Identification

Quidam Editeur

Quidam éditeur se consacre à la littérature contemporaine, française et étrangère.
Notre attirance va ainsi vers l’insolite mais sans exclusive, l’éventail de nos goûts étant assez large pour assurer vie à l’éclectisme au même titre qu’un libraire assure la biblio-diversité. Notre rapport au livre est d’abord celui d’un lecteur qui aime être étonné.
Et l’éditeur que nous sommes se veut passeur vers celle ou celui à qui l’on demande de perpétuer avec envie ce bonheur toujours vif qu’est lire.


Le Silence, Reinhard Jirgl

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 01 Novembre 2016. , dans Quidam Editeur, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Langue allemande, Roman, La rentrée littéraire, En Vitrine

Le Silence, octobre 2016, notes et trad. allemand Martine Rémon, 620 pages, 25 € . Ecrivain(s): Reinhard Jirgl Edition: Quidam Editeur

 

A partir de la transmission par sa sœur Felicitas d’un album destiné à son fils, regroupant une centaine de photographies réunies par sa belle-mère, Le silence retrace l’histoire de Georg Adam, suivant le « Chemin-de-Vie » de son héros tout en parcourant, outre son ascendance et sa descendance, les deux lignées dont est issue sa femme Henriette décédée en 2000. Une histoire scellée par le meurtre et l’abandon du père, par la faute et la honte d’une tare génétique, d’un « défaut de tissage dans l’étoffe généalogique ». Une histoire labyrinthique aux multiples récits familiaux entrelacés que nous conte un héros sans cesse relayé par de nombreuses voix venant varier les perspectives.

Dans cette saga familiale désordonnée s’inscrivant dans un siècle d’Histoire allemande, telle qu’elle fut vécue, endurée ou servie par les « Gens ordinaires », dans ce XXème siècle maudit (le livre couvrant plus exactement la période allant de la guerre de 1914 à l’Allemagne réunifiée de 2008), Reinhard Jirgl éclaire l’héritage d’une nation auquel nul ne peut échapper : un continuum de violences, d’injustices et de destructions traversant les différents régimes politiques et systèmes économiques en place.

Sombre aux abords, Julien d’Abrigeon

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 31 Août 2016. , dans Quidam Editeur, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Sombre aux abords, Julien d’Abrigeon, Quidam éditeur, septembre 2016, 144 pages, 15 € . Ecrivain(s): Julien d’Abrigeon Edition: Quidam Editeur

 

Sombre aux abords est un roman sombre et étoilé aux multiples résonances cinématographiques et photographiques, musicales ou littéraires… transcendées par une langue poétique dynamique que Julien d’Abrigeon, adepte de la poésie-action pratiquant une poésie très sonore et visuelle, s’emploie à travailler pour notre plus grand plaisir. C’est un roman nourri de « citations et d’allusions » dont l’auteur (qui consacra un mémoire universitaire à Jean-Luc Godard, ce cinéaste-écrivain virtuose du découpage/collage) ne se cache pas, semblant conscient que toute création, toute écriture s’amorce et s’enflamme aux étincelles d’autres œuvres, et jouant sur les ajouts comme sur les détournements et les silences pour « embrayer vers de nouveaux sens ». Et peu importe que le lecteur ne saisisse pas forcément toutes ces références car il restera toujours suffisamment d’échos plus ou moins diffus pour façonner, même inconsciemment, sa lecture.

Une structure solide directement empruntée aux cinq pistes que comportent les deux faces de l’album rock Darkness on the edge of the town – et en reprenant  avec une certaine liberté les titres et les canevas – équilibre cet ouvrage fragmenté en dix chants se voulant d’abord un hommage à l’œuvre de Bruce Springsteen.

Infini. L’Histoire d’un Moment, Gabriel Josipovici (2ème critique)

Ecrit par Didier Smal , le Mercredi, 15 Juin 2016. , dans Quidam Editeur, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Roman

Infini. L’Histoire d’un Moment, janvier 2016, trad. anglais Bernard Hoepffner, 164 pages, 18 € . Ecrivain(s): Gabriel Josipovici Edition: Quidam Editeur

 

