Identification

Didier Jeunesse

 

Section Jeunesse des éditions Didier

 

Rouge, Jan de Kinder

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 17 Juin 2015. , dans Didier Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Pays nordiques, Jeunesse

Rouge, mars 2015, traduit du néerlandais par Marie Hooghe, 40 pages, 13,10 € . Ecrivain(s): Jan de Kinder Edition: Didier Jeunesse

 

Aujourd’hui cela tombe sur Arthur. Cela aurait pu être sur n’importe quel enfant en ce moment de récréation. Une remarque d’une petite fille et tout le groupe se moque. Paul insiste et raille plus que les autres amenant Arthur à se sentir très mal. Voilà comment le harcèlement se met en place. La jeune narratrice signale que les joues d’Arthur sont rouges. C’est un détail, une broutille. Cela arrive sans doute à bien d’autres que lui. Mais aujourd’hui c’est Arthur. Et le rouge pointé du doigt se renforce, s’étend, déclenchant les rires… gagnant les feuilles des arbres comme un incendie, puis les murs des bâtiments comme un virus impitoyable.

« À présent, il est rouge comme une tomate.

Rouge comme une cerise.

Rouge comme du paprika ».

« C’est fou, ça !

Comptines & Berceuses tziganes collectées par Nathalie Soussana

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 27 Mai 2015. , dans Didier Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Comptines & Berceuses tziganes, arrangements Jean-Christophe Hoarau, illustrations Nathalie Novi, novembre 2014, 60 pages, 24 chansons, 50mn, 23,80 € . Ecrivain(s): Nathalie Soussana Edition: Didier Jeunesse

 

La belle collection des Berceuses de Didier Jeunesse explore ici un nouvel univers. Celui de la musique du peuple rom, adaptant « avec brio les musiques traditionnelles des pays traversés, réalisant un véritable métissage entre musiques hongroises, roumaines, russes mais aussi grecques et turques ». Ces 24 mélodies puissantes emportent les gadjé que nous sommes sous des horizons bigarrés et orientaux, dans la joie, la nostalgie ou la douceur, à la rencontre d’un peuple, d’une âme vivace que les clichés ou les focus médiatiques ne sauraient réduire.

Les chanteurs Johnny Montreuil, Bielka et Souliko, Gülay Hacer Toruk, Zsuzsanna Varkonyi, les musiciens JaskoRamic (accordéon), Iurie Morar (cymbalum) et Bruno Girard (violon), se sont mis au service de ce répertoire à la fois plein d’espoir et de tristesse, poignant et vibrant comme ces voix qui se déchirent ou virevoltent dans les refrains, donnant la part belle à la voix et aux percussions, appelant à la danse. Nathalie Novi, quant à elle, déploie la magie de ses pinceaux dans un grand format qui permet à toute la force de son imaginaire de se manifester.

Quelle drôle d’idée la guerre, Eric Battut

Ecrit par Pauline Fouillet , le Jeudi, 25 Septembre 2014. , dans Didier Jeunesse, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Quelle drôle d’idée la guerre, 36 pages, 12,50 € . Ecrivain(s): Eric Battut Edition: Didier Jeunesse

 

 

Ce qui percute immédiatement dans ce nouvel album d’Eric Battut, ce sont les illustrations. Travaillées à l’acrylique, elles forment comme de petits tableaux avec pour chacun une couleur dominante. Couleur reprise sur la page du texte afin de rendre celui-ci encore plus attirant visuellement.

Si l’auteur est souvent reconnu pour ses adaptations de contes classiques, il change ici de style en nous offrant une histoire gentille et peu moraliste sur la guerre.

L’histoire, c’est celle d’un roi, le roi Bomoventre, qui s’ennuie terriblement et ne sait que faire de ses journées. Il rencontre alors un drôle de personnage qui va lui donner une drôle d’idée : celle de faire la guerre…

Le roi va alors ordonner à ses sujets de se préparer à batailler.