Identification

Roman

Une fille d’Alger, Jean-Michel Devésa

Ecrit par Theo Ananissoh , le Mercredi, 11 Avril 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres

Une fille d’Alger, éditions Mollat, mars 2018, 143 pages, 20 € . Ecrivain(s): Jean-Michel Devésa

 

Comme dans Bordeaux la mémoire des pierres, son précédent et premier roman, Jean-Michel Devésa livre dans Une fille d’Alger– avec la même qualité d’écriture et d’atmosphère – un mélancolique exercice de mémoire.  Hier, c’étaient des vies et des amours en proie au franquisme ; dans ce deuxième roman, ce sont d’autres déchirements tout aussi douloureux, ceux de la fin de l’Algérie française dans laquelle l’auteur est né. Jean-Michel Devésa ne choisit pas – si tant est qu’on soit libre à ce propos – des périodes pour ainsi dire légères. Dans Une fille d’Alger, le romancier semble lui-même très impliqué. Le narrateur nous fait le récit autour de 2015. Il est interne au roman d’une manière particulière – par ses souvenirs d’enfant à Bab El Oued puis d’adulte revenu en Algérie dans les années 80 – double coïncidence avec la biographie de l’auteur. Mais cette voix qui conte n’est nulle part nommée autrement que par « le narrateur » ou « le scripteur ». Il n’est du reste pas le seul qui nous rapporte les faits. Hélène Samia Lapérade, « bâtarde d’une Française et d’un bicot », ladite fille d’Alger sans doute, complète régulièrement ce récit de la fin d’un monde en terre algérienne. Question de cohérence. Si le narrateur-auteur est lui-même présent dans le roman, c’est à Hélène Samia de dire mieux son intimité de prostituée et… d’amoureuse de Raymond Rossi, un parrain du milieu plutôt placide.

Les désarrois de l’élève Törless, Robert Musil

Ecrit par Christian Massé , le Mercredi, 11 Avril 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Langue allemande, Points

Les désarrois de l’élève Törless, trad. allemand Philippe Jaccottet, 256 pages . Ecrivain(s): Robert Musil Edition: Points

 

L’élève Törless exige de ses parents d’être admis dans l’école W. Ápeine confronté à l’univers de cette école – état dans l’État –, il déchante sur l’essentiel de l’éducation. Quand les comportements ambigus du jeune Basini bousculent l’ordre des choses, c’est la descente aux enfers pour les principaux protagonistes. Les rituels sacrificiels sont banalisés. Finalement l’autorité des maîtres permettra un dénouement juste à cette histoire où la soif de l’Absolu révèle ses limites.

Cette école prestigieuse s’ouvre sur celle de la vie, et de ses antagonismes les plus courants : on vole, on veut régler ses comptes, on se cache pour comploter, on sort en cachette pour aller fréquenter une vieille prostituée. L’adolescence est analysée : émergence de démons intérieurs, renoncement aux idéaux, recherche d’une nouvelle Culture. Kant a tout dit, alors à quoi bon… En réalité, on se fie à l’apparence des êtres pour les juger. Átendance homosexuelle, une idylle dessine l’accomplissement des sens, mais précipite les protagonistes adolescents vers une descente aux enfers. Une parole donnée (dettes à rembourser) mais trahie crée le châtiment dont la cruauté semble légitime. Cette adolescence annonce une sorte de crépuscule des dieux.

Marguerite n’aime pas ses fesses, Erwan Larher

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mardi, 10 Avril 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, J'ai lu (Flammarion)

Marguerite n’aime pas ses fesses, avril 2018, 260 pages, 7,40 € . Ecrivain(s): Erwan Larher Edition: J'ai lu (Flammarion)

 

Marguerite n’aime pas ses fesses est une fable caustique et ludique à l’ironie mordante qui se mue en thriller rocambolesque pour nous dépeindre un monde en trompe-l’œil dans lequel l’image et le virtuel accroissent leur empire de manière inquiétante, une société immature, narcissique et exhibitionniste. Refusant de voir dans cette planète malade le meilleur des mondes possibles, Erwan Larher y propulse un nouveau Candide sous les traits d’une attachante Marguerite, une trentenaire hors normes à qui sera offerte l’occasion d’un sursaut la révélant à elle-même.

Marguerite « se pense nulle dans plein de domaines, des fesses à l’écriture ».

Incapable de s’affirmer, exploitée par ses proches et totalement dépourvue de libido, elle s’évade dans ses rêves. Alors qu’elle vit en couple avec Jonas, un mec « ni mieux ni pire qu’un autre », et effectue de menus travaux littéraires pour une maison d’édition, elle s’imagine ainsi en mère comblée à la tête d’une joyeuse famille et en romancière à succès. Jusqu’au jour où sa vorace éditrice la charge d’aider un ancien Président de la République, Aymeric Delaroche de Montjoie, à écrire ses mémoires.

Jours tranquilles à Bangkok, Lawrence Osborne

Ecrit par Arnaud Genon , le Lundi, 09 Avril 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Voyages

Jours tranquilles à Bangkok, Hoëbeke février 2018, trad. anglais Béatrice Vierne, 284 pages, 21 € . Ecrivain(s): Lawrence Osborne

Un autre monde

C’est l’appel du large, le rêve de l’ailleurs qui a souvent poussé les écrivains à entreprendre les voyages les plus lointains. « Je partirai ! Steamer balançant ta mature, / Lève l’ancre pour une exotique nature ! » écrivait en son temps Stéphane Mallarmé dans Brise marine.

Dans le cas de Lawrence Osborne, écrivain-voyageur, romancier ayant notamment obtenu le prix Lire du meilleur livre de voyage en 2016 pour Boire et déboires en terre d’abstinence(Hoëbeke, 2016), l’attrait pour Bangkok a d’abord été plus prosaïque : n’étant pas en mesure de régler sa cotisation d’assurance santé à New York, il a été contraint de trouver une terre où les soins dentaires seraient moins onéreux… Il le déclare lui-même, dès les premières pages, « la raison d’être de [s]a présence en Thaïlande était purement financière ».

Cependant, l’auteur tombe rapidement sous le charme d’une ville ahurissante où la vie devient très simple, même quand « on n’a pas le sou ». Ici, le corps « perd de sa fougue et de sa nervosité », les rapports physiques – sexuels, mais pas seulement – sont banalisés, les sens – l’odorat, le goût – sont stimulés par de nouvelles expériences culinaires, le rythme de vie est modifié et la nuit devient le moment privilégié de tous les éveils.

Tuez-les tous… mais pas ici, Pierre Pouchairet (2ème critique)

Ecrit par Gilles Banderier , le Lundi, 09 Avril 2018. , dans Roman, Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres, Plon

Tuez-les tous… mais pas ici, janvier 2018, 468 pages, 19 € . Ecrivain(s): Pierre Pouchairet Edition: Plon

 

Pierre Pouchairet n’est pas (encore ?) un auteur fameux au point qu’il soit tout à fait superflu de jeter un œil à la présentation biographique qui orne la quatrième de couverture. On y apprend que cet ancien commandant de police a déjà publié un roman « dont l’action se déroule dans les territoires occupés », sans plus de précision. S’agit-il du Tibet, où l’immolation par le feu tient lieu de protestation et d’acte de résistance à la Chine ? Du Sahara occidental, occupé par le Maroc depuis 1975 et où les militants sahraouis sont torturés ? De la partie septentrionale de Chypre, d’où deux cent mille Chypriotes grecs furent chassés un an plus tôt dans l’indifférence internationale, devenant autant de réfugiés dans le sud d’une île dont la capitale est coupée par un mur qui n’a rien de symbolique ? Nous inviterait-on pour autant à boycotter les produits chinois, marocains ou turcs ? Puisque nous parlons de la Turquie, c’est un pays que Pierre Pouchairet connaît bien (il y a été en poste) et où il situe une partie de l’action de son nouveau roman, Tuez-les tous… mais pas ici.