Identification

Le Serpent à plumes

Un éditeur spécialiste de la littérature contemporaine autant étrangère que française.

Créées en 1988 par Pierre Astier sous forme de revue littéraire puis de maison d'édition en 1993, le Serpent à Plumes comptent environ 400 titres, notamment en littérature étrangère : Timothy Findley, John Cheever, Natsume Sôseki, J.M. Cotzee, Dany Laferrière, Nurudin Farah, ainsi que des collections d'essais, de littérature policière (Serpent noir). Les meilleurs titres sont réédités au format poche (collection Motifs).

La maison a appartenu de 2000 à 2004 au groupe des éditions du Forum. En février 2004, confronté à des difficultés financières, Le Serpent à plume a été racheté par les éditions du Rocher, une maison qui ne partage ni sa démarche littéraire, ni ses idées politiques. Les fondateurs, Pierre Astier et Pierre Bisiou, ont été ausstôt licenciés. Le Serpent à plume a été réduit à sa collection Motif. Un certain nombre d'auteurs ont fait savoir qu'ils ne souhaitaient pas intégrer le catalogue du Rocher. Certains d'entre-eux, qui avaient saisis la justice, se sont vus en février 2006 versé des indemnités et ont retrouvé leurs droits sur leurs ouvrages. En 2005, les éditions Privat ont racheté les éditions du Rocher et le tout a été intégré au groupe Fabre.

 

(Source Bibliomonde)


L’Enfant de l’œuf, Amin Zaoui (2ème article)

Ecrit par Patryck Froissart , le Mardi, 06 Mars 2018. , dans Le Serpent à plumes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Maghreb

L’Enfant de l’œuf, septembre 2017, 202 pages, 18 € . Ecrivain(s): Amin Zaoui Edition: Le Serpent à plumes

 

Cet ouvrage singulier est un roman à deux voix, celle du chien Harys et celle de son maître Moul, diminutif de Mouloud.

Il se présente sous la forme de courts textes narratifs pourvus chacun d’un titre, assimilables à des fragments d’un double journal intime écrit à la première personne, tantôt rêveries, tantôt chroniques prosaïques de la vie quotidienne, tantôt scènes amoureuses soit sentimentales soit puissamment sensuelles, tantôt satires aucunement voilées de la situation politico-religieuse de l’Algérie actuelle.

Au moment où débute le récit, Moul vit seul dans son appartement, dans son œuf, depuis le départ de sa femme Farida, qui l’a quitté pour aller « vivre sa vie » loin d’une Algérie dont elle ne supportait plus les contraintes.

Moul lui-même est une espèce d’anarchiste libertaire que l’auteur campe comme un résistant irrémissible à l’acculturation qui dénature un pays où l’intégrisme religieux impose de plus en plus, malgré la fin officielle des années noires du FIS et les lois d’amnistie, ses règles rétrogrades, morales, idéologiques, civiles, de manière insidieuse et pernicieuse, sur les moindres aspects de la vie quotidienne.

Avant tout, se poser les bonnes questions, Ginevra Lamberti

Ecrit par Fawaz Hussain , le Mardi, 05 Décembre 2017. , dans Le Serpent à plumes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Italie

Avant tout, se poser les bonnes questions, août 2017, trad. Italien Irene Rondanini, Pierre Bisiou, 217 pages, 18 € . Ecrivain(s): Ginevra Lamberti Edition: Le Serpent à plumes

Sacrée Gaia !

« Aujourd’hui je me suis levée, j’ai ouvert la porte de chez moi et je suis sortie dehors, dans la vallée où je vis ». Cet incipit donne au roman son cadre, dans le temps et l’espace. Le thème « aujour­d’hui je me suis levée » reviendra en refrain tout au long du roman comme pour témoigner de l’esprit qui anime la narratrice et lui dicte son ton, cette femme dont nous n’apprendrons le nom, Gaia, qu’à la page 28, un choix qui ne peut pas être innocent, avec sa référence à la mythologie grecque : c’est la Terre en personne, la Terra Mater des Latins.

Vivant en Vénétie, Gaia relate son quotidien dans ce qu’elle appelle la vallée, un monde isolé, aux antipodes de la vie urbaine et civilisée. S’ennuyant, mais non sans une certaine allégresse, elle promène un drôle de regard sur son entourage. Sous sa plume, son père n’est nommé que géniteur, sa mère que génitrice. Après le départ de Grand-mère-d’en-haut et de Grand-père-d’en-haut, elle reste seule à la maison avec sa « génitrice » et livre des aperçus sur sa vision des choses qu’elle se réserve de développer plus tard : « nous donnerons de plus amples détails par la suite ». Elle est consciente de sa différence et du regard des autres.

