Identification

L’Absence d’oiseaux d’eau, Emmanuelle Pagano

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 18 Avril 2014. , dans P.O.L, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

L’Absence d’oiseaux d’eau, 297 pages, 18 € . Ecrivain(s): Emmanuelle Pagano Edition: P.O.L

 

Recueil de lettres pensées, senties, écloses, vécues, portées, bruissantes de pensées d’amour, de pensées d’espoir, de pensées de réconciliation, de pensées d’étreintes, de pensées de rivières, de pensées de fleuves. De pensées de baisers, enfin : ces frôlements de lèvres ou l’incisif de la douceur, avec la langue.

Lettres envoyées, où se lit à chaque instant un moi aimant totalement énucléé de son égoïté. Un moi qui pour toujours et à jamais – c’est en tout cas ce qu’il semble de prime abord – s’adresse à un être aimé, c’est-à-dire s’adresse à Toi, comme l’écrit Jankélévitch. La majuscule et l’absence d’article sont de rigueur, comme le précise le philosophe : « Il y a un monde entre Toi (sans article) et le toi, – entre toi que j’assiste ou que j’aime, et ce « toi » de la conjugaison qui est deuxième personne grammatique, mais qui est pneumatiquement troisième, qui est corrélat d’un duel grammatical, et non point partenaire d’un duo amatif ; le toi devenu chose indifférente ne se distingue des autres personnes de la conjugaison que par son numéro ordinal ».

C’est tout, Marguerite Duras

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 15 Février 2014. , dans P.O.L, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

C’est tout, Marguerite Duras, 55 pages . Ecrivain(s): Marguerite Duras Edition: P.O.L

 

Le 5 octobre 1995 paraît aux éditions P.O.L. le dernier livre de Duras, constitué de propos recueillis par Yann Andréa, son compagnon : C’est tout.

 

Avant et maintenant c’est l’amour entre toi et moi.

Y.A. : Et après la mort, qu’est-ce qui reste ?

M.D. : Rien. Que les vivants qui se sourient, qui se souviennent.

Y.A. : Vous vous préoccupez de quoi ?

M.D. : D’écrire. Une occupation tragique, c’est-à-dire relative au courant de la vie. Je suis dedans sans effort.

Y.A. : Vous avez un titre pour le prochain livre ?

M.D. : Oui. Le livre à disparaître.

Love Hotel, Christine Montalbetti

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 11 Janvier 2014. , dans P.O.L, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Love Hotel, 2013, 171 pages, 15 € . Ecrivain(s): Christine Montalbetti Edition: P.O.L

 

Comment retranscrire le réel ?

Que peut le roman face à la richesse si débordante de souffle qui fait chaque parcelle de nos vies ?

Comment dire non pas le visible mais notre rapport à lui, sans jamais éluder ce qui en constitue la trame la plus secrète ?

Comment, par l’écriture, retranscrire la saveur même des choses, qui, la plupart du temps, ne se conjugue que sur le mode de l’éphémère le plus abouti, toute saveur ayant pour vocation de se transformer au fur et à mesure de son envol, de se muer en autre chose, et, enfin, en la perte d’elle-même…

Enfin, comment faire du muscle de l’écriture cela même qui serait disposé à soulever, voile à la maille dense posé sur le monde, notre indifférence aux choses, pour qu’enfin nous puissions goûter, mastiquer, les pousses de réel par quoi la vie se fait jour au-dedans de nous et nous jette dans le ballet du visible, au centre d’idiosyncrasies qui, toutes, ont leur prénom à nous apprendre. À nous souffler. Et, pour quelques-unes, à souffler dans le cœur de nos vies…

Je vais, je vis, Hubert Lucot

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Mardi, 19 Novembre 2013. , dans P.O.L, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Je vais, je vis, octobre 2013, 672 pages, 25 € . Ecrivain(s): Hubert Lucot Edition: P.O.L

 

Bien sûr quand on écrit on peut toujours affirmer : « C’est trop tôt, c’est trop tard ». Mais pour le lecteur, il n’est jamais trop tard pour voyager dans les mots de l’autre.

Ceux qui l’aiment monteront dans ce train, un train qui vous emportera, vous lecteurs, dans un long trajet de plus de deux ans et de plus de six cents pages. Vous accepterez de suivre Hubert Lucot dans une pérégrination consignée dans un journal de voyage qu’il a intitulé Je vis, je vais qui est une reprise d’une phrase prononcée par sa femme. En fait, l’auteur fait dans ce volume le récit de la maladie et de la mort de celle-ci qui survient alors qu’elle a soixante-quinze ans et lui soixante-seize. Il l’appelle A.M. (que l’on peut entendre comme « Amour et Mort ») et lui, se nomme H.L. Parfois leurs deux noms sont accolés comme s’ils ne formaient plus qu’un bloc, un « Nous » indissociable qui scande une longue vie d’amour. Parfois, ils se découpleront. Il déroulera cet épisode de son existence comme une pelote, narrée jour après jour ou presque, heure après heure ou presque, dans une écriture qui vous surprendra, qui vous dérangera, qui vous troublera mais qui finira par vous conquérir et vous enthousiasmer.

Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq

Ecrit par Virginie Neufville , le Mardi, 12 Novembre 2013. , dans P.O.L, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Il faut beaucoup aimer les hommes, août 2013, 320 pages, 18 € . Ecrivain(s): Marie Darrieussecq Edition: P.O.L

Solange, la sulfureuse héroïne de Clèves a vieilli. Vingt ans plus tard, elle vit aux Etats-Unis, à Los Angeles, où elle gagne sa vie en tant qu’actrice d’éternels seconds rôles. A défaut d’avoir été une bonne mère (ce sont ses parents qui ont élevé son garçon), cantonnée à des rôles qui ne peuvent la faire valoir comme bonne actrice, Solange désire ardemment réussir sa vie amoureuse.

Un soir de cocktail chez un réalisateur connu, elle a le coup de foudre : « Elle est traversée par une onde qui la désintégrait. Ses atomes étaient pulvérisés. Elle était suspendue et déjà elle voulait ça : la désintégration ».

C’est plus fort qu’elle, les poncifs en tout genre sur l’Afrique et les africains remplissent son esprit, mais cette fois-là, celui qui se présente à lui incarne l’Afrique à lui tout seul dans la tête de Solange. Elle qui pense que « l’exotisme est une distraction puissante », elle a trouvé l’homme qui lui faut.

Mais qui est celui qui fait chavirer son cœur ? Comme elle, c’est un étranger ; comme elle c’est « un adopté de l’Amérique » qui vit de petits rôles ; mais contrairement à Solange, il n’a pas le coup de foudre. Kouhouesso Nwokam entre dans sa vie, avec ses rêves de réalisateur et ses idées bien arrêtées sur ses origines :