Identification

Vents d'ailleurs

 

Vents d’ailleurs est une maison fondée en 1999 par Jutta Hepke et Gilles Colleu : Nous éditons des livres venus des cultures d’ailleurs, proches ou lointaines, convaincus que la connaissance des cultures du monde aide à bâtir une société plus solidaire et plus intelligente. Le catalogue de Vents d’ailleurs construit des passerelles vers ces imaginaires, propose des livres pour enrichir les êtres humains dans leur recherche d’humanité. La littérature est ainsi très présente dans le catalogue, mais également les albums jeunesse, l’art et les sciences humaines. Le plaisir de la découverte, la curiosité permanente, un non-conformisme littéraire revendiqué permettent à Vents d’ailleurs d’éditer des ouvrages qui reflètent les mille plaisirs de la vie, la diversité des idées du monde, les imaginaires les plus singuliers. Nous sommes membre de l’Alliance des éditeurs indépendants pour participer à la construction de réseaux à travers le monde, pour défendre une certaine idée de l’édition de création, pour ­défendre le livre et la lecture comme ouverture sur le monde et non comme un produit consommable, interchangeable et jetable comme un autre. Nous sommes un éditeur indépendant de création, nous défendons la bibliodiversité car l’offre pléthorique de livres n’équivaut pas à la diversité et la pluralité des idées. Vents d’ailleurs est également membre de l’association Éditeurs sans frontières et de l’association Jedi Paca. Vents d’ailleurs est signataire de la Déclaration des éditeurs indépendants du monde latin signée par 70 éditeurs venus de 23 pays, réunis en novembre 2005 à l’occasion de la rencontre Les éditeurs indépendants du monde latin et la bibliodiversité, organisée par l’Union latine, l’Alliance des éditeurs indépendants, et le Centre régional pour la promotion du livre en Amérique latine et dans la Caraïbe (CERLALC) dans le cadre de la Foire internationale du Livre de Guadalajara au Mexique.

La colombe et le moineau, Khaled Osman

Ecrit par Patryck Froissart , le Samedi, 04 Mars 2017. , dans Vents d'ailleurs, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

La colombe et le moineau, mai 2016, 186 pages, 20 € . Ecrivain(s): Khaled Osman Edition: Vents d'ailleurs

 

Le narrateur adopte en vision interne le point de vue de son personnage principal, Samir, un Egyptien qui s’est parfaitement bien intégré en France après y avoir fait ses études. Maître-assistant à la Sorbonne, chargé de cours d’histoire de la civilisation arabe, Samir, quelque temps après avoir mis fin à une liaison mouvementée avec Basma, une jeune Syrienne, vit une relation stable et calme avec Hélène, de qui il a fait la connaissance alors qu’elle assistait à son cours.

C’est cette situation initiale normalisée que vient brutalement troubler un appel téléphonique. En plein printemps arabe égyptien, en direct de la place Tahrir, un mystérieux correspondant annonce à Samir que son frère jumeau Hicham, avec qui il a n’a plus de contact depuis belle lurette, vient d’être grièvement blessé dans les manifestations, et qu’il le supplie de se rendre d’urgence à son chevet, accompagné de Lamia, leur amie d’enfance, avec qui Hicham a eu autrefois une relation amoureuse.

Or Samir a perdu depuis longtemps la trace de Lamia, étudiante en arts, après l’avoir aidée à s’installer à Paris.

Rizières sous la lune, Loïc Barrière

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 09 Novembre 2016. , dans Vents d'ailleurs, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Rizières sous la lune, septembre 2016, 256 pages, 23 € . Ecrivain(s): Loïc Barrière Edition: Vents d'ailleurs

 

Loïc Barrière avait déjà abordé l’histoire récente du Cambodge dans son roman Le chœur des enfants khmers (Seuil, 2008) en revenant sur le génocide perpétré par les Khmers rouges à la fin des années 1970. Rizières sous la lune s’insère lui dans le contexte très tendu de la fin du XIXème siècle qui vit l’émergence du premier combat contre la domination française. La France en effet avait humilié le roi Norodom 1er en le contraignant à signer une convention visant, au mépris de la religion et des coutumes locales, à imposer un protectorat plus rigoureux, transformant un peu vite le régime en monarchie constitutionnelle. Une bévue qui cristallisa un réveil nationaliste, Si Votha – qui s’était rebellé contre son demi-frère dont il revendiquait le trône et réfugié après son échec dans cette forêt tropicale impénétrable – soulevant cette fois une insurrection populaire avec un temps l’appui du roi…

Si l’auteur, qui est aussi journaliste, s’est précisément documenté sur la période, son livre ne se veut pas pour autant un roman historique. C’est un pur roman d’aventures plein de mystères et de rebondissements, d’intrigues de cour et de violences, d’amour et désir, de rivalités et de trahisons comme de fidélité et de reconnaissance… Un roman s’inscrivant délibérément dans le sillage du dernier tome des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas – référence faisant d’emblée le lien entre les principaux protagonistes de l’aventure : trois héros friands d’histoires et de légendes.

Généalogie d’une banalité, Sinzo Aanza

Ecrit par Mélanie Talcott , le Samedi, 03 Septembre 2016. , dans Vents d'ailleurs, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Afrique, Roman

Généalogie d’une banalité, 224 pages, 18 € . Ecrivain(s): Sinzo Aanza Edition: Vents d'ailleurs

« L’homme n’est pas étanche, il est d’une porosité inévitable, sournoise mais inévitable »

Sinzo Aanza

 

« Le véritable salaire de la désobéissance civique arrive. Ne fermez pas votre radio, ne changez pas de chaîne, car l’histoire va s’écrire sous vos oreilles ce soir… »

La clef de Généalogie d’une banalité de Sinzo Aanza est dans cette phrase. Mais avant, il faut faire preuve de patience. Car la lecture de ce livre au style riche, truculent, impétueux, inventif, pantagruélique, veiné de mots que la langue française a rayés de son vocabulaire depuis belle lurette, est en elle-même une ode à la lenteur de par la complexité du récit, à la fois épopée, chronique sociale et subtile autant que prudente critique politique d’un pays, le Congo, quasiment quatre fois plus grand que la France. Et il faut bien l’admettre : notre ignorance de lecteurs occidentaux formatés par Tintin au Congo est inversement proportionnelle à l’insignifiante connaissance que nous avons de ce pays. Oh bien sûr, nous avons vaguement en mémoire le fait que le Congo fut la danseuse belge maltraitée du roi génocidaire Léopold II.

Le Port, texte de Jean-Yves Loude, images de Nemo, musique de Bruno-Michel Abati

Ecrit par Didier Bazy , le Lundi, 01 Décembre 2014. , dans Vents d'ailleurs, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Le Port, 2014, 58 pages, 15 € Edition: Vents d'ailleurs

 

Le port, le sort, la mort

Le Port est un très beau livre, tragique et vivant, une œuvre zeugma. Un zeugma stylistique : « Les toubabs ont pris son bras et la totalité de ses rêves ». Mais surtout un zeugma sémantique : l’ellipse est aussi la trajectoire des comètes. Peut-être le lien parfait. La courbure dans sa pureté. Le lien et le lieu obligés : le zeugma désigne en grec le lien et le joug. Car le Port, c’est bien ça, tout à la fois : la pureté du rêve, la nécessité du lien, la condition du joug, l’espoir d’un ailleurs, la prise absolue du risque de cet ailleurs qui n’est meilleur que dans les rêves.

A quoi rêve l’Africain qui a faim ?

Djibril parle (Et il faut entendre la voix de Jean-Yves Loude, porte-voix et portefaix et porte-foi). Djibril se tait (Et il faut entendre Bruno-Michel Abati https ://www.youtube.com/watch?v=oYruz7yL0V8).

La piste des sortilèges, Gary Victor

Ecrit par Cathy Garcia , le Jeudi, 01 Mai 2014. , dans Vents d'ailleurs, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

La piste des sortilèges, janvier 2014, 590 pages, 14,50 € . Ecrivain(s): Gary Victor Edition: Vents d'ailleurs

 

Voici un roman intensément fabuleux, qui plairait sans aucun doute à un Tim Burton ou à un Lewis Carroll. Cette quête initiatrice dans laquelle nous entraîne Piripit, sorte d’Alice en version jeune mâle musclé au pays vodou, est un grand chaudron dans lequel macèrent toutes sortes de faits, de créatures et de choses toutes plus étranges et plus inouïes les unes que les autres, l’ensemble dégageant un parfum de goyave, d’embruns et de kleren*, mêlé de sueur et de charogne. C’est la piste des sortilèges.

Parmi certains des personnages, on pourrait citer l’incontournable Bawon Samedi et son insatiable fille Gede Loray, Legba, l’ouvreur de portes, ainsi que Petit-Noël Prieur, un chef de bande d’esclaves révoltés, qui refusait l’autorité des généraux durant les guerres de l’Indépendance, mais aussi le maudit Grenn Bôt, « une seule botte », et le Basilic, un redoutable reptile géant.