Identification

13ème note éditions

 

13e Note éditions est une maison d’édition française créée en 2008 par Éric Vieljeux, directeur éditorial.

 

Los Angeles Nostalgie, Ry Cooder

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 03 Avril 2014. , dans 13ème note éditions, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Nouvelles

Los Angeles nostalgie (Los Angeles stories), Traduit (USA) par Ariane Bataille, 296 p. 22,90 € . Ecrivain(s): Ry Cooder Edition: 13ème note éditions

 

Ryland Peter Cooder, ô combien mieux connu sous le nom de Ry Cooder, nous avait ébloui de son talent fabuleux de guitariste slide et de bluesman depuis la fin des années 60. Le voici dans un rôle d’écrivain, de nouvelliste, et le résultat est brillant.

Qu’on se rassure, Ry n’a pas oublié la musique. Elle est présente dans toutes les nouvelles de ce recueil. Sous toutes les formes – et Dieu sait qu’il y en a moult ! – qui le passionnent : le texmex, le blues, le jazz, le country. On croise à chaque coin des rues de LA des personnages rares, souvent déjantés, qui grattent pour des cachetons de misère, ou qui soufflent, ou qui poussent la chansonnette.

Le LA de Ry est celui qu’on attendait de lui et de ses convictions affichées « à gauche » (!) : c’est celui des pauvres, des ouvriers, des chicanos, des noirs, des paumés, des petits malfrats à la petite semaine. L.A. nostalgie compose un tableau bigarré et attachant de la Cité des Anges des années 50, celle de Raymond Chandler et de Dashiell Hammett, des débuts du Rock and Roll, du règne du blues. Au détour d’une page, on rencontre John Lee Hooker, d’une autre page, TBone Walker. Et tant d’autres. Ry cooder rend hommage au berceau de son enfance.

Travaux forcés, Mark Safranko

Ecrit par Alexandre Muller , le Vendredi, 19 Avril 2013. , dans 13ème note éditions, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Travaux forcés, 13ème note éditions, traduction (USA) Karine Lalechère, janvier 2013, 316 p. 20 € . Ecrivain(s): Mark Safranko Edition: 13ème note éditions

 

Mark Safranko est de retour ! Après trois opus édités par 13ème note, l’éditeur nous invite à lire un nouvel épisode situé chronologiquement entre Dieu bénisse l’Amérique et Putain d’Olivia. Qu’importe l’ordre ou le désordre, la saga de Max Zajack se lit dans l’un ou l’autre sens.

Un article est déjà paru sur la cause littéraire intitulé What’s the spirit of Safranko. Son rédacteur a essayé autant faire que se peut de vous initier. Si vous êtes curieux, ou pas, sachez que pour l’heure, Max Zajack ne vit momentanément plus à Trenchton (New Jersey) avec ses parents tyranniques, et n’a pas encore rencontré la sulfureuse Olivia. Il bosse à la chaîne dans une brasserie pour éviter le Vietnam et tue le temps à penser aux bouquins, à la musique et à toutes les nanas qu’il va se taper. C’est-à-dire que Max sort à peine d’une relation avec Sheila, une championne de la fellation qui lui a fait presque croire à la possibilité du mariage. Une dispute avec un collègue, et Max gonfle le chiffre du chômage. Il n’a pas de temps à perdre, son numéro d’incorporation militaire le presse. Max se voit contraint et forcé de suivre ce conseil :

Cheyenne en automne, Willy Vlautin

Ecrit par Alexandre Muller , le Lundi, 02 Avril 2012. , dans 13ème note éditions, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Cheyenne en automne, traducteur Luc Baranger, 4 Avril 2012, 320 p. 19 € . Ecrivain(s): Willy Vlautin Edition: 13ème note éditions

Charley devient un ami. Un frère. Ou un fils. De le connaître rend heureux. De le quitter attriste.

Charley, 15 ans, aime courir. Pas seulement pour incorporer une équipe de football. Sa façon de fuir. Même s’il l’aime son père. Son père aime avant tout ses plaisirs. Les femmes. La fête. L’alcool. Les emmerdes qui vont avec. Alors Charley court jusqu’à plus de souffle.

Ils sont arrivés à Portland, en Oregon, une semaine avant. Pour un boulot de cariste, un boulot sans lendemain de plus. En laissant quasiment toutes leurs affaires dans l’état de Washington. Mis à part quatre chaises, des gamelles, des casseroles, des poêles, leurs fringues, la télé, le lit de son père. Dans deux cartons et un sac poubelle, deux coupes, des bouquins et des photographies. Loin du Wyoming et de sa tante Margy. Loin de sa mère qui vit on ne sait où. Loin de Spokane. Loin de ses copains. Pour un quartier des années 40 en piteux état, le Delta Park. Alors Charley court jusqu’à plus de souffle.

Par-delà les entrepôts, en passant sous les ponts, par-delà les ateliers, casse automobile et autre magasin de pièces détachées de pièces automobiles, un champ de courses. Avec les chiens, les chevaux sont les animaux préférés de Charley. Même si en dehors de la télé il n’en a jamais aperçu qu’au rodéo. Après quelques pompes, Charley court sur le chemin du retour.