Identification

Ecriture

Une nuit de neige, par Imène Bensitouah

Ecrit par Imene Bensitouah , le Lundi, 18 Décembre 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

Il neige depuis la veille

La nature accueille

Son fils l’hiver,

Elle a mis une jolie robe

Telle une colombe,

Couleur d’une blanche laine.

Une odeur lactescente se propage

Dans la colline triomphante

Pas un oiseau qui plane

Le silence règne

Dans les vallées et les montagnes

Les sapins sont tout bouffis d’orgueil

Enfin, ils se débarrassent de leur tenue

Verte éternelle.

Fictions (anthologie) 20, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Mercredi, 13 Décembre 2017. , dans Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique, La Une CED

 

Les volets sont clos

Cernés par les fleurs

 

*

 

Elle dit :

 

« En ce moment

Je pense aux yeux

 

Des filles

Quand elles sont

Au Mont de sa colline oubliée, par Maïssa Boutiche

Ecrit par Maissa Boutiche , le Mardi, 12 Décembre 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Frémissante comme une fleur sur sa tige

Au Mont de sa colline, oubliée

ses pétales fragiles dans l’étreinte du vent

Ses pensées sommeillent dans les herbes

Ne demandent que peu d’amour, au temps…

 

Trébuchante, son pas se heurte et elle chancelle

Mais n’égare jamais son chemin

Elle se sent si fragile telle une feuille fébrile

D’un passé frivole

Où la brise du vent jouait avec ses mèches rebelles et folles

S’assoit triste, la joue dans la paume de sa main…

Elle, par Cyrille Godefroy

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Lundi, 11 Décembre 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Délicate et fragile

Chaque jour tu es plus belle,

Dans la nuit tu scintilles

Comme une fleur éternelle.

 

Tes pommettes saillantes

Mêlent le tranchant du glaive

La douceur de l’amante

Les deux flancs d’un même rêve.

Branlebalivernes, Par Hans Limon

Ecrit par Hans Limon , le Jeudi, 07 Décembre 2017. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Le solœil était braque et la brume était rose

Malabar saliveux. Sous un ciel de pécrose

une junge Frau doigtait par le feuillu

quelques frisquas d’emphase avec un air crouillu.

Ad libitum l’infâme et les granfants d’abord

mêlaient par monts-et-veaux le deuil du tarbabord

ensuite aux cauchements du frisson fermoulu.

C’était un brocarnage au décours invoulu

d’où les blachats de la paléopolitique

semblaient sourdre de poudre en glimpsant l’écliptique.

La môme prophétesse enfifloutait ses yeux

d’un contrejour hagard sous dypnose épandieux.