Identification

Roman

La Paria, Claude Kayat (par Patryck Froissart)

Ecrit par Patryck Froissart , le Mercredi, 18 Décembre 2019. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Editions Maurice Nadeau

La Paria, Claude Kayat, octobre 2019, 235 pages, 19 € Edition: Editions Maurice Nadeau

 

La Paria met en scène une sombre et émouvante transposition du Roméo et Juliette de Shakespeare. Au décor de Vérone dans le contexte du XIVe siècle se substitue le cadre de deux villages voisins en Galilée au XXe siècle. Ici les Montaigu sont les Appelbaum, colons israéliens d’une part, et les Capulet sont représentés par la famille bédouine de Karim d’autre part. Yoram Appelbaum endosse le statut de Roméo, et Juliette est réincarnée en Fatima. Quant à Tybalt, le cousin jaloux de Juliette, il se nomme ici Brahim, cousin germain de Fatima.

Le théâtre nocturne du jardin des Capulet, où se rencontrent Roméo et Juliette, est transposé dans un site archéologique désert entre les deux villages de Galilée où Yoram et Fatima se déclarent initialement leur amour puis se retrouvent plusieurs nuits de suite pour des étreintes de plus en plus ardentes, et forcément fatales. Evidemment, les similitudes se limitent à cette trame héritée de la tragédie classique.

Ceux qui partent, Jeanne Benameur (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel , le Mardi, 17 Décembre 2019. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Actes Sud

Ceux qui partent, août 2019, 336 pages, 21 € . Ecrivain(s): Jeanne Benameur Edition: Actes Sud

 

Éloge du départ

Après un récent recueil de poésie, L’exil n’a pas d’ombre (éd. Bruno Doucey), Jeanne Benameur continue, avec son nouveau roman, Ceux qui partent, d’explorer les profondeurs de l’exil. La fiction se déroule en 1910 où des émigrants venus de différentes terres débarquent sur l’île Ellis Island, à l’entrée de New-York. Ici, ils doivent attendre et passer les contrôles avant leur acceptation sur le sol américain. Leur vie est suspendue entre la terre quittée et la terre d’accueil. « Nous sommes, nous, ici en longues files, attendant dans une brèche du temps, coincés entre deux tours d’horloge. Notre vie est suspendue » (p.106).

Parmi les nombreux émigrants, il y a les deux Italiens, Donato et sa fille Emilia. Lui est un célèbre comédien, fou passionné de L’Enéide de Virgile qu’il porte toujours dans sa main ; sa fille sait peindre. Il y a aussi Esther, la jeune Arménienne, et Gabor, le violoniste… Le seul personnage qui ne vient pas d’ailleurs est Andrew. C’est un jeune Américain qui vient sur l’île pour photographier les arrivants. La beauté d’Emilia le secoue et bouleverse ses sentiments, les photos de l’île le mènent au secret de ses origines et ses ancêtres.

Les Jungles rouges, Jean-Noël Orengo (par Marie du Crest)

Ecrit par Marie du Crest , le Mardi, 17 Décembre 2019. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Grasset

Les Jungles rouges, août 2019, 268 pages, 19 € . Ecrivain(s): Jean-Noël Orengo Edition: Grasset

 

Le dernier et très beau roman de Jean-Noël Orengo, Les Jungles rouges, marque à nouveau l’élection de l’Asie du Sud-Est comme « matière » romanesque par son auteur. En effet, son premier roman, La Fleur du Capital, évoquait Pattaya, ville-bordel de Thaïlande. Ce nouveau livre nous plonge dans l’histoire complexe et violente de ce qui fut L’Indochine française et devint le Cambodge des Khmers rouges, le Vietnam de la guerre. Bangkok, quant à elle, se révèle comme le lieu des échappées et la France, celui des exils politiques ou biographiques. Le roman traverse aussi le temps, s’ouvrant en 1924 et se refermant en 2016. Durant cette longue période, la trame romanesque construite en triptyque entrelace des épisodes autour des personnages, jouant ainsi sur des apparitions, des disparitions successives sur le principe du récit choral et sa résolution finale où les principaux personnages voient leur destin s’accomplir. Les personnages qui se croisent, au fil des époques, sont à la fois empruntés à l’Histoire comme le couple Clara et André Malraux en voleurs de biens archéologiques, ou plus tard André en journaliste anti-français.

Suite et fin des aventures de Sancho Panza, Andrés Trapiello (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché , le Vendredi, 13 Décembre 2019. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Espagne, Quai Voltaire (La Table Ronde)

Suite et fin des aventures de Sancho Panza, septembre 2019, trad. espagnol Serge Mestre, 464 pages, 24 € . Ecrivain(s): Andrés Trapiello Edition: Quai Voltaire (La Table Ronde)

 

« Telle fut la fin de l’ingénieux hidalgo de la Manche, dans un village dont Sidi Ahmed n’a pas voulu préciser le nom, pour que tous les bourgs et villages de la Manche se le disputent et se l’approprient, comme les sept villes de Grèce s’étaient disputé l’honneur d’avoir vu naître Homère », L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche (1).

« On aurait dit que celui-ci était un personnage à propos duquel on pouvait écrire non pas un ni deux, mais deux cents ouvrages, car ces évènements racontés par Sidi Hamed et traduits par Cervantès, qui se déroulaient lors des différentes sorties de don Quichotte, pouvaient encore être agrémentés de détails et complétés et enrichis de mille nuances qui transformaient le livre en une narration sans fin », Suite et fin des aventures de Sancho Panza.

Oeuvres, Joris-Karl Huysmans en La Pléiade - En ménage (par Yann Suty)

Ecrit par Yann Suty , le Vendredi, 13 Décembre 2019. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, La Pléiade Gallimard

En ménage, octobre 2019, 1856 pages, 66 € . Ecrivain(s): Joris-Karl Huysmans Edition: La Pléiade Gallimard

Cela pourrait presque être un vaudeville. Ou alors une tragédie. Il est vrai que la frontière entre les deux est parfois ténue.

Un soir, André est en vadrouille avec son camarade Cyprien. Pour une fois, il décide de ne pas s’encanailler toute la nuit et rentre plus tôt que prévu chez lui. Mal lui en prend. Il découvre en effet sa femme, Berthe, au lit avec un autre. Il réagit avec froid, presque avec flegme. La scène se passe sans colère, sans grande effusion, peut-être même sans tristesse. Quelques jours plus tard, André s’étonnera d’ailleurs de sa réaction et se demandera pourquoi il n’a pas étranglé l’amant de sa femme.

Il fait sa valise et quitte le foyer conjugal. Il se réfugie chez son ami Cyprien (Cyprien qui, d’ailleurs, a été l’amant d’une des sœurs Vatard dans le roman du même nom de Huysmans). Il pense qu’au moins, un scandale a été évité et c’est sans doute là le principal. Qu’il soit cocu n’est finalement pas si surprenant car « il avait épousé sa femme sans entrain, sans génie ». Mais il laisse Berthe presque à regret, car il va devoir tout recommencer à zéro. « La vie de dix-huit ans qu’il fallait revivre à trente ans passés, la confiance et l’espoir en moins, l’estomac délabré, et des besoins de confortable en plus ».