Identification

Le Cherche-Midi

Le Cherche midi éditeur (ou Le Cherche midi) est une maison d'édition française fondée en 1978 par Philippe Héraclès et Jean Orizet, dans une librairie de la rue du Cherche-Midi, à Paris.

Sa production est axée sur un choix précis de thématiques : documents, littérature française et étrangère, poésie, humour, livres pratiques et beaux livres.

En 2005, la maison d'édition comptait 27 salariés, 10 directeurs de collection, des collaborateurs extérieurs et un rythme de publication de 120 titres par an ; elle fut rachetée en avril par le groupe d'édition Editis puis en 2008 par le groupe Planeta.

En 1991, avec le concours de la société Schering et sous le Haut patronage du Ministère de l'Agriculture, le Cherche midi a créé le prix littéraire sur manuscrits Olivier de Serres. En 2005, et dans le même esprit, est lancé le prix Terra, du nom de la collection créée en 1991, destiné à récompenser les meilleurs ouvrages inédits traitant « de l'agriculture, de l'alimentation et des territoires ».

 


Poésie de langue française, anthologie thématique, Jean Orizet

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 20 Mars 2014. , dans Le Cherche-Midi, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

Poésie de langue française, Anthologie thématique, novembre 2013. 633 p. 22,50 € . Ecrivain(s): Jean Orizet Edition: Le Cherche-Midi

 

« Pourquoi lire la poésie ? Pour vivre mieux et plus haut »

Jean Orizet conclut ainsi sa préface. Et le talent qu’il déploie à travers ces 650 pages de bonheur nous apporte la conviction qu’en effet les poèmes sont une formidable source de vie et de plaisir.

Une anthologie poétique – il y en a tant – est toujours une entreprise périlleuse. La subjectivité des choix porte en elle l’omission, la sur-citation, parfois même la rengaine. Et cette anthologie n’échappe pas à ce pli : et à ceux qui se demanderont pourquoi citer encore Le pont Mirabeau, Il n’y a pas d’amour heureux, Harmonie du soir ou une allée du Luxembourg, il faudra répondre que c’est parce qu’il s’agit d’urgences sans cesse répétées ! On soupçonne, dans ces choix précis, le maître d’œuvre de se faire un plaisir tout personnel. Mais peut-on le lui reprocher vraiment ? L’anthologie est d’abord une affaire de plaisir personnel tout compte fait. Et dans ce plaisir que le lecteur fait son chemin et trouve le sien.

Les passagers de la foudre, Erik Larson

Ecrit par Jean-Baptiste Pedini , le Mercredi, 19 Mars 2014. , dans Le Cherche-Midi, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, USA, Roman

Les passagers de la foudre, traduit (USA) par Marc Amfreville, février 2014, 552 p. 22 € . Ecrivain(s): Erik Larson Edition: Le Cherche-Midi

Les passagers de la foudre, nouveau roman d’Erik Larson, nous amène au début du 20ème siècle pour un récit incroyable. Avec une maîtrise des détails historiques et un réel talent pour le suspense, l’auteur présente en parallèle les parcours de Marconi, inventeur du télégraphe sans fil, et de Crippen, pharmacien sans histoire, accusé du meurtre de sa femme. Entre témoignage et thriller haletant.

Sous certains aspects, le livre peut sembler, dans sa première partie notamment, un peu trop documenté. Les nombreuses citations ou les détails, parfois insignifiants, sur les conditions de vie de l’époque n’apportent finalement pas grand-chose au roman et finissent par ennuyer le lecteur. De même que les nombreux détails techniques et parfois longs sur les recherches de Marconi et la mise au point de son invention.

Et c’est finalement l’histoire du docteur Crippen qui va tenir le lecteur en éveil. Quand le rythme finalement s’accélère et que la succession de courts chapitres, alternant entre les deux personnages, tient enfin le lecteur en haleine. Le suspense monte d’un cran quand l’inspecteur Dew entre en jeu et qu’une macabre découverte est faite au domicile des Crippen. Avec un suspect qui intrigue autant qu’il fascine. Ce petit homme discret et apprécié de tous (jusqu’aux enquêteurs qui n’hésiteront pas à l’inviter à déjeuner entre deux interrogatoires) a-t-il vraiment pu commettre un crime aussi horrible ?

