Identification

Plon

Son activité couvre trois grands domaines : l’histoire politique, la littérature et les sciences humaines.

Sa production est divisée en plusieurs collections :

  • Documents et Mémoires (grands personnages politiques)
  • Romans (grands auteurs, surtout du xxe siècle)
  • Feux Croisés (littérature étrangère)
  • Terre Humaine
  • Romans jeunesse, plusieurs collections dont une toute récente collection fantasy avec des auteurs français contemporains, comme La Saga des Cavaliers des Lumières, de Brigitte Aubert et Gisèle Cavali.
(Wikipédia)

La nuit avec ma femme, Samuel Benchetrit

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Mardi, 25 Octobre 2016. , dans Plon, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

La nuit avec ma femme, août 2016, 200 pages, 16,90 € . Ecrivain(s): Samuel Benchetrit Edition: Plon

 

En juillet 2003 à Vilnius, en Lituanie, une querelle éclate entre Marie Trintignant et son nouveau compagnon Bertrand Cantat, membre du groupe de musiciens Noir Désir. Celle-ci, violemment battue, décédait des suites de ses blessures le 1er août 2003 après avoir été transportée en urgence à Neuilly-sur Seine.

Ce décès, très médiatisé, a donné lieu à tant de commentaires de ses amis, de ses anciens compagnons, de la presse, des médias, chacun y allant de son explication. Même sa mère, Nadine Trintignant, publie chez Fayard, en 2004, Ma fille, Marie, une biographie de sa fille où elle exprime sa colère et son désespoir.

Bertrand Cantat a été jugé en 2004 et condamné à huit années de réclusion exécutées en Lituanie. À la suite de l’obtention de sa liberté conditionnelle, en 2007, puis totale en 2011 et la dissolution de Noir Désir en 2010, il retrouve sa liberté.

Mais l’affaire n’en finit pas de rebondir. Son épouse Krisztina Rády, mère de ses deux enfants, Milo né en 1997 et Alice née en 2002, qui l’avait soutenu lors du procès relatif à l’homicide, se suicide chez elle à Bordeaux, le 10 janvier 2010.

Anne F., Hafid Aggoune

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 20 Octobre 2015. , dans Plon, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Anne F., août 2015, 146 p. 15,90 € . Ecrivain(s): Hafid Aggoune Edition: Plon

 

«J’aime à croire que les étoiles sont des innocents au firmament, des âmes libérées, éloignées à jamais de l’enfer terrestre, assez proches pour en contempler ce qui reste d’admirable et que nous puissions les voir pour ne jamais oublier la bonté et la beauté».

 

Hafid Aggoune

 

Paris, de nos jours. Dans la classe d’un lycée, un élève brûle, avec son briquet, un coin du «Journal d’Anne Frank», il est expulsé de l’école. Quelque temps plus tard, il commet un attentat. Cet acte odieux génère auprès du professeur qui l’a exclu de sa classe, une remise en question de son propre comportement ainsi qu’une série de questions à spectre à la fois plus large et plus intime. Ce questionnement intérieur le conduit donc à emprunter un chemin cathartique particulier, celui consistant à rédiger une lettre à Anne Frank, «sa petite sœur juive», disparue à quinze ans à Bergen-Belsen :

Le nouveau choc des générations, Marie-France Castarède et Samuel Dock

Ecrit par Marjorie Rafécas-Poeydomenge , le Mercredi, 07 Octobre 2015. , dans Plon, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

Le nouveau choc des générations, février 2015, 362 pages, 19 € . Ecrivain(s): Marie-France Castarède et Samuel Dock Edition: Plon

 

Le choc des générations aura-t-il lieu ?

