Identification

Elyzad

 

Les éditions Elyzad sont une maison d'édition tunisienne fondée en 2005 et basée à Tunis. Elle publie de la littérature en langue française.

 

Une baignoire dans le désert, Jadd Hilal (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Vendredi, 03 Juillet 2020. , dans Elyzad, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Edition: Elyzad

 

La guerre : une affaire d’enfants.

Après Des ailes au loin, qui lui a valu un ample succès et plusieurs prix, Jadd Hilal publie son nouveau roman, Une baignoire dans le désert.

Quelque part dans un pays du Moyen-Orient, l’enfant Adel raconte son histoire. Il est toujours seul : divorcés, chacun de ses parents passe son temps au travail. « Je ne le voyais presque jamais en vrai, mon père » (p.17). À défaut d’humains, il a deux amis imaginaires : les deux insectes, Darwin et Tardigrade.

Un jour, la guerre éclate dans son village. Seul, il fuit l’appartement jusqu’à arriver au désert où il est enfermé dans un camp de combattants dirigé par un cheikh. Il est alors soupçonné de faire partie d’un camp ennemi. « Je n’en savais rien. Je n’avais rien à voir avec la guerre et ces histoires d’adultes mais le cheikh ne voulait pas me croire » (pp.57-58).

Le tambour des larmes, Beyrouk (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Vendredi, 12 Juin 2020. , dans Elyzad, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Le tambour des larmes, Elyzad Poche, 2019 (réédition), 248 pages, 9,90 € . Ecrivain(s): Beyrouk Edition: Elyzad

 

Mauritanie : traditions meurtrières

Après avoir publié le dernier roman de Beyrouk, Je suis seul (1), les éditions Elyzad rééditent au format poche son roman Le tambour des larmes. Publié pour la première fois en 2015, ce roman a reçu deux prix, le Prix Kourouma et le Prix du Roman Métis des lycéens.

Rayhana est une jeune bédouine qui vit avec sa mère dans un campement quelque part dans le désert de Mauritanie. Dans leur tribu, règnent les traditions ancestrales et les interdits. Plus qu’un simple objet, le tambour est une idole, symbole de fierté et d’honneur.

Un jour, Rayhana découvre l’amour avec Yahya qui lui fait un enfant et s’en va sans mot dire. Pour sauver l’honneur, sa mère l’emmène loin pour préparer l’accouchement et abandonner l’enfant à une inconnue.

Cet amour, Yasmine Khlat (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Jeudi, 07 Mai 2020. , dans Elyzad, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Roman, Pays arabes

Cet amour, mars 2020, 152 pages, 16 € . Ecrivain(s): Yasmine Khlat Edition: Elyzad

 

Éloge de la paix

Après Égypte 51*, Yasmine Khlat publie son nouveau roman, Cet amour.

Seule dans un appartement parisien, Irène souffre de tocs qui lui donnent une peur inouïe de l’eau. Incapable de quitter son domicile, en manque d’argent, elle vérifie avec obsession les robinets pour éviter une éventuelle inondation.

Un certain soir, elle appelle par téléphone le docteur Rossi. Elle est libanaise, lui israélien. Bien qu’une certaine loi interdise le contact entre les deux nationalités, leur échange s’allonge pour évoquer le Liban, la guerre, l’exil, l’absence, l’enfance… « Je voulais vous parler de mes tocs. Ils envahissent ma vie. M’empêchent de bouger, de me mouvoir, me tiennent attachée chez moi » (p.14).

Ainsi, apaisée par la voix de Rossi, Irène décide de sortir le voir pour aller au bout de sa thérapie.

Tu reviendras, Brahim Metiba (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mardi, 11 Juin 2019. , dans Elyzad, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Maghreb

Tu reviendras, avril 2019, 96 pages, 13 € . Ecrivain(s): Brahim Metiba Edition: Elyzad

 

L’un et l’autre

A Paris, un homme de quarante ans se souvient de l’Algérie, de sa ville natale Skikda, et de sa famille laissée il y a dix ans.

Il se souvient notamment de cet incident qui a déchiré ses relations avec la famille et fait de lui un autre : le jour où il a révélé son homosexualité. C’est le jour où tout a basculé.

« Jusque-là je croyais être homosexuel comme on a une passion pour le violon ou les timbres postaux : ça va un moment, puis ça passe, que je finirais par entrer dans le rang. Ce sont, toujours, mes mots de l’époque » (pp.11-12).

Le narrateur solitaire décide de rentrer voir sa ville natale, sa famille, et retrouver sa jeunesse et son enfance lointaines.

« Mon absence avait trop duré, je ne pouvais plus fuir éternellement, il fallait revenir et affronter la situation » (p.19).

Egypte 51, Yasmine Khlat (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mercredi, 20 Mars 2019. , dans Elyzad, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Egypte 51, février 2019, 156 pages, 16,50 € . Ecrivain(s): Yasmine Khlat Edition: Elyzad

 

Sauver la mémoire par les lettres

Le roman est constitué de lettres. Un narrateur trouve un paquet de lettres et commence à les lire.

« Elles sont classées par année je crois. Il y a celles du Docteur qui était employé à l’époque à la compagnie universelle du canal de Suez. Et celles de Mrs Mia. En 51, elle venait d’emménager au Caire avec sa famille mais elle est née et a grandi à Alexandrie » (p.11).

D’une lettre à l’autre, des vies se construisent et d’autres s’écroulent, des pays changent, des familles se brisent, et des histoires se lèguent…

En 1951, le médecin Stéphane rencontre Mia à la plage. Un coup de foudre. Commence alors une riche correspondance entre eux. Il la demande en mariage. Chagrinée par une ancienne histoire d’amour, Mia hésite et se refugie dans un cocon à elle, passant la plupart du temps à peindre des encres de Chine. Ces peintures lui permettent de retrouver le monde et de se retrouver elle-même.