Identification

Ecriture

Le Pompéi, par Henri Cachau

Ecrit par Henri Cachau , le Mardi, 29 Mai 2018. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED

Lorsqu’en fin de journée le juge Hubert Michaud, un magistrat d’une cinquantaine d’années, s’attaqua à son dernier dossier, il ne pouvait prévoir que dès son ouverture une bombe à retardement se placerait sous son siège… Il s’agissait d’une banale affaire de mœurs, d’une mère déchue de ses droits sous le chef de prostitution occasionnelle et qui, essayant par la force de récupérer son enfant placé dans une famille d’accueil, à l’arme blanche blessait ses tuteurs, avant d’être lors de sa fuite avec son rejeton – un garçonnet de huit ans –, récupérée par la maréchaussée… En détention préventive cette jeune femme, sans antécédents judiciaires, attendait son verdict… Ereinté par une journée passée à démêler le vrai du faux d’affaires aussi complexes qu’ennuyeuses, le juge optait pour une peine d’emprisonnement de six mois, pour l’exemple, tant l’indignité de ces femmes préférant leurs plaisirs à leurs devoirs le révulsait, lorsque en manipulant ce dossier, une enveloppe chut à ses pieds. Le juge Michaud se pencha pour la ramasser, la palpa puis se figea : elle était épaisse, ne portait ni adresse ni signe distinctif, seuls sur son verso étaient lisibles les mots suivants : « Bons baisers du Pompéi »… Confus, il se retourna vers sa secrétaire, une trentenaire dont le tailleur rehaussait sa sensualité, et lui demanda : « Séverine, connaissez-vous la présence de cette enveloppe ? »… Après un instant de réflexion qui lui parut suspect, la secrétaire répondit : « Ah, je l’avais oubliée, un greffier me l’a transmise tout en me déclarant qu’elle provenait d’un familier de Mme Simplon ! Ensuite, je l’avais glissée dans son dossier ! »…

Trois poèmes de Marianne Braux

Ecrit par Marianne Braux , le Lundi, 28 Mai 2018. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

Oraison

 

Vaquant

à la vue de l’autre monde

noir-transparence

dans les yeux d’une bête de somme

de même nature

l’homme d’outre-Rhin

à Turin pense

et parle d’horizons

Le conte de la première fois (d’après Pascal Quignard), par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Vendredi, 25 Mai 2018. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

 

Danse lente

Dans le silence

 

De rhabillage

& du déshabillage.

 

Je vais enfiler une

Très ancienne robe

 

Que j’aime. Nous

Entrons par une

Le complexe de l’écrivain (8 et fin), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois , le Jeudi, 24 Mai 2018. , dans Ecriture, Ecrits suivis, La Une CED

 

 

Epilogue 1

Christine Angot ne m’a jamais répondu. J’ai revu Frédéric Beigbeder et j’ai failli me battre avec lui, un verre de trop au Dôme. Je vois de temps en temps Eric Dubois qui continue son chemin, vaille que vaille. Laure m’a traité un jour de ringard et m’a plaqué sans coup férir.

Je m’appelle Bertrand Cire et j’ai peur de devenir écrivain.

 

Epilogue 2

Je suis un personnage imaginé par Eric Dubois. Je n’existe pas.

La nuit sans Zabach (III), par Nadia Agsous

Ecrit par Nadia Agsous , le Mercredi, 23 Mai 2018. , dans Ecriture, Nouvelles, Ecrits suivis, La Une CED

 

En voyant la foule rassemblée devant la maison familiale, Mary’amcomprit que le moment ultime était arrivé. Elle se rappela alors des prières de sa grand-mère, Sara, et murmura :

– La lumière gît dans les confins des ténèbres, n’est-ce-pas ? Allah ya Allah,j’implore Votre protection ! Rebbi ya Rabbi, jeVous offre ma pureté, en échange, envoyez-moi l’ange rédempteur pour qu’il me sauve, ya El-Elohim ! Votre clémence, Seigneur ya Allah ; Votre compassion !El-Elohim, Allah, Seigneur ! Avé Mary’am !

Le père entendait les supplications de sa fille. Chaque mot prononcé agissait comme une balle tirée à bout portant dans son cœur tourmenté. Il avait honte d’être là, parmi ces hommes et ces femmes, participant à la lapidation de celle qui l’aida à surmonter tant d’obstacles. Si L’Hou-Sine, le vieux pieux, l’adorateur d’El-Elohim n’osait pas regarder sa fille dans les yeux. Comment faire face à celle à qui il avait prédit une vie couronnée de succès et de bonheur ? Comment contribuer à l’anéantissement de celle dont le nom revenait sans cesse dans ses prières ferventes et pleines de grâce et de miséricorde ?