Identification

Flammarion

Le groupe Flammarion est le quatrième groupe d'édition français et comprend plusieurs maisons d'édition dont celle qui a donné son nom au groupe, fondée en 1876. Le groupe comprend également des entreprises de distributionvente et impression.

Il appartient depuis 2000 au groupeitalien RCS MediaGroup et son PDG est depuis cette date Teresa Cremisi.


Je vous écris dans le noir, Jean-Luc Seigle

Ecrit par Pauline Fouillet , le Mardi, 12 Mai 2015. , dans Flammarion, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Je vous écris dans le noir, janvier 2015, 230 pages, 18 € . Ecrivain(s): Jean-Luc Seigle Edition: Flammarion

 

Comme toujours chez Flammarion, les romans sont hypnotiques, poétiques, originaux, psychologiquement forts et entraînants. Jean-Luc Seigle signe ici une biographie que certains jugeront sans doute dérangeante, peut-être même incompréhensible. Comment peut-on prendre le parti d’une femme meurtrière, qui a avoué tuer avec préméditation et qui, comme charge accablante, s’est fait tondre à la libération ? C’est un roman à contre-courant, qui remet en question la vision que nous pouvons avoir des « coupables ». A travers la vie de Pauline Dubuisson, l’auteur nous met face à notre comportement irresponsable de réceptacle de vérité public, envers laquelle nous n’éprouvons ni doute, ni questionnement.

En l’espèce, nous rencontrons une femme qui s’auto-dissèque. Dans une recherche d’honnêteté envers l’homme qu’elle aime mais aussi (et peut-être surtout) envers elle-même, elle explique et décortique sa vie et les événements qui ont fait d’elle cette meurtrière, cette femme pour qui personne ne semble avoir eu ni pitié, ni compassion. Lors de son procès, les juges sont implacables. L’avocat général encore plus d’autant qu’il insiste sur sa tonte publique en 1945, sans en rechercher les causes :

Tacite, Pascal Boulanger

Ecrit par Marie-Josée Desvignes , le Jeudi, 30 Avril 2015. , dans Flammarion, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

Tacite, Pascal Boulanger, Flammarion, 2001, 109 pages . Ecrivain(s): Pascal Boulanger Edition: Flammarion

 

Comment rendre par la poésie ce réel le plus désabusé de nos contemporains sur notre époque ? Comment dire ses obsessions, ses faux-semblants dans lesquels nous vivons, feignant d’avancer alors que nous nous enferrons de plus en plus dans le nihilisme ?

En réalité, pour Pascal Boulanger, la poésie est ce lieu où se réfléchit l’histoire mais une histoire toujours en devenir, jamais certaine, jamais fixée, et ce serait plutôt dans un refus obstiné du nihilisme contemporain que l’écriture de Pascal Boulanger, portant un regard d’une extrême lucidité, cherche avant tout à célébrer l’humain pour peut-être tenter de le sauver. C’est une poésie du réel ancrée au cœur de l’émotion et non l’inverse, une émotion, celle du poète, à dire toujours et sans ménagement la difficile ascension de l’homme, sa difficulté à sortir de son état d’être rampant dans le verger. Derrière les défaites toujours plus nombreuses de la pensée et de l’action, où en sommes-nous dans la fraternité et la terreur toujours complices ? Paroles intemporelles et qui résonnent très fort dans notre actualité ! Ce texte écrit en 2001 réactive et prolonge, dès les premiers vers, la vulnérabilité de ce monde plongé dans l’angoisse, tentant de se donner tous les courages, espérant encore une lumière quelque part :

Paradis éphémères. À travers l’Orient, Donald Richie

Ecrit par Lionel Bedin , le Mercredi, 25 Mars 2015. , dans Flammarion, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Récits

Paradis éphémères. À travers l’Orient, janvier 2015, traduit de l’anglais (USA) par Anne-Sylvie Homassel, 195 pages, 21 € . Ecrivain(s): Donald Richie Edition: Flammarion

 

Donald Richie nous avait déjà bien intéressé, il y a quelques années, dans Les honorables visiteurs (Éd. du Rocher, 2001), récit dans lequel il évoquait les relations entre Japon et Occident à travers les portraits de ses honorables visiteurs comme Pierre Loti, Charlie Chaplin, Jean Cocteau ou William Faulkner. Cette fois c’est lui-même qu’il met en scène et à lui-même qu’il se confronte à l’occasion de quelques pérégrinations au cours des années 2000 dans un Orient que le voyageur d’aujourd’hui et de demain pourrait bien ne plus rencontrer.

Les paradis fragiles ou éphémères que décrit Donal Richie sont peut-être en voie de disparition. Si Donald Richie aime voyager c’est parce qu’il préfère la différence. C’est aussi parce qu’en voyage nous abandonnons une personnalité que la familiarité nous rendait rance – nous-même. Et parce que le voyage est une incessante surprise et qu’il procure une excitation qui vous met dans l’état de comprendre à tout moment quelque chose dont nous ne sommes, chez nous, capables de faire l’expérience qu’une fois par mois. Mais ça n’est pas gagné pour autant, souvent le visiteur voit ce qu’il s’attend à voir. Donald Richie, en voyageur averti, est parti voir, écouter, sentir, ressentir.

Écrire, à l’heure du tout-message, Jean-Claude Monod

Ecrit par Jean-François Vernay , le Samedi, 21 Mars 2015. , dans Flammarion, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

Écrire, à l’heure du tout-message, 2013, 300 pages, 19 € . Ecrivain(s): Jean-Claude Monod Edition: Flammarion

Paru peu de temps avant que David Roberts, journaliste américain travaillant pour le site d’information Grist, ne décide de mettre un terme à sa vie hyperconnectée en pratiquant l’abstinence numérique et technologique, à l’instar d’un bon nombre de « déconnexionnistes », le livre de Jean-Claude Monod jette un regard salutaire sur cette surabondance de messages qui envahissent notre quotidien. Écrire, à l’heure du tout-message se veut un livre de réflexion philosophique conçu en quatre volets (Envoyer, Recevoir, Objet, Répondre) qui analysent les propriétés protées du message, fût-il manuscrit, imprimé, voire numérique, moyenâgeux, dix-huitièmiste ou contemporain. Autant de courts chapitres jubilatoires, de par l’effet de chute qui les clôt avec finesse et élégance, à savourer en grappillant ici et là ou en lisant d’une seule traite les analyses surprenantes et pénétrantes de cet enseignant de l’École normale supérieure.

Ce sujet est aussi l’occasion pour Jean-Claude Monod de revenir un peu plus posément sur une actualité dont le sensationnalisme a parfois servi d’écran de fumée pour occulter la réflexion : l’affaire Wikileaks, le tweet de Valérie Trierweiler, les textos « envoyés par Dominique Strauss-Kahn à des “compagnons de libertinage” » (p.167), pour ne citer qu’eux, sont autant d’illustrations concrètes qui permettent aux lecteurs de raccorder l’abstraction de ce raisonnement philosophique à leur quotidien.

L'ambition ou l'épopée de soi, Vincent Cespedes

Ecrit par Marjorie Rafécas-Poeydomenge , le Mardi, 17 Février 2015. , dans Flammarion, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

L'ambition ou l'épopée de soi, octobre 2013, 312 pages, 19 € . Ecrivain(s): Vincent Cespedes Edition: Flammarion

 

En ces temps de crise et de défiance, L'ambition ou l'épopée de soi est une excellente thérapie livresque pour se remettre en selle. Une invitation à sortir de soi.

Avouons qu'en France, l'ambition est un mot tabou avec une connotation très paradoxale. Comme le souligne l'auteur, "Qualifier un individu d'ambitieux est une attaque sournoise mais le sans ambition est une insulte". Nous nous laissons bien trop souvent influencer par ceux qui voient "l'ambition comme une forme de névrose. Une infirmité qui consisterait à ne pas se satisfaire de celui que l'on est". Le monde a pourtant besoin d'ambitieux pour avancer et se remettre en question. D'ailleurs, la philosophie par ses questions dérangeantes n'est-elle pas une forme d'ambition ? "L'ambitieux nous désécurise sans le vouloir, nous fait ouvrir les yeux. Il déconfortabilise, relance le questionnement que trop de satiété tarit". Alors pourquoi se priver de cette énergie grisante ?