues.

 


Combien de terre faut-il à un homme ?, Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mardi, 04 Novembre 2014. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Combien de terre faut-il à un homme ?, août 2014, 40 pages, 17 € . Ecrivain(s): Annelise Heurtier et Raphaël Urwiller Edition: Thierry Magnier

 

Inspirée d’une nouvelle de Tolstoï, voici l’histoire de Pacôme, un paysan sibérien qui est hanté par l’insatisfaction et qui ne parvient pas à trouver le bonheur.

Certes, il n’est pas riche mais il vit bien du produit de son travail, avec sa femme et ses trois enfants. Que lui faudrait-il pour « être tout à fait heureux » ? se demande-t-il. Sûrement plus de terres…

Pacôme vend ses biens et achète plus de terres. Pourtant, il n’est toujours pas pleinement heureux. Peut-être lui faut-il partir ailleurs, « là où le sol est tellement fertile qu’en quelques saisons, une seule poignée de grains offre la richesse au plus pauvre des paysans » ? Et voilà le paysan insatisfait reparti « vers cette terre où pousse le bonheur ». Le récit de cette course au bonheur pointe du doigt l’incapacité à se contenter de ce que l’on a et démontre que l’envie mène à une perte inévitable. Leçon facilement transposable par le jeune lecteur à des situations proches de lui.

Dictionnaire fou du corps, Katy Couprie

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 30 Janvier 2013. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Dictionnaire fou du corps, novembre 2012, 243 pages, 33 € . Ecrivain(s): Katy Couprie Edition: Thierry Magnier

 

 

Projet incroyable et indispensable, le Dictionnaire fou du corps de Katy Couprie va étonner et séduire les lecteurs. Ce bréviaire du corps n’est ni absurde ni délirant, il jongle avec facétie avec la science et la morale, à la façon du fou qui divertit et instruit son public de ses énigmes et de ses devinettes. Il ouvre l’esprit en surprenant et en renversant les idées toutes faites. La diversité des techniques d’illustration employées fait de chaque page un véritable bijou tantôt réjouissant, tantôt insolite : dessins en couleur ou en noir et blanc côtoient gravures à l’ancienne, photographies et photomontages. Saluons en particulier les sublimes planches de la collection anatomique, tableaux tout en nuances et en contrastes.

Brûler de l'intérieur, Ahmed Kalouaz

Ecrit par Cathy Garcia , le Mercredi, 28 Novembre 2012. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Brûler de l’intérieur, photographies Alain Cornu, « photo roman », octobre 2012, 88 p. 9,50 € . Ecrivain(s): Ahmed Kalouaz Edition: Thierry Magnier

 

 

Un concept original que ces photos romans, qui n’ont rien à voir avec les romans-photos. Ici photos et roman sont présentés séparément, d’abord les photos, dès la première page, on entre dans l’image, une photo par page. Ici des vues horizontales de bord de mer, plages du Nord en morte saison, des maisons, des rues, vides pour la plupart, une chaise de maître-nageur où s’accrochent des algues, une caravane à gaufres fermées… Des photographies très esthétiques d’où l’humain semble quasi absent et qui ouvrent la porte à l’imagination. Puis démarre l’histoire qui, en contraste peut-être, met l’accent surtout sur l’humanité, ce qu’elle a de plus beau en elle : l’altérité. Le concept de ces photos romans veut que l’auteur écrive une histoire à partir d’une série de photos dont il ignore tout. Pour le lecteur qui a d’abord, lui aussi, regardé ces photos, au fur et à mesure de sa lecture, surviennent tout d’un coup des impressions de déjà vu, des images se superposent, se mélangent à ses propres images, les souvenirs des protagonistes sont aussi les siens : il a vu. Cela donne une texture toute particulière à l’histoire.

Une amie pour la vie, Laetitia Bourget et Emmanuelle Houdart

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 16 Novembre 2012. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Une amie pour la vie, octobre 2012, 40 p. 17,50 € . Ecrivain(s): Laetitia Bourget et Emmanuelle Houdart Edition: Thierry Magnier

C’est une histoire d’amitié, l’histoire de l’amitié, pourrait-on dire, que nous content Laëtitia Bourget et Emmanuelle Houdart. Celles de deux jeunes femmes qui un jour deviendront deux belles vieilles. L’amitié rare, voire unique qui réunit et fait se rencontrer deux êtres dans un perpétuel mouvement de vie. L’amitié telle qu’on la rêve, telle qu’elle devrait être dans sa magie et sa pureté brute, sa marginalité de sentiment hybride dépassant l’affection et flirtant avec l’amour. A partir d’un texte concis, qui coule avec une évidence et une émotion bouleversantes, l’illustratrice s’empare de l’histoire avec grâce et puissance.

« Il était une fois deux jeunes filles aussi différentes l’une de l’autre que le jour et la nuit et aussi semblables que deux gouttes de rosée ». A chacune son démon, ses luttes, ses racines, sa découverte du monde. Puis survient la rencontre et le partage d’un repas, d’un abri ; la fin de deux solitudes. Le partage des savoirs, des réussites, des cadeaux et de la confiance ; le bienveillant regard sur la vie de l’autre, ses amours, ses réalisations ; les épreuves, la maladie, l’éloignement. Sensualité, gestes du quotidien, amours et maternité sont autant de moments évoqués et dépeints avec beauté et un humour discret. La file des prétendants portant leur cœur à la main pour l’offrir à la belle des terres de « soleil, de sel et de sable », la baignoire-cuisine et sa cohorte d’ustensiles de toutes sortes, qui réunit les deux personnages depuis leur jeunesse jusqu’à l’âge le plus avancé, en témoignent.

Une princesse au palais, Cécile Roumiguière et Carole Chaix

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 18 Octobre 2012. , dans Thierry Magnier, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Jeunesse

Une princesse au palais, 29 août 2012, 40 p. 19 € . Ecrivain(s): Cécile Roumiguière et Carole Chaix Edition: Thierry Magnier

Dans la salle du Café du Palais, elle attend sa grand-mère parmi les clients qui se croisent et se succèdent, les créatures étranges, les objets qui se pressent et s’animent soudain. Le patron est un magicien. La dame antilope se tait. Un ange du temps veille. Deux lapins nommés Peek et Poke commentent les faits et gestes de la jeune fille qui n’aura bientôt plus besoin d’eux. Comme le flux qui parcourt son corps, comme ce mouvement irrépressible du temps qui s’écoule, les personnages atterrissent et repartent du café dans de vastes mouvements : les religieuses se régalent, les amoureux se racontent des secrets, les demoiselles du théâtre s’égayent le temps d’un café…

« La salle est pleine.

Hirondelles noir et blanc sans fil où se poser, le serveur et deux serveuses virevoltent.

Elle, elle sourit en les regardant avancer en crabe entre deux tables, un seau à champagne dans une main, un plateau en équilibre dans l’autre.

Les voix chuchotées, les mots qui fusent, les ordres de plats lancés en cuisine, les odeurs de viandes rôties, de chocolat noir et de fromages mêlées…

c’est le moment qu’elle préfère ».