Identification

Ecriture

Le conte de la première fois (d’après Pascal Quignard), par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 25 Mai 2018. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Danse lente

Dans le silence

 

De rhabillage

& du déshabillage.

 

Je vais enfiler une

Très ancienne robe

 

Que j’aime. Nous

Entrons par une

Le complexe de l’écrivain (8 et fin), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Jeudi, 24 Mai 2018. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

 

Epilogue 1

Christine Angot ne m’a jamais répondu. J’ai revu Frédéric Beigbeder et j’ai failli me battre avec lui, un verre de trop au Dôme. Je vois de temps en temps Eric Dubois qui continue son chemin, vaille que vaille. Laure m’a traité un jour de ringard et m’a plaqué sans coup férir.

Je m’appelle Bertrand Cire et j’ai peur de devenir écrivain.

 

Epilogue 2

Je suis un personnage imaginé par Eric Dubois. Je n’existe pas.

La nuit sans Zabach (III), par Nadia Agsous

Ecrit par Nadia Agsous , le Mercredi, 23 Mai 2018. , dans Ecriture, Nouvelles, Ecrits suivis, La Une CED

 

En voyant la foule rassemblée devant la maison familiale, Mary’amcomprit que le moment ultime était arrivé. Elle se rappela alors des prières de sa grand-mère, Sara, et murmura :

– La lumière gît dans les confins des ténèbres, n’est-ce-pas ? Allah ya Allah,j’implore Votre protection ! Rebbi ya Rabbi, jeVous offre ma pureté, en échange, envoyez-moi l’ange rédempteur pour qu’il me sauve, ya El-Elohim ! Votre clémence, Seigneur ya Allah ; Votre compassion !El-Elohim, Allah, Seigneur ! Avé Mary’am !

Le père entendait les supplications de sa fille. Chaque mot prononcé agissait comme une balle tirée à bout portant dans son cœur tourmenté. Il avait honte d’être là, parmi ces hommes et ces femmes, participant à la lapidation de celle qui l’aida à surmonter tant d’obstacles. Si L’Hou-Sine, le vieux pieux, l’adorateur d’El-Elohim n’osait pas regarder sa fille dans les yeux. Comment faire face à celle à qui il avait prédit une vie couronnée de succès et de bonheur ? Comment contribuer à l’anéantissement de celle dont le nom revenait sans cesse dans ses prières ferventes et pleines de grâce et de miséricorde ?

Dentelle, par Alix Lerman Enriquez

Ecrit par Alix Lerman Enriquez , le Mercredi, 23 Mai 2018. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

Lierre perforé

de silence,

rayé de roses

et du tremblé

d’une lumière volatile.

 

Lierre perforé

par un ciel de soie

que je tente

d’atteindre en vain.

Décrire le temps, par Thomas Besch-Kramer

Ecrit par Thomas Besch-Kramer , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Ecriture, La Une CED

 

Pour ma conscience élastique c’est assez simple : il y a le temps linéaire (masculin), le temps cyclique (féminin) et le temps de l’orange (neutre). Le temps linéaire, c’est celui de la partition musicale ou celui de l’accélération d’un jet : il y a progression vers un meilleur ailleurs. Le temps féminin, celui des saisons et des fruits, celui des règles et des lois, est plus ancien : on révolutionne comme une planète autour de son soleil pour revenir à une date fixée à un autre ailleurs. Le temps de l’orange est celui de ma vie et de ma gourmandise ! J’ai pelé l’orange délicatement et précisément pendant mon enfance, j’ai disjoint les quartiers de l’orange sanguine pendant mon adolescence et j’en ai bu le jus, giclant entre mes dents, sur mes gencives, pendant l’âge adulte. Aujourd’hui, à l’âge de la reconnaissance à La Vie, il me reste dans les doigts une pelure, des filaments blancs et quelques pépins. Je me suis nourri du temps : jus et pulpe de l’orange. Or, je palpe ma vie passée et passéiste ; je constate mon présent enfumé de cigarette ; je ne prévois rien dans l’avenir sauf l’aggravation de ma maladie.