Ces dernières années, la Génération « Y » a fait couler beaucoup d’encre, mais existe-t-elle vraiment ? Enième concept marketing comme celui des « hipsters » inventé par on ne sait quel bureau de tendance ou au contraire réel phénomène sociologique, le débat s’échauffe, surtout chez les Directeurs de Ressources Humaines. Le concept de la « génération Y » qui désignerait les personnes nées au début des années 1980 jusqu’à 2000, n’existerait pas selon certains d’entre eux. Elle serait juste une invention de la génération « X » pour tenter de révolutionner le management des entreprises, afin de trouver un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. X, Y, Z ? Est-ce bien sérieux d’utiliser les dernières lettres de l’alphabet pour décrire des générations ? En attendant, loin des bruitages de twitter, le dialogue fort intéressant entre Marie-France Castarède et Samuel Dock sur le « nouveau choc des générations » peut nous éclairer efficacement sur le sujet.

Le snobisme, Adèle Van Reeth et Raphaël Enthoven

Ecrit par Marjorie Rafécas-Poeydomenge , le Jeudi, 02 Juillet 2015. , dans Plon, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres

Le snobisme, mars 2015, 157 pages, 12,50 € . Ecrivain(s): Adèle Van Reeth et Raphaël Enthoven Edition: Plon

 

Ce petit livre subtil et ironique ne laisse pas indifférent et modifie instantanément le regard que l’on peut avoir sur le snobisme. Car même si on fuit le snobisme, il y a des grandes chances d’en être sévèrement atteint. Dans une dialectique captivante et limite tournoyante, Adèle Van Reeth par ses questions qui piquent là où il fait bon d’appuyer et les éclairages sans tabou de Raphaël Enthoven, les différents visages du snobisme se dévoilent au fur et à mesure dans tout leur paradoxe. Le snobisme ne désigne pas un individu type, mais un comportement qui peut frapper n’importe quel commun des mortels, celui de croire que nos goûts (ou nos pensées) sont supérieurs aux autres. C’est ce qu’appelle R. Enthoven : l’anticartésianisme, soit l’absence de doute.

Mais n’est-il pas surprenant que ce soit un philosophe qui nous explique les rouages du snobisme, alors que cette discipline dégouline à foison de cette image de snobe bien trop intellectuelle ? Contrairement aux apparences, « la philosophie donne les moyens de penser le snobisme ». Alors que l’histoire présente le snobisme comme un phénomène ponctuel et que la sociologie le situe au niveau de la lutte des classes. La philosophie permet en effet d’aller plus loin dans le décorticage de ce type de comportement, qui consiste à vivre comme « indubitables des vérités qui n’en sont pas ».

Dictionnaire amoureux de la Méditerranée, Richard Millet

Ecrit par Philippe Chauché , le Mercredi, 17 Juin 2015. , dans Plon, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, Anthologie

Dictionnaire amoureux de la Méditerranée, mars 2015, 800 pages, 25 € . Ecrivain(s): Richard Millet Edition: Plon

 

« C’est la lumière qui unifie la Méditerranée ».

« Retournons vers ces espaces où sont nés le monothéisme et la philosophie. Retournons la leçon de la nouvelle alliance entre l’Orient et l’Occident. Contemplons. Méditons. Vivons » (Contemplation).

Qui mieux que Richard Millet pour nous offrir ce Dictionnaire amoureux de la Méditerranée ? La question posée ne résiste pas longtemps à la lecture vagabonde de cet éblouissant et réjouissant dictionnaire. D’Abraham à Istanbul, en passant par Dalida et Homère, sans oublier Durrell, Hérodote, Lampedusa, saint Paul, l’Art Roman et Port Royal. Justesse du choix des entrées, pensées vives du jeune Français devenu Libanais le temps de l’enfance et de la guerre, éclats et éblouissements de l’écrivain au cœur parfois tendu comme un arc. Le chrétien corrézien baigné de patois limousin, s’ancre avec l’élégance et la force du vicomte de Chateaubriand dans la langue de Giono, René Char, Casanova et Valéry. Question de style et de manière, mais aussi de matière, l’écrivain sait où il met les pieds, il sait la nature des sols, leurs tremblements, leurs forces intérieures et l’éblouissante douceur des arbres qui s’y accrochent, oliviers, platanes et cyprès, arbres méditerranéens, arbres qui s’accordent au ciel et s’accrochent aux regards des hommes.