Identification

Mille et une nuits

Les éditions Mille et une nuits sont une filiale des Éditions Fayard (Paris). Créées en septembre 1993 par Maurizio Medico, Nata Rampazzo et Luc Dubos, et d'abord calquées sur le modèle italien des "Mille Lire" (petits livres à mille lires), elles ont publié des classiques libres de droits, le premier étant l'ouvrage d'Épicure, Propos sur le bonheur.

Cette petite collection s’est rapidement affirmée par l’originalité de son format (10,5 cm × 15 cm) adapté aux contraintes de la vie urbaine (trajet, attente…) et la qualité de sa politique éditoriale. L'édition des Mille et une nuits est très populaire grâce à son prix accessible et ses choix éditoriaux sont audacieux (la maison a réédité plusieurs auteurs anarchistes et de nombreux idéologues méconnus).

Depuis leur fondation, cette filiale de Fayard a depuis élargi son marché en proposant une collection de littérature et d'essais grand format (dont le best-seller fut La Face cachée du Monde, de Pierre Péan et Philippe Cohen). Parmi ses auteurs les plus édités on compte notamment le politologue et historien des idées Pierre-André Taguieff.

Les éditions Mille et une nuits sont dirigées par Sandrine Palussière.


Comment il ne faut pas écrire, Antoine Albalat (édition établie par Yannis Constantinidès)

Ecrit par Didier Bazy , le Mardi, 05 Janvier 2016. , dans Mille et une nuits, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

Comment il ne faut pas écrire, septembre 2015, 128 pages, 4 € . Ecrivain(s): Antoine Albalat Edition: Mille et une nuits

 

 

Si NE et PAS sont ici barrés dans le titre, ce n’est pas un effet de style. Ce n’est pas non plus du Le Clézio ou du Derrida. Cela désigne tout simplement et très directement la nature de l’ouvrage. De l’original centenaire sans barres, Y. Constantinidès extrait le positif et biffe le négatif. C’est bien beau de savoir comment il ne faut pas, c’est mieux de savoir comment il faut. Ecrire. Créer ?

D’abord lire. Lire et relire jusqu’à ce que l’écriture s’ensuive. Ou ne s’ensuive pas. Si possible et si nécessaire. Et se hisser sur les épaules des géants. Ce n’est pas forcément une affaire de quantité. Albalat osa user d’Oscar Wilde pour saisir Flaubert : « L’oreille est vraiment le seul sens auquel, du point de vue de l’art pur, la littérature devrait chercher à plaire et dont le plaisir devrait être la règle ». L’essentiel serait que des voix intérieures sourdent. Relire à voix haute. Ainsi les litanies de Péguy, à voix hautes. Fantômes intemporels.

L’art de rendre les femmes fidèles, Aurélien Scholl

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Lundi, 22 Septembre 2014. , dans Mille et une nuits, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

L’art de rendre les femmes fidèles, août 2014, 56 pages, 2,50 € . Ecrivain(s): Aurélien Scholl Edition: Mille et une nuits

 

Mission impossible !

Les éditions Mille et une nuits publient un court opus d’un auteur tellement oublié que je croyais que c’était un débutant. Or il est mort depuis 1902.

Aurélien Scholl appartient à cette catégorie des chroniqueurs étincelants qui apparurent avec l’essor de la presse à grand tirage au 19è siècle.

L’art de rendre les femmes fidèles se lit facilement et la misogynie (feinte ou réelle) de l’auteur amuse, même si certains propos datent un peu. Toutes les femmes lui semblent infidèles mais il n’y a rien à faire pour y remédier car « l’homme et tous les autres singes ne sont pas faits pour vivre seuls ».

Et la conclusion à laquelle il parvient mérite un détour. Seul un mari peut rendre sa femme fidèle : en étant jaloux, ombrageux, grossier et brutal. « A ces conditions, sa femme sera fidèle… à son amant ! »

La société du hold-up (le nouveau récit du capitalisme), Paul Vacca

Ecrit par Olivier Bleuez , le Lundi, 04 Mars 2013. , dans Mille et une nuits, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres

La société du hold-up (sous-titré le nouveau récit du capitalisme), novembre 2012. 160 p. 13 € . Ecrivain(s): Paul Vacca Edition: Mille et une nuits

 

 

Qu’est-ce qu’un hold-up et quelles sont les conditions qui ont permis l’apparition de ce genre de crime ? Voici comment débute cet essai sur ce que l’auteur va cerner au fur et à mesure du livre : la société du hold-up. Il a fallu la conjonction de deux choses pour l’apparition du hold-up : l’accumulation de richesses et la liberté individuelle. L’auteur, en passant par la description des grands casses et de l’influence réciproque entre cinéma et hold-up, arrive à notre époque et en conclut que « le braquage n’est plus ce qu’il était. »

Là se trouve le nœud du livre : certes le braquage n’est plus ce qu’il était mais il n’est plus là où on l’attend. Il se situe au niveau des puissances financières, des nouvelles techniques numériques, des lancements d’objets culturels : son mécanisme s’est généralisé au point d’infuser toute la société.

Ploutos, dieu du fric, Aristophane (Trad. Michel Host)

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mardi, 03 Avril 2012. , dans Mille et une nuits, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Théâtre

Ploutos, dieu du fric. Trad. grec ancien, notes et postface Michel Host. 142 p. 4 € . Ecrivain(s): Aristophane Edition: Mille et une nuits

Qu’on se le dise à son de trompes d’Athènes à Wall Street : ce petit opuscule est – pour parler comme les personnages d’Aristophane « revisités » par Michel Host – à se tordre de rire, à se péter les boyaux. Une petite heure d’une récréation hilare, pleine de bonne santé mentale et de rage joyeuse.

Ploutos, dieu du fric, se fait détourner de ses devoirs d’obéissance aveugle (il est aveugle !) envers Zeus et entame une manif anti Zeus digne des luttes contre les p’tits chefs des maos de naguère ! Carion et La Toussaille, esclave et maître (mieux vaut les placer dans cet ordre s’agissant de comédie) rencontre un pauvre hère aveugle et sale. Or ce SDF (faisons comme Michel Host – l’anachronisme structurel) n’est autre que Ploutos, Dieu de l’argent – enfin du fric. Les deux bonshommes entreprennent alors de convaincre le dieu de s’affranchir de son sort affreux : il est condamné par sa cécité – infligée par Zeus – à n’accorder ses largesses financières qu’aux salauds (qu’il ne peut repérer étant aveugle !).

Voilà donc notre Ploutos installé chez La Toussaille. Grâce à Asclépios (dieu de la médecine) il retrouve la vue et s’engage à ne donner désormais le fric qu’aux gens de bonne volonté, négligés par le sort. Ce qu’il fait.