Identification

Talents Hauts

 

Talents Hauts est une maison d’édition indépendante créée en 2005, qui publie des livres pour la jeunesse, des livres percutants, forts, drôles, qui bousculent les idées reçues.

Notre catalogue compte aujourd’hui près de 200 titres : des albums, des contes et des romans pour tous les âges, des tout-petits aux adolescents. Être attentif à toutes les discriminations et au sexisme en particulier, porter haut les talents des auteurs qui nous accompagnent, découvrir de nouveaux talents, tel est notre projet.

Laurence Faron, éditrice, directrice

 

Les Fils de George, Manu Causse

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 05 Octobre 2016. , dans Talents Hauts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Jeunesse

Les Fils de George, août 2016, 175 pages, 8 € . Ecrivain(s): Manu Causse Edition: Talents Hauts

 

Les Fils de George, nouvel opus de la collection choc « Ego », aborde sans détour la thématique des sectes, plus particulièrement évangélistes, et de la vie que peuvent y trouver des adolescents de notre époque.

Le récit est pris en charge par deux jeunes gens : Léo et Mardochée. Le premier mène une vie somme toute banale, entouré par sa famille et ses amis, aimant papoter au café du coin et manger des panini-banane-nutella. Le second appartient à une communauté fermée, exclusive, dont les principes imprègnent chacune de ses pensées, chacune de ses actions, La Congrégation du Livre de George. Au collège ils ne se sont jamais parlé, ils s’observent de loin. Mardochée et les autres jeunes de la Congrégation restent isolés, répondant à l’obligation scolaire par leur seule présence physique. Ils désapprennent le soir venu tout ce qui leur aura été enseigné pendant la journée par les « Restants », ceux qui ne seront pas sauvés selon les lois de George.

La Déclaration des droits des Papas et La Déclaration des droits des Mamans, Elisabeth Brami, Estelle Billon-Spagnol

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Vendredi, 24 Juin 2016. , dans Talents Hauts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

La Déclaration des droits des Papas et La Déclaration des droits des Mamans, mai 2016, 32 pages, 12,50 € chacun . Ecrivain(s): Elisabeth Brami, Estelle Billon-Spagnol Edition: Talents Hauts

 

Après le grand succès de La Déclaration des droits des filles et de La Déclaration des droits des garçons, en partenariat avec Amnesty International, Elisabeth Brami et Estelle Billon-Spagnol reviennent avec deux albums tout aussi indispensables, joyeux et efficaces, consacrés cette fois aux Papas et aux Mamans.

Balayant les stéréotypes à grands coups d’humour et de dessins désopilants, les deux auteures réussissent à nouveau à s’adresser aux enfants et aux parents, avec une même pertinence. 15 articles viennent définir, rappeler ou faire découvrir les droits inaliénables des uns et des autres, de chacune et de chacun. Parfois les articles se recoupent, parfois pas du tout : l’important étant ici de permettre à tous de vivre pleinement sa parentalité, mais aussi toutes les facettes de sa vie, sans jugement, sans obligations. Tous ont le droit de ne pas « être parfait(e)s », de préférer une sortie entre amis à la kermesse annuelle de l’école ou à la sortie au parc, de pouvoir tout faire comme l’autre… ou pas.

Mauvais fils, Raphaële Frier

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Lundi, 30 Novembre 2015. , dans Talents Hauts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

Mauvais fils, août 2015, 96 pages, 7 € . Ecrivain(s): Raphaëlle Frier Edition: Talents Hauts

 

Les éditions Talents Hauts s’engagent à défendre des valeurs d’égalité, de liberté et en particulier, le droit de chacun et chacune à être qui il/elle est, dans ses particularités, ses différences. Ce roman en est un nouvel exemple. Fort, incisif et sans fioritures, comme les autres titres de la collection Ego. Mauvais fils relate comment un jeune homme nié dans ce qu’il est par ses parents, parvient à s’extraire de cette gangue familiale pour faire éclore l’homme qu’il est profondément.

Ghislain se laisse lentement couler, il ne va plus que rarement au lycée, hantant les parcs et se réfugiant dans la fumette. Ses parents forment un couple à la dérive qui ne se supporte plus mais reste viscéralement uni.

« Ça gueule derrière ma porte. Mon père dans son rôle de looser, plus de boulot depuis six mois, conquis par le règne de l’immobilité, télécommande en main, tout va bien… Ma mère, furax, crevée de sa journée à gratter des papiers, elle voudrait la jeter par la fenêtre, la télécommande. La broyer dans son mixer et la liquider dans le vide-ordures ».

L’Ogre et Marguerite, Raphaële Frier, Solenn Larnicol

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 28 Novembre 2015. , dans Talents Hauts, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Jeunesse

L’Ogre et Marguerite, octobre 2015, 25 pages, 13,90 € . Ecrivain(s): Raphaële Frier, Solenn Larnicol Edition: Talents Hauts

 

L’Ogre et Marguerite propose un récit à hauteur et mots d’enfant où se croisent un archétype des contes, l’ogre, de multiples métamorphoses animales, des sentiments lus à travers les sensations et l’observation de l’autre, pour dire la peur de l’inconnu, du changement et la force d’y faire face.

À travers les yeux de Marguerite, nous entrons dans un univers à la fois intime et familier : sa chambre emplie d’un sympathique bric-à-brac fait de souvenirs divers cueillis, glanés, trouvés dans la nature, des dessins, des livres, des peluches. Tout un monde concentré en quelques mètres carrés. Puis son jardin où l’on imagine d’infinies possibilités de jeux, de surprises et de cachettes. Et enfin son arbre préféré, « le grand cerisier du fond », « sa place à l’écart du monde ». Un poste d’observation idéal, un refuge magique et gourmand. Mais l’équilibre de ce petit monde vacille lorsqu’un nouveau venu fait son entrée dans cet univers rassurant.

« Du haut de son perchoir, Marguerite est un petit oiseau. Les feuilles la cachent, les feuilles la caressent. Elle voit tout. Sa maman s’approche de son arbre. Elle tient la main d’un monsieur. Petit Oiseau ne bouge pas, souffle coupé, tétanisé »0