Identification

Jean-Claude Lattès

Les éditions Jean-Claude Lattès (JC Lattès) sont une maison d'édition française appartenant au groupe Hachette Livre et dont le siège social se situe au 17 rue Jacob à Paris (6e).

 


Trois jours à Jérusalem, Stéphane Arfi (par Valérie Kerrec)

Ecrit par Valérie Kerrec , le Mardi, 28 Mai 2019. , dans Jean-Claude Lattès, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Contes

Trois jours à Jérusalem, octobre 2018, 288 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): Stéphane Arfi Edition: Jean-Claude Lattès

 

Ce court roman, simple, dense, documenté, est écrit dans la veine des récits de Jean Grosjean ou plus près de nous d’Erri de Luca. C’est donc un conte philosophique davantage qu’un roman classique, bien que l’on suive de bout en bout une intrigue forte en rebondissements. Nous voici embarqués il y a 2000 ans de cela, à l’époque du tout jeune Jésus, à Jérusalem. La Bible raconte en effet que Jésus fit à l’âge de 12 ans une fugue à Jérusalem, fugue dont on ne sait étrangement rien mais qui semble avoir eu une importance capitale dans le développement moral du jeune homme… 2000 ans après, s’appuyant sur des textes de l’époque du grand Sage Hillel (juif humaniste avant l’heure), Stéphane Arfi raconte cette escapade qui fit découvrir à Jésus que l’amour n’était pas le vrai secret du bonheur (l’amour qui devint pourtant ensuite le centre du message du Jésus historique), mais une autre valeur, un autre mot que l’amour, une vertu bien plus révolutionnaire : vertu qui a été en quelque sorte vidée de son sens originel et remplacée par l’amour. Le message universel de Jésus aurait-il donc été tronqué, et pourquoi ? C’est la question que pose ce conte.

Travelling, Un tour du monde sans avion, Christian Garcin, Tanguy Viel (par Sylvie Zobda)

Ecrit par Sylvie Zobda , le Mercredi, 15 Mai 2019. , dans Jean-Claude Lattès, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits, Voyages

Travelling, Un tour du monde sans avion, mars 2019, 281 pages, 18,90 € . Ecrivain(s): Christian Garcin, Tanguy Viel Edition: Jean-Claude Lattès

 

A l’heure de la mondialisation, de l’internet 4G, des liaisons satellitaires, des flux où vitesse et densité vont de pair, qu’est-ce qui pousse Christian Garcin et Tanguy Viel à réaliser un tour du monde sans avion, en cent jours, pour faire une boucle dans l’hémisphère Nord, entre le 35ème et le 55ème parallèle ? Le titre de ce roman écrit à quatre mains annonce un travelling, un déplacement de l’ordre de la promenade, et non du survol rapide, un voyage doux posé sur des rails préétablis, délimitant les routes du cargo, de la voiture, du bus, du train, passant par l’Atlantique, les Etats-Unis, le Pacifique, le Japon, la Chine, la Russie puis l’Europe.

La géographie s’annonce donc variée, mais le livre est bien plus encore un voyage dans le temps, celui du réel, et non du fictionnel, encore moins de la légende collective, des représentations grossières, du passé plus ou moins glorieux. Les deux écrivains, pour parvenir à leur fin, restent dans le terre-à-terre, ils s’accrochent au sol présent.

Arabe, Hadia Decharriere (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mardi, 07 Mai 2019. , dans Jean-Claude Lattès, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Arabe, février 2019, 168 pages, 17 € . Ecrivain(s): Hadia Decharriere Edition: Jean-Claude Lattès

 

À la recherche du passé perdu

Après Grande section, Hadia Decharriere publie son nouveau roman, Arabe. Le roman relate l’histoire de Maya, une jeune Française qui travaille comme habilleuse. « Maya aime écouter l’habit et observer l’attitude qu’emprunte l’esprit selon l’étoffe qui pare le corps » (p.52).

Un certain matin, Maya se réveille en parlant parfaitement la langue arabe, une langue qu’elle n’a jamais connue ou apprise. Son mari et ses parents, son entourage, sont étonnés devant cette métamorphose. « Une langue que personne ne lui a transmise, ni son père ni sa mère, une langue dont elle ignore tout de l’histoire, une grande inconnue qu’elle a pourtant immédiatement reconnue, malgré elle, comme un reflexe qui, pour exister, se passe de volonté et de raison » (pp.22-23).

Maya commence alors sa quête pour identifier le secret de cette langue. En parlant arabe, tout ce qui a relation avec cette langue attire son attention : la gastronomie, les prénoms, et notamment la situation des femmes bafouées dans le monde dit arabe.

Trois jours à Jérusalem, Stéphane Arfi (par Gilles Banderier)

Ecrit par Gilles Banderier , le Mardi, 16 Avril 2019. , dans Jean-Claude Lattès, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Trois jours à Jérusalem, octobre 2018, 316 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): Stéphane Arfi Edition: Jean-Claude Lattès

 

Les « vies de Jésus » forment une sous-catégorie particulière du genre littéraire appelé « biographie » et aucun être humain, si longue que soit son existence, ne pourra les lire toutes. Comme cela se produit invariablement, cet amoncellement de volumes, qui soutiennent des positions contradictoires, finit par s’auto-annuler et par s’affaisser sous sa propre masse. On en revient alors au point de départ, à ces quelques dizaines de pages du Nouveau Testament, dues à de très grands écrivains, de même qu’on revient toujours à Platon ou à Shakespeare, quand les yeux et l’esprit sont fatigués d’avoir compulsé des piles de thèses et d’études critiques à leur sujet.

Loin d’être une biographie exhaustive, le mince recueil que l’on désigne sous l’expression de Nouveau Testament garde un silence infranchissable sur des pans entiers de la vie du Christ. De même que certains individus ne supportent pas le silence et éprouvent le besoin de le remplir par ce qui vaut rarement mieux que lui – du bruit ou du verbiage – on a très tôt tenté de meubler le silence des Évangiles. Une bonne part de ce qu’on appelle la littérature apocryphe n’est rien d’autre qu’une tentative, très rarement réussie, de briser ce silence.

Qui n’est pas raciste, ici ?, Akli Tadjer (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mercredi, 10 Avril 2019. , dans Jean-Claude Lattès, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

Qui n’est pas raciste, ici ?, mars 2019, 96 pages, 6,90 € . Ecrivain(s): Akli Tadjer Edition: Jean-Claude Lattès

 

Hommage à l’Autre

Après le roman La vérité attendra l’aurore (1), Akli Tadjer publie un court essai, Qui n’est pas raciste, ici ?

Ce récit est le fruit de l’affaire qui a eu lieu récemment à cause de son roman Le porteur de cartable. L’écrivain était invité par une professeure de lycée pour parler de ce roman face aux élèves. Quelques jours avant la rencontre, l’enseignante révèle par mail (2) au romancier que ses élèves ont refusé de le voir parce qu’il n’est pas Français ; il y a même un lycéen qui a refusé de lire un extrait à cause du nom du personnage jugé non-Français (Messaoud). L’affaire a secoué la toile et les différents médias français et internationaux. Ainsi est né ce livre.