La Trilogie Nostradamus, Mario Reading

Ecrit par Elisa Amaru , le Vendredi, 14 Mars 2014. , dans Le Cherche-Midi, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

. Ecrivain(s): Mario Reading Edition: Le Cherche-Midi

 

La Trilogie Nostradamus, Mario Reading

 

Décidément, les récits propulsant un personnage historique au cœur des remuements ésotérico-policiers, ou prétextes à lancer une figure du panthéon hagiographique des lettres, des sciences (ou du plus sordide des faits-divers) sur la piste d’enquêtes tourneboulées, ont le vent en poupe ! Des auteurs comme Henri Lœvenbruck avec l’alchimie (Le Mystère Fulcanelli, Flammarion), Erik Larson avec Marconi et l’invention de la télégraphie sans fil (Les Passagers de la foudre, Cherche-Midi), Francis Huster avec « l’affaire » Xavier Dupont de Ligonnès (Family Killer, Le Passeur Editeur), ou prochainement Pierre-Yves Leprince et le grand Marcel (Les enquêtes de Monsieur Proust, Gallimard) renouvellent sans prétendre à l’exhaustivité les codes du genre.

La langue d’Altmann, Brian Evenson

Ecrit par Yan Lespoux , le Jeudi, 06 Mars 2014. , dans Le Cherche-Midi, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Nouvelles

La langue d’Altmann (Altmann’s Tongue, 1994), traduit de l’anglais (USA) par Claro, janvier 2014, 286 p. 17 € . Ecrivain(s): Brian Evenson Edition: Le Cherche-Midi

 

Après Contagion, Inversion, Père des mensonges, La confrérie des mutilés et Baby Leg, la collection Lot 49 publie enfin les premiers écrits de Brian Evenson. Initialement paru en 1994, ce recueil de nouvelles intègre déjà les thèmes qui fondent jusqu’à l’obsession l’œuvre d’Evenson. Et l’on comprend que les nouvelles de La langue d’Altmann aient scandalisé les Mormons de la Brigham Young University de Provo où Evenson, alors membre de l’Église de Jésus Christ des Saints du Dernier Jour, enseignait au moment de la parution du recueil.

Car Brian Evenson, à travers ses histoires souvent situées dans un monde proche du nôtre mais propre à basculer rapidement dans une espèce de futur post-apocalyptique, parle de manipulation des esprits, de faux prophètes délestant leurs ouailles de leur humanité et de leur libre arbitre et du caractère mouvant de la vérité. Et si les esprits sont torturés les corps ne sont pas en reste : souillés, mutilés, ils sont l’expression de la souffrance intérieure des personnages comme de leurs propres vices. Ont tue, on ampute, on fait tuer chez Evenson, et l’on trouve toujours un moyen de justifier cette violence. C’est bien ce que montre l’extrait de la nouvelle dont le recueil tire son nom et que Lot 49 a choisi de mettre en quatrième de couverture :

L’assassinat d’Elsa, André Rollin

Ecrit par Fabrice del Dingo , le Mercredi, 19 Février 2014. , dans Le Cherche-Midi, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

L’assassinat d’Elsa, janvier 2014, 159 pages, 16 € . Ecrivain(s): André Rollin Edition: Le Cherche-Midi

 

Comme les poupées russes, L’assassinat d’Elsa est un roman dans le roman. Le libraire Patrice Quentin a été engagé, dans les années 70, par Louis Aragon pour signer un roman à sa place. Il devait y raconter l’assassinat de sa femme, Elsa, que le poète a étouffée avec un coussin. Rouge évidemment, quand on s’appelle Aragon.

L’inspecteur Michaloir, policier qui ambitionne d’écrire un polar, habite en face de la librairie de Quentin ; il enquête sur la mort d’Ernest Tation (de métro ?), éditeur qui a été étouffé par un manuscrit. Michaloir, pour concrétiser son rêve vient d’ailleurs chaque semaine acheter un roman policier à Quentin mais cela ne stimule guère son inspiration.

Dernier personnage, Salomé. Rien à voir avec l’excitée qui veut la tête de Jean-Baptiste. Fille de Michaloir, Salomé est une grande lectrice qui observe le fantasque libraire Quentin de la fenêtre de sa chambre à coucher et lui rend souvent visite pour lui acheter des romans qui n’existent pas. Salomé s’ennuie mais elle comprend la vie avant tout le monde. Privilège de la jeunesse, sans doute.