Identification

Actes Noirs (Actes Sud)

Collection polars d'Actes Sud


Les doigts rouges, Keigo Higashino

Ecrit par Jean-Jacques Bretou , le Mardi, 05 Juin 2018. , dans Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Roman, Japon

Les doigts rouges, mars 2018, trad. Sophie Refle, 237 pages, 21,80 € . Ecrivain(s): Keigo Higashino

 

« Akio et Yaeko étaient mariés depuis dix-huit ans. Un supérieur d’Akio les avait présentés l’un à l’autre et ils s’étaient fréquentés un an avant leur mariage. Ils n’étaient pas passionnément amoureux mais n’avaient ni alternative ni raison de se séparer. Elle avait accepté sa demande de peur de ne trouver personne d’autre si elle attendait plus longtemps ».

Les faits sont simples, précis, et le texte est d’une extrême limpidité. C’est l’une des caractéristiques de ce roman et de l’écriture de Keigo. Tout paraît clair (nous reviendrons d’ailleurs sur ce qualificatif). Et puis survient quelque chose, un rien d’incongru. Dans Les doigts rouges, c’est un sac poubelle noir dans le jardin. Maehara Akio, le mari, soulève le sac et là, il aperçoit une paire de pieds menus. Une petite fille gît, morte, dans la verdure. L’auteur de ce crime, Maehara Naomi, est un préadolescent, le fils d’Akio. Yaeko, sa mère, ne craint qu’une chose : que son fils chéri soit confondu et que le déshonneur retombe sur sa famille si les faits sont révélés au grand jour.

Les muselés, Aro Saínz de la Maza

Ecrit par Marc Ossorguine , le Samedi, 05 Novembre 2016. , dans Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Roman, Espagne, La rentrée littéraire

Les muselés (El àngulo muerto), septembre 2016, trad. espagnol Serge Mestre, 368 pages, 22,80 € . Ecrivain(s): Aro Sáinz de la Maza Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

 

C’est avec une impatience mal dissimulée – mais pourquoi faudrait-il la dissimuler ? – que nous découvrons cette deuxième enquête de l’inspecteur Milo Malart dans une Barcelone toujours aussi inquiétante et fascinante. Le Bourreau de Gaudí, conte noir et baroque, nous avait fait découvrir la démesure de la métropole catalane sacrifiant dévotement ses enfants aux folies architecturales, au tourisme et au profit. Roman de démesure où un véritable art du crime, une esthétique de la mort impitoyablement cruelle et vengeresse, spectaculairement mise en scène, composait des tableaux aussi magiques que cauchemardesques. Accablés de chaleur nous l’avions suivi dans l’atmosphère étouffante de l’été barcelonais. Nous voilà aujourd’hui confronté au froid et à l’humidité qui peut aussi envahir la capitale catalane, celle que les cartes postales et les touristes oublient ou préfèrent ignorer. Une ville qui est aussi une métropole portuaire où plus qu’en d’autres temps la misère, les misères, ont leur place, même si elles se dérobent aux prestigieux monuments, aux débauches architecturales et mercantiles. Misère économique qui depuis quelques années, depuis 2008 au moins, ne cesse de mettre des familles à la rue, misère des politiques plus contaminés par la corruption que par la solidarité la plus élémentaire…

Bull Mountain, Brian Panowich

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 29 Juin 2016. , dans Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, USA, Roman

Bull Mountain, mars 2016, trad. anglais (USA) Laure Manceau, 336 pages, 22,50 € . Ecrivain(s): Brian Panowich Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

 

Au Nord de la Géorgie, dans les Appalaches, le comté de McFalls vit sous la domination du clan Burroughs. Montagnards spécialisés dans la production d’alcool de contrebande, puis de cannabis et enfin de méthamphétamine, les Burroughs, grâce à leur violence et à un approvisionnement régulier en armes, ont su imposer leur loi dans la Bull Mountain qui domine la vallée. Surtout, ils ont su rester en-dessous des radars des agences fédérales, ce qui leur a permis de faire prospérer leurs trafics. C’est aussi un Burroughs, Clayton, qui occupe la fonction de shérif. Un shérif haï par sa propre famille mais qui reste toutefois prudemment à l’écart de toute velléité d’arrêter son frère, Halford, dont les explosions de violence confinent à la folie. Jusqu’au jour où Holly, un agent de l’ATF, débarque avec un marché qui met Clayton en porte-à-faux. Une situation que résume assez simplement sa femme, Kate :

« Ce que je comprends (…) c’est que tu envisages de te maquer avec les fédéraux qui ont tué un de tes frères puis d’essayer de convaincre ton autre frère, l’autoproclamé parrain des ploucs de Bull Mountain, de laisser tomber l’entreprise criminelle de toute une vie, et après, quoi ? Tu vas à la pêche ? »

Une proie trop facile, Yishaï Sarid

Ecrit par Martine L. Petauton , le Samedi, 20 Février 2016. , dans Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Roman

Une proie trop facile, novembre 2015, trad. hébreu Laurence Sendrowicz, 341 pages, 22,50 € . Ecrivain(s): Yishaï Sarid Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

 

Qui a beaucoup aimé Le poète de Gaza – si beau livre du même auteur – risque de se précipiter sur cet autre roman que présente Actes Sud en Actes noirs. Sujet différent, quoique… le même Moyen-Orient, secoué, malade, ou peut-être simplement grandissant dans la douleur, ouvrant à tous vents sur la table d’examen ses boyaux – c’est le mot, ses spasmes, quelques satisfactions diverses tricotées en petite joie pour la route à venir. Tout ça sans éclats tonitruants, comme sous verre : le jour après jour, au gré de quelques éclairs de moments historiques, par-ci, par-là ; l’actu de tout un chacun sur ces terres qu’on a dites, un jour, « promises » et que l’humour de l’auteur traduirait illico par un « on a vu, on verra ».

Dans ce livre, là, c’est sur le trottoir israélien qu’on marche, de Tel Aviv à la haute Galilée, un pas même au Liban en guerre. Et cette plongée, on ne la trouve pas partout dans la littérature israélienne d’aujourd’hui. Car ce voyage est mieux que passionnant, prenant ; on lit d’une traite.

Le plus jeune fils de Dieu, Carlos Salem

Ecrit par Prescillia Bourguignon , le Mardi, 22 Septembre 2015. , dans Actes Noirs (Actes Sud), Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Amérique Latine, Roman

Le plus jeune fils de Dieu, février 2015, traduit de l’espagnol par Amandine Py, 416 pages, 23 € . Ecrivain(s): Carlos Salem Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

 

Dans Le plus jeune fils de Dieu, Carlos Salem nous plonge dans la chaleur Madrilène où un serial killer s’en prend à des pseudos journalistes de la presse people. Le suspect de ces meurtres est Dieu Jr, ancienne célébrité de téléréalité, principalement connu pour affirmer être le plus jeune fils de Dieu. Le roman suit la quête de Poe, ancien ami du suspect, écrivain-poète raté qui n’a connu le succès que lorsqu’il a commencé à écrire par plaisanterie des livres à l’eau de rose érotiques. Convaincu de l’innocence de Dieu Jr, Poe va alors tout faire pour retrouver son ancien ami dont les seuls miracles à l’époque étaient de remplir des bières vides et de rendre vierges et chastes les jeunes filles avec lesquelles il souhaitait coucher. Tout au long de son enquête Poe va ainsi conter les aventures de Dieu Jr sous forme d’Evangile, le tout est ainsi entrecoupé des aventures amoureuses du narrateur et de sa recherche assidue du suspect. Au fil des meurtres, le héros nous raconte ses déboires quotidiens, sa passion enivrante, ses mensonges, son passé, tout semble décousu et pourtant Salem nous conduit au plus profond de l’intrigue page après page.