Gabriel Josipovici (1940) a, on le suppose, rencontré la musique de Giacinto Scelsi (1905-1988) et en a subi un choc, une fascination telle qu’il lui a fallu écrire un roman aussi bref qu’intense gravitant autour d’un compositeur, Tancredo Pavone, dont la biographie ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de Scelsi. Cela va même plus loin, puisque dans une note en fin de volume « l’auteur aimerait remercier la Fondation Isabella Scelsi, Rome, de l’avoir autorisé à incorporer des fragements des écrits de Scelsi dans son récit ». Là, le lecteur potentiel s’interroge : n’aurait pas mieux valu écrire une biographie de Scelsi, lui qui a déjà fait l’objet de quelques essais ? Etant donné le résultat obtenu par Josipovici, la réponse est sans nul conteste négative : avec Infini. L’Histoire d’un Moment, l’auteur britannique est à la fois bien en-deçà et bien au-delà de l’exercice biographique. Le fait d’avoir créé un double fictionnel de Scelsi et, surtout, d’avoir choisi une forme romanesque originale, permet de centrer son propos sur le phénomène de la création artistique, musicale en particulier, et d’ainsi intéresser n’importe quel lecteur à son propos, pas juste les amateurs de Scelsi – dont les œuvres, il faut bien l’avouer sont quelque peu absconses aux oreilles du néophyte…

Le bleu du ciel est déjà en eux, Stéphane Padovani

Ecrit par Marc Ossorguine , le Vendredi, 01 Avril 2016. , dans Quidam Editeur, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Nouvelles

Le bleu du ciel est déjà en eux, février 2016, 148 pages, 15 € . Ecrivain(s): Stéphane Padovani Edition: Quidam Editeur

Au lecteur inconnu ?

Ce n’est qu’avec ce recueil de nouvelles que nous découvrons Stéphane Padovani qui en est pourtant à son sixième opus, le premier remontant à l’année 2002. Un recueil qui peut paraître un peu trop « appliqué » au premier regard, chacune des neuf nouvelles s’ouvrant sur un titre à l’infinitif accompagné d’une citation en exergue.

Nous découvrons ainsi Traduire, Se noyer, Pleuvoir, Se perdre, Occuper, Brûler, Conduire, Eclairer et Garder, respectivement introduits par Jacques Derrida, Giuseppe Ungaretti, Patrice de la Tour Dupin, Philippe Jaccottet, Anna Akhmatova, Jacques Dupin, Sophocle, Barbara et Bernard Noël. Une telle construction nous dit quelque chose du projet de l’auteur autant que de ses références, essentiellement poétiques. Cela pourrait être un guide dans notre lecture en même temps que l’on pourrait s’inquiéter d’un formalisme trop contraignant. Mais il nous suffira d’entrer en lecture pour que nos craintes se dispersent et que l’on découvre des personnages bien vivants confrontés à des situations qui les mènent à la limite. A quelle limite ? A celle de la langue le plus souvent, à celle des mots et de ce qu’ils peuvent dire ou ne pas dire. Cette langue qui peut faire et défaire le monde, qui nous habite autant que nous l’habitons. Une langue qui peut aussi bien être refuge que terre d’exil. Une langue qui côtoie d’autres langues et parfois tente d’exister en milieu hostile.

Infini, L’histoire d’un moment, Gabriel Josipovici

Ecrit par Philippe Chauché , le Samedi, 05 Mars 2016. , dans Quidam Editeur, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Roman

Infini, L’histoire d’un moment, janvier 2016, trad. anglais Bernard Hoepffner, 164 pages, 18 € . Ecrivain(s): Gabriel Josipovici Edition: Quidam Editeur

 

« La racine du mot inspiration est le souffle, a-t-il dit, et toute la musique est faite de souffle. Si j’ai donné quoi que ce soit à la musique, a-t-il dit, c’est lui rendre la conscience de l’importance de respirer, de la respiration. On l’appelle ruach en hébreu, et avec ce ruach Dieu a créé le monde et avec ce ruach Dieu a créé Adam, et c’est ce ruach qui nous fait vivre et aussi qui fait de nous des êtres spirituels ».

Infini est le roman d’un compositeur de notre temps, le portrait d’un musicien, Tancredo Pavone, révélé par Massimo, son ancien homme de confiance, son majordome. On découvre sa vie et sa musique, ses musiques, ses écarts, ses amours, ses envolées, ses passions – Purcell mais aussi Bach et Mozart, leurs petites oreilles écoutaient les sons intérieurs et pas les sons extérieurs – ses fictions sonores et ses frictions musicales – Schoenberg était un vrai musicien, a-t-il dit, mais il a été un désastre pour la musique. Schoenberg, a-t-il dit, a ramené la musique cinquante ans, sinon cent ans en arrière. Pavone compose au cœur de l’Europe, entre Londres, Monte-Carlo, Paris et Vienne, au centre de cette Europe qui vibre, puis se désaccorde dès les années 30 en Allemagne puis en Italie, alors il choisit la Suisse comme ligne de fuite.