Identification

Gallmeister

Fondées en 2005, les éditions indépendantes Gallmeister sont spécialisées dans la publication de livres relevant du genre Nature writing.

Oliver Gallmeister, ancien directeur financier chez Hachette, est passionné par la littérature américaine, les grands espaces et les polars. Après avoir eu entre les mains leTraité du zen et l'art de la pêche à la mouche de John Glerach qui raconte sa vie bucolique dans le Colorado, il décide de faire connaître le « nature writing » en éditant et traduisant tous ces auteurs américains méconnus en France et fonde sa propre maison en 2005. SARL au capital de 30 000 euros ; la maison d’édition est modeste, il n’y a ni bureaux, ni personnels. Oliver Gallmeister travaille avec Laurent Beccaria (directeur des éditions Les Arènes depuis 1997) et fait très attention à rester une microstructure, en effet pour lui le principal écueil d’une jeune maison d’édition serait d’ « essayer d’être Gallimard tout de suite » . La première année il a publié six livres, aujourd’hui il en est à neuf parutions par an et 5 000 exemplaires vendus en moyenne par titre. Son plus gros succès, « Sukkwan Island » d'Island de David Van publié en 2010 et prix médicis 2010 du roman étranger, compte plus de 58 000 exemplaires vendus alors que ses meilleures ventes montaient jusqu’alors à 15 000, Le gang de la clef à molette d’Edward Abbeypublié en 1975. Soutenu par le CDE(son diffuseur), la presse et les libraires, le chiffre d’affaires de l’entreprise s’élevait à 539 999 euros en 2009.


La quête de Wynne, Aaron Gwynn

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 04 Novembre 2015. , dans Gallmeister, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, USA, Roman

La quête de Wynne (Wynne’s War), septembre 2015, trad. de l’anglais (USA) par François Happe, 307 pages, 22,90 € . Ecrivain(s): Aaron Gwynn Edition: Gallmeister

 

 

Lorsque, sur un coup de tête, Elijah Russell, en pleine bataille avec des insurgés irakiens, risque sa vie pour sauver un cheval, il donne à sa vie une nouvelle trajectoire. Relayée d’abord sur internet puis dans les médias, la vidéo de son exploit tournée par des journalistes présents sur le théâtre des opérations fait de lui une célébrité et, surtout, le fait remarquer par le capitaine Wynne. Dirigeant d’une unité de commandos en Afghanistan, Wynne est aussi taiseux que légendaire et il a décidé que pour mener des actions efficaces et discrètes contre les talibans il doit faire de ses hommes des cavaliers. Dresseur émérite ayant grandi dans un ranch et, de toute évidence téméraire aux yeux de ceux qui ont vu la fameuse vidéo, Russell est donc envoyé auprès des zones tribales afghano-pakistanaise pour débourrer les chevaux que Wynne s’est procuré.

Cassandra, Todd Robinson

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 02 Septembre 2015. , dans Gallmeister, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, USA, La rentrée littéraire

Cassandra (The Hard Bounce), août 2015, trad. de l’anglais (USA), par Laurent Bury, 380 pages, 17,50 € . Ecrivain(s): Todd Robinson Edition: Gallmeister

 

« Junior se dirigea vers eux à grands pas, la colère lui donnait un coup de soleil irlandais.

– Je vais te tuer et t’enculer après, tapette !

Je n’étais pas sûr que Junior pensait ce qu’il disait, mais je lui emboîtais le pas.

– Ouais, il est pas gay, c’est juste qu’il aime enculer les morts.

Dans les grands rétroviseurs, je vis la peur sur le visage de Mulet. Tout à coup, il se pencha pour ramasser quelque chose. J’étais à peu près sûr que ce n’était pas un chaton ».

Ainsi va la vie pour Boo et Junior, videurs du Cellar, boîte miteuse de Boston, et pas vraiment des prix Nobel de la Paix. Jusqu’au jour où les deux amis inséparables depuis l’orphelinat sont contactés par le procureur de la ville qui voudrait récupérer discrètement sa fille fugueuse. Dès lors, leur vie pas vraiment fabuleuse va devenir carrément dégueulasse.

La Colline des Potences, Dorothy M. Johnson

Ecrit par Didier Smal , le Mardi, 01 Septembre 2015. , dans Gallmeister, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Nouvelles

La Colline des Potences, juin 2015, trad. de l’américain par Lili Sztajn, 301 pages, 10 € . Ecrivain(s): Dorothy M. Johnson Edition: Gallmeister

Regardez une photo de Dorothy M. Johnson (1905-1984) : il s’agit d’une honorable et américaine grand-mère à lunettes, dont la chevelure est sculptée d’impeccable façon, comme ça se faisait durant les années cinquante ou soixante ; on l’imagine auteur de romans à l’eau de rose. Ouvrez un livre de Dorothy M. Johnson, et voici qu’apparaît un tout autre univers narratif : la sauvagerie de l’Amérique de la Frontière se révèle, vous entrez de plain-pied dans un monde d’hommes rudes habiles avec un Colt ou un lasso à la main, et pourtant disposés à déposer leur cœur aux pieds d’une femme assez courageuse pour mener la vie des pionniers ; vous avez l’impression de lire les romans des films diffusés le mardi soir sur FR3 durant La Dernière Séance chère à Eddy Mitchell. D’ailleurs, ce n’est probablement pas qu’une impression : la longue nouvelle La Colline des Potences, extraite du recueil du même titre (1957), fut adaptée pour le cinéma en 1959, avec Gary Cooper dans le rôle masculin principal, et rien n’interdit de supposer que ce film eut les faveurs d’Eddy Mitchell durant les années quatre-vingt. D’ailleurs, pour en finir avec les rapports entre Dorothy M. Johnson et le cinéma, il n’est que d’ajouter qu’elle co-écrivit le scénario d’Un Homme Nommé Cheval (1970) et qu’une autre de ses nouvelles s’intitule The Man Who Shot Liberty Valance (1953), et on a plus ou moins fait le tour de la question.

Délivrance, James Dickey (2ème article)

Ecrit par Didier Smal , le Mardi, 25 Août 2015. , dans Gallmeister, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman

Délivrance, mai 2015, trad. de l’américain par Jacques Mailhos, 309 pages, 11,00 € . Ecrivain(s): James Dickey Edition: Gallmeister

Publié en 1970, Délivrance est un des romans américains qui a su le mieux mettre en perspective la sauvagerie enfouie au sein de chaque homme civilisé, la civilisation étant par essence frustrante, placé qu’il est sous le signe de Georges Bataille, dont une citation sert d’épigraphe : « Il existe, à la base de la vie humaine, un principe d’insuffisance ». A quasi un demi-siècle de distance, la plus connue des œuvres signées James Dickey (1923-1997) est toujours aussi percutante, à l’image du chef-d’œuvre qu’en a tiré John Boorman dès 1972 ; ce dernier, dans une interview récente au Guardian, disait en substance à propos de son film favori parmi son œuvre : « ce classique de 1972 parvient à être à la fois physique et mystérieux, brutal et nuancé » ; on pourrait en dire autant du roman de Dickey.

D’autant qu’en français, il se voit offrir une seconde jeunesse au format poche dans la traduction de Jacques Mailhos, plus souple que celle de Pierre Clinquart ; on peut donc s’y replonger et replonger dans les ressentis d’Ed Gentry, graphiste de son état et un des quatre citadins en mal d’aventure à se risquer sur la rivière Cahulawassee au milieu du mois de septembre. Cette rivière va bientôt disparaître sous un lac créé artificiellement par un barrage : il est tentant, avant que les promoteurs immobiliers s’emparent de la région et transforment les rives à venir en eldorado pour classe moyenne en weekend, de se confronter à ce qui reste de vie sauvage dans ce coin du nord de la Géorgie.

Jours tranquilles, brèves rencontres, Eve Babitz

Ecrit par Jeanne de Bascher , le Mardi, 18 Août 2015. , dans Gallmeister, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman

Jours tranquilles, brèves rencontres, traduit de l'américain par Gwilym Tonnerre mai 2015, 224 p. 11,00 € . Ecrivain(s): Eve Babitz Edition: Gallmeister

 

Eve Babitz, figure mythique des années 70, revient sur scène avec Jours tranquilles, brèves rencontres. 40 ans après sa sortie aux US, le livre est enfin traduit en France. La presse raffole du guide ultime de la californienne chic. Retour sur un succès littéraire annoncé.

 

Who’s that girl ?

Egérie des années 60-70, Eve Babitz est la fille que tout le monde rêve d’être. Muse et artiste, elle fréquente la scène bohème de Los Angeles, avant que celle-ci ne devienne "de la mode artistique " (Warhol). Journaliste, écrivain, party-girl, elle crée des pochettes d’album et sort avec Jim Morrison et Ed Ruscha. Eve Babitz est la belle érudite qui enchaîne les Bloody Mary. Une Edie Sedwick de la côté Ouest. Vous pensiez faire le buzz sur Instagram avec votre chat ? Eve bat tous les records : à vingt ans, elle pose nue en jouant aux échecs avec Marcel Duchamp. La photo de 1963 est mythique. Une icône est née.