L’enfant de l’œuf, Amin Zaoui

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mardi, 19 Septembre 2017. , dans Le Serpent à plumes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Roman, Pays arabes, La rentrée littéraire

L’enfant de l’œuf, septembre 2017, 201 p. 18 € . Ecrivain(s): Amin Zaoui Edition: Le Serpent à plumes

 

Tout en s’amusant – et en nous amusant – Amin Zaoui nous offre un roman des plus importants. Important par sa voix, sa liberté hautement proclamée à chaque page. Ce livre est le contrepied parfait des fantômes sinistres qui hantent le monde arabo-musulman et l’Algérie, chère au cœur de l’écrivain et – modestement – à celui qui écrit cet article. A chaque page, on boit du vin, on parle de sexe en toute liberté, à chaque page Zaoui chante les femmes, leur beauté, leur intelligence, leur droit absolu d’être les partenaires souveraines de leurs congénères masculins. Ce livre est une ode au refus de se soumettre aux diktats des fanatiques, aux fatwas morbides d’une petite minorité de sectaires qui empoisonnent l’islam d’aujourd’hui – et les sociétés qui s’en réclament.

Mais, nous le disions, L’enfant de l’œuf est une œuvre de fiction d’une drôlerie réjouissante. Ses deux narrateurs, Moul et Harys, sont des personnages décalés, des philosophes solitaires, profondément bons et humains. Humains – le mot fait rire ici : Harys est un chien. C’est le chien de Moul. Et quel chien ! Un chien philosophe qui trouve, en la vie de son maître (mais qui est le maître de qui ?) matière à exercer sa sagacité, son humour et sa réprobation. Il trouve son maître bien futile, plus occupé des visites de Lara, sa voisine syrienne, et de ses bonnes bouteilles que du labeur.

Traverser la Seine, Didier Goupil

Ecrit par Martine L. Petauton , le Lundi, 05 Septembre 2016. , dans Le Serpent à plumes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Traverser la Seine, août 2016, 135 pages, 17 € . Ecrivain(s): Didier Goupil Edition: Le Serpent à plumes

 

« Madame ? » « Madame ! » disent quelques pages blanches – c’est posé comme un poème égaré, juste à la fin – inéluctable, du livre et de Madame. Tandis que l’exergue ouvre sur un « Madame est morte » réclamant de nos mémoires scolaires ce « …Se meurt » que Boileau écrivit un jour.

L’originalité de tout, hormis la facture classique et impeccable de l’écriture, habille ce livre. Étrange et prenant comme la nouvelle qu’il est (tout le récit tient dans une journée). Voyage en l’univers à peine ébauché de cette Madame actuelle, elle-même en partance ; immersion dans quelques pages bizarres, troublantes, finalement happantes, un peu comme les rêves.

Que d’eau dans ce récit ! de la Seine Parisienne à celle, luxueuse et précieuse des baignoires du Ritz, en passant – surtout – par celle de la mémoire ; on se gardera bien d’oublier celle du Nil antique, ses barques entre vivant et mort. Le livre est là, dans cet entre-deux. Un pied dans le réel – celui du monde culturel et bobo qui entoure Madame. Il y est question de publicitaires à Rolex – pardon, Daytona, acier, or fin – bronzés et fats comme leurs modèles, d’un président de la république agité et vain, comme le modèle ?

Journal d’un caméléon, Didier Goupil

Ecrit par Martine L. Petauton , le Vendredi, 30 Octobre 2015. , dans Le Serpent à plumes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Journal d’un caméléon, août 2015, 187 pages, 18 € . Ecrivain(s): Didier Goupil Edition: Le Serpent à plumes

 

Sujet de premier plan : la créativité ; l’artiste et ses chemins ; doublé d’un éclairage – autre sujet en soi, non moins fondamental : la bipolarité. Comme le pont sur les nymphéas de Monet, deux rives pour un seul homme, le caméléon de l’histoire. Métaphore d’une bête changeante qui prend la couleur du moment, du lieu, des rencontres – des accidents de vie, dirait l’ordonnance. Des « humeurs », aussi, sens médical du terme, bien sûr. Qui aurait pu tout aussi bien, se loger – se narrer – dans x poupées gigognes, que notre auteur dévisserait plus ou moins vite et complètement.

Le lieu du théâtre – lieu, bien plus que temps ; une unité va donc manquer à l’affaire – est un hôpital psychiatrique, ses couloirs labyrinthe, son fumoir en avatar unique du « dehors ». Regard à l’exactitude remarquable que porte sur cet univers, quelqu’un qui à l’évidence le connaît jusque dans ses odeurs. « Il arpentait les kilomètres de couloirs d’un blanc immaculé censés l’amener au fumoir… il s’y rendait plusieurs fois par jour et y aurait sans doute passé la totalité de ses journées si cela avait été autorisé par le règlement… ».