Identification

Inculte

 

Nées en septembre 2004 autour de la revue inculte et son collectif d’écrivains, traducteurs et essayistes, les éditions inculte ont construit en neuf ans un catalogue original et singulier.

 


300 millions, Blake Butler (par Yann Suty)

Ecrit par Yann Suty , le Lundi, 21 Janvier 2019. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman

300 millions, janvier 2019, trad. (USA) Charles Recoursé, 550 p. 24,90 € . Ecrivain(s): Blake Butler Edition: Inculte

Il ne faut pas croire tout ce qui est écrit. Les mots inscrits noir sur blanc dans les pages d’un livre ne sont pas forcément les mots que l’on croit lire. Les mots ont aussi un pouvoir. Ils peuvent même être dangereux et, quand on s’en rend compte, il est trop tard. Si toutefois on s’en rend compte.

Gretch Garvey est une espèce de méta Charles Manson qui recrute des jeunes disciples pour l’aider à accomplir son grand dessein : anéantir toute la population américaine et permettre l’avènement de Darrel, la voix qui parle dans et à travers lui. Mais les policiers sont sur le coup. Quand ils l’arrêtent, ils découvrent une maison remplie de cadavres que les disciples de Gretch Garvey lui ont amenés et qu’il a en partie mangés.

Au début du roman, c’est Gretch Garvey qui parle et le texte est annoté par Flood, un policier. D’autres personnes interviennent, glissent par-ci par-là un mot, une remarque, précisent et rectifient certaines situations ou comportements. Dans la maison ont été retrouvées des malles pleines de vidéos. Pour les policiers, elles représentent des indices qui vont leur permettre de comprendre ce qui s’est passé et peut-être aussi de découvrir comment Gretch Garvey a réussi à convertir tous ces jeunes gens. Mais en visionnant les bandes, les policiers se retrouvent contaminés et tuent leur famille avant de se suicider. Ce n’est que le début de l’épidémie.

Bouche creusée, Valérie Cibot

Ecrit par Yann Suty , le Vendredi, 16 Février 2018. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Bouche creusée, janvier 2018, 128 pages, 14,90 € . Ecrivain(s): Valérie Cibot Edition: Inculte

 

Elle court, et même parfois très vite. Elle s’infiltre partout et se trouve tout de suite à son aise. Dans les maisons, dans les salons de coiffure et dans les boulangeries. Elle est de toutes les conversations. Elle devient de plus en plus forte et bourdonne dans toutes les oreilles. Elle élargit son répertoire. Elle sait aussi faire mal. Elle blesse. Elle tue. Ou bien, elle pousse quelqu’un à manger de la terre, bouchée après bouchée.

Un homme qui mange de la terre, qui se met l’une après l’autre des poignées dans la bouche : c’est par cette image très forte que commence le premier roman de Valérie Cibot. Pourquoi l’apiculteur se livre-t-il à ce geste désespéré ? Parce qu’elle l’a détruit. Qui est « elle » ? La rumeur. La rumeur qui dit qu’il aurait été un peu trop proche d’un étranger. Les commérages se sont transformés en une hystérie collective, la violence s’est déchaînée. L’apiculteur n’en peut plus.

Churchill, Manitoba, Anthony Poiraudeau

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 14 Novembre 2017. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Récits

Churchill, Manitoba, octobre 2017, 160 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Anthony Poiraudeau Edition: Inculte

 

 

Dès son premier livre, Projet El Pocero (Inculte, 2013), un brillant récit autour d’une ville fantôme de la crise espagnole, Anthony Poiraudeau s’inscrivit dans la mouvance des écrivains-géographes. Non que, comme Julien Gracq ou son contemporain Emmanuel Ruben – qui dans son intervention lors d’une rencontre organisée par la SGDL en mai 2016 l’y incluait déjà –, il allie nécessairement une formation géographique à sa pratique littéraire, mais parce qu’à l’instar de nombreux auteurs actuels « pour lesquels les lieux, les paysages, ont une importance primordiale », il se situe « aux lisières du roman » et fait surgir « toutes les dimensions de l’imaginaire d’une exploration-description minutieuse des lieux ». Une écriture des lieux expérimentés tant dans leur réalité brute que dans leur perception émotionnelle et leur charge existentielle.

Hors du charnier natal, Claro

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Vendredi, 03 Mars 2017. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Hors du charnier natal, Inculte, janvier 2017, 137 pages, 15,90 € . Ecrivain(s): Claro Edition: Inculte

 

« Il était une fois un certain Nikolaï Mikloukho-Maklaï ».

C’est cet anthropologue russe du XIXème siècle dont « le destin s’invite sur [sa] page » qui amorce ce nouveau livre de Claro. « Prendre une vie déjà vécue, la tremper dans d’autres couleurs, lui imaginer de vagues dérivés – quel écrivain, en sa paresse infinie, ne rêve pas d’une telle entreprise ? »

Sauf que l’auteur y revisite moins la vie de cet étonnant aventurier voyageur qui s’était immergé au sein d’une peuplade de Nouvelle Guinée n’ayant jamais rencontré d’homme blanc, qu’il n’en dépèce les morceaux pour s’en nourrir, dévorant « à petites dents de lait ce qui reste de sa carcasse » et nous livrant à l’occasion des lambeaux de sa propre biographie, tout aussi sujets à caution. Et il y dissèque surtout sa création naissante, dévoyant son texte à mesure qu’il avance sur des sentiers qui bifurquent, faisant craquer les coutures et dénouant les ficelles de son art pour interroger les fondements de son écriture et remonter aux racines de son être-écrivain.

Dernière communication à la société proustienne de Barcelone, Mathias Enard

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 05 Octobre 2016. , dans Inculte, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, La rentrée littéraire

Dernière communication à la société proustienne de Barcelone, octobre 2016, 120 pages, 14,90 € . Ecrivain(s): Mathias Enard Edition: Inculte

Les écrits de Mathias Enard « ne se ressemblent pas l’un l’autre », souligne fort justement son vieil ami d’Inculte, Olivier Rolin, dans la courte et facétieuse préface de ce dernier opus, mais ils s’inscrivent néanmoins dans une continuité manifeste.

Un an après son érudit et foisonnant roman couronné par le Goncourt, ce prolifique auteur revient ainsi avec un petit recueil poétique au titre étonnant : Dernière communication à la société proustienne de Barcelone. Un titre qui résonne un peu comme un canular même si la capitale catalane a vu se constituer en mai 2015 sa première « Societat d’Amics de Marcel Proust ». Et sans doute ce clin d’œil à Proust éclaire-t-il ce lien, ce relais incessant entre lecture et écriture qui sous-tend l’œuvre de Mathias Enard.

S’il a beaucoup voyagé, cet écrivain aimanté par l’Orient et féru de poésie qui s’est passionné pour les langues (les langues ne sont-elles pas aussi comme les livres une invitation au voyage, à l’exotisme ?) est surtout un voyageur immobile parcourant une « steppe invisible », « toute cette étendue de [soi] » dont la « matière » organique s’avère le terreau de l’écriture. Un terreau qu’ensemencent tous ces livres « tombés comme des baies stériles dans la nuit » qui n’attendent qu’une étincelle pour renaître :