Identification

publie.net

publie.net est une maison d'édition consacrée au numérique créee par François Bon


Les Classiques connectés, Olivier Ertzscheid

Ecrit par Ahmed Slama , le Lundi, 03 Avril 2017. , dans publie.net, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Les Classiques connectés, septembre 2016, 113 pages, 4,99 € . Ecrivain(s): Olivier Ertzscheid Edition: publie.net

 

L’éternel retour littéraire ?

Dès la lecture de la quatrième de couverture, enfin du synopsis, l’intérêt est aiguisé, « et si Baudelaire avait écrit un hymne aux algorithmes au lieu de son hymne à la beauté ? », une question pourtant, un Baudelaire à l’heure numérique, parlerait-on encore de Baudelaire ?

Cette question dissipée, on s’empresse de débuter la lecture de ces Classiques connectés, en ayant à l’esprit que ces Classiques connectés sont l’œuvre d’Olivier Ertzscheid, auteur du captivant blog Affordance. Il s’est amusé au fil de ce blog à reproduire cette tradition, aujourd’hui un peu désuète, favorite des rhétoriciens en tout genre, celle d’écrire dans le style de… Mais nous ne sommes pas vraiment dans l’exercice du pastiche tant les textes d’Olivier Ertzscheid épousent parfaitement les contours de ceux qu’il imite, et dès les premières pages nous sommes immergés dans une sorte de dystopie (à mes yeux tout du moins comme chacun le sait, l’utopie des uns est la dystopie des autres) car « Le fantasme de la bibliothèque universelle de Borges est réalisé.

L’Être Urbain, Raymond Bozier

Ecrit par Germain Tramier , le Mardi, 14 Mars 2017. , dans publie.net, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

L’Être Urbain, 73 pages, 4,99 € . Ecrivain(s): Raymond Bozier Edition: publie.net

 

Variations d’une musique cinétique

Dire la ville : être uniforme, immense et dépersonnalisé ? tirer de cette foule d’image et d’objet de quoi l’arracher à la fadeur ? battre l’uniformisation des comportements au fer glacé. Une évocation de l’urbain par la machinerie des mots.

 

Après son recueil Roseaux, qui portait le sous-titre Appréhension spatiale du contemporain, Raymond Bozier continue son exploration de l’espace quotidien, prolongeant son intérêt poétique urbain et ses décors artificiels.

Choses vues d’une ville en sédimentation

Dans la zone d’activité, Éric Chevillard

Ecrit par Ahmed Slama , le Vendredi, 10 Février 2017. , dans publie.net, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Récits

Dans la zone d’activité, Éric Chevillard, publie.net, 65 pages, 2,99 € . Ecrivain(s): Éric Chevillard Edition: publie.net

 

Zone littérairement ludique

Chevillard ? On le connaît Éric, depuis le temps qu’il sévit, chez Minuit essentiellement, une quinzaine de romans, toujours cette langue, ce style, enroulement langagier, et puis cet imaginaire, le Chevillard est une espèce rare qu’il faudrait protéger, on sait jamais avec les braconniers littéraires qui pullulent aujourd’hui, ici ou là, qui n’ont rien su comprendre, j’en plains les tristesses lectorales, sans en évoquer la fadeur stylistique. Et quand Éric, auteur d’un excellent blog, L’Autofictif, nous gratifie d’une œuvre numérique, chez Publie.net, on s’y penche, nous chez LitteWeb, on s’y penche c’est forcé, avec ce risque, toujours chez Chevillard, celui d’une chute, un abîme.

Dans la zone d’activité, c’est une trentaine d’histoires courtes, celle d’une zone commerciale ; on les voit, dès la table des matières, les boutiques réparties, y a qu’à laisser son curseur, son index vous guider, « Mon imagination est une colle » qu’il disait Chevillard, paraphrasant Léon Bloy, dans son sublime L’Auteur et Moi, une assertion qui encore se confirme dans cette Zone d’activité, dès les premières lignes, lire, et se laisser cheviller par la langue d’Éric.

Mais qui lira le dernier poème ?, Eric Dubois

Ecrit par Etienne Ruhaud , le Lundi, 06 Janvier 2014. , dans publie.net, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

Mais qui lira le dernier poème ? 52 p. 2,99€ (Ebook) . Ecrivain(s): Eric Dubois Edition: publie.net

 

Blogueur, homme de radio, fondateur et animateur de la revue en ligne Le Capital des mots, Eric Dubois semble opposé à toute forme d’hermétisme, tant dans ses choix de publication que dans sa propre production littéraire. Déployant une langue à la fois sobre et néanmoins souple, harmonieuse, Mais qui lira le dernier poème ? évoque la vie quotidienne, au risque d’un certain prosaïsme, parfois, une sorte de simplicité volontaire, ascèse stylistique, qui n’est pas sans rappeler, par moments, Bukowski ou Houellebecq :

Le temps s’étire comme un chewing-gum/La bite perdue dans les poils et les plis/du pantalon/Dans la poussière/et les temps morts.

Editeur du recueil sous forme numérique, François Bon parle lui d’écriture concrète. Poésie de l’actuel, de l’immédiat, les vers brefs et précis d’Éric Dubois évoquent la cité d’aujourd’hui, son décor froid, inamical mais familier :

Encore l’œil électronique/de désirs fantasmés/Par l’unité centrale/La caméra et l’écran/dans la nuit du commerce.

La tendresse, Jacques Ancet

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mardi, 25 Juin 2013. , dans publie.net, Les Livres, Livres décortiqués, La Une Livres, Poésie, Roman

La Tendresse, publie.net, collection Temps Réel, janvier 2011, 120 pages, 3,49 € . Ecrivain(s): Jacques Ancet Edition: publie.net

 

Voyez le pianiste Nelson Freire, lorsqu’il joue : ses mains à chaque instant font comme – exactement comme – si elles dessinaient, sans tremblement, sans même l’esquisse d’un vacillement, un cercle parfait.

Et Nelson Freire, quand il se met au piano, transforme chaque morceau en une seule phrase musicale, avec ses différents tempi, faisant ressentir à quel point l’ampleur du mouvement (mouvement de vie, mouvement d’eau, mouvement de lumière) donné à la partition par ses mains, et l’extraordinaire précision dans cette ampleur confèrent à chacun des accords confiés à l’ivoire, aux cordes et au bois du piano son identité indivisible. Sa particularité secrète. Qui irradie en nous. Soudain. Cet accord, dans cette irradiation par quoi il paraît totalement, de toute son unicité, se voyant renvoyé au monde duquel il ne peut s’extraire et qui est constitué de la totalité des accords (et du silence, sans quoi rien ne peut se dire, d’une musique qui, pour ne rien vouloir dire, signifie tout, suivant l’adage steinerien). Au monde qui loin de nier sa singularité la façonne de bout